Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Lili-la-Rebelle

Lili-la-Rebelle

Origines : Hispano-Arménienne Je suis un paradoxe ! je peux faire de la peinture à l'aiguille,dentelle,fleurs en perles,entre 2 poèmes, puis prendre disqueuse perçeuse tailler mes haies, tirer du béton, piloter ma moto etc

Ses blogs

Poèmes d'une rebelle dans l'âme

Rebelle avec un coeur et une âme qui crient ses mots, pour conjurer ses maux ! De la réalité à la révolte, de la mélancolie au romantisme en passant par la tristesse, tout un poème que ma Poésie ! Copyright © 00043614.
Lili-la-Rebelle Lili-la-Rebelle
Articles : 164
Depuis : 12/02/2008
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Laissez-là !

Laissez-là !

Laissez-là pleurer, Elle n'en peut plus ! Laissez-là penser A son salut. Une rebelle lasse, Des jours durs, Même sous la menace, Elle reste sure. Laissez-là rêver, Elle a vaincu ! Laissez-là marcher Vers son élu. Elle a bataillé Sans faire de trêve, Elle est épuisée Elle veut ses rêves. Laissez-là aller, C'est mérité Laissez-là seme
Renaissance par Reconnaissance

Renaissance par Reconnaissance

Là où mon coeur navigue, Tu n'y es pas ! Là ou mon esprit s'intrigue, Tu n'es pas là ! Dans mes yeux des flashes émouvants Et quand je regarde vraiment, Je te vois comme auparavant, Me souriant chaleureusement. Là où mon esprit s'embarque, Je ne te trouve pas ! Là où ma raison débarque, Tu es à quelques pas ! Dans ma tête des diaporamas
Vapeurs d'alcool

Vapeurs d'alcool

Dans ses vapeurs d'alcool, Elle a cru devenir folle, Voilà que rentrait l'égorgeur, Avec ses poings rageurs. Il cognait le soir Comme on claque un tiroir ! Dans son ivrognerie, Monsieur sa seigneurie, Gueulait que c'était une porcherie Et la chambre devenait écorcherie ! Il cognait le soir Comme on claque un tiroir ! Dans ses relents d'alcool,
MOTS A MAUX

MOTS A MAUX

MOTS A MAUX De mes mots en couleur Il a fait des mots de frayeur De mes maux de douleur Il a fait des mots de malheur Et mes mots butinés Sont rejetés en mots claqués Et ses mots tant redoutés Sont lancés sans viser Ses mots aboyèrent, sur mes maux d'hier Ses mots de colère, je les porte en bandoulière Avec mes mots en noir Il a créé des
A ma mère ...

A ma mère ...

Sans rien dire, Tu es partie un jour. Sans sourire, Sans faire demi-tour. Comme un paquet tu m'as déposée, Chez les soeurs du pensionnat d'à-côté. Les jours passaient, Guettant la fenêtre Mes yeux pleuraient Ne voulant plus être. Comme un boulet tu m'as déposée, Chez les soeurs du pensionnat d'à-côté. Aux escaliers, Je me suis accroché
Paradis noir

Paradis noir

La foudre ne choisit pas son arbre, Le malheur n'a aucune morale, L'éclair jaillit, coupant comme un sabre Frappant net, tels les sabots d'un cheval. La réalité et sa puissance, Vérité nous atteignant à jamais, Sans aménité et sans décence, Aucune prévenance ni apprêt. Petite fille jetée au square, Attendant si gentiment sa maman ! Sans
Dessine-lui une musique !

Dessine-lui une musique !

Dessine-lui une musique ! (joue-lui un poème) Des sine-lui une musique, Une musique dont les notes Seraient comme des perles sur sa peau, Des nénuphars déposés sur l'eau, Des gouttes de rosée en tempo. Une musique sans fausse note, Sans bémol ; Un duo magique ! Imagine une envolée de sons Riches en sonorités claires, Inspirées des si beaux
Il disait

Il disait

Il disait ... Tu es quelqu'un de bien, On peut créer des liens. Tu es un vrai trésor, Je ferai des efforts. Je veux te mériter, Je veux m'y employer. Il disait ... Pour moi tu n'es pas rien, Je serai ton soutien. Tu es l'ellébore Que j'ai fait éclore, Tu écris des sonnets, Moi, de simples billets. Puis il a dit ... Tu me rabaisses pour prendr
Offense

Offense

Souffrir à cause d'une offense, De celle qui vous ôte vraiment tout ! Et d'épreuves en épreuves Vous voilà, n'être rien du tout ; Malgré ce que les autres pensent. Une valeur est impalpable, Cachée à côté de votre âme, Et l'une ne va pas sans l'autre Elle sont jumelles, c'est un sésame ! Si l'une est touchée, l'autre est friable. Alor
Je suis ..............

Je suis ..............

Je suis bulle d'air , Emprisonnée dans du verre. Je suis des mots, Prisonniers in-vivo. Je suis galet, fouetté par la mer, Puis craché sur la terre. Je suis pensées parasitaires, Idées que l'on enterre. Je suis des propos, Au fond d'un caveau. Je suis dires non verbaux, Qui se veulent placebo. Je suis signataire, De ces écrits qui me libèren