Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Lili-la-Rebelle

Lili-la-Rebelle

Origines : Hispano-Arménienne Je suis un paradoxe ! je peux faire de la peinture à l'aiguille,dentelle,fleurs en perles,entre 2 poèmes, puis prendre disqueuse perçeuse tailler mes haies, tirer du béton, piloter ma moto etc

Ses blogs

Poèmes d'une rebelle dans l'âme

Rebelle avec un coeur et une âme qui crient ses mots, pour conjurer ses maux ! De la réalité à la révolte, de la mélancolie au romantisme en passant par la tristesse, tout un poème que ma Poésie ! Copyright © 00043614.
Lili-la-Rebelle Lili-la-Rebelle
Articles : 164
Depuis : 12/02/2008
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Vapeurs d'alcool

Vapeurs d'alcool

Dans ses vapeurs d'alcool, Elle a cru devenir folle, Voilà que rentrait l'égorgeur, Avec ses poings rageurs. Il cognait le soir Comme on claque un tiroir ! Dans son ivrognerie, Monsieur sa seigneurie, Gueulait que c'était une porcherie Et la chambre devenait écorcherie ! Il cognait le soir Comme on claque un tiroir ! Dans ses relents d'alcool,
Mots tueurs !

Mots tueurs !

MOTS TUEURS Les mots peuvent réconforter Les mots peuvent aimer Les mots peuvent blesser Les mots peuvent tuer ! Je suis née grâce à des mots Je suis morte à cause des mots Des mots qui génèrent mes maux, Qui génèrent mes mots ! Les mots pensés et prononcés Ont entravé ma liberté Ont saigné mon intégrité Ont ignoré ma probité Ont
MA différence !

MA différence !

La différence peut flouer, L'indifférence peut tuer ! Sans aucune arrogance, Je défends Ma différence. Les personnes différentes, Sont loin d'être malfaisantes ! Pourquoi alors les éviter, Pour leur aspect, ou leurs idées ? Alors malgré les critiques, Je resterai différente ! Je resterai authentique ! Remballez votre diagnostic ! Je reste
Avant de partir ! (Avant de mourir)

Avant de partir ! (Avant de mourir)

Avant que tu ne partes, Enfile un collier de nuages Fait de petites nébuleuses. Avant qu'on nous écarte Enfile un collier de virages, Serpent de routes sinueuses. Met de la distance Dans la distance qui danse Avant que je ne parte, Enfile des étoiles sur mes rêves, Étoiles filantes dans mes longs soirs. Avant que tu ne t'écartes, Enfile toute
Tout en douleur...........

Tout en douleur...........

Tout en douleur........... Tant de souffrances, seule face à ma maladie. Tant de patience dans ma solitude, face à lui ! Des jours rythmés sur le tempo Des médecins et des hôpitaux Toute cette souffrance et tant d'incompréhension. Toute cette patience et tant de consultations. J'ai envie de hurler et je ne le peux pas ! J'ai envie de pleurer
Comme !

Comme !

Comme un coucher de soleil en noir et blanc,Ma vie par des mots alignés au crayon,Sur un carnet que partout je trimballe,Comme un photographe en excursionSon appareil, pour des clichés en gros plans. Comme un coucher de soleil en blanc et noir,Ma vie sans couleur pour le supplice de Tantale,Des mots, rien que des mots, plus d'illusion.Ma vie sans
Destruction mentale

Destruction mentale

Ce que l'on vous a mis dans la tête,Par un seul mot bien cinglant,Mille mots contraires et touchants,Ne pourront effacer le seul mot bête. Un seul mot infâme, provocateur !Mais qui vous a détruite,Ouverte comme une huître,Un seul mot ; Un couteau destructeur. Tout ce qu'alors vous aviez reconstruit,Tombe d'un seul coup de faux !Coupe, comme su
Claire..... sombre !

Claire..... sombre !

A toi qui te désagrèges Mais joues avec les mensonges Comme on fait quelques arpèges En oubliant le solfège. C'est pourtant ce qui te ronge, Ces fausses notes du chorège ! La journée, sombre Claire La nuit, Claire sombre ! A toi qui me mets en charpie Ne suivant pas la partition, Où cet adagio y décrit Toute l'histoire de nos vies. Ne sacha
Ci-gît un soldat de la vie

Ci-gît un soldat de la vie

Ci-gît un soldat de la vie Des tombes dans un cimetière. Des stèles où brillent des lettres d'or, Couchées ou dressées, elles gardent les corps, Honorant de façon altière, Ceux qui furent, mais qui tout seuls sont morts. Ils reposent sous leurs noms en lettres d'or. Nous sommes tous de passage sur la terre ! Quelle belle cérémonie funéra
Laissez-là !

Laissez-là !

Laissez-là pleurer, Elle n'en peut plus ! Laissez-là penser A son salut. Une rebelle lasse, Des jours durs, Même sous la menace, Elle reste sure. Laissez-là rêver, Elle a vaincu ! Laissez-là marcher Vers son élu. Elle a bataillé Sans faire de trêve, Elle est épuisée Elle veut ses rêves. Laissez-là aller, C'est mérité Laissez-là seme