Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Anne-Marie DUTILH

Anne-Marie DUTILH

Sagittaire, autodidacte, née en 1955 en Saintonge. En 1992 je publie mon premier recueil poétique "mots à maux". La poésie est toujours une passion ardente et j'ai l'impérissable souhait de partager ma poésie... Alors si vous voulez je vous embarque dans mon aventure. . Bon voyage...

Ses blogs

le blogue-notes de anne-marie dutilh

"...écrire à muse, vaut mieux que mot dire..."
Anne-Marie DUTILH Anne-Marie DUTILH
Articles : 290
Depuis : 21/04/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Ô toi source Que caresse de sa main rugueuse le délire Toi qui longe à petites gouttes de lune les franges de ta délivrance Entend D ans les brumes pâles du silence Le vent sage qui fredonne à ton oreille éloignée sa complainte tamisée Entend Dans la cachette gibbeuse de l'absence Le vent discret Qui chuchote Ses certitudes mélancoliques

LA FEMME CHAUVE

Ce matin est un matin comme les autres matins. Enfin pas tout à fait. Depuis l'automne, quand l'aiguille diabolique s'était plantée, insidieusement, dans sa poitrine rien ne devait plus ressembler à rien. Surtout pas au passé. Et pourtant elle cheminait avec ce passager cloîtré sans complexe dans son corsage et sa horde de remèdes de haute
MADAME

MADAME

Madame C’est encore à vous que je prie Comme aux temps sages de l’innocence Les mains jointes à genoux à la semelle du lit Soumise à dieu je ne sais qui Madame C’est encore à vous que je prie Madame C’est encore à vous que je prie Ces mots comme la litanie de Notre Père et je vous salue Marie Madame Est-ce que j’ai bien compris ? M
ROSE

ROSE

Au jardin la rose s'est éclose ce matin Tu l'as écourtée pour m'en faire présent Chaque pétale est un message amical Et dans la transparence de son amphore Jour après jour elle m'abandonne des nouvelles... Anne-Marie Dutilh Selon le code de la propriété intellectuelle, tous droits réservés pour tous pays © Éditions L'Écritoire du Regui

BULLE DE VERRE

Il était une fois, posée sur l’angle d’une grande cheminée de pierre blanche, une bulle de verre habitée par un petit poisson. Une bulle cristalline et bien potelée. Une bulle de verre dans laquelle des enfants joyeux avaient créé un décor d’agates et de plantes de nylon. Un décor simple pour un petit poisson vermillon qui coulait de

LA DISCIPLINE IMPOSSIBLE

Le silence déviationniste est lourd tout autour Pourtant sous les masques grince un vent d'indignation Et collaborent des commentaires vitriolés Qui a lancé le furieux projectile Qui a propagé l'éprouvette de poison guerrier Qui a osé laisser la porte de la camarde grande ouverte Et combien survivront Si peu Une nouvelle ère guerrière est d

LE PASSAGER ORDINAIRE

Ce n'est pas un passager ordinaire. Ce n'est pas un étranger apprivoisable. C'est un migrant opportuniste qui fait parler de lui avec antipathie. Il arrive en sourdine. Il avance à pas lent et déterminé. Rien pour le détourner. Rien pour le barricader. Rien pour l'arrêter. Pas de barrière. Pas de mur. Pas de barbelé. Il ne se présente pas.
LES QUATRE SAISONS : Le Printemps

LES QUATRE SAISONS : Le Printemps

Allegro Voici le Printemps, Que les oiseaux saluent d'un chant joyeux. Et les fontaines, au souffle des zéphyrs, Jaillissent en un doux murmure. Ils viennent, couvrant l'air d'un manteau noir, Le tonnerre et l'éclair messagers de l'orage. Enfin, le calme revenu, les oisillons Reprennent leur chant mélodieux. Largo Et sur le pré fleuri et tendre

L'OPUS DU SONGE

Que tous ceux Qui ont frôlé l'université de son regard Caressé l'épigraphe de ses secrètes pensées Ne puissent jamais l'oublier Que tous ceux qui ne l'ont pas su l’apprennent L'amour plus puissant que toute force de vivre L'éternité phare apostolique de l’existence Ne connaissent pas le blasphème des frontières du silence A l'opus du
JE T'AIME...

JE T'AIME...

SOUVIENS-TOI Je t'aime dans le temps. Je t'aimerai jusqu'au bout de mon temps. Et quand le temps sera écoulé, alors je t'aurai aimée. Et rien de cet amour, comme rien de ce qui a été, ne pourra jamais être effacé... Jean d'Ormesson Extrait de : Un jour je m'en irai sans avoir tout dit