Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Communautés
Fleurs de poètes

Poésies en tout genre, textes nostalgiques, mélancolie... Bienvenue à tous ! Communauté gérée par Paloma

Gérée par Paloma

Tags associés : poème, amour, coeur, mot, poésie, poète

112 blogs

1395 posts

21/07/2015

Rejoindre

Articles récents de cette communauté

"Les larmes du temps"

"Les larmes du temps"

Acrylique et feutre sur châssis rond 30x30. (prix indicatif : 50€ frais de port compris.) Belle journée à vous les amis(es). Restez Zen autant que faire se peut. Bisous
Frontières : " Racistes" (...)

Frontières : " Racistes" (...)

RACISTES... de Jean-Pierre Siméon: Voilà ce qu’ils disent : l’anémone est plus intelligente que la rose le sable est plus beau que le chat et la pierre a toujours été supérieure au potiron Ils reprochent au soir d’être plus noir que le blanc comme si on reprochait au feu d’être plus chaud que la neige et au miel d’être plus sucr
Frontières: "Vieillir jusqu'à rajeunir" (...)

Frontières: "Vieillir jusqu'à rajeunir" (...)

Un poème de Mélaine Rose ... Vieillir jusqu’à rajeunir... Je respire le temps qui s’écoule comme une caresse J’aspire au temps qui roule dans un espoir de sagesse Le temps s’éboule, mettant les cœurs en liesse Le temps coule, instant de paresse Et le voilà qui s’écroule Surprise je chute à la renverse Temps qui passe jusqu’à l
Frontières: "Guerre sans Frontière" (...)

Frontières: "Guerre sans Frontière" (...)

Un poème de Patrick Peronne ce matin, malheureusement toujours d'actualité... Guerre sans Frontière... Une balalaïka désaccordée Git entre les doigts révulsés d'un soldat Autour duquel de grands corbeaux noirs tournoient. Le gosse, car c'en est un, dort arc-bouté Sur le luth souillé fabriqué par son père Dans ce naguère qui précéda l
Frontières: "Frontière" (...)

Frontières: "Frontière" (...)

Toujours en prologue à la deuxième édition des " Rencontres Poétiques du Lison de la Loue et de la Furieuse " un poème de Blaise Konan. Frontière... Elle est bien mince la frontière Entre la réalité et les chimères; Entre l'intrépide enthousiasme De ses puérils fantasmes Et la terrible vérité De ce que l'on est en droit d'exiger; Entr
Le paradis noir...

Le paradis noir...

Serait-ce l'heure du paradis noir, lorsqu'une supplique approfondit la nuit, et que les cœurs clos devant la défaite qui envahit ce champ brûlé délaissent le combat d'une âme sans appui ? L'épouvante règne au bord du dernier vestige, quand la chair sent ses liens se défaire, et l'oblige à se mouvoir vers l'inconnu, bien qu'une enfance dis
L'Éphémère: "Le Pieu..."

L'Éphémère: "Le Pieu..."

Aujourd'hui c'est la fête de la Musique... Alors l'occasion de remettre en avant cet article: 07/02/2022: Entendu hier cette chanson à la Ferme Courbet à Flagey par Catherine Humbert accompagnée par André à l'Orgue de Barbarie *... Le Pieu... [...] Alors, envie d'en savoir plus aujourd'hui sur l'origine de la chanson: " L’Estaca (c’est-
Poème sur la Furieuse (...)

Poème sur la Furieuse (...)

Un poème de Cécile Chauvin illustré par une photo de Pascal Collin ... LA FURIEUSE Au cœur de la vallée coule une rivière C'est au lieu dit "Scier" à la source de Faux Perrier Qu'elle s'éveille et jaillit pour sortir de sous terre D'après ce que l'on dit, jamais elle ne tarit Affluent de la loue Sous-affluent du Rhône par le Doubs et la S
Rois mages !

Rois mages !

Les rois mages suivaient une étoile,Qui les guida à l'endroit voulu.Pour moi, le ciel n'est qu'un voile,Qui ne me montre aucune issue. Moi ! j'ai du trouver le chemin,Toute seule, dans la nuit noire.Écrits, me libérant sans fin,Comme un joyeux désespoir. Je voulais simplement libérer,Mes idées et ce que je suis,Par tous être considérée. U
La plus belle pour aller danser

La plus belle pour aller danser

Hauts talons de satin noir, Robe espagnole virevoltante, Décolleté juste pour ce soir, Des regards sur moi qui me hantent. Ambiance agréable, emportée, Des yeux posés sur moi ! pourquoi ? Pleins de lumières colorées, Musique endiablée, c'est pour moi ! Le rythme m'envahit, je danse, Je laisse mon corps s'exprimer, Je tourne, je suis la cade
Trois petits points (...)

Trois petits points (...)

Un poème inspiré par un ami spécial, et auquel j'espère que tout le monde pourra s'identifier. (...) THREE LITTLE DOTS Three little dots, Jumping up and down, Wriggling about, Dancing around. To let me know I'm not alone, And someone is there On the screen of my phone. Someone to talk to, With whom I can share Maybe a joke, Maybe a care. Someon
Le manque de toi...

Le manque de toi...

L 'amour est le deuil de la mort drap froissé d'un blanc pur tache rouge répandue d'une passion perdue éperdue du manque de toi le son de ta voix l'incandescence de ton corps, cendre t'entendre, encore une fois seulement, ta transparence me brûle, me sidère je suis aspiré par le bruit de ton silence par la musique de ton absence...
Le sens du ciel (...)

Le sens du ciel (...)

Un poème inédit de François Migeot composé sur le chemin de Montmahoux... On avance et le sentier s’éclaire mangé d’ombres les arbres penchés sur nos empreintes ils écoutent les cœurs qui prennent le large leur traîne de présence où sèche en flaques le soleil Herbes folles à contre-courant nourries de l’absence Et notre mémoire
Comme un oiseau blessé

Comme un oiseau blessé

Comme un oiseau blessé ! Je suis comme un oiseau blessé, Que des chasseurs ont voulu tuer, Une de mes ailes est touchée, Sur le sol je suis alors tombé. Ils sont tous là à me rechercher, Parmi les feuilles mortes, rouillées. Alors les entendant arriver, Je n'ai pas fait de bruit, pas bougé. Cette pause devait m'achever, Devant feinter, moi
Le révélateur.

Le révélateur.

Le Révélateur Dans ma vie aux couleurs de quartz lydien, Avec mes jours ensoleillés de jaspe noir, Cloîtrée dans ce couloir de la mort sans gardien, Fin programmée, rythmée au son du Laminoir. Prisonnière de ce macabre tourbillon, Gravant sur les murs sombres de ma mémoire, Tous les mots lapidaires transformés en baillon. Des mots patiemm
Dans le feu des saisons

Dans le feu des saisons

"Dans le feu des saisons tu n 'oublies pas de marquer d'une croix l 'aubier des naissances, la sève toujours jeune, le triomphe de la vie." Jean Lavoué Recueil Ce rien qui nous éclaire Éditions L 'enfance des arbres Peinture : Jean -Marc Emmanuel Gaillard
Destruction mentale

Destruction mentale

Ce que l'on vous a mis dans la tête,Par un seul mot bien cinglant,Mille mots contraires et touchants,Ne pourront effacer le seul mot bête. Un seul mot infâme, provocateur !Mais qui vous a détruite,Ouverte comme une huître,Un seul mot ; Un couteau destructeur. Tout ce qu'alors vous aviez reconstruit,Tombe d'un seul coup de faux !Coupe, comme su
Nuit...

Nuit...

La nuit vit d'un secret immense, d'où l'emphase, les soupçons et les crimes, face au silence. La nuit n'est pas l'âme du jour, mais l'âme du soleil. La nuit est le matin de l'âme. La nuit est une vision à nu, l'expérience des contraires où l'amnésie devient mémoire...
L'envol...

L'envol...

L a neige a recouvert tes pas Bientôt le temps effacera les traces de ton passage... S'attise la nostalgie du rythme et du vent par ces journées immobiles où il n'est plus d'abri, de répit d'espoir, de crépuscule tandis que des monceaux de lumière inutile noire, se déversent sur la vie comme assommée et que sous des ciels métalliques aux t
L'Éphémère: "La Mère qui pleure" (...)

L'Éphémère: "La Mère qui pleure" (...)

Un poème choisi et dit par Régine dans notre nouvelle série: " Poèmes à la carte "... La mère qui pleure... J'ai presque perdu la vue A suivre le jeune oiseau Qui, du sommet d'un roseau, S'est élancé vers la nue. S'il ne doit plus revenir, Pourquoi m'en ressouvenir ? Bouquet vivant d'étincelles, Il descendit du soleil Éblouissant mon rév
Transparence noire...

Transparence noire...

Le jour qui s'achève, il est six heures, les lumières vont bientôt s'allumer... Je sais qu'il me suffit presque de tendre la main pour sentir ta chaleur. Mais les mots me suffisent l'espace de ta présence que je sens, même si je ne te vois pas dans la nuit tout ce qui fait cet instant si différent des autres malgré l'angoisse ou peut être
Orphée...

Orphée...

A insi dans les étranges cornues L'essence distillée de l'enfer. L'odeur exquise des adieux. Orphée, silencieuses ruelles de l'enfer. Chaque âme s'éloignant avec sa propre solitude...
La bête noire...

La bête noire...

Q uand l'angoisse pénètre la gaieté des anges, comment pourrait survivre le cœur fait de chair, envahi par l'effroi de ce combat étrange, qui défait dans l'obscur l'éclat de la lumière ? Si la lumière n'est qu'une effusion d'amour, l'orgueil rayonne au fond des ténèbres de l'âme, où elle se condamne à la haine de soi, et courre la bê
Poutine et Lao-tseu...

Poutine et Lao-tseu...

A propos du Tao-tö King: Ce serait, dans la tradition chinoise, le testament philosophique de Lao-tseu (570-490 avant J.-C), conseiller et astrologue déçu d'un empereur de la dynastie Zhou. Cette œuvre, fondatrice du taoïsme, dont le grand principe de la vérité est dans l'équilibre fusionnel des contraires, le "yin" et le"yang", le chaud et
L'Éphémère : "Constat" (...)

L'Éphémère : "Constat" (...)

Voilà... Le "Printemps des Poètes officiel" se termine aujourd'hui pour nous avec ce poème d' Alain Montoyo , mais " Poètes à l'Unisson " se poursuit jusqu'au 15 Mai... La Fruitière Poétique reste ouverte jusqu'à cette date... Constat La vie est trop courte pour s'habiller triste La vie est trop courte pour s'habiller La vie est trop courte
L'Éphémère: " La Poussière de l'Air" (...)

L'Éphémère: " La Poussière de l'Air" (...)

Un Poème de Cécile Corbel pour la fin de cette première saison des Rencontres Poétiques du Lison de la Loue et de la Furieuse ... LA POUSSIÈRE DE L'AIR De la couleur du vent Es-tu dans le blanc du ciel Moi j'y pense souvent À l'heure où le soleil se lève Puis la vie continue Comme avant Dans l'eau que l'on verse Dans la fumée du feu Dans l
L'Éphémère: "Poème du matin" (...)

L'Éphémère: "Poème du matin" (...)

Un second poème dans la Fruitière Poétique avec ce poème de Delphine Page : Poème du matin Ne soyons pas en colère, tout est juste dans l'Univers Un petit tracas et on se met dans tous ses états Est-ce vraiment utile ? A quoi cela sert-il ? Certainement à rien car cela ne fait pas de bien Quant tout va de travers et que nous ne savons que f
L'éphémère:  En toutes circonstances (...)

L'éphémère: En toutes circonstances (...)

j’ai mis dans ma tête une boîte à musique un arbre tout seul et trois étoiles de mer pour pouvoir rêver en toutes circonstances... Albane Gellé. (Photo "Savane Doubienne" : Alain Montoyo) Ce poème est extrait de "En toutes Circonstances" : " Un court recueil de poèmes pour les enfants - et pour les plus grands- . C'est un peu loufoque, q
L'éphémère: Ti Amo (...)

L'éphémère: Ti Amo (...)

> J - 1: Jean Pierre Villebramar participe cette année encore à nos Rencontres Poétiques . Il nous avait envoyé ce poème en Mars 2020 pour l' Improbable Rencontre : Ti Amo.. . Il a écrit son prénom sur la plage et a rajouté: "je t'aime" en italien! Elle a effacé son prénom et a laissé : "je t'aime" en italien! Si seulement ça pouvait ê
L'éphémère: "Alphabet" (...)

L'éphémère: "Alphabet" (...)

> J - 2 : Catherine Chatelain participe aux "Rencontres Poétiques du Lison de la Loue et de la Furieuse"... Ce poème pour la découvrir si vous ne la connaissez pas déjà... Alphabet... A comme abîmée, B comme brisée, C comme cassée D comme détruite, E comme écrasée, F comme froissée G comme gaspillée, H comme humiliée, I comme ignoré
L'éphémère: À l'unisson (...)

L'éphémère: À l'unisson (...)

> J-2 : À Jean-Charles & Charco LAMBERT à qui nous dédions ces premières Rencontres Poétiques du Lison de la Loue et de la Furieuse... Sans et sensation Essence et sans station S'unir à l 'unisson Sera la solution… Vis a vis de vous Est-ce que j ai envie De rester en vie Mais qu'en pensez vous ? Je me pendrais bien Seulement à ton cou Ne
Tout dire

Tout dire

Ce matin je suis en colère, des souvenirs reviennent à la surface. Ces moments je les vis et revis trop souvent. Je revis tout ce que je n’ai jamais dit à ceux qui m’ont blessé. Je me rappelle parfois comme si c’était hier et je voudrais que ces émotions s’éloignent de moi. Je voudrais qu’elles deviennent de lointains souvenirs, va
L'Éphémère: "B" (...)

L'Éphémère: "B" (...)

> J-7 : Un poème inédit de Bernard Kudlak : Nous étions trois artistes Sculpteur, peintre-sculpteur, Enfin, moi, en amateur. Elle, ne disait rien. Et toi ? Demandai-je à elle qui ne disait rien. Oh moi, je ne fais…rien… je fais du jardin ! Dit, elle qui ne disait rien. Nous étions quatre artistes Lui peintre et sculpteur, Notre hôte, scul
L'Éphémère: "L'Herbe Tendre" (...)

L'Éphémère: "L'Herbe Tendre" (...)

> J - 18 : Anick Roschi participera en distanciel aux Rencontres Poétiques du Lison de la Loue et de la Furieuse au Printemps prochain... Il nous offre ce poème: L’herbe tendre Dans un champ vert, très vert, Dans un champ étroit, très étroit, Dans un champ long, très long, Dans un champ pentu, très pentu Toi, moi, vous, nous Descendons.
L'égarée...

L'égarée...

A perte de vie une égarée sent la tristesse qui la poursuit au fil du labyrinthe sur ses traces mortelles ; et soudain renonce à retrouver l'origine et l'or de son nom. Mais le labyrinthe est construit à ciel ouvert, d'où fusent des yeux de rosée qui étincellent sur les herbes et les pierres, illuminant un sentier minuscule vers la Jubilatio
Chanson - Yannick NOAH : Aux arbres citoyens

Chanson - Yannick NOAH : Aux arbres citoyens

Abonnez-vous à la CHAINE OFFICIELLE VEVO de YANNICK NOAH pour découvrir toutes ses nouvelles vidéos : http://www.youtube.com/subscription_center?add_user=yan... AUX ARBRES CITOYENS de Yannick Noah Le ciment dans les plaines Coule jusqu'aux montagnes Poison dans les fontaines Dans nos campagnes De cyclones en rafales Notre histoire prend l'eau Re
Amitié toxique

Amitié toxique

Nous sommes le 28 janvier 2022 et je pense à toi, celui qui a été là pour voir mon Amour pour lui devenir un véritable engagement pour la vie. Toi que j’ai mis en avant un jour aussi important et pourtant tu as été un piètre ami finalement … Il est temps que je révèle ma vérité sur ce qui a été des années d’une relation toxique
L'éphémère : Amer (...)

L'éphémère : Amer (...)

Dans ces Rencontres Poétiques du Lison de la Loue et de la Furieuse, il y a aussi la place pour des Poètes Naissant(e)s ... De mes yeux sortent de longues branches de saule pleureur qui ondulent au vent. Pas facile d'avancer sans se prendre les pieds dedans. Les lacets défaits, les pieds mouillés et les longues, grandes, branches, résistantes.
L'éphémère: "Amer" (...)

L'éphémère: "Amer" (...)

> J - 36: à Jean-Charles... Premier Poème de la "Fruitière Poétique" dans ces "Rencontres Poétiques Virtuelles du Lison de la Loue et de la Furieuse 2022"avec ce poème de Pascaline Janneaux : Amer... De mes yeux sortent de longues branches de saule pleureur qui ondulent au vent. Pas facile d'avancer sans se prendre les pieds dedans. Les lacet
L’amie inattendue

L’amie inattendue

Toi, tu es cette rencontre d’un jour Toi, tu es cette belle personne au doux humour Toi, tu es celle que j’ai découvert sans détour Tu es la personne que je n’avais pas prévu de rencontrer Tu as su m’amener vers cette belle amitié Tu es comme un rayon de soleil un jour d’été Toi, tu es celle qui m’a redonné foi en l’amitié Toi
Claire..... sombre !

Claire..... sombre !

A toi qui te désagrèges Mais joues avec les mensonges Comme on fait quelques arpèges En oubliant le solfège. C'est pourtant ce qui te ronge, Ces fausses notes du chorège ! La journée, sombre Claire La nuit, Claire sombre ! A toi qui me mets en charpie Ne suivant pas la partition, Où cet adagio y décrit Toute l'histoire de nos vies. Ne sacha
L'Éphémère : "Vendeur de Courage" (...)

L'Éphémère : "Vendeur de Courage" (...)

Jean Charles Lambert ne participera pas en Mars 2022 aux Rencontres Poétiques du Lison de la Loue et de la Furieuse comme il aurait voulu pouvoir le faire 😥... La maladie l'a emporté au tout début de cette année dans le combat inégal qu'il menait avec courage pour lui résister. Sa verve poétique nous aurait pourtant gratifié(e)s de poèm
Debout

Debout

Debout pour quoi? Mes rêves d’avant s’en sont allés avec les pages tournées de cette histoire mouvementée. Ce qui était, n’est plus. Ce qui sera je me le dois. Quels sont mes rêves désormais ? Qu’est-ce que je veux ? Bientôt 20 ans que je me suis accrochée à ses rêves de liberté. Et aujourd’hui que faire de cette liberté tant
Les racines de la douleur...

Les racines de la douleur...

Votre navigateur n'est pas compatible Choir of Young Believers Les échos commencent tels une croix en toi Des bruits tremblants qui viennent trop tôt Discussion vaine et cette femme hypocrite Font ressurgir les racines de la douleur L'obscurité s'élève et tu es là...
Extrait de mon journal intime

Extrait de mon journal intime

Le 05/09/2018, Je me sens mal aujourd’hui. En fait je me sens souvent mal. Depuis si longtemps déjà que c’est presque comme une habitude, une récurrence. Je me sens terriblement triste. Je me dis que je n’ai plus de parents ou en tous cas, que je n’aurais jamais les parents que j’aurais voulu. Ces parents idéaux qui m’auraient cajol
Ecrire...

Ecrire...

Votre navigateur n'est pas compatible By this River... Tu imagines des vers obscurs des mots indéchiffrables tu écris tard sur la page encore blanche Tu aimerais peupler tes mille et un poèmes de syllabes impensables de strophes imprononçables Tu navigues de chimère en chimère dans un rêve toujours recommencé quand la nuit se fait grave et
Notre secret...

Notre secret...

Dans l'alchimie de l'âme qui s'élève au ciel offerte pour refermer les plaies et prévenir les plaintes Je te retrouve enfin et te rejoins Toi mon autre qui jamais ne dis mot et tais notre secret là où moi-même je te ressemble...
Où es-tu ?

Où es-tu ?

Passagère de la nuit avec tes voiles et tes mystères tes ombres et tes lumières dans les filets du soir où es-tu à présent ? Une lampe allumée au fond de mon passé prisonnière qui ferme la marche sans pleurer sur son sort sans te retourner comme je le fais parfois pour voir si tu es toujours là pour m'éclairer ou pour m'interroger...
La poussière d'étoiles...

La poussière d'étoiles...

Je vis dans les nuages pour un amour toujours incandescent Dans les pas du souvenir j'avance et me glisse dans le soir. A mon front une poussière d'étoiles, pour me dire que le vie n'est pas passée en vain...
Le désir: Renaissance (...)

Le désir: Renaissance (...)

Renaissance (...) J’ai grandi, libre et sain, comme un arbre en plein vent, L’air vif de la Comté tanna ma rude écorce Et, gonflant de santé les bourgeons de ma force, Me fit un front farouche avec un cœur d’enfant. Le malheur, paternel, a veillé sur mes ans, Les destins déchaînés ont fait fléchir mon torse Sans que la peur, ce vin d
Au revoir

Au revoir

Non ce n’est pas possible ma chère De bafouer notre amitié de 10 ans En me laissant des miettes de ton temps Non, ce n’est pas possible ma chère De me renvoyer que je suis une atteinte à ton bonheur Et de vouloir garder ce lien sans saveur Non, ce n’est pas possible ma chère De rester amies après ce manque honnêteté Deux ans sans me d
L'éphémère: Cascade en colère (...)

L'éphémère: Cascade en colère (...)

Accès impossible ce samedi 4 décembre à la Cascade du Verneau à Nans sous Sainte Anne, un torrent barre le sentier... À l'impossible nul n'étant tenu, il n'y avait plus qu'à faire demi-tour... Kleiner Wasserfall ... Nymphe, immer anziehen von was entblößt es, dass dein Körper für erhöht wird die runde und raue Welle. Ohne Ruhe, du wech
La Perle de Gand.

La Perle de Gand.

Sous les jets de maisons qui vivent et scintillent Au regard des lumières nocturnes qui pétillent, Gand s'est fait toute sa splendeur sur des terres, Divisées par des canaux et cours d'eau charnières. Là, près du Quai aux Herbes, je cherche le repos Qui s'impose en ces heures d'un soir calme et beau, Cet ancien port me transporte sous des tem
Cauchemar...

Cauchemar...

Ma voix de nuit...Noire.... Intermittente... là aussi, il y a des images, mais plus fortes, plus terribles un visage qui rit tu ne sais pourquoi cette terreur, tu sursautes, tu ouvres les yeux Il faut que je parle. Sinon le temps qui reste aura passé trop vite ! Tu auras profité de mon sommeil pour t'éloigner peut-être... Octobre 2013