Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Communautés

POESIE

Communauté d'échange, de partage et de publication de textes poétiques, destinée aux auteurs et à tous les amateurs de Poésie ou de Prose poétique

Gérée par Aralf

154 blogs

2566 posts

09/04/2015

Rejoindre

Articles récents de cette communauté

les poèmes de Carmen : Le voyageur

les poèmes de Carmen : Le voyageur

Tu as choisi le voyage comme chemin Et dans tes images, et sur tes mains Tes messages chantent demain Les terres sauvages, les pays lointains. Dans les yeux couleurs de mer De ces pays du nord, d'hiver Tu cherches le soleil radieux De ton pays , de tes aïeux. Dans ces yeux couleur havane De ces terres du sud de savane Tu cherches les couleurs chat
Fables et fabulistes : La Guêpe et l’Araignée  - Jean Raulin - XVe siècle

Fables et fabulistes : La Guêpe et l’Araignée - Jean Raulin - XVe siècle

La Guêpe un jour, disent les Poètes, invita l’Araignée à dîner avec elle : le repas fut servi sous un arbre, mais, avant de se mettre à table, l’insecte amphitryon se mît à railler son convive. - Je pourrais, lui disait-i!, en une heure, faire plus de chemin que vous en tout un an. L’Araignée parut ne pas sentir l’orgueil de ce pro
Françis Carpentier : Douanes

Françis Carpentier : Douanes

(à Desnos) Quand retentissait la sirène Et qu’on mettait bas les marteaux Tous se retrouvaient au bistrot Embué de chaleur humaine. Visiteurs, déclarants, dockers, Dans cette atmophère enfumée, Accouraient, la mine affamée D’avoir travaillé au grand air. Mais d’abord, le Berger, un jaune Qu’ils prenaient debout au comptoir (Des fois
Carole Dailly - Brute, pas pure,  Extraits,  Éditions le Réalgar 2015

Carole Dailly - Brute, pas pure, Extraits, Éditions le Réalgar 2015

A la croisée de l’intime et du multiple, ses poèmes parlent surtout de la vie intérieure, celle de l’esprit - sain ou pas -, et du cœur, de ses aspirations, de sa sensibilité au monde (naturel et urbain). Une écriture plutôt épurée et suggestive, qui ne recherche ni le discours ni la rime mais le fond, son rythme, ses images, son éner
Arkel  - recueil " Marie "

Arkel - recueil " Marie "

la nuit regarde ailleurs je finis mes caresses sur le papier c'est presque le matin je me suis tranché la vie il y a des mots partout ça sent un sang fort il y a un corps étendu sur le lit à l'endroit où je fais pousser des étoiles la porte est restée ouverte j'ai dû rentrer tard ou mal aimer c'est selon mes degrés de connivences et des ba
Poèmes en juillet : L’Autre - Andrée Chedid

Poèmes en juillet : L’Autre - Andrée Chedid

L’Autre À force de m’écrire Je me découvre un peu Je recherche l’Autre J’aperçois au loin La femme que j’ai été Je discerne ses gestes Je glisse sur ses défauts Je pénètre à l’intérieur D’une conscience évanouie J’explore son regard Comme ses nuits Je dépiste et dénude un ciel Sans réponse et sans voix Je parcours d
Dominique Bergougnoux  - L'homme éprouvé

Dominique Bergougnoux - L'homme éprouvé

L'homme éprouvé étonne il taille le silence en pointe le vide affectif a fait voler en éclats son monde intérieur le soleil impassible cogne à la fenêtre un sentiment d'inéluctable vient altérer la réalité l'absence l'enferme dans ses méandres cerné par les regards le bruit des rires s'éloigne en le disloquant nuit après nuit Photo J
Julie Ladret : Je suis aliénée

Julie Ladret : Je suis aliénée

Je suis aliénée Comme l'est le chêne à ses ruissellantes racines A la terre qui le tient, Au sable coulant d'entre mes mains Comme l'est un marin à sa vigie céleste qui voit l'orage venir du loin des abysses, A son noeud scellé de sel, je serre les roulis du port, lentement, je coulisse Je suis aliėnée Comme l'est un artiste grimé à la r
PENSÉE DE JUILLET

PENSÉE DE JUILLET

Le corps n'est pas une quelconque chose Un quelconque bagage qu'ici ou là se pose Le corps chemine avec l'esprit Couple d'inséparables qu'un Humain bringuebale toute sa vie L'Humain est corps L'Humain est esprit De cet unique duo L'Humain est donc le Maître le Penseur le Décideur... "Extrait du texte Mon Corps " A nne-Marie Dutilh Selon le code
Françis Carpentier : Jean Sébastien Bach

Françis Carpentier : Jean Sébastien Bach

Faut pas déconner avec Jean Sébastien Bach, Il en a pas mal vu et pas mal entendu, C’est pas le styl’ boloss’ qu’on mène à la matraque, Il l’a déjà prouvé à pas mal de tordus. Jean Sébastien c’est pas gringalet ouistiti Poussiéreux, grinçant, non ! c’est du cœur à la joie Et du coffre : il fait tout trembler quand il rugi
Carole Dailly - Brute, pas pure,  Extraits,  Éditions le Réalgar 2015

Carole Dailly - Brute, pas pure, Extraits, Éditions le Réalgar 2015

A la croisée de l’intime et du multiple, ses poèmes parlent surtout de la vie intérieure, celle de l’esprit - sain ou pas -, et du cœur, de ses aspirations, de sa sensibilité au monde (naturel et urbain). Une écriture plutôt épurée et suggestive, qui ne recherche ni le discours ni la rime mais le fond, son rythme, ses images, son éner
Anaphore estivale

Anaphore estivale

C’est l’été Dans la cage thoracique Des oiseaux, l’hiver est seriné Les ailes brisées Par une mauvaise chute De grêle Pour l’été Les soleils nus lèveront Les étendards sanglants de l’aube Sur les loggias, dans les pampas, brouillassent Les brumisateurs en guise De rosée Quel été La terre est devenue sienne Arcades froncées, p
Carole Dailly - HERITAGE DES SILENCES ( extraits )

Carole Dailly - HERITAGE DES SILENCES ( extraits )

La poésie est certainement une histoire d’amour. Une personne découvre qu’elle est au monde et s’en éprend. Les protagonistes sont donc juste inhabituels : le monde, la vie, et c’est aussi tout ce, tous ceux qui l’habitent… Et comme dans toute histoire d’amour, les mots alors seront rencontre, émotion… tour à tour comme rouge a
Nicole Milhac - Tambour crevé

Nicole Milhac - Tambour crevé

Mon monde était un tambour triste hier Alors, je l'ai frappé de la main pour Forcer la vie à danser : Interdit par la loi ! Alors je l'ai battu à coups de poing Et jeté aux orties : il s'est fripé de bleu Finalement, je l'ai crevé à force De danser dessus ! Le voici aplati Telle une vieille lune toute plissée ... Et voilà, j'ai tué le mo
les poèmes de Carmen : Demandez moi

les poèmes de Carmen : Demandez moi

Demandez moi de combattre les rois Les tyrans les généraux leurs lois Demandez moi de détourner les rivières De marcher dans le désert D'explorer le fond des mers D'enfermer la lumière Demandez moi d'attraper l'arc-en-ciel D'atteindre le soleil De voler comme l'hirondelle Demandez moi de franchir tous ces murs De guérir les blessures D'écri
Fables et fabulistes :  D'ou Lou et de L’Oue - Jean de Boves – XIVe. siècle

Fables et fabulistes : D'ou Lou et de L’Oue - Jean de Boves – XIVe. siècle

D’un leu raconte sanz gabois Que famine chaça d’un bois, Et ala querre sa pasture. Lez un mesnil, par aventure, Trova un fouc d’oues paissant : Cele part vient le col baissant, Arriers le fouc en ataint une Qui n’estoit pas de la commune; Aus dens l’aert quant l’a atainte. Mais ne l’a mie si estrainte, Qu’au bois ne l’enport tout
Françis Carpentier : Douanes

Françis Carpentier : Douanes

Douane, il faut se révolter contre Et la frauder ! écrit Flaubert. A Croisset, au café du Ber, Jef attend un vendeur de montres. L’homme est exact au rendez-vous, Un Turc qui va sur les bateaux, Fournit des filles, boit, joue gros, Trafique de tout, un filou. Viens voir, deux cents Rolex en or ! Jef le suit à l’auto, dehors ; Deux préposé
Carole Dailly - HERITAGE DES SILENCES ( extraits )

Carole Dailly - HERITAGE DES SILENCES ( extraits )

La poésie est certainement une histoire d’amour. Une personne découvre qu’elle est au monde et s’en éprend. Les protagonistes sont donc juste inhabituels : le monde, la vie, et c’est aussi tout ce, tous ceux qui l’habitent… Et comme dans toute histoire d’amour, les mots alors seront rencontre, émotion… tour à tour comme rouge a
Arkel  - recueil " Les parures du souvenir "

Arkel - recueil " Les parures du souvenir "

comme un noir de crasse sous les ongles qui font les années comme un arbre avec son âge nervures et ces feux qui brûlent comme des bougies dans une église pour prier les morts mes morts je m'agenouille devant la vie moi avec ni dieu ni diable le baptême à l'envers et l'eucharistie aux culs des femmes je m'agenouille devant ton sanctuaire qui
Tiens, voici quelques Haïkus  Et bonjour chez vous. - Henri Merle

Tiens, voici quelques Haïkus Et bonjour chez vous. - Henri Merle

Un concours international de haïkus est organisé, pour ceux que ça intéresse, taper dans google " Mainichi, concours de Haïku ", on tombe direct dessus. Haï-ku pour toutou : Après trois larmes de pluie Sur les fleurs qui fait pipi ? Le rire en soleil. C'est le chien Kouki. Tiens, Mister Snow-Man Qui s'éprit d'une flamme... D'amour a fondu.
Poèmes en juillet : Le Prophète : Le mariage  de Khalil Gibran 

Poèmes en juillet : Le Prophète : Le mariage  de Khalil Gibran 

Alors Almitra parla à nouveau et dit, Et qu’en est-il du Mariage, maître ? Et il répondit en disant : Vous êtes nés ensemble, et ensemble vous serez pour toujours . Vous serez ensemble quand les blanches ailes de la mort disperseront vos jours. Oui, vous serez ensemble même dans la silencieuse mémoire de Dieu. Mais laissez l’espace entre
dominique bergougnoux - L'amour même meurtri

dominique bergougnoux - L'amour même meurtri

L'amour même meurtri porte l'âme à l'incandescence il exalte les corps il traverse les arbres et les murs resserrés Faiseur d'anges et de miracles tout droit sortis du chaos L'amour crée la beauté le doute et l'imposture L'amour écrit des élégies des fugues et des requiem Il est cet abandon de soi qui s'approche du mystère avant la chute
Julie Ladret : Avec les pierres de mes prières 

Julie Ladret : Avec les pierres de mes prières 

Avec les pierres de mes prières J'ai édifié un ravin entre toi et l'instinct de mort J'ai peint mon visage du sel de la mer Des guerres dont je n'ai pu faire remparts J'ai rampé, oui, j'ai rampé comme un serpent à plume et supplié l'envolée J'ai soulevé des rivières enneigées et dévalé l'adret lavé de mon nom J'y ai hurlé mon souffle
La matinée . Le plain-chant des hautes terres. Jacques Viallebesset

La matinée . Le plain-chant des hautes terres. Jacques Viallebesset

L'arbre penché. Technique mixte sur toile . 100 X 81 à Chantal et Claude Dans les couleurs douces d'une matinée paisible Avec la brise bleue qui rafraîchit l'air pur On s'enfonce dans le mystère de la prairie Le coeur léger tapissé de narcisses blancs J'habite les mêmes contrées que quelques-uns Qui portent en eux le secret des hommes lib
Le mercredi des enfants : dernier mercredi avant les vacances ....

Le mercredi des enfants : dernier mercredi avant les vacances ....

Canicule, orage….L'été sera chaud depuis le temps qu'on vous le dit ! En attendant mes petits loups dernier mercredi avant les vacances...Alors on boit frais et on se détend avec la page du mercredi. Au programme comptines, poésies, Charades et Enigmes… Amusez vous bien ! Ani couni chaounani, Ani couni chaounani; Awawa bikana caïna, Awawa
Fables et fabulistes : Le savetier et le financier de Monsieur de La Fontaine

Fables et fabulistes : Le savetier et le financier de Monsieur de La Fontaine

Un Savetier chantait du matin jusqu'au soir : C'était merveilles de le voir, Merveilles de l'ouïr; il faisait des passages, Plus content qu'aucun des Sept Sages. Son voisin au contraire, étant tout cousu d'or, Chantait peu, dormait moins encor. C'était un homme de finance. Si sur le point du jour, parfois il sommeillait, Le Savetier alors en ch
les poèmes de Carmen : Revenir en arrière

les poèmes de Carmen : Revenir en arrière

Revenir en arrière Revenir et défaire Comme les mailles d'un pull over Notre histoire de travers. Sans lendemain sans rien Faite de silence, De patience De chagrins De lettres échangées Qui s'en vont chavirer Dans les canaux de ton pays Où tu oublies que tu m'oublies Dans le gris de ton décor Dans la brume de l'aéroport Dans l'écume de la m
Françis Carpentier : Douanes

Françis Carpentier : Douanes

On l’appelait le Caïman Parce qu’il n’avait plus en bouche Que deux ou trois chicots branlants. L’un tenant l’autre sous sa coupe Ils écumaient les bistrots louches, Lui et un certain La Chaloupe ; Cet ancien des Bancs, matelot Reconverti dans la Patache, En la compagnie des apaches Buvait à tire-larigot. Sur deux cartons d’américai
Arkel  - recueil  " Marie "

Arkel - recueil " Marie "

troubler le sens du temps de la saison tu jouais du piano mais je ne t'ai jamais écouté octobre finissait et des cris se fracassaient sur des remparts Saint-Malo j'entendais tes messages mais je laissais filer le vent je buvais le vin que tu buvais dans ce téléphone colère ma poésie n'entrait plus des baisers de station de métro ne font pas
Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ?  Chants des baleines

Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ? Chants des baleines

Mon très grand mon tout petit Mon enfant perché Entre le Très haut et le Trè bas J'adresse ces mots friables à ton silence de granit Je vole à la nuit la rondeur de la lune, qu'elle te berce dans sa lumière ambrée Je me dois de chanter à la surface des heures lentes De ramener ton âme éperdue Au centre de ce qui de toi dérive et se dilu
PENSÉE DE JUIN

PENSÉE DE JUIN

... Je suis venue m'égarer quelques soirées auprès de vous, partager quelques fantaisies fantastiques et fantaisistes, et que reste t-il aujourd'hui de ces vertiges enchantés et enchanteurs ? Un simple surnom : abandon. Ce surnom qui se glisse avec tellement d'aisance dans la poche de l'oublie et qui fait d'un passant ordinaire, un effacé, un
Le mercredi des enfants :  Attention Canicule

Le mercredi des enfants : Attention Canicule

Le voilà, le soleil...et il est chaud bouillant, alors mes petits loups on se met à l'ombre et on boit frais ! Pour ce mercredi, le premier de l'été, voici quelques comptines et poésies, des chansons, des charades, les " Monsieur Madame " de Nino et le film à ne pas manquer MANOU À L’ÉCOLE DES GOÉLANDS, film d'animation d'Andrea Block et
AUX ROBES DE RIMBAUD - Plat du Jour - Willie Dixon - Christian Edziré Déquesnes

AUX ROBES DE RIMBAUD - Plat du Jour - Willie Dixon - Christian Edziré Déquesnes

A Francis Carpentier, Yeah, yeah, Le flamand bleu d’Ostende, une nuit m'a dit Toi, garçon, faut que t'écoutes Willie Dixon ! Le type qui plusieurs fois déjà m'a sauvé la vie De par son Little red Rooster et j'aime chanter ça ! Well well ! garçon tu veux danser maintenant ? vas-y ! Tu peux te laisser, mais va chercher, dans son coin, Libba,
Arkel : recueil " Marie "

Arkel : recueil " Marie "

troubler le sens du temps de la saison tu jouais du piano mais je ne t'ai jamais écouté octobre finissait et des cris se fracassaient sur des remparts Saint-Malo j'entendais tes messages mais je laissais filer le vent je buvais le vin que tu buvais dans ce téléphone colère ma poésie n'entrait plus des baisers de station de métro ne font pas
Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ? Pour toi

Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ? Pour toi

Pour toi j'ai soulevé jadis des volcans en fusion décroché des lunes lointaines échevelé des comètes fuyantes bâti des châteaux sur des sables mouvants navigué dans l'œil grand ouvert du cyclone combattu des moulins en ruine ouverts à tous les vents apprivoisé les ombres qui rôdaient alentour Pour toi égaré entre les frontières du r
Par quel amour m'aimes-tu ? - Julie Ladret   ( fin )

Par quel amour m'aimes-tu ? - Julie Ladret ( fin )

P AR QUEL AMOUR? Vois-tu, il n'y a guère d'assertion plus claire, Plus flamboyante qu'un brûle pourpoint de gemmes, Plus géniale et têtue qu'un psaume basilaire, Plus saint-axiome, ardent ingénu, qu'un "Je t'aime"! Ma voix appauvrie de ses sentes profondes, Affirme en retour sans une once faconde "Moi aussi" dans une langue simple et vraie. Au
je serai, tu es, il a été

je serai, tu es, il a été

Le chemin dépérit sous les branches souples. Les fougères comblent le ravin de coudriers, De guets-apens verts en d’illusions de tangage. Des régates de papillons, d’oiseaux, de poussières S’ajoutent à l’envie de s’étirer, de s’avancer Se tremper les pieds à marcher sur cet océan. Mouvement sous le vent, lourd d’écumes fraî
MELUSINE ( Régis Roux/ Nicole Pessin;  éditions Varia poetica, 2019)

MELUSINE ( Régis Roux/ Nicole Pessin; éditions Varia poetica, 2019)

Extraits de " Mélusine": couverture, aquarelles 1, 2 et 3 d'un exemplaire par Nicole Pessin; Editions Varia poetica, 2019. "Mélusine" est un livre que Nicole et moi avons imaginé à partir de l'image de la fée du même nom. Elle est aussi dauphinoise. J'ai d'abord composé le poème en plusieurs parties, puis l'artiste l'a accompagné d'aquare
Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ?

Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ?

Mon corps est plein de larmes Qui ont perdu leur sel Et jusqu'au souvenir de leur course marine Ma bouche tait des cris Qui ourlent le silence Lui tissent un linceul Où s'étouffe l'écho Mes mains bercent l'enfant Qui pleure et qui gémit Dans ce corps bien trop grand D'homme mal équarri Photo Julie Ladret

Ces heures ! A quoi bon nous complaire à les regarder passer ? Les couleurs de l’univers sont plus belles que le cadran de fer ou de cuir doré. Dans la chambre à l’atmosphère pâle l’œil s’est habitué mais le cœur au loin préfère s’embarquer. Du rivage la mer s’éloigne sans s’attarder et les bateaux qui s’en vont partent p
Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ?

Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ?

L'esprit foudroyé se meurt, se meut dans la dureté mouvante des murs blancs protégés du monde des hyènes hurlantes il s'invente un ailleurs respirable une parcelle de vie où semer des possibles il devient feu follet vertigineux où la raison vacille une étoile froissée qui danse dans le vent Photo Julie Ladret
On fête les papas !

On fête les papas !

Aujourd'hui on fête les papas ! Ne les oublions pas ! Rien que pour vous, Papas chéris, voici une brassée de poèmes pour vous dire qu'on vous aime ! Papa Auprès de toi, Papa, Je ne crains rien. Je suis bien ! Tu es si grand, Et rassurant ! Tout va mieux. Je suis heureux, Je t’adore, Plus encore ! POUR MON PÈRE Mon père aimé, mon père à
Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ? Blues d'hopital

Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ? Blues d'hopital

Les blouses blanches ont les clés de l'outre-monde obscur où des être-poissons sans yeux monstres de grandes profondeurs ignorés nagent à contre-courant se cognent aux épaves échouées sur leur chemin hélicoïdal de vie sous-marine sombrent luminescentes abysses Photo Julie Ladret
FORTE ET FRAGILE

FORTE ET FRAGILE

FORTE ET FRAGILE Il suffit d’un battement d’ailes, D’un souffle léger sur la mer, Pour qu’une journée qui semblait belle Prenne soudain un goût amer. La vie est là, fragile et forte, Au rythme métronome du cœur, Qu’il se dérègle ou qu’il s’emporte Cela se traduit par la peur. Après la tempête, le calme, La douceur de vivre d
Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ? Les yeux perdus

Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ? Les yeux perdus

C'est un fouillis de feuilles Un entrelacs d'ors et de verts à profusion Du tendre au plus profond Les frondaisons frissonnent au vent frais La blondeur frivole des leurs mèches Qu'aucun lien ne retient Eclabousse le ciel qui se mâche de gris L'automne plein feux plein les mirettes J'avance Le corps perclus de cals Les futaies orangées enserren
Le mercredi des enfants : Enfin soleil et chaleur  vive juin et l'été !

Le mercredi des enfants : Enfin soleil et chaleur vive juin et l'été !

Ca commence à sentir bon l'été et c'est tant mieux il était temps ! Pour ce mercredi je vous offre des comptines, des poèmes, les " blagounettes et des énigmes de Nino " quelques charades pour les futés et le film à voir " LES ENFANTS DE LA MER " un film d'animation japonais de Ayumu Watanabe ( sortie le 10 juillet ) une adaptation du super
Arkel Sylvain -  Recueil " Marie " 

Arkel Sylvain - Recueil " Marie " 

tu connais Dieu toi ? la voix du Seigneur dit-on le Saint-Esprit ? moi je sais pas ça, je pense que je ne crois pas, non je ne crois pas, j'en suis sûr La Vierge Marie ? elle est belle ! j'aime entrer dans les églises et les chapelles, il y a toujours une Vierge dans un coin qui m'attend, enfin c'est ce que j'imagine, des fois c'est beau, il y a
Une poétesse à l'honneur : Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ?

Une poétesse à l'honneur : Domi Bergougnoux - Ou sont les pas dansants ?

« Ce recueil est né du désir d’accompagner mon fils durant un long séjour en hôpital psychiatrique . » (Domi Bergougnoux). J'ai rencontré Domi Bergougnoux au heureux hasard de mes pérégrinations sur le web...Echanges, discussions, et surtout poésie...C'est ainsi qu'il y a quelques jours Domi m'a fait parvenir un de ses recueils " Où so
Soirée théâtre "Léandre et Acacia, mariage compromis"

Soirée théâtre "Léandre et Acacia, mariage compromis"

Merci à toutes et tous pour cette belle soirée du 7 juin 2019 ! Un grand bravo aux élèves pour leur interprétation de cette pièce en alexandrins ! En photos, l'article de présentation paru dans l'Est Républicain ainsi qu'un aperçu des décors et de la salle prêtée par la municipalité de Montauville.
Rendez-vous au Jardin des mots de Natacha

Rendez-vous au Jardin des mots de Natacha

Bonjour à vous fidèles abonnés et lecteurs de ce blog! J'ai passé six ans à alimenter ce blog de mes mots, des haïku aux slams, en passant par la publication en feuilleton de mes contes et romans jeunesse. Des moments merveilleux à chercher la photo qui ferait mouche avec mes mots. A tel point que si ce blog devait être édité, il ne ferai
Le mercredi des enfants : vive le mois de juin !

Le mercredi des enfants : vive le mois de juin !

Adieu joli mai ou plutôt tristounet mai ...et vive juin et l'été qui pointe son nez avec discrétion pour l'instant...Pour fêter juin, mois de la musique et de la fête des pères voici un bouquet de comptines, des chansonnettes, les blagounettes et les " monsieur madame " de Nino et voilà bon mercredi les petits loups ! Et comme toujours, jou
 Arkel - Recueil " L'étincelle " 

Arkel - Recueil " L'étincelle " 

s'il ne devait y avoir qu'une tempête ça serait nous deux, ensemble au fond de l'étincelle, océan gris du soir des oiseaux, des anges ? deux cœurs, éclats de nous deux faudrait-il dire aux anges que nous sommes amoureux ? paradis d'eau et là dans le vol, personne ne nous voit au fond de l'étincelle le poème ? qu'est ce que c'est ? cet océ
Parme Ceriset - AMAZONES DES ABYSSES, HÉROÏNES DE L'OMBRE

Parme Ceriset - AMAZONES DES ABYSSES, HÉROÏNES DE L'OMBRE

" Comme certains le savent, en plus de mon roman qui est terminé, je travaille à la rédaction d'un recueil de poèmes qui évoquera notamment mon parcours et celui de mes amies de combat, que je compare souvent dans mes écrits à des amazones, à des héroïnes de l'ombre. Je partage avec vous aujourd'hui un des poèmes qui fera partie de mon r
 Election au conseil des coléoptères - Daniel Allemand

Election au conseil des coléoptères - Daniel Allemand

Dans leurs plus beaux attraits Du fait de leurs carapaces lustrées Les candidats coléoptères Ardents champions de l’union pour sauver la Terre Se présentèrent aux leurs Pour comble de malheur. Plus fort en élytres qu’en lettres Un grand lucane cerf-volant Misa jusqu’au dernier écu Pour péter plus haut que son cul. Le Doryphore militai