Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Communautés
POESIE

Communauté d'échange, de partage et de publication de textes poétiques, destinée aux auteurs et à tous les amateurs de Poésie ou de Prose poétique

Gérée par Aralf

216 blogs

2398 posts

09/04/2015

Rejoindre

Articles récents de cette communauté

Las ! Le temps s'en va infiniment

Las ! Le temps s'en va infiniment

Las ! Le temps, le temps s’en va infiniment, Jamais pareil, toujours changeant, il nous frôle, Ce tyran, assignant à chacun son rôle, Un chemin à suivre plus ou moins gaiement. La vie nous plonge dans son écoulement Et on fuit avec lui, épaule contre épaule. Tantôt doux, tantôt tumultueux et moins drôle, L’ âme y passe par tous les s
…pas alter algo !

…pas alter algo !

Les algorithmes doivent se voir limités. Ils ne seront jamais des alter egos puisqu’aux déjà aux mains cupides d’égos, egos enfermés dans des préjugés peu amicaux. Les restreindre puisqu’ils ne seront jamais alter algos. Par exemple (mais il en a beaucoup d’autres), les limiter à Certaines étapes de collectes d’infos - mais déci
Et les travailleurs devraient leur dire merci

Et les travailleurs devraient leur dire merci

Elle est là dans la rue, seule, entourée de gens Qui parlent ente eux et rient près d’un bar sans la voir. C’est Paris, l’hiver et le froid ; en désespoir, Sa maigre retraite épuisée, privée d’argent, En cette fin de mois et ce début de soir, Elle est descendue là quémander aux passants Quelques aumônes qui rempliront son tiroir
En un éclaboussement de sang

En un éclaboussement de sang

Taureau lors d'une corrida - photo de manuel Gonzales Olachea y Franco Wikipédia En un éclaboussement de sang sur l'arène Polluant le sable et l'azur le noir taureau meurt Mais les bravos ne vont pas à sa dernière haleine, Seul le torero jouit de la gloire, sa sœur. C’est pour lui seul que sera coupée l’oreille De la pauvre bête qu’il
Narcisse

Narcisse

Narcisse (fresque de Pompéi ) Au jeu d’aimer il faut être deux. Or Narcisse Était seul, promenant sa beauté dans les bois Parmi les animaux en chantant ses émois Aux fleurs dont il humait en passant les calices. Aussi sa solitude remplie de ces délices Exaspérait des désirs tristes et sournois Qui lui poignaient le cœur, disant à basse
L'amour en toutes saisons

L'amour en toutes saisons

Voici quelques triolets (mes premiers). Le triolet est un poème en huit vers généralement octosyllabes avec des rimes abaaabab. Le premier vers est répété en 4 et 7 et le 2 en 8. Il s'agit d'une poésie légère qui convient à la satire et à l'expression de sentiments gracieux. Ö mon amour, ma toute belle C’est l’hiver, allons sous les
Rien que pour voyager

Rien que pour voyager

Dans le ciel soudain clair Un sourire tout pâle Et effilé se montre À ce soleil d’hiver Qu’attire à l’horizon L’ édredon des nuages. C’est la lune qui vient Déjà bercer son sommeil. C’est elle maintenant En reine de la nuit Qui veillera dans le ciel. Et mon cœur en marchant S’émeut de voir bientôt S’ouvrir l’œil des ét
Poème. Ma petite soeur de Noël.

Poème. Ma petite soeur de Noël.

Marianne Marianne C'est la nuit la plus longue et la nuit la plus sombre La nuit des sans-abri qui veillent dans nos ombres Enfermés dans les rues qui n'ont pas de fenêtre Guetteurs sans illusion du matin qui va naître C'est la nuit de l'hiver la nuit de Bethléem La nuit de l'homme nu perdu dans les couloirs A qui nul ne murmure à l'oreille un
Sur le Canal du Midi

Sur le Canal du Midi

Sur le canal du midi, ohé ! ohé ! Du baladin ne manquait que la chanson Mais le voilà qui vient le chant enroué De l’automne et des vents prenant leurs moissons. Les feuilles craquent sous les roues des vélos Qui sur la piste roulent vers les écluses, Mêlant au vent leurs étranges trémolos Et dans l’eau verte tranquillement infusent. L
Il faut nous souvenir

Il faut nous souvenir

Des hommes que la mort recouvre, hélas, de braises Dans les plaines d’Ukraine avides de blés mûrs Que les bombes secouent en détruisant les murs, Il faut nous souvenir. Dispersés dans les glaises, Les retrouvera-t-on sans avoir de malaises Dans les décombres noirs de ces jours sans futurs Sauf la tristesse et la mort aux souffles impurs, La
Pensées d'automne

Pensées d'automne

La saison lentement s’avance vers l’hiver. Des arbres dépouillés de leurs feuilles, tristes, Griffent l’air et le ciel où les feux alchimistes D’un pâle et gris soleil les livrent au froid amer. D’autres à côté d’eux, tout couronnés de vert Et d’or, marbrés de pourpres osent vivre et résistent Au vents voulant scalper leurs
Prix Arthur Rimbaud 2022 : la cérémonie de remise des prix (suite)

Prix Arthur Rimbaud 2022 : la cérémonie de remise des prix (suite)

Mes compagnons de table : depuis le premier plan dans le sens des aiguilles d'une montre : Laurent , Stéphane, Morgane, son beau-frère et sa sœur, Thierry, Enrika, Nadège et Alice Avec mes excuses pour mon dérapage incontrôlé lors du scan du poème de Enrika. Voilà pour les poètes qui étaient attablés avec moi. Encore que étant arrivé
LIBRE D'ENFANCE

LIBRE D'ENFANCE

Un enfant joue Un presque rien d'une extrême importance blottit dans le creux de ses mains Une fortune d'existence pour son âme d'apprenti Un oiseau chante Petit bonheur matutinal ou richesse retardataire sur des fleurs évanescentes Le regard de l'enfant s'incline sur l'évanouissement subtil du jour Enveloppe intemporelle qui l'habille d'une be
Prix Arthur Rimbaud 2022 : la cérémonie de remise des prix

Prix Arthur Rimbaud 2022 : la cérémonie de remise des prix

Cette année contrairement aux années précédentes, la cérémonie avait lieu au Cercle des Armées, 8 place Saint Augustin dans le 8ème arrondissement de Paris. Toujours organisée par le Lions Club International, autre nouveauté elle avait lieu à midi et non en soirée. Les salons du 1er étage où la cérémonie se déroulait. L'autre côt
Poème. La mort est un toréador.

Poème. La mort est un toréador.

La mort est un toréador brodé d'argent et tissé d'or Dans son costume de folklore Et son coquet petit gilet Trop ajusté Le travesti joue du chiffon Le corps cambré en flamenco moulé de soie et de nylon Sur son derrière de mignon Et ses roustons Il sait bien que le fier taureau Avec sa corne et ses sabots Son odeur de marais sauvage Est plus
Pourquoi écrire ?

Pourquoi écrire ?

Pourquoi écrire ? Mais pourquoi, jusqu’aux pâles lueurs de la nuit, M’endetter à écrire au milieu de l’ennui ? Mais pourquoi, seul face au silence d’un ordi, Dire encore et toujours ce qui en moi sourit ? Il y a dans ma tête un chemin qui s’éclaire Quand au bout de mes doigts se déchaînent mes vers. Ils s’en vont en chantant com
Piste 01 - Pas trop loin de Paris

Piste 01 - Pas trop loin de Paris

Golden Incident vous souhaite la bienvenue pour la première vidéo diffusée sur sa chaîne. Auteur-compositeur-interprète : Robert Loï Les textes, musiques, images, et vidéos ne sont pas libres de droits. Un grand merci à Karine Raffin et Hervé Mouden, amis parisiens, pour leur aide.
La matinée . Le plain-chant des hautes terres. Jacques Viallebesset

La matinée . Le plain-chant des hautes terres. Jacques Viallebesset

L'arbre penché. Technique mixte sur toile . 100 X 81 Claude Legrand à Chantal et Claude Dans les couleurs douces d'une matinée paisible Avec la brise bleue qui rafraîchit l'air pur On s'enfonce dans le mystère de la prairie Le coeur léger tapissé de narcisses blancs J'habite les mêmes contrées que quelques-uns Qui portent en eux le secret
Nocturne parisien

Nocturne parisien

La pluie avait cessé de battre la ville, Dans le ciel l’océan des nuages encerclait Des plages d’or pâle, tournant autour d’une île, Éclaircie aux couleurs éteintes qui gagnait Peu à peu, élargie par un vent plus tranquille Et plus doux dans le jour qui, sans entrain, mourrait ; J’avançais vers Paris ; l’ombre, rendu mobile Par l
ORIGAMI

ORIGAMI

Ils sont partis dans les ruisseaux origami petits bateaux Les mots d'amour et les poèmes Du temps où je disais Je t'aime Tu ne les as pas repêchés Tu ne les as pas dépliés Ils ont glissé dans les égouts Et se sont perdus dans la boue Si j'avais vu tes yeux levés Vers le ciel et vers les oiseaux C'est sur des ailes de papier Que je t'aurais
Chercheurs - Poème

Chercheurs - Poème

Il y a ceux qui n'osent pas Et d'autres qui vont plus loin Comme ces reines et ces rois Ne stoppant en chemin Il y a ceux qui s'arrêtent Et d'autres qui cherchent une issue Comme ces chiens et ces chats S'évadant dans les rues Il y a ceux comptant les heures Et d'autres déjà dans les étoiles Comme ces frères et ces sœurs Qui vivent Dieu sans
Naissance du Fleuve roi

Naissance du Fleuve roi

Je passe vous faire un petit coucou. J'ai passé 70 ans en bordure de Loire aussi je ne pouvais qu'écrire quelques petits poèmes ou proses sur ce beau fleuve bien malmené, comme partout, par la sécheresse. Naissance du fleuve Roi Le ciel et la terre firent accord un jour, Avec l’aide des trois dieux, Zeus et Jupiter, Et le gaulois Teutatès,
Poème. Toussaint.

Poème. Toussaint.

Toussaint Je me blottis dans la douceur Entre tes seins Le temps d'oublier la douleur De la Toussaint Je ne veux pas plonger les yeux Dans ceux des morts Ni écouter grincer l'essieu D'un vieux remords Je ne veux pas laisser leurs mains De feuilles mortes Venir dans le petit matin Toucher ma porte J'ai si mal quand je pense à eux Parfois j'espère
Jour des morts

Jour des morts

Jour des morts Un crachin léger sur les yeux Un ruban gris dans les cheveux Un souvenir qui tremble un peu Dans la fumée d'après le feu C'est novembre La feuille attachée aux semelles L'oiseau effacé dans le ciel La voix qui divague et s'emmêle Aux voix perdues qui nous appellent C'est novembre Un brouillard taché de lumière Un jardin de ma
Coiffé de bleu

Coiffé de bleu

L'automne coiffé de bleu Monte à l'assaut de Paris Oh ! ce n’est pas le grand jeu Le vert n’y est pas tari, Le jaune s’invite un peu. Çà et là le roux se pointe Aux bords des feuilles, discret Et silencieux, il s’accointe Avec les bruns en secret. Lors les feuilles se déjointent Des branches, tourbillonnant Dans l’air doux, tombant
Le ciel est nu

Le ciel est nu

Le ciel est nu, drap qui s’azure. Aucun nuage pour ternir Cet automne plein de désirs. Ah ! si pourtant, cette argenture Sortant des hautes cheminées Que le vent gomme lestement, Que l’azur boit rapidement ; Juste une petite trainée Pour animer la toile bleue Du dernier matin de septembre. Et le soleil décore d’ambre Les murs de ma « rou
Autres haïkaï

Autres haïkaï

Je passe en vélo Sur une branche une buse… Déjà envolée. ******* Dans le bois, les cris De la femelle épervier. Toujours invisible. ******* Quel est cet oiseau Que je vois soudain s’enfuir ? Caille ou perdrix ? ******* Balade tranquille. Soudain dans les maïs verts Un lièvre détale. ******* Ombre vespérale Sur les marais de La Somme...
Prix Arthur Rimbaud 2022

Prix Arthur Rimbaud 2022

J'ai de nouveau un poème qui figurera dans l'Anthologie Arthur Rimbaud mais aucun au palmarès. Ce poème concourait dans la catégorie B - Sonnet. Délice Sens-tu, qu'en ce minuit où s’ouvre l’infini Où tu fermes les yeux dans la chambre abolie, Mon âme rêve encore à la nacre polie Et rosée, ta peau dont mon désir s’assouvit ? Et sur
Dans la nuit épandue

Dans la nuit épandue

Dans la nuit épandue sur la Loire La pleine lune agite un rêve Qui tout doucement tremble et s’élève Vers les nuées depuis les eaux noires. De bleu et d’or le pont de Gien chante. Ce sont les mouettes qui crient et piaillent, Appels des femelles aux épousailles, Envols brusques, danses caressantes. Tant d’ailes blanches s’enfuient et
Il disait

Il disait

Il disait ... Tu es quelqu'un de bien, On peut créer des liens. Tu es un vrai trésor, Je ferai des efforts. Je veux te mériter, Je veux m'y employer. Il disait ... Pour moi tu n'es pas rien, Je serai ton soutien. Tu es l'hellébore Que j'ai fait éclore, Tu écris des sonnets, Moi, de simples billets. Puis il a dit ... Tu me rabaisses pour prend
Quelques haïkaï rassemblés

Quelques haïkaï rassemblés

Dans le fragile aujourd’hui Goûter à la paix Sous l’ombre douce des arbres. ******* Sur le canapé, Je lis, mes yeux s’y fatiguent Et le rêve arrive. Moment tendre et doux Quand l’âme s’envole hors Du corps éphémère. Tristesse du corps Qui s’inquiète de l’absente Lui, qu’attend la Mort. ******* Lecture qui donne Mille vies e
Guerre ou paix ? On peut choisir.

Guerre ou paix ? On peut choisir.

La guerre ! Encore la guerre mais plus près Plus présente, quand bien même on en cherche L’oubli ; l’oubli vaporeux et serf qui remet À demain où l’on prendra un coup dans le derche. Oh ! oui, nous nous baignons joyeux dans la mer, Nous bronzons sur les plages, la guerre au loin Tonnent sur d’autres plages mais comment faire Pour ne pa
Rêve furieux

Rêve furieux

J’ai souvent fait ce rêve étonnant et furieux Je suis sur mon vélo, la campagne est tranquille, Le ciel est serein, les oiseaux amoureux L’air est fort doux sous une brise subtile ; Ma balade suit gentiment les contours peu sinueux De la route ; l’horizon loin, la plaine vide Laissent mes pensées planer et je me sens heureux, Le terrain e
À la tour Eiffel

À la tour Eiffel

La tour E iffel Dame aux jambes qui errent, Immobiles et fières, J’écoute sous ta robe Ces langues qu’on dérobe Aux avions sidérés Par ton pic insensé. Ces bijoux de Babel À tes pieds m'ensorcellent Puis ta langue tirée Jadis aux Allemands, Aux amis désormais, M’élève sans un vent. Quand ton corps se découvre, Danseuse aux doux ac
Un apéro en terrasse

Un apéro en terrasse

Belle balade coutumière Sous le ciel tout ensoleillé De Paris, te voilà arrêtée Dans ce Quatorzième magique Et tu me laisses prendre le frais En terrasse Rue Daguerre. C’est que tu m’avais donné soif Et ouvert un peu l’appétit Et fatigué les jambes aussi. Je suis assis caché dans un coin, La soirée pétille dans le ciel bleu, Un jo
Autre exercice d'écriture / Qu'attendre de l'hiver ?

Autre exercice d'écriture / Qu'attendre de l'hiver ?

Les mots d'hiver A partir de dix mots... : REVECHE IDEALISATION MEMOIRE INFANTILE VERRE IMMINENT SOLITUDE LIVRE LOISIR SIMPLICITE Qu’attendre de l’hiver, cette saison revêche ? Chaque être s’y replie dans la simplicité Et l’arbre prend la couleur de la pie-grièche. Dans cette solitude où l’eau va se glacer Et devenir du verre ou de l
Les oeuvres d'Evelyne Patricia Lokrou (TOUS)

Les oeuvres d'Evelyne Patricia Lokrou (TOUS)

Voici TOUS mes livres. 📚 💚 💚 💚 💚 💚 Les oeuvres publiés d'Evelyne Patricia Lokrou. Merci. 🎄 * Pour découvrir les livres, s'il vous plaît, cliquez sur chacun des liens; vous trouverez aussi des extraits (parfois) : - Petite poussière, publié en 2014, aux Éditions Edilivre, est un recueil de nouvelles. C'est un recueil de di
Exercice d'écriture  / Ivresse

Exercice d'écriture / Ivresse

Voici un petit exercice d’écriture que j’ai trouvé sur le blog de Hayat Ait-Boujounoui (https://hayat-ait-boujounoui.over-blog.com) L'enjeu était d'écrire un poème ou une micronouvelle avec dix mots imposés... Les voici : MALAISE AVEUGLE INSTANT RIEUSE RÉVERBÈRE VAGUE ROUTE FENÊTRE SURFACE BOUTEILLE . Je m’y suis aussitôt mis Sur la
L'été

L'été

La chaleur du violon Nous emporte en été Quelle félicité Sourd de cette saison ! C’est une eau frémissante Qui dévale rapide Les montagnes, avide De vivre ; jeune orante Des bois et des prairies, Émoussant les rochers, Les faisant résonner Par tant de chatteries Qu’ils en ont le désir, Cette caresse aimante, Onde rafraichissante Qui le
Un amour oublié

Un amour oublié

C’est un amour qui dormait oublié Dans une boite pleine de poussières. Pourquoi l’ai-je sorti ce prisonnier De sa prison ? Passion furtive et chère, Innocente et contrariée qui a depuis Nourri les autres, offrant, telle Mégère, Le vieux poison faussement endormi De ses rêves tout pareil aux éphémères Qui volent le jour et meurent le s
Poème sur l'endormissement

Poème sur l'endormissement

Petit poème du soir Endormissement Et le chant des grillons Chiffonne l’été Comme un édredon Dans les blés. Au loin sur la colline Sourit un château D’eau ou en ruines Aux vieux coteaux. Les nuages en silence Dans leurs lits au carré, Éperdus de patience, Dessinent des fées. J’entends siffler Un oiseau ou un train Quelque part dans l
Je ne suis qu'un poète

Je ne suis qu'un poète

Photo découverte dans les locaux du réseau social Panodyssey Je ne suis qu'un poète Je ne suis qu’un poète Qui soupire à tue-tête : Les rimes et les mots Sont mes Eldorados. Je ne suis qu’un poète Qui traque dans sa tête Les trésors oubliés Des premières années. Je ne suis qu’un poète Pas toujours à la fête, Mais quand chante
Poème sur la canicule

Poème sur la canicule

Petit poème du soir, de circonstances : Canicule La source est tarie. Le pré ne rit plus. Bien qu’il soit midi, Aucun vent des nues. Les arbres s’inclinent Au passage indu Des oiseaux infirmes Lourds comme une grue. Le soleil s’ennuie À brûler ces corps, À sécher ces puits Mais il frappe encore. On dirait l’enfant, Fidèle tyran, Qui
Chantons, dansons pour que toutes guerres finissent

Chantons, dansons pour que toutes guerres finissent

Ce soir une lune pleine et impavide luit Dans le ciel nocturne où tonnent et resplendissent Les feux d’artifice. Vivent leurs étoiles et leurs bruits. Chantons, dansons pour que toutes guerres finissent. Loin d’ici, loin d’Ivry, hélas, tonnent en cette nuit Dans le ciel ukrainien des bombes non factices, Les bruits sont très horribles qua
Crépuscule sur la pointe de Pern

Crépuscule sur la pointe de Pern

Dans la lumière orangée du crépuscule Sur la pointe de Pern de l’île de Ouessant La mer frémit sous la brise qui hulule Légère dans les parfums évanescents ; Des rochers et d’énormes galets s’animent, Monstres marins sortant la tête de l’eau, Prenant l’air dans la douceur du soir, leur échine Dressée, attendant quelque proie ;
QUADRILLE UTOPIQUE

QUADRILLE UTOPIQUE

Quatre coquelicots Caquettent Sur un lac de figues Opaque Utopique… Sur le lac des glaces Glissent Quatre apostilles d’opéra Comique... Rythmique facile… Quelque soit la quête des quatre coquelicots Sur le lac des cygnes Entre tutti et tutu Entre figue et fugue La cantate quadrille Becfigue les coquelicots ! Anne-Marie Dutilh Selon le code
Concours du Verbe Poaimer 2021

Concours du Verbe Poaimer 2021

J'ai reçu le 3ème prix exæquo à ce concours sur le thème imposé "Poèmes nés de rencontres par boîtes aux livres". Et maintenant voici le poème primé : Boîtes aux livres, étranges objets qu’on trouve Dan les jardins, les parcs et aux détours des rues, Le mystère voile la première apparue. Louvre littéraire et sauvage comme louve E
Moi, la jacobée commune

Moi, la jacobée commune

J'avais envoyé ce poème au Concours Poétika 2022. Il n'a pas obtenu de prix mais il a été remarqué par le jury et sera éventuellement mis en ligne sur leur site. Jacobée commune ou Séneçon de Jacob J'ai l'air d'un essaim de soleils Ne vous fiez pas à ma lumière Ni à mon cœur couleur du miel Car vraiment je suis délétère Et ma beaut
Un appel surprise

Un appel surprise

Cela fait des kilomètres que nous roulons... Ton appel ce matin me fut une surprise Mais c’était bien de toi partir sur les routes grises Et filer vers la mer avec un petit baluchon Presque vide. Nous parlons nous parlons nous parlons De note vie à chacun de notre vie à tous deux Et le ciel défile passant du gris au bleu Au-dessus du barrage
INERTIE, INTELLIGENCE ET LUCIDITE

INERTIE, INTELLIGENCE ET LUCIDITE

No move aucune jalousie plus aucune exigence, les misérables fous. « Sur fond bleu un jour, je serai parasite, roux, exsangue.» Sur fond blanc. D ans mon uniforme de marin aux épaulettes d’or, on s’aimait plus simplement. Les jours heureux. Il n’y ait rien que vous aimez, admirez, que vous aimiez ? Le pauvre a trouvé sa raison sous ordon
Ma pensée poétique du jour : le dentiste et l'ami

Ma pensée poétique du jour : le dentiste et l'ami

Fermier chez le dentiste, par Johann Liss, 1616-1617, The York Project, Wikipédia CC. °°° Le dentiste et l'ami Daniel Confland Point n'est besoin, mon bon ami De pythonisses aller quérir Pour vaticiner à l'envi Sur l'air de ton proche avenir. Le temps s'annonce, m'a-t-on dit Où de nouveau, la mine pâle Tu vas subir les ordalies D'une chirur
Parfois je me retrouve...

Parfois je me retrouve...

Parfois je me retrouve, songe délicieux, Suçant barbe à papa de mes lèvres heureuses, Et sur les manèges, cavalier silencieux Attrapant avec une gaîté malicieuse Du bout d’une lance en bois l’anneau précieux Donnant droit au tour gratuit, magie fabuleuse ! Tournez, tournez manège et rêves impérieux ! Plongez moi vers ce bonheur d’
Le marronnier

Le marronnier

Oh! quel farouche bruit font dans le crépuscule Les chênes qu’on abat pour le bûcher d’Hercule! Victor Hugo Je suis le marronnier, l’ornement du tennis À la terre rouge encadrée de lignes blanches Les pigeons, les moineaux, se cachent sous mes branches Où parfois les vents d’Ouest et ceux du Nord gémissent. Je sens sur moi pesé tous
Des armes et des larmes

Des armes et des larmes

Pour tuer Faut-il une arme ? Pour flouer Faut-il le charme ? Les mots sont tranchants Détruisent profondément, Les mots sont coupants Détruisent assurément. Les mots, le support de la compréhension Utilisés pour le bien ou le mal ! Les mots, seul moyen de communication Utilisés pour détruire le moral. Les mots sont des armes, Ils peuvent do
Comment ne pas douter de moi ?

Comment ne pas douter de moi ?

Force est de Douter Dramatique Fracture Feindre et Danser Debout avec la Fêlure Facultés Dévaluées Dictature Fissible Forces Diminuées Diablesse Faillible Féroce Délégation Dante Faite Femme File en Détention Délicieuses Flammes Faiblir j'ai le Droit Devant cette Fomentation Foutue dans ce détroit Dantesque Fabulation Fardeau Dramatique
Gogyōka d’un vendredi soir en juin

Gogyōka d’un vendredi soir en juin

Un son de silence tombe tranché sur la façade, lame de crépuscule. Un nénuphar prend le temps de soigner son tutu vert et danse sous le lierre Un panier de fruits offre ses seins aux mouches et aux abeilles et les allaite. La poudre du chemin, bientôt galaxie dans la fontaine, s’arrime aux navettes de sueur. Le soir baguenaude, surpris par l
Ici je dépose la rose...

Ici je dépose la rose...

(À Fernand et Marie-Louise Geslin) Tant de tombes meurtries par les jours En ce petit cimetière normand. En vain mes pas ont foulé ses allées caillouteuses. Toutes pierres ici taisaient vos noms. Moi, peut-être le dernier vivant à vous chercher, J’avais trop attendu depuis ma dernière visite, Plus rien ici ne parlait de vous, morts lointai
Pourquoi écrire ?

Pourquoi écrire ?

Petit poème de la nuit 🤗 Pourquoi donc ? Récemment, D’un esprit Sans tourments Ni musique Est sorti Tout d’un clic Un étrange Document Qui dérange Mes serments : « Pourquoi donc T’échiner À écrire Des poèmes Que personne Ne commente ? Tu devrais Chaque nuit Bien plutôt Consacrer Ces minutes Au sommeil Pour enfin Récolter Sur l