Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Communautés
Fleurs de poètes

Poésies en tout genre, textes nostalgiques, mélancolie... Bienvenue à tous ! Communauté gérée par Paloma

Gérée par Paloma

Tags associés : poème, amour, coeur, mot, poésie, poète

109 blogs

1336 posts

21/07/2015

Rejoindre

Articles récents de cette communauté

Hadjout au mois d'août

Hadjout au mois d'août

Hadjout au mois d'août À l’inverse de Paris Morne et vide au mois d’août Hadjout s’amuse et rit Au cas où d’aucuns doutent La belle, soir et matin Ouvre grandes, ses portes Aux estivants bon teint Que les bus transportent Ils y font escale Avant de s’en aller Vers le beau littoral Où ils vont s’installer Ils ont un avant-goût De c
J’ai gardé le meilleur…

J’ai gardé le meilleur…

J’ai gardé le meilleur … J’ai gardé le meilleur, je l’ai gardé pour toi Lors de longues années, végétant sous mon toit J’ai donné, oui, donné pour remplir mon contrat Ce qu’exigeaient de moi, tous ses alinéas Le devoir accompli et ça devait suffire Ce n’était pas le meilleur, ce n’était pas le pire Mon lit a supporté la
Elle est venue ce soir…

Elle est venue ce soir…

Elle est venue ce soir… Elle est venue ce soir faire un brin de causette Toujours aussi douce et toujours mignonnette Elle m’apporte un roman, quelque chose dans la main Et semble un peu soucieuse d’un emploi incertain Nous discutons du temps, des choses de la vie Elle aime mon univers, parfois il lui suffit De revoir mes amis, ces disques é
J’aime tes pétales

J’aime tes pétales

J’aime tes pétales J’aime tes pétales, j’aime leur couleur Mes yeux posés sur eux, scintillent de bonheur J’adore les humer, inhaler leur senteur Et l’art de les goûter, déguster leur saveur J’aime les effleurer et les toucher du cœur J’aime cette symphonie, unique en ta fleur J’aime ces vibrations sortant de l’intérieur Qu
Hadjout est triste ce soir

Hadjout est triste ce soir

Hadjout est triste ce soir Tristesse et affliction Hamza nous a quittés Cette malédiction L’avons-nous méritée Non répond Le Maître Vous me connaissez bien Essayez de paraître Comme s’il n’y avait rien J’aime vous voir joyeux Car je suis parmi vous Et ouvrez bien les yeux Ne soyez pas fous Et même si je pars Je m’en vais satisfait
Au secours ! Pandore est de retour !

Au secours ! Pandore est de retour !

Au secours ! Pandore est de retour ! Qui aurait cru qu’un jour Pandore reviendrait Qu’elle nous jouerait ce tour Comme elle l’a déjà fait ? Hélas ! Il faut l’admettre Le monde est ébranlé Par son geste traître Elle nous a déglingués Elle a ouvert sa boîte Elle veut nous faire souffrir Elle aime que tout éclate Voulant nous faire p
Le télégramme

Le télégramme

Le télégramme ” Le télégramme” est un récit que j'ai écrit en 1968. Il a été publié dans le quotidien “An-Nasr” sur les conseils et avec l'aide d'un frère et “véritable ami”. La page culturelle du journal daté du 29 juin de l'année précitée, dans lequel il a été imprimé était, à l'époque, sous la responsabilité du
Je suis mort, « l’année des criquets »

Je suis mort, « l’année des criquets »

Je suis mort, « l’année des criquets » - Il n’a aucune chance de rester en vie ! Tu as vu la voiture ? Il est dans un coma dépassé, depuis hier. Son pronostic vital est engagé. C’était un brave gars. - Ce n’est pas ce que tout le monde dit ; certains ne l’avaient pas en odeur de sainteté ! - Je pense surtout à sa femme et à son
Aimer rime avec Semer

Aimer rime avec Semer

Aimer rime avec Semer C'est une amie véritable et par conséquent "une douce chose" qui m'a fait parvenir ce récit qu'elle a beaucoup aimé. J'ai été subjugué à mon tour par les qualités humaines et les valeurs véhiculées par ce texte porteur d'une leçon d'une rare beauté. Aussi, et après avoir obtenu l'aimable consentement de cette pas
Leçon sur la valeur...

Leçon sur la valeur...

Leçon sur la valeur... Dans l’un de mes poèmes, intitulé « être valorisé » je parle de la considération et de l’estime, un besoin chez l’être humain, venant après les trois sortes de besoins : physiologiques, de sécurité et d’appartenance à un groupe, comme indiqué dans la pyramide de Maslow. Le texte que je partage aujourd’
La considération, cette fée bien-aimée

La considération, cette fée bien-aimée

La considération, cette fée bien-aimée Ce récit qui a beaucoup de points communs avec celui qui a été publié dans "pédagotec" sous le titre :"Ceci est le parfum de ma mère, Maîtresse", m'a été envoyé par un ami. Sachant que les collègues s'intéressent à ce genre de textes, j'ai pensé partager sa lecture, ô combien passionnante ave
Le pauvre et le riche

Le pauvre et le riche

Le pauvre et le riche Il y a des choses qui ne peuvent laisser indifférent : allongé devant le seuil d’un commerce fermé, dans cette ville du littoral algérien, jadis belle et coquette, un être humain qui n’a plus rien d’humain, les yeux hagards enfoncés dans leur orbite, la tignasse poussiéreuse, touffue et en désordre, le visage ém
Le bon sens des villageois

Le bon sens des villageois

Le bon sens des villageois L’histoire se passe dans l’une de nos belles régions d’Algérie, dans un village, au pied du Djurdjura, dont le charme irrésistible n’a d’égal que nos vastes étendues du Sud, nos belles plages du littoral de l’Est à l’ouest, et nos magnifiques édifices à travers l’ensemble du pays. Un ami, professeu
Les adieux d'un père à sa fille

Les adieux d'un père à sa fille

Un ami que je remercie, m'a fait parvenir ce texte à la fois émouvant et plein d'enseignements... Comment ne pas le partager avec les amis et les visiteurs de pédagotec ? Récemment, j'ai surpris un père et sa fille dans leurs derniers moments ensemble à l'aéroport. On avait annoncé le départ. Debout près de la porte de sécurité, ils se
Les mains de mon père

Les mains de mon père

Les mains de mon père Un jeune homme sollicite un poste dans une grande entreprise. Après l’entretien d’embauche de sélection, le directeur-adjoint l’envoie vers le directeur-général, pour une dernière entrevue. Le directeur regarde son CV : tout simplement excellent ( grandes écoles, beaux stages .. ) . Aussi le directeur demande : «
“Dadi ben erraii” était-il en avance sur sa société ?

“Dadi ben erraii” était-il en avance sur sa société ?

“Dadi ben erraii” était-il en avance sur sa société ? C'est la question qui me taraude depuis un certain temps. Le constat et l'ampleur du phénomène intra et extra-muros dont le personnage possède les droits d'invention laissent perplexe. “Dadi ben erraii” était quelqu'un d'atypique. Il avait le don de faire rire le plus naturellemen
Le phare du Chenoua

Le phare du Chenoua

Le phare du Chenoua S’est éteint cette nuit La nouvelle nous secoua Au loin, plus rien ne luit Il s’est éteint le phare En grande dignité L’un des hommes rares Et pleins d’humilité Que dire quand la douleur De perdre un ami cher S’ajoute au malheur De perdre ainsi le frère Boubou, ce grand ami Ce frère exceptionnel C’est de lui qu
Elle s’appelle Rose

Elle s’appelle Rose

Elle s'appelle “Rose” et porte bien son nom Son espace n'est pas celui des autres roses Ni matin, ni soir, ni même la journée Son espace à elle, est plutôt autre chose Tenant d'une main son frère, Et de l'autre, une rose Ô ! tableau merveilleux Unique en toute chose ! Elle rentre dans ma classe Et dépose devant moi Sa fraîcheur et la ro
Harmonieux chant du cygne

Harmonieux chant du cygne

Sublime ! Ce poème Me dit un ami cher Au moment même Où je me sentais fier Le dernier, paraît-il Est de loin le meilleur Oui, me disent-ils Ici et même ailleurs Chaque texte est passion Chacun d’eux est aimé Un peu comme ces enfants Que Dieu nous a donnés Les mots ont une âme Qui exprime la nôtre Ils sont cette flamme Passant de l'un à
L’inoubliable envoûteuse

L’inoubliable envoûteuse

Sous l’œil du grand Zaccar Se dresse Miliana Une beauté rare Splendide nirvana Caressé par sa brise Respirant son air pur Goûtant ses cerises Vous reviendrez, c’est sûr Ville de culture Avec sa longue histoire Miliana la pure A connu des victoires L’illustre Abdelkader En fit sa capitale Les milianais gardèrent Ses idées triomphales Le
Hadjout au mois d'août

Hadjout au mois d'août

À l’inverse de Paris Morne et vide au mois d’août Hadjout s’amuse et rit Au cas où d’aucuns doutent La belle, soir et matin Ouvre grandes, ses portes Aux estivants bon teint Que les bus transportent Ils y font escale Avant de s’en aller Vers le beau littoral Où ils vont s’installer Ils ont un avant-goût De ce qui les attend S’app
Ne l’enterre pas vivante

Ne l’enterre pas vivante

Laisse-la s’épanouir cette rose si belle Qui demande à s’ouvrir à l’amour éternel Rebelle, diraient les gens , elle parfume la cité Refusant les honneurs largement mérités Appelle-la liberté ou démocratie Ne l’ensevelis pas et dis plutôt merci Ne l’enterre pas vivante dans l’immense désert Comme faisaient autrefois, ceux prom
Hadjout, ce paradis...

Hadjout, ce paradis...

Les Bellabessiens, du temps de Taillepierre Appelaient leur ville, « Le petit Paris » Quelques années après, avec mon allure fière J’appelais Hadjout, « Le petit paradis » Si « Le petit Paris » n’est plus ce qu’il était « Le petit paradis » a encore de beaux restes Même si le bon vivre l’a un peu déserté L’ambiance est enco
Oui, les anges pleurent…

Oui, les anges pleurent…

Un auteur a écrit : « Ils meurent de nos blessures » Je crois qu’ils sont détruits Et réduits en pâture Oui, les anges ont peur De ces cœurs vraiment durs Qu’ils inondent de leurs pleurs Une fois dos au mur Oui, les anges pleurent Elle me l’a affirmé Elle, la belle fleur Par des gueux, abîmée Son tort est d’être belle Dans un mon
Ce magnifique papillon bleu

Ce magnifique papillon bleu

Je pense toujours à lui Ce papillon en fête Ce papillon qui fuit Qui n’en fait qu’à sa tête Ce papillon bleu Qui étale ses ailes Qui vole sous les cieux Dans une contrée belle Il m’est revenu Et je l’aime toujours Tel que je l'ai connu Il fleurit notre amour. Brahim. B
Tu es ma vie

Tu es ma vie

« Carpe diem », lui dis-je, vis ta vie, mignonne Le temps, cet infidèle, peut te laisser tomber Croque à belles dents tout ce qui bourgeonne Comme si tu devais demain succomber Ne pense qu’aux bons moments si beaux, si merveilleux Oublie tous les tourments et vois la vie en rose A quoi bon s’engager en terrain rocailleux Et laisser la verdu
Elle aime me lire

Elle aime me lire

J’aime tes poèmes Me dit la belle fleur Égale à elle-même Et toute en douceur Cela me réconforte Ravive mon bonheur De savoir qu’elle porte À moi, ce grand honneur J’aurais été comblé Qu’elle le dise autrement Il m’a toujours semblé Qu’elle sait quand et comment Je sais que prisonnière Elle me gratifiera De l’offrande si ch
Séduite et délaissée

Séduite et délaissée

- Je t’ai aimé dit-elle Et tu m’as délaissée Tu étais un modèle Et tu m’as bien blessée On m’appelait « beau sourire » Et c’était justifié Je donnais du plaisir Quand on se retrouvait Tu m’as plus qu’ignorée Et j’ai été déçue Je n’aime pas t’implorer Et tu l’as toujours su - Détrompe-toi ma belle Tu ne m’as j
Une soirée à l'opéra

Une soirée à l'opéra

C’était un mardi soir À l’opéra d’Alger Nous sommes allés voir Un spectacle étranger Il y eut les Mexicains Suivis des Japonais Puis vinrent les Africains De ce Sud qui renaît Les enfants de Wagner N’étaient pas en reste Eux qui honorèrent Le grand Bertolt Brecht La voix des sopranos Associée à l’image Défiait les tyranneaux Pa
La « baleine », cette sirène

La « baleine », cette sirène

Qu’elle soit bleue ou d’une autre couleur Elle est source de malheur Elle vous chante « la vie en rose » Pour que votre corps explose Cette sirène dangereuse Est une grande dévoreuse Prenez exemple sur Ulysse Pour vaincre sa malice Notre société a échoué Il faut bien se l’avouer Tirons donc les leçons Changeons de cap et agissons Cet
Beau sourire...

Beau sourire...

Il était vraiment beau Le sourire qu’elle avait Celui de Salambô N’a rien à lui envier Elle irradiait les lieux Adoucissait le temps Avec son air joyeux Son humeur bon enfant Elle dont les talons Jouaient les castagnettes Attendant le moment Du très doux tête à tête Je la revois encore Accueillant mes rimes Elle qui goûtait fort Cet amo
Ces lionnes et ces lions que nous saluons !

Ces lionnes et ces lions que nous saluons !

L’été soixante-deux, l’Algérie renaissait Elle n’a pas oublié ses morts et ses blessés L’histoire retiendra qu’elle a bien fait face Au joug d’un oppresseur odieux et tenace Il a fallu sept ans de lutte courageuse Et tout le sang versé en période orageuse Pour arriver enfin à l’immense succès L’affreuse tyrannie a été év
Ils sont nés sous X

Ils sont nés sous X

On les appelle ainsi Ces enfants innocents Nés ailleurs et ici Oui, c’est ahurissant Eux, n’ont pas demandé À venir dans ce monde Qui les a grondés De façon immonde Est-ce vraiment humain Qu’on les méconnaisse Que l’index de la main Les désigne sans cesse Quel est donc leur crime Pour être condamnés À rester anonymes La vie et ses
Son surnom est "l'Unique"

Son surnom est "l'Unique"

Il y a des noms qui restent Parce que bien portés Celui qui suit l’atteste Et constitue sa fierté Elle, c’es t Wahida Cette femme unique Que son destin guida Et que son nom indique En regardant sa fille Elle pense au père Ses grands yeux brillent Et son cœur se serre L’ « Unique » est aujourd’hui Dans sa belle maison Elle qui avec lui
La loi du troupeau

La loi du troupeau

Quand tu n'as personne, Tu n'es personne. Quand tu n'as rien, Tu n'es rien. Quand tu n'as pas, Tu n'existes pas. Si tu ne veux pas être exclut du troupeau, Il faut mettre un manteau Et vivre dans l'illusion d'être heureux, Tout en demeurant malheureux. M.C.S.
Vapeurs d'alcool

Vapeurs d'alcool

Dans ses vapeurs d'alcool, Elle a cru devenir folle, Voilà que rentrait l'égorgeur, Avec ses poings rageurs. Il cognait le soir Comme on claque un tiroir ! Dans son ivrognerie, Monsieur sa seigneurie, Gueulait que c'était une porcherie Et la chambre devenait écorcherie ! Il cognait le soir Comme on claque un tiroir ! Dans ses relents d'alcool,
L'Homme intègre

L'Homme intègre

Le leader africain de tous les temps, Car il était en avance sur son temps. Compagnon de lutte de Pierre Rabhi, Pour la libération d'une humanité ensevelie. Il était considéré comme la symétrie de Che Guevara par rapport au temps, Et beaucoup les comparaient de temps en temps. Un libérateur des consciences À la vie pleine de sens. Modèle
Anecdotes et bons moments...

Anecdotes et bons moments...

La vie professionnelle est fleurie d’anecdotes et bons moments qui aident à aller de l’avant malgré l’ampleur de la tâche et les aléas qui peuvent se présenter tout au long du sentier, souvent escarpé, qui mène à la réalisation des objectifs. Je ne citerai que deux, parmi ces moments précieux, à la saveur inoubliable : Le premier d
Mes peintures et mes mixtes média

Mes peintures et mes mixtes média

Mixe média : Fond acrylique technique aquarelle, collage fleurs, lotus stylo gel. Mixe média : Fond acrylique technique aquarelle Mixe média : : Fond blanc puis collage d'un fond acrylique déchiré, fleurs acrylique, collage papillons.
Paradis noir

Paradis noir

La foudre ne choisit pas son arbre, Le malheur n'a aucune morale, L'éclair jaillit, coupant comme un sabre Frappant net, tels les sabots d'un cheval. La réalité et sa puissance, Vérité nous atteignant à jamais, Sans aménité et sans décence, Aucune prévenance ni apprêt. Petite fille jetée au square, Attendant si gentiment sa maman ! Sans
LAMRANI Mohamed, le Maître, le pédagogue, « l’honnête homme »

LAMRANI Mohamed, le Maître, le pédagogue, « l’honnête homme »

« Mens sana in corpore sano » (un esprit sain dans un corps sain ). Cet adage je l’ai appris non pas par mon professeur de latin, (je n’en faisais pas encore), mais par Cheikh Lamrani qui nous enseignait la morale, le rituel, le droit musulman et la traduction. Pourquoi cette expression et tant d’autres sont-elles restées gravées dans la
Si lointains et si proches

Si lointains et si proches

Ils sont toujours à l’heure Heureux de siroter Un moment de bonheur Un peu comme un thé Brûlant d’impatience Regardant leur écran Guettant l’imminence D’un écrit important Partage venant d’ailleurs Si précieux à leurs yeux Un beau bouquet de fleurs Comptant beaucoup pour eux Eux, ce sont toi et moi Si proches et si lointains Que le
Petit oiseau volera un jour

Petit oiseau volera un jour

Petit oiseau tout fragile naquit dépendant de sa maman. Cependant, petit à petit, petit oiseau se débrouillait, il pouvait tout seul courir, le temps passait, et lui grandissait. Petit oiseau apprenait vite et se savait destiné à voler un jour. Il voyait papa, maman, la colonie, il sut que les oiseaux voleraient toujours. Petit oiseau, de vole
N’en déplaise aux sournois !

N’en déplaise aux sournois !

Salut, mon beau pays, à l’aimable nature Dont je m’enorgueillis malgré la conjoncture A l’image du phénix renaissant de ses cendres N’ayant aucun complexe, tu refuses de te rendre Les canailles de tous bords, criant l’hallali Veulent semer la mort sur ta terre bénie Continuant ta route, convaincu de ton droit Tu pars déjà gagnant, n
Résurrection

Résurrection

Enfin, après sept ans de lutte courageuse Nos efforts ont été couronnés de succès Et le sang répandu en période orageuse A déjà englouti les misères passées Un soleil radieux baigne notre patrie En ce mois de juillet devenu historique Où la jeune Algérie, encore toute flétrie Sortit de son tombeau, ô songe diabolique Elle était cond
Héroïque Algérie

Héroïque Algérie

Fier de son histoire et sa géographie Ce pays a lutté, relevant les défis Son peuple a combattu l’hydre sanguinaire Lorsque le monde entier voyait et laissait faire Les uns riaient sous cape, voulaient la soumission Les autres soutenaient bien fort la régression Au moment où nos lions livraient une bataille Sur les monts, dans les vaux, une
Je suis ..............

Je suis ..............

Je suis bulle d'air , Emprisonnée dans du verre. Je suis des mots, Prisonniers in-vivo. Je suis galet, fouetté par la mer, Puis craché sur la terre. Je suis pensées parasitaires, Idées que l'on enterre. Je suis des propos, Au fond d'un caveau. Je suis dires non verbaux, Qui se veulent placebo. Je suis signataire, De ces écrits qui me libèren
Corona mène l'enquête

Corona mène l'enquête

Un chargé de mission Appelé Corona Provoque une explosion Qui partout détona Il a grondé en Chine Puis il s’est répandu Vraiment sans discipline Là où il a voulu L’enquête lui fut confiée Et il dut sillonner Pour tout bien vérifier Monts et zones pilonnés Il remit son rapport Qui semble plus que fiable Le nombre de gens morts Est cho
Rêver tout simplement...

Rêver tout simplement...

Le rêve est thérapie il éloigne les maux Voler sur un tapis, tout regarder d’en haut Oublier un instant le vécu sordide Voir tout différemment et surtout faire le vide Rêver dans la forêt sous le chant des oiseaux Ou dans la palmeraie sous le bruit des eaux Est le plus beau des rêves que l’on puisse espérer Depuis Adam et Ève je peux
Un fléau nommé Covid !

Un fléau nommé Covid !

Dépassant Attila Ce fléau disparu Avance ça et là Il est bien revenu De l’Extrême-Orient Traversant monts et vaux Semant son maudit vent Et brandissant sa faux Il laisse derrière lui Mort et désolation De partout les gens fuient En panne de solution Il n’y a plus de doute Puisqu’il continue L’interminable route Depuis qu’on l’a c
Citation d'Edgar Allan Poe

Citation d'Edgar Allan Poe

Citation d'Edgar Allan Poe (1809 - 1849) poète, romancier, nouvelliste, conteur... J'entends au-dessus de moi dans les cieux, Les anges qui chantent entre eux. Ils ne peuvent trouver de mot d'amour plus grand Que celui-ci : Maman. "Edgar Allan Poe /ˈɛdɡɚ ˈælən poʊ/ , né le 19 janvier 1809 à Boston et mort à Baltimore le 7 octobre 1849,
Savoir aimer

Savoir aimer

Savoir aimer dit-elle Est le premier savoir Elle a raison la belle Vous pouvez me croire Que vaut un savoir-faire Que vaut un savoir-être Quand l’oxygène dans l’air Vient à disparaître Elle aime le verbe aimer C’est le plus beau verbe Chacun doit le semer Chez les adultes en herbe Conjugué par elle Au présent, au futur Il est la passere
L’HORIZON EST BEAU...

L’HORIZON EST BEAU...

Regarder la mer et rêver longuement Est un rare plaisir pour le corps et l’esprit Il ravive le cœur, éloigne les tourments En période de doute, lorsqu’on est incompris Un enfant sur le bras, sa tête sur mon cou L’autre à mes côtés, s’agrippant à mon dos Le troisième, derrière, barbotant beaucoup Sur une mer bleu azur, quel superb
Quand le verbe aimer se conjugue dans la rue

Quand le verbe aimer se conjugue dans la rue

Quand le verbe aimer se conjugue dans la rue Entre gens avenants dès qu’ils vous ont vu Quand les cœurs retrouvent leurs qualités humaines Pour bannir les rancœurs et pourchasser la haine Quand dans un moment fort, témoin de grande estime Votre âme s’enorgueillit dans un instant sublime Par le salut d’un ancien qui vous dit à l’oreil
Les mots

Les mots

Prédécesseurs de la pensée Et de la parole, L'on pense avec les mots Et non avant les mots. Pauvre en mots, C'est pauvre en raisonnement, Manque de confiance Et riche en violence. Pauvre en mots, C'est marginalisé, Exclut de la société, Faire partie des oubliés... Si les mots sont aussi puissants, Alors ils sont une arme. Utilisons les pour
Le Gavroche de Hadjout

Le Gavroche de Hadjout

Je le voyais souvent marcher derrière sa mère Une femme en hidjab et d’aspect austère Portant cet habit pour cacher sa misère Plutôt que pour leurrer ou faire la prière J’ai pensé à Gavroche dès que je l’avais vu Il n’était pas si moche bien qu’il soit dépourvu Ce chérubin pâlot tenant son ventre creux Regardant les gâteaux
À Palmyre et ses sœurs

À Palmyre et ses sœurs

Palmyre, je t’admire* et je pense à toi De pseudo-rédempteurs, adeptes de Satan T’ont démolie, salie, en imposant leur loi Tes sœurs qui me sont chères en ont souffert autant Je pense à Raqqa, je pense aussi à Homs Ces antiques cités, belles à visiter Sans oublier Alep, ville de référence Et tous ses monuments, maintenant désertés
Rencontrer un auteur

Rencontrer un auteur

Il y a des lieux généreux Parfumés de culture Où les gens heureux Viennent sans rupture Ces lieux où l’on rencontre Un écrivain lointain Devenu le centre D’un intérêt certain Rencontrer un auteur Et parler avec lui C’est vivre son histoire Comprendre ses écrits Rencontrer un auteur Est déjà un rêve Un instant salvateur De l’affr