Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Communautés
Fleurs de poètes

Poésies en tout genre, textes nostalgiques, mélancolie... Bienvenue à tous ! Communauté gérée par Paloma

Gérée par Paloma

Tags associés : poème, amour, coeur, mot, poésie, poète

112 blogs

1395 posts

21/07/2015

Rejoindre

Articles récents de cette communauté

Quand on a dix ans... : Parfum d'enfance

Quand on a dix ans... : Parfum d'enfance

Quand on a dix ans On ne comprend pas Ce mot : amour, Cette innocence Celle de notre enfance Si riche en sentiment Fait penser que l'amour N'est qu'un jeu d'enfant. Pourtant lorsqu'il est l'heure de se dire adieu. Car, c'est ici que nos chemins se séparent Notre cœur se déchire. On comprend alors Ce sentiment intense Qu'est l'amour. Quand on a q
Mon père : Parfum d'enfance

Mon père : Parfum d'enfance

Mon père Cet homme aux essences de verre Au cœur si vulnérable Ne s'est jamais ouvert Car il est vénérable Cet homme c'est mon père, Je porte ses blessures Ses souffrances, et sa froidure, On a le même caractère. Cet inconnu qui m'est si proche, Pourtant si loin. Christian Rabussier 2011
 Simples  brins d'herbes

Simples brins d'herbes

"Simples brins d'herbes caressés par le vent Laisserons -nous nos questions se courber Juste assez pour laisser passer la lumière?" Jean Lavoué
Mes livres

Mes livres

Bonjour. Découvrez les livres d'Evelyne Patricia Lokrou et plus. Ils sont TOUS à 4,99€ (au format numérique pdf (ebook )) sur la boutique Edilivre. Les livres sont à la fois au format papier et au format numérique (ebook ). Merci.📚 Pas besoin de vous déplacer. En un " CLIC", c'est fait! MERCI! https://www.edilivre.com/le-don-evelyne-patr
Ce regard (poésie)

Ce regard (poésie)

Bonjour. - Ce regard (recueil de poésie), publié en 2016, aux Éditions Edilivre : (Ce recueil de poèmes est un hommage aux grands poètes que nous aimons. Il aborde plusieurs sujets, notamment l'amour, le plus important. Ce regard Ce regard, cet aimant dangereux Seule brûlure de ma douleur grandissante, Ce regard, cet aimant dangereux. Ce rega
« À ma mère » de Camara Laye (extrait)

« À ma mère » de Camara Laye (extrait)

À ma mère Femme noire, femme africaine Ô toi ma mère, je pense à toi... Ô Dâman, ô ma mère, Toi qui me portas sur le dos, Toi qui m'allaitas, toi qui gouvernas mes premiers pas, Toi qui la première m'ouvris les yeux aux prodiges de la terre, Je pense à toi... (Pour la suite): http://congodiaspora.forumdediscussions.com/t709-a-ma-mere-cam
Mon vieux Clamecy : Parfum d'enfance

Mon vieux Clamecy : Parfum d'enfance

Mon vieux CLAMECY Le soleil reflete ton église, Doucement berce sur l'yonne Béthléem qui rayonne de splendeur, Pense à son passé. Sur sa hauteur Saint Martin Surveille ta vieille ville. Qui peu à peu se décline. Où sont tes rêves, Qui est ton homme du futur, Son buste métalique montre son chemin. Pourtant je crois en ton destin. Car tu ca
Bernard B. Dadié

Bernard B. Dadié

Bernard Binlin Dadié (10 janvier 1916 - 9 mars 2019). R.I.P MERCI Monsieur ! Bernard Binlin Dadié (10 janvier 1916 -  9 mars 2019 (103 ans)). Bernard Dadié. R.I.P
Agreste

Agreste

Agreste Tu me dis que je suis agreste Et ce n’est pas très gentil Pourtant ma famille ne se prête Que très peu à ce qui frétille Non je suis pas un paysan Et mes racines sont collantes La forêt, la sève oui je prends Mais connais-tu nos légendes ? La terre est pour moi noire Car elle est riche et vivante Et malgré ce que tu crois savoir
La fille d'Aughrim

La fille d'Aughrim

Engloutie dans un brouillard sans fin, L'âme des souvenirs vit encore, Quelque part dans un monde lointain. Une pluie qui ne cesse jamais Tombe lentement en abondance, Sur la boue des chemins escarpés. Que de beauté dans cette sombreur Qui peint le ciel de son esthétisme, Au son du vent qui berce mon cœur. Dans le vague à l'âme réveillé, U
Souvenirs des nuits d’été.

Souvenirs des nuits d’été.

Quitte à se heurter en sueur, sourire compris Avant à l’heure dite, puisque la joie est factice, Que dans les tendons claque l’écho des dégels Nous restons grimés emmêlés, tas de fanandels Que rien n’ensoleille tant qu’un bon sacrifice. Tout peut briller, luire, tout, même le mépris Quand détonnent en lumière les feux d’artific
Cette amie que je voyais pas...

Cette amie que je voyais pas...

Bonjour amis lecteurs, je reviens vers vous avec ce premier texte, tiré d'un atelier d'écriture sur les violences faîtes aux femmes. J'ai choisi ici de vous partager un témoignage. Non pas en tant que victimes, mais en tant que témoin de ce fléau... Ce texte sera lu lors d'une soirée sur le thème des droits des femmes, en ce 8 Mars, journé
Pour lui

Pour lui

Je voudrais être déesse Toute pleine de délicatesse Je voudrais être sirène Avec la mer pour scène Mais je ne suis rien de tout ça Je suis moi, rebelle à chaque pas Pour résister aux offenses Subies depuis mon enfance Pour lui Je voudrais être divine Fragile, douce, tendre et fine Je voudrais être un ange Avec le ciel pour échange Mais
Au jeu du chat

Au jeu du chat

Au jeu du chat Où es-tu cachée Ma petite fille Qui joue l’effrontée Et me titille ? Crois-tu gagner Pour une première Et devenir la fée Coquine exemplaire ? Est-ce donc assez De ruses et d’épines Pour venir piquer Ma sagesse si fine ? Combien de temps Tiendras-tu en silence Sachant que moi méchant J’ai tant d’expérience ? Que serait
Décider

Décider

Décider Notre vie se construit en décisions Et celles-ci donc la façonnent Suivant les nombreuses directions Libres que l’on sélectionne Chaque choix fut important Et quelques fois même tragiques Où est celui qui passa devant ? La route de la longévité est si épique Nous naissons avec des acquis Certains profonds surnommés dons Puis gra
Hosanna d'Amanda Malela

Hosanna d'Amanda Malela

Bonjour. Bon mois. Courage ! Amour ! Foi ! Espoir ! Merci. ► S'abonner à la chaîne : https://www.youtube.com/channel/UClYF... ► Sur iTunes : https://itunes.apple.com/fr/album/hos... ► Spotify : https://open.spotify.com/track/407SpK... ► Deezer : https://www.deezer.com/fr/album/81546602 *** Plus d'infos sur Amanda Malela / More info on Ama
Ductile

Ductile

Ductile « 1-Qui peut s’étirer sans se rompre 2-Capacité d’une personne a d’accomplir avec réussite toute sorte de tâches ou fonctions » Je reconnais en toi tes talents Et qui sont donc bien nombreux Toujours fin et de plus étonnant Tu es la caricature d’un heureux Rares sont les équivalents , Moins ceux qui le prétendent A vouloir
Naitre  en  hiver de Jean Lavoué

Naitre en hiver de Jean Lavoué

Une vidéo de ce poéme avec les fantastiques dessins en noir et blanc de Nathalie Fréour Cliquer sur ce lienhttps://youtu.be/3wumThugtPA "Naître avec l’hiver, Ne serait-ce pas faire un pacte Avec le plus fragile en nous, Un vœu de pauvreté Qui nous réconcilierait Avec le vent, Son silence ébloui ?" Jean Lavoué Extrait
Le secret  par Evelyne Patricia Lokrou

Le secret par Evelyne Patricia Lokrou

Bonjour. Voici mon texte "Le secret". Bonne lecture. Merci. Le secret Tu es, tu es l’Éden désiré; le vert recherché de l’après-midi d’été; l’image fictive dans le ciel bleu rêvé. Tu es, tu es un paysage généreux; un soleil radieux; un vent silencieux, dans les arbres aux longs cheveux balancés. Tu es, tu es une sage armure; un s
Citation de Sue Monk Kidd

Citation de Sue Monk Kidd

Citation (extrait) de Sue Monk Kidd, tirée de son livre L'invention des ailes. À l'Église africaine, Mr. Vesey répétait souvent : " Faites attention, vous pouvez être deux fois esclave, une fois dans votre corps et une fois dans votre esprit." J'ai essayé de lui expliquer ça ." Mon corps est peut-être esclave mais pas mon esprit. Pour vous
A moi mes ex !

A moi mes ex !

Accourez vite à mon secours Vous les femmes que j’ai connues N’en aimer qu’une est un peu court Je veux vous revoir toutes nues Ah je me vautrais sur vos flancs Au temps de nos amours anciennes N’en aimer qu’une c’est gonflant Serait-ce la belle païenne A qui j’ai fait le doux serment Je veux rejoindre aussi les autres En ce septiè
Nul ne sera là

Nul ne sera là

Aucun désir, aucun tourment – quelle paix ! et pourtant tu trembles En cette heure grise où ton cœur, ton esprit tout entier te semblent S’enfoncer dans les froides eaux d’un puits de silence profond Où meurt même le souvenir et où les rêves se défont… A la pendule du salon, une à une, les heures sonnent, Et tu te demandes si nul n
Apprivoiser

Apprivoiser

"Cette année j’apprivoiserai la patience celle des arbres et des lumières convalescentes j’emprunterai un peu de l’insouciance des nuages j’apprendrai la légèreté des oiseaux de passage" (Extrait de Cueillette matinale) Martine Rouhart
Je t'aime ! tiré du livre Adolescence de Lokrou Evelyne Patricia

Je t'aime ! tiré du livre Adolescence de Lokrou Evelyne Patricia

Bonjour. Voici Je t'aime ! un texte tiré de mon livre Adolescence (poèmes): Je t'aime ! Tu me trouvais belle, J'étais très cruelle. Tu me disais : " je t'aime" Je répondais : " idem" Pourtant, si je restais blême. C'est bien parce que: " je t'aime !" Fin. https://www.edilivre.com/adolescence-evelyne-patricia-lokrou.html - Tous les livres en r
La page Facebook de mes livres

La page Facebook de mes livres

Bonjour. Bienvenue sur la page Facebook de mes livres. Merci infiniment pour vos "j'aime, like" ; merci pour vos partages du lien ; merci de parler de la page et d'inviter les ami(e)s à l'aimer et à en parler. Merci pour vos messages et commentaires constructifs. Merci pour tout! MERCI. Merci DIEU! https://www.facebook.com/evelynepatricialokrouof
Weels

Weels

Weels Jmpelet/ fuzz59 As we turn up the pages, As we forget to realize the facts As the silent hobo been weak on the road Weels keep on turning Reels still rise for dancing Feels keep on rolling As we look in the mirror As we lie to the promises As time runs fast in Bank's saving Weels keep on turning Reels still rise for believing Feels keep on bu
Une jeune exilée par Evelyne Patricia Lokrou

Une jeune exilée par Evelyne Patricia Lokrou

Bonjour. Voici une jeune exilée, texte écrit pour un concours. Merci. Une jeune exilée Par Evelyne Patricia Lokrou Je suis une petite fille. Une petite fille comme les autres. Une toute petite fille, dans un pays d'une Culture autre. Je suis une fillette, dans une ville en guerre. Une adorable fillette, sur un point d'une Terre d'où se déchaî
Infiniment cruelle

Infiniment cruelle

Je l’aime infiniment cruelle, inexorable, Et je la rêve ogresse ainsi que dans la fable ; Qu’elle me mette en cage au pain sec et à l’eau, Tâtant mon membre nu à travers les barreaux ; Puis, le jugeant un jour affriolamment gros, Qu’elle se le mitonne et qu’elle passe à table. Je la sais désirant d’être ma suzeraine Et que je soi
Pour vous procurer mes livres sur la boutique Edilivre

Pour vous procurer mes livres sur la boutique Edilivre

Bonjour. * sur la boutique Edilivre (plusieurs livres en format papier et en format numérique. Les eBook (pdf) sont tous à 4,99€ (euro)). Merci. (TOUS les livres de LOKROU) : https://www.edilivre.com/?s=lokrou • TOUS les livres de LOKROU Evelyne Patricia : * Petite poussière (nouvelles): https://www.edilivre.com/petite-poussiere-evelyne-patr
Ta langue est partout souveraine

Ta langue est partout souveraine

Ta langue est partout souveraine : Montre-moi un pli de mon corps N’adorant pas que cette chienne Vienne lui flairer les abords ! De pied en cap, d’aisselle en aine, Nulle étendue ou corridor Etroit qui ne lui appartienne. Ta langue entre partout par force : Avec une ténacité Qu’aucun tollé ne désamorce, Elle perce sans hésiter, S’ins
Quand bâillent les coutures

Quand bâillent les coutures

Regarde-moi ma Cendrillon Regarde-moi ta robe brune Toute d’accrocs et de lacunes Toute de replis vermillon Regarde-moi ma Cendrillon Belle et négligente souillon Quel est ici ce trou qui bée Tel une crevasse sans fond Dans les satins souples qui font L’éclat de ta belle livrée Quel est ici ce trou qui bée De trop de besogne enfiévrée Mo
Petite bouche, grandes lèvres

Petite bouche, grandes lèvres

Petite bouche, grandes lèvres… Aux commandes de mon engin, Je tourne autour de ton vagin Comme le chien flairant le lièvre. Petites lèvres, grande bouche… Je pénètre dans l’inconnu, Crépuscule de cuir grenu Où le bout de nos corps s’abouche. Verrons-nous scintiller la gloire humaine, au delà du tunnel ? Où est l’éden originel Do
L'amour depuis zéro

L'amour depuis zéro

Ah ! retrouver l’ardeur première Du brasero… L’amour, on devrait le refaire, Depuis zéro ! Il suffirait que l’on revienne Au bon vieux temps Où s’ouvrait la petite graine De nos dix ans. Nous étions ensemble en vacances, Sous le couvert D’un arbre, et soudain seuls, je pense, Dans l’univers. C’était l’été de la rencontre, L
Pencils of Colors

Pencils of Colors

Our pencils of colors In adventure Are more powerful That forfeiture Computers Alors qu'écran s computeurs Et autres smartphones Nous font isolation Nos crayons de couleurs Grands rêveurs Faisant école buissonnière Sur les pages blanches de l'imaginaire Nous donnent Terre amis et constellations HDN Novembre 2018
J'attends

J'attends

J’attends, Planté, accoudé au bar, Comme un pauvre alcoolique, J’attends, Je ne sais quel lubrique Garçon qui serait perdu ce soir. Je suis là, Figé comme un con depuis, Je ne sais pas pourquoi tu m’as fui. Je dévale les verres de rhum Comme tes douces courbes, Celles dans mes souvenirs, Comme le regard fourbe, De celui qui vient de m
Phallucinations

Phallucinations

Elle a des phallucinations Quand je lui murmure à l’oreille Quelques mots sur les papillons Les fleurs des champs ou les abeilles Si je lui parle de leur dard Elle le prend pour une invite Me dit vilain petit paillard Alors que la vertu m’habite Elle entre en d’étranges fureurs Quand je veux caresser sa chatte Aussitôt l’animal prend peu
Grouillots

Grouillots

Pics comme de fer dans le vert En carapaces farouches Scaphandrier sous les souches Plexiglas de chitine Flambants bijoux sur les mousses Vos élytres vernis sur les pousses Vos mâchoires jaspant mes os Rostres voraces, vermines Mandibules, sac de griffes Dragons hésitants en chiffe Molle, bouillonnement de vers, Grouillots rampant dans l’urgen
Lisez vos livres au format numérique (pdf) à 4,99€ (euro)

Lisez vos livres au format numérique (pdf) à 4,99€ (euro)

Bonjour. * sur la boutique Edilivre, il y a plusieurs livres à la fois au format papier et au format numérique; les eBook (pdf) ) sont TOUS à 4,99€ (euro)). Merci. https://www.edilivre.com/?s=lokrou * Petite poussière (nouvelles): https://www.edilivre.com/petite-poussiere-evelyne-patricia-lokrou.html/ * Le Don (nouvelles): https://www.edilivr
Occulte

Occulte

Des mille peines qui te poignent Fais un ballot, fais un paquet, Et grimpe en haut de la montagne, Les mains pleines de fleurs mystiques ; Sous la lune à l’œil fatigué, Viens-t’en susurrer ta supplique : Seigneur, tout ce que je demande, C’est un peu de ton équité ; Lorsque ta voix va crépiter Au ciel lavande, Si jamais il subsiste en t
La levrette de Maîtresse

La levrette de Maîtresse

Certains soirs aux lueurs des braises rougissantes, Maîtresse imite la levrette de son mieux, Tandis qu’au pied du lit, spectateur amoureux, Moi j’agite ma queue épaisse et frémissante. Maîtresse imite la levrette de son mieux Pour contenter ce Maître à la voix caressante, Et j’agite ma queue épaisse et frémissante, Et j’observe, as
La pluie

La pluie

J’ai vu se laisser choir depuis les cimes du matin La nymphe de la pluie dans son gris manteau de satin Elle ôtait de son cou ses plus éblouissantes perles Et les jetait dans l’eau trouble des torrents qui déferlent Les diamants sans nombre enjolivant ses longues mains Elle en faisait présent aux écorchures des chemins Tandis qu’elle cou
La page Facebook de mes livres

La page Facebook de mes livres

Bonjour. Bienvenue sur la page Facebook de mes livres. Merci infiniment pour vos "j'aime, like" ; merci pour vos partages du lien ; merci de parler de la page et d'inviter les ami(e)s à l'aimer et à en parler. Merci pour vos messages et commentaires constructifs. Merci pour tout! MERCI. Merci DIEU! https://www.facebook.com/evelynepatricialokrouof
Grandir entre vos mains

Grandir entre vos mains

Je veux grandir entre vos mains Ainsi que fait le petit pain Dont ce matin, sans nulle hâte Vous sûtes travailler la pâte Dans l’arôme chaud du levain Je veux grandir entre vos mains Rassembler mes courants vitaux Au creux de l’opiniâtre étau De vos cinq doigts sages de vierge Si prompts à caresser les cierges Sous vos frôlements digita
Le bois triste

Le bois triste

Vallée, averse de lumière ! Dans le soleil aux blancs rayons, Un vent sucré de papillons Nous enlace où que nous allions, Et l’eau jaillit de sources claires Qui scintillent à qui mieux mieux, Et chaque rameau lance aux cieux Un chœur de pépiements joyeux. Seul le bois sanglote et soupire : Les hommes, pour gagner leur pain, Lui ont volé
Hérinye(s)

Hérinye(s)

William Bouguereau, Les Remords d'Oreste, 1862 Je suis le néant d’après votre mort. Je suis le néant qui suit votre mort. *** Le monde avance masqué. Je suis en toi. Je suis la couleur que tu ne vois pas. Le parfum que tu ne sens plus. Je suis un peu les autres qui te rappellent toi. Je suis celui qui te sert dans ses bras et qui te fait joui
Jusqu'au bout

Jusqu'au bout

Va jusqu’au bout ! Qu’aucun tabou Ne t’entrave ; Tes sens gloutons Haussent le ton D’un octave. Tu es en rut Et n’as qu’un but : Satisfaire Une catin Dont les instincts Prolifèrent. Nos temps futurs Seront impurs Et obscènes ; A l’avenir L’âpre désir Entre en scène.
En fragrances mortes

En fragrances mortes

... Au pas qui foule ces allées / J’entonne ma chanson d’automne ... Point il n’est besoin de mot clé Au verrou de mélancolie La bonde saute, imprévisible, Où le poème vient sarcler. Et j’y trace les apartés De ma stance parfois risible, Songe en la pierre enfin polie Au clos de mes sombres clartés. Au pas qui foule ces allées J’
L'âme de la fleur

L'âme de la fleur

L’âme de la fleur fut ici naguère, Elle nous répond et nous ment encor ; Sa morte chanson s’agrippe à nos corps, Au fil de laquelle, ivres, ils voguèrent. Berçons le parfum des derniers accords Qu’emporte le soir en fleuves grégaires ; Mais d’or, de soleil, on n’en trouve guère En ce bleuissant envers du décor. Arôme ou refrain
Arrêter

Arrêter

Ainsi voici ce que l’on dit Par ces mots plutôt sombres Et malgré ce qu’on a promis Très vite se retrouve l’ombre On a voulu bien sûr mentir Et se croire un peu protégé S’imaginer sans souffrir Qu’un réveil sucré sera doré Pourtant rien n’est établi Malgré toutes ces recherches Qui ne seront vraiment fini En eaux troubles et
Infatué de raison

Infatué de raison

... La vague, en chaque instant, revient sur le brisant, / Face à cet infini nous restons des enfants ... Il est en nous, offerte, une raison funèbre,Penser à autre chose, en cette finitude,Qu’au seuil dernier n’est-il un vain déguisement,Masque pour travestir notre livrée d’automne ? Ainsi nous en allons, quand le printemps foisonne,Fle
Ton cul tes seins ta peau ta bouche

Ton cul tes seins ta peau ta bouche

Ton cul tes seins ta peau ta bouche ! Sol gros de toutes les moissons Terrain de jeux, herbe à frissons Pays des bêtes peu farouches Tes océans de chair : séisme ! Quand je redouble mes assauts Et brûle et lance mes vaisseaux Vers tes détroits, tes caps, tes isthmes Ta moiteur tes cheveux tes cuisses ! Et tes soupirs toujours plus courts Tes
C’est une prison, c’est l’éther d’un chant

C’est une prison, c’est l’éther d’un chant

C’est une prison, c’est l’éther d’un chant ;Quand flâne au soleil la terre superbe,Mon esprit se blesse aux cloisons du verbe,Et bave une écume en se desséchant. Près ou loin – le même monde attachantSes bois couchés de violon en gerbes,Avec, au surplomb de nos cœurs acerbes,Ce grand rêve à pic trouant le couchant. Et cette dent
Amour d'un jour

Amour d'un jour

Il me revient l’écho d’un jour lointain,– j’étais encor jouvenceau de village ! –Et d’un amour resté sans lendemain,Un bref amour, animal et sauvage,Un amour fol et frais comme un matin. * Un jour, adonc, m’en venant par les champs,Bien innocent, je rêvais d’une filleA taille fine et d’esprit peu méchantEt caressante et fleur
Quinze jour sans poème

Quinze jour sans poème

Bien oui, le cancer cagne du terrain, mine mes forces, balaye ma mémoire et suspend, hélas, notre rendez-vous quotidien. La maladie est impitoyable. Depuis trois mois, environ je lutte et je m'épuise dans ce combat, dans l'espoir d'une rémission qui me rende un peu de temps, encore. Ainsi je lutte tant que cela me sera possible, et tâcherai de
Oiseau poète

Oiseau poète

Oiseau poète, ou frêle flûte, à moins que tu ne sois fontaine,Tout ce que promet le soleil, tu l’as reçu depuis longtemps,Toi que la ville a rejeté mais cherche par-delà les plaines.Je le vois bien, tu es aurore… et crépuscule : je l’entends ! De quelle étoile parle-t-on, et quelle peur ou quelle haineBruissent ainsi d’un bruit de
LES MOMENTS INTERDITS

LES MOMENTS INTERDITS

Après-midi ensoleillé et magique, Je me sens d'humeur bucolique, Dans mon cœur, ça palpite et ça s'agite, Pour ne pas être en retard, je dois faire vite! Je prends toujours le bus numéro trois, Qui m'emmène en bas de chez toi, Tu m'accueilles en bas résille, Avec moi, t'es toujours gentille. J'aime bien ces moments interdits, C'est l'ivres
Plus invisible le visage

Plus invisible le visage

Plus invisible le visage oublié au fond d’un miroirComme, tendu dessous l’étang, le drap d’une aurore puissanteOu comme ton image en moi avec ses écailles glissantesDétacher du verbe un pollen pour ne jamais s’en émouvoir Le dos s’en retournant aux flûtes, le pied souple dans la tangenteJe vois les paons se pavaner sous une averse d
Le compotier

Le compotier

... Je l’ai retrouvé hier en rangeant un grenier, / Dans le dédain du monde, obscurément renié ... Je le croyais d’argent et de cristal, naguère,Enfant, le compotier superbe de ma mèreQui trônait au salon : « défense d’y toucher !Ou alors seulement, tu sais, avec les yeux ! » Il semblait un totem à quelques dieux,Et tel un Prométh