Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Communautés
POESIE

Communauté d'échange, de partage et de publication de textes poétiques, destinée aux auteurs et à tous les amateurs de Poésie ou de Prose poétique

Gérée par Aralf

216 blogs

2410 posts

09/04/2015

Rejoindre

Articles récents de cette communauté

Autres haïkaï

Autres haïkaï

Je passe en vélo Sur une branche une buse… Déjà envolée. ******* Dans le bois, les cris De la femelle épervier. Toujours invisible. ******* Quel est cet oiseau Que je vois soudain s’enfuir ? Caille ou perdrix ? ******* Balade tranquille. Soudain dans les maïs verts Un lièvre détale. ******* Ombre vespérale Sur les marais de La Somme...
Prix Arthur Rimbaud 2022

Prix Arthur Rimbaud 2022

J'ai de nouveau un poème qui figurera dans l'Anthologie Arthur Rimbaud mais aucun au palmarès. Ce poème concourait dans la catégorie B - Sonnet. Délice Sens-tu, qu'en ce minuit où s’ouvre l’infini Où tu fermes les yeux dans la chambre abolie, Mon âme rêve encore à la nacre polie Et rosée, ta peau dont mon désir s’assouvit ? Et sur
Dans la nuit épandue

Dans la nuit épandue

Dans la nuit épandue sur la Loire La pleine lune agite un rêve Qui tout doucement tremble et s’élève Vers les nuées depuis les eaux noires. De bleu et d’or le pont de Gien chante. Ce sont les mouettes qui crient et piaillent, Appels des femelles aux épousailles, Envols brusques, danses caressantes. Tant d’ailes blanches s’enfuient et
Il disait

Il disait

Il disait ... Tu es quelqu'un de bien, On peut créer des liens. Tu es un vrai trésor, Je ferai des efforts. Je veux te mériter, Je veux m'y employer. Il disait ... Pour moi tu n'es pas rien, Je serai ton soutien. Tu es l'hellébore Que j'ai fait éclore, Tu écris des sonnets, Moi, de simples billets. Puis il a dit ... Tu me rabaisses pour prend
Quelques haïkaï rassemblés

Quelques haïkaï rassemblés

Dans le fragile aujourd’hui Goûter à la paix Sous l’ombre douce des arbres. ******* Sur le canapé, Je lis, mes yeux s’y fatiguent Et le rêve arrive. Moment tendre et doux Quand l’âme s’envole hors Du corps éphémère. Tristesse du corps Qui s’inquiète de l’absente Lui, qu’attend la Mort. ******* Lecture qui donne Mille vies e
Guerre ou paix ? On peut choisir.

Guerre ou paix ? On peut choisir.

La guerre ! Encore la guerre mais plus près Plus présente, quand bien même on en cherche L’oubli ; l’oubli vaporeux et serf qui remet À demain où l’on prendra un coup dans le derche. Oh ! oui, nous nous baignons joyeux dans la mer, Nous bronzons sur les plages, la guerre au loin Tonnent sur d’autres plages mais comment faire Pour ne pa
La matinée . Le plain-chant des hautes terres. Jacques Viallebesset

La matinée . Le plain-chant des hautes terres. Jacques Viallebesset

L'arbre penché. Technique mixte sur toile . 100 X 81 Claude Legrand à Chantal et Claude Dans les couleurs douces d'une matinée paisible Avec la brise bleue qui rafraîchit l'air pur On s'enfonce dans le mystère de la prairie Le coeur léger tapissé de narcisses blancs J'habite les mêmes contrées que quelques-uns Qui portent en eux le secret
Rêve furieux

Rêve furieux

J’ai souvent fait ce rêve étonnant et furieux Je suis sur mon vélo, la campagne est tranquille, Le ciel est serein, les oiseaux amoureux L’air est fort doux sous une brise subtile ; Ma balade suit gentiment les contours peu sinueux De la route ; l’horizon loin, la plaine vide Laissent mes pensées planer et je me sens heureux, Le terrain e
À la tour Eiffel

À la tour Eiffel

La tour E iffel Dame aux jambes qui errent, Immobiles et fières, J’écoute sous ta robe Ces langues qu’on dérobe Aux avions sidérés Par ton pic insensé. Ces bijoux de Babel À tes pieds m'ensorcellent Puis ta langue tirée Jadis aux Allemands, Aux amis désormais, M’élève sans un vent. Quand ton corps se découvre, Danseuse aux doux ac
Un apéro en terrasse

Un apéro en terrasse

Belle balade coutumière Sous le ciel tout ensoleillé De Paris, te voilà arrêtée Dans ce Quatorzième magique Et tu me laisses prendre le frais En terrasse Rue Daguerre. C’est que tu m’avais donné soif Et ouvert un peu l’appétit Et fatigué les jambes aussi. Je suis assis caché dans un coin, La soirée pétille dans le ciel bleu, Un jo
Autre exercice d'écriture / Qu'attendre de l'hiver ?

Autre exercice d'écriture / Qu'attendre de l'hiver ?

Les mots d'hiver A partir de dix mots... : REVECHE IDEALISATION MEMOIRE INFANTILE VERRE IMMINENT SOLITUDE LIVRE LOISIR SIMPLICITE Qu’attendre de l’hiver, cette saison revêche ? Chaque être s’y replie dans la simplicité Et l’arbre prend la couleur de la pie-grièche. Dans cette solitude où l’eau va se glacer Et devenir du verre ou de l
Les oeuvres d'Evelyne Patricia Lokrou (TOUS)

Les oeuvres d'Evelyne Patricia Lokrou (TOUS)

Voici TOUS mes livres. 📚 💚 💚 💚 💚 💚 Les oeuvres publiés d'Evelyne Patricia Lokrou. Merci. 🎄 * Pour découvrir les livres, s'il vous plaît, cliquez sur chacun des liens; vous trouverez aussi des extraits (parfois) : - Petite poussière, publié en 2014, aux Éditions Edilivre, est un recueil de nouvelles. C'est un recueil de di
Exercice d'écriture  / Ivresse

Exercice d'écriture / Ivresse

Voici un petit exercice d’écriture que j’ai trouvé sur le blog de Hayat Ait-Boujounoui (https://hayat-ait-boujounoui.over-blog.com) L'enjeu était d'écrire un poème ou une micronouvelle avec dix mots imposés... Les voici : MALAISE AVEUGLE INSTANT RIEUSE RÉVERBÈRE VAGUE ROUTE FENÊTRE SURFACE BOUTEILLE . Je m’y suis aussitôt mis Sur la
L'été

L'été

La chaleur du violon Nous emporte en été Quelle félicité Sourd de cette saison ! C’est une eau frémissante Qui dévale rapide Les montagnes, avide De vivre ; jeune orante Des bois et des prairies, Émoussant les rochers, Les faisant résonner Par tant de chatteries Qu’ils en ont le désir, Cette caresse aimante, Onde rafraichissante Qui le
Un amour oublié

Un amour oublié

C’est un amour qui dormait oublié Dans une boite pleine de poussières. Pourquoi l’ai-je sorti ce prisonnier De sa prison ? Passion furtive et chère, Innocente et contrariée qui a depuis Nourri les autres, offrant, telle Mégère, Le vieux poison faussement endormi De ses rêves tout pareil aux éphémères Qui volent le jour et meurent le s
Poème sur l'endormissement

Poème sur l'endormissement

Petit poème du soir Endormissement Et le chant des grillons Chiffonne l’été Comme un édredon Dans les blés. Au loin sur la colline Sourit un château D’eau ou en ruines Aux vieux coteaux. Les nuages en silence Dans leurs lits au carré, Éperdus de patience, Dessinent des fées. J’entends siffler Un oiseau ou un train Quelque part dans l
Je ne suis qu'un poète

Je ne suis qu'un poète

Photo découverte dans les locaux du réseau social Panodyssey Je ne suis qu'un poète Je ne suis qu’un poète Qui soupire à tue-tête : Les rimes et les mots Sont mes Eldorados. Je ne suis qu’un poète Qui traque dans sa tête Les trésors oubliés Des premières années. Je ne suis qu’un poète Pas toujours à la fête, Mais quand chante
Poème sur la canicule

Poème sur la canicule

Petit poème du soir, de circonstances : Canicule La source est tarie. Le pré ne rit plus. Bien qu’il soit midi, Aucun vent des nues. Les arbres s’inclinent Au passage indu Des oiseaux infirmes Lourds comme une grue. Le soleil s’ennuie À brûler ces corps, À sécher ces puits Mais il frappe encore. On dirait l’enfant, Fidèle tyran, Qui
Chantons, dansons pour que toutes guerres finissent

Chantons, dansons pour que toutes guerres finissent

Ce soir une lune pleine et impavide luit Dans le ciel nocturne où tonnent et resplendissent Les feux d’artifice. Vivent leurs étoiles et leurs bruits. Chantons, dansons pour que toutes guerres finissent. Loin d’ici, loin d’Ivry, hélas, tonnent en cette nuit Dans le ciel ukrainien des bombes non factices, Les bruits sont très horribles qua
Crépuscule sur la pointe de Pern

Crépuscule sur la pointe de Pern

Dans la lumière orangée du crépuscule Sur la pointe de Pern de l’île de Ouessant La mer frémit sous la brise qui hulule Légère dans les parfums évanescents ; Des rochers et d’énormes galets s’animent, Monstres marins sortant la tête de l’eau, Prenant l’air dans la douceur du soir, leur échine Dressée, attendant quelque proie ;
QUADRILLE UTOPIQUE

QUADRILLE UTOPIQUE

Quatre coquelicots Caquettent Sur un lac de figues Opaque Utopique… Sur le lac des glaces Glissent Quatre apostilles d’opéra Comique... Rythmique facile… Quelque soit la quête des quatre coquelicots Sur le lac des cygnes Entre tutti et tutu Entre figue et fugue La cantate quadrille Becfigue les coquelicots ! Anne-Marie Dutilh Selon le code
Concours du Verbe Poaimer 2021

Concours du Verbe Poaimer 2021

J'ai reçu le 3ème prix exæquo à ce concours sur le thème imposé "Poèmes nés de rencontres par boîtes aux livres". Et maintenant voici le poème primé : Boîtes aux livres, étranges objets qu’on trouve Dan les jardins, les parcs et aux détours des rues, Le mystère voile la première apparue. Louvre littéraire et sauvage comme louve E
Moi, la jacobée commune

Moi, la jacobée commune

J'avais envoyé ce poème au Concours Poétika 2022. Il n'a pas obtenu de prix mais il a été remarqué par le jury et sera éventuellement mis en ligne sur leur site. Jacobée commune ou Séneçon de Jacob J'ai l'air d'un essaim de soleils Ne vous fiez pas à ma lumière Ni à mon cœur couleur du miel Car vraiment je suis délétère Et ma beaut
Un appel surprise

Un appel surprise

Cela fait des kilomètres que nous roulons... Ton appel ce matin me fut une surprise Mais c’était bien de toi partir sur les routes grises Et filer vers la mer avec un petit baluchon Presque vide. Nous parlons nous parlons nous parlons De note vie à chacun de notre vie à tous deux Et le ciel défile passant du gris au bleu Au-dessus du barrage
INERTIE, INTELLIGENCE ET LUCIDITE

INERTIE, INTELLIGENCE ET LUCIDITE

No move aucune jalousie plus aucune exigence, les misérables fous. « Sur fond bleu un jour, je serai parasite, roux, exsangue.» Sur fond blanc. D ans mon uniforme de marin aux épaulettes d’or, on s’aimait plus simplement. Les jours heureux. Il n’y ait rien que vous aimez, admirez, que vous aimiez ? Le pauvre a trouvé sa raison sous ordon
Ma pensée poétique du jour : le dentiste et l'ami

Ma pensée poétique du jour : le dentiste et l'ami

Fermier chez le dentiste, par Johann Liss, 1616-1617, The York Project, Wikipédia CC. °°° Le dentiste et l'ami Daniel Confland Point n'est besoin, mon bon ami De pythonisses aller quérir Pour vaticiner à l'envi Sur l'air de ton proche avenir. Le temps s'annonce, m'a-t-on dit Où de nouveau, la mine pâle Tu vas subir les ordalies D'une chirur
Parfois je me retrouve...

Parfois je me retrouve...

Parfois je me retrouve, songe délicieux, Suçant barbe à papa de mes lèvres heureuses, Et sur les manèges, cavalier silencieux Attrapant avec une gaîté malicieuse Du bout d’une lance en bois l’anneau précieux Donnant droit au tour gratuit, magie fabuleuse ! Tournez, tournez manège et rêves impérieux ! Plongez moi vers ce bonheur d’
Le marronnier

Le marronnier

Oh! quel farouche bruit font dans le crépuscule Les chênes qu’on abat pour le bûcher d’Hercule! Victor Hugo Je suis le marronnier, l’ornement du tennis À la terre rouge encadrée de lignes blanches Les pigeons, les moineaux, se cachent sous mes branches Où parfois les vents d’Ouest et ceux du Nord gémissent. Je sens sur moi pesé tous
Des armes et des larmes

Des armes et des larmes

Pour tuer Faut-il une arme ? Pour flouer Faut-il le charme ? Les mots sont tranchants Détruisent profondément, Les mots sont coupants Détruisent assurément. Les mots, le support de la compréhension Utilisés pour le bien ou le mal ! Les mots, seul moyen de communication Utilisés pour détruire le moral. Les mots sont des armes, Ils peuvent do
Comment ne pas douter de moi ?

Comment ne pas douter de moi ?

Force est de Douter Dramatique Fracture Feindre et Danser Debout avec la Fêlure Facultés Dévaluées Dictature Fissible Forces Diminuées Diablesse Faillible Féroce Délégation Dante Faite Femme File en Détention Délicieuses Flammes Faiblir j'ai le Droit Devant cette Fomentation Foutue dans ce détroit Dantesque Fabulation Fardeau Dramatique
Gogyōka d’un vendredi soir en juin

Gogyōka d’un vendredi soir en juin

Un son de silence tombe tranché sur la façade, lame de crépuscule. Un nénuphar prend le temps de soigner son tutu vert et danse sous le lierre Un panier de fruits offre ses seins aux mouches et aux abeilles et les allaite. La poudre du chemin, bientôt galaxie dans la fontaine, s’arrime aux navettes de sueur. Le soir baguenaude, surpris par l
Ici je dépose la rose...

Ici je dépose la rose...

(À Fernand et Marie-Louise Geslin) Tant de tombes meurtries par les jours En ce petit cimetière normand. En vain mes pas ont foulé ses allées caillouteuses. Toutes pierres ici taisaient vos noms. Moi, peut-être le dernier vivant à vous chercher, J’avais trop attendu depuis ma dernière visite, Plus rien ici ne parlait de vous, morts lointai
Pourquoi écrire ?

Pourquoi écrire ?

Petit poème de la nuit 🤗 Pourquoi donc ? Récemment, D’un esprit Sans tourments Ni musique Est sorti Tout d’un clic Un étrange Document Qui dérange Mes serments : « Pourquoi donc T’échiner À écrire Des poèmes Que personne Ne commente ? Tu devrais Chaque nuit Bien plutôt Consacrer Ces minutes Au sommeil Pour enfin Récolter Sur l
Comparaison de deux poèmes : du 1er jet au résultat final

Comparaison de deux poèmes : du 1er jet au résultat final

Nicolas Boileau, dans son Art poétique de 1674, nous livrait ce conseil plein de sagesse : « Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. » Oui, écrire est un métier qui demande un labeur répété et la littérature elle-même revêt une injonction à peine déguisée « Lis tes ratures ».
Gogyōka de la vieille d’en face

Gogyōka de la vieille d’en face

La dame a confit son visage de figue oubliée au soleil. Les parfums, les couleurs n’ont plus besoin de varier. L’accroc au châle signe évidemment la prestance naturelle. Ses mèches revêches s’imaginent en lierre à pendeloques. On ne voit plus d’elle que nos pieux mensonges habituels.
A un mariage ❤️💒

A un mariage ❤️💒

J'ai récemment assisté à un mariage et cela m'a inspiré : Quand je ne serai plus Quand je ne serai plus Qu’un oisillon perdu Au sommet des tempêtes Qui frapperont ma tête, Quand je ne serai plus Qu’un papillon déchu, Tombé de l’arbre en fête, Et regrettant son faîte, Quand je ne serai plus Qu’un linge mal pendu, Chiffonné sur mon
Qui est le Petit Prince ?

Qui est le Petit Prince ?

Le Petit prince faut-il l’avoir lu Pour le connaitre ce jeune héros Tombé du ciel dans le désert sans eau Comme cette aviateur inconnu À qui il demande de lui dessiner Un mouton ? Un mouton dans le désert ! Est-ce possible seulement d’en trouver ? Vraiment ce garçon ne manque pas d’air Et en plus il est exigeant le môme, Il faut lui re
Le canal du Berry

Le canal du Berry

Le canal du Berry, sombre miroir, Sous le ciel cendré allonge son cours Presque oublié, paresseux et si noir Sous la voûte des arbres que l’Amour Semble s’être éloigné de désespoir. Quelle douce et belle nymphe a péri Et trouvé ici son triste tombeau ? Est-ce sa belle coiffe qui pourrit Lentement et s’agite au fond des eaux ? Pourtan
Par la fenêtre

Par la fenêtre

Robert Doisneau Petit poème de la nuit inspiré de mon cours d'aujourd'hui, en 6eme, sur la poésie. Par la fenêtre « Tu es mon Atlantide, Ma cité engloutie, Et tes yeux l’eau livide Mirant mes décennies. Là, très loin sous la mer, Dans le creux de la main De Poséidon fier, Luisent tes ors sans fin. Muse au souffle si ample Que tu dressas
Bonne idée

Bonne idée

Voici le second poème inspiré par cette même idée que le temps passe et que l'on n'y peut rien. Bonne idée J’aimerais tellement Que sous mes cheveux blancs Une fois pour changer Naisse une bonne idée. Une seule et petite, Mais bonne comme un mythe, Une idée qui pour tous Serait une secousse. J’aimerais tellement Que mon crâne gisant Sou
Réseaux sociaux

Réseaux sociaux

Logo de Snapchat Cette semaine, j'ai été très touché par cette notion aussi pernicieuse que violente : le temps passe. Voici le 1er poème que cette évidence m'a inspiré. Réseaux sociaux Mais moi j’aimerais bien Qu’on me tende une patte Comme Lycos le chien Pour m’expliquer Snapchat. Je suis né minitel, J’ai grandi Alcatel. Puis, un
(sans titre)

(sans titre)

Ton visage blafard dans le miroir, Du sang sur ta lame de rasoir, Qui es-tu, que veux-tu, pauvre fou? Qu'as-tu appris? Rien du tout. Continuer de faire semblant chaque jour, Avancer sur ce chemin, le coeur lourd, Faire taire le remords, la honte, les regrets. Tu ne vois pas et tu ne ressens rien, Pas d'amour, pas de liens. Rumeurs d'enfants morts s
Les bonnes nouvelles de ces derniers jours

Les bonnes nouvelles de ces derniers jours

Un petit plaisir égoïste mais que j'ai envie de partager. Après un an de disette je viens de vendre trois de mes livres en ce mois d'avril. Comme un air de printemps ! Le premier sur le site de The BookEdition, il s'agit de mon adaptation théâtrale de l'œuvre de Cervantès C'était juste huit jours avant la date anniversaire de la dernière v
Un 25 avril sur la Terre

Un 25 avril sur la Terre

Le 25 avril 1999, j'ai perdu mon meilleur ami Rémi Lefèvre à même pas 17 piges. Le 25 avril 2008, j'ai rencontré Stéphanie, devenue mon épouse et la mère de mes enfants. Le 25 avril est donc pour moi un jour à part. 25 avril Un nouveau tour, Sans négociation, De la planète en labour Et revient la saison, Et s’approche le jour, Puis l
Sur le chemin des écoliers (3)

Sur le chemin des écoliers (3)

Sur le chemin des écoliers, je vais le coeur léger. Autour de moi, les oiseaux ne cessent de chanter, L'herbe a repoussé, les bourgeons éclosent au soleil, Tout est transformé, tout semble sortir du sommeil. Le parfum du lila commence doucement à embaumer l'air, Les coccinelles et les chenilles sortent de leurs repaires. J'entends le rire des
L'adolescence est un vilain défaut

L'adolescence est un vilain défaut

Un coin de table, Henri Fantin-Latour, 1872 Poème écrit le 15 mars 2022, au retour de Charleville-Mézière et du musée Arthur Rimbaud : L'ADOLESCENCE EST UN VILAIN DÉFAUT Le Monde dans son long pyjama S’est levé cette après-midi En étirant comme un élastique ses bras Le long d’une tête aux tempes jaunies. Il a bâillé, Le Monde, comm
Pris Arthur Rimbaud 2022

Pris Arthur Rimbaud 2022

Voici le règlement du Prix Arthur Rimbaud 2022. Poètes à vos plumes ! Prix International Arthur Rimbaud Poésie du Point du Jour Gif sur Yvette le 15 Janvier 2022 Cher(e)s ami(e)s poètes, Poésie du point du jour organise en partenariat avec !'Association des Membres des Palmes Académiques, le Lions Club International, le club Paris-Sologne, R
Après le 1er tour des élections présidentielles

Après le 1er tour des élections présidentielles

Lundi 11 avril 2022, Marée noire Les mots nous manquent, L’asphyxie guette Car des calanques On voit les miettes De marée noire Qui sur la mer Nous désespèrent Encore un soir. Depuis vingt ans, Et trop souvent, Tout ce mazout Buveur de doutes, Qui nous inonde De mots immondes, Va triomphant… Pauvres enfants ! Galettes sombres Pleines des om
Justine JOULOULOU Blog 24

Justine JOULOULOU Blog 24

Diable Fèves et nez tronqué Sec Le chat, la salamandre cassandre Casseroles systémiques qui deviennent aléatoires Piquent, piquent, au bout du compte une tortue à la nageoire d’acier Après le bain des photos-souvenirs suspendues d es mobiles ordonnés étagés agréent un long couloir avant et pour ton confort inespéré Je serai - L’entr
La photo du Dimanche 10 Avril 2022. Marchant vers, poème.

La photo du Dimanche 10 Avril 2022. Marchant vers, poème.

Vers Farol, Portugal. Photo © Jack Guerrier 2022 Marchant vers. Nous avons marché vers la vie Vers le pays notre maison Chacune donnant son avis Chacun portant son horizon La table nous était commune Nous buvions des vers, du vin Des rires et la bonne fortune Que croyez-vous qu’il en advint ? ©Jack Guerrier 2022.
Des mondes séparés

Des mondes séparés

Pas de poésie imaginable le long du couloir avec sa rampe pour s’appuyer, se tenir debout Un univers de femmes en blanc presque toutes à la peau sombre Chariot de linge, désinfectant, plateaux repas Des chambres surchauffées et impersonnelles Les bouquets de fleurs artificielles Les photos décoratives de beaux endroits, d’ailleurs où on n
A L'OMBRE DES JASMINS

A L'OMBRE DES JASMINS

Fin d'après-midi de mars, je rentrais du boulot, Les arbres étaient en fleur, il faisait un peu chaud. J'arrivais devant une école, c'était la sortie, Les enfants riaient, c'était déjà vendredi. Quand j'aperçus soudain la plus jolie des mamans, Surpris et ému, je marchais plus lentement. Elle attendait devant le portail, souriante et déte
Neige de printemps

Neige de printemps

La neige est tombée sur Saint-Etienne La recouvrant tout entière De son manteau d’hermine Le printemps s’y habille En habit d’hiver. Paris n’a eu droit qu’à la pluie Et la neige fondue, Ses toits sont restés gris Et son ciel l’est redevenu. Mais aujourd’hui, il a fait beau Le froid y était moins piquant, Et l’azur se parait de
Gogyōka mars 2022 calendrier grégorien

Gogyōka mars 2022 calendrier grégorien

Papillon en coque, verdict quant à chenille, agonie en carnaval. Arbres mis en demeure de nids, convoqués par rapport à pare-soleils. Jonquilles mimosas pissenlits dénoncent la houle des nuits en appel. Les rues, épitoges, les néons, parties civiles, proscrivent la glaise : terne. Bleu cresson, blanche chemise, pétale rubis, kaki témoin mé
Petit moineau

Petit moineau

Petit moineau Et toi, petit moineau qui danses sur ma haie, Que penses tu là haut de ce monde insensé ? Philosophe des bois qui nous vois aux abois, Petite aile d’azur, viendras-tu jusqu’à moi ? Toi et tes doux chants antédiluviens, tes pattes Qui sur les airs rebondissent comme des nattes, Ton plumage aux senteurs des villages anciens, Et
Vent et pluie

Vent et pluie

Vent, vent, vent, vent d'autan Qui apporte la pluie Avec toi vient l'ennui Qui rend le coeur dolent. Oh ! Que vienne la nuit Nous y rêvons d'azur Dans un sommeil si sûr Que notre spleen s'enfuit. Il revient au matin Hélas ! Et le ciel pleure À nouveau sur les heures En pluie et vent chagrins.