Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Jacques Viallebesset

Ses blogs

L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset

VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
Jacques Viallebesset Jacques Viallebesset
Articles : 1267
Depuis : 01/11/2010
Categorie : Lifestyle

Articles à découvrir

Lorsque je serai mort. H. Gougaud

Lorsque je serai mort. H. Gougaud

Qu'on me lave de vin lorsque je serai mort que le sang de la vigne envahisse nos veines au jugement dernier qu'on amène mon corps parfumé de raisin de menthe et de verveine Femme aux plaisirs humains à la sève des fleurs que ton coeur affamé jamais ne se dérobe les chemins de l'amour sont ravinés de pleurs si tu passes par là relève bien t
Pour saluer Giono 7 . Que ma joie demeure .Jacques Viallebesset

Pour saluer Giono 7 . Que ma joie demeure .Jacques Viallebesset

S'il devait venir ce serait une nuit extraordinaire Les touffes d'étoiles brillaient avec des racines d'or Quand il me montra du doigt la constellation d'Orion Je reconnus le professeur d'espérance que j'attendais La jeunesse c'est la passion de l'inutile nous dit-il Et il ensemença de pervenches les champs et les coeurs Si nous savions vivre co
Salut à Gaspard . Jacques Viallebesset

Salut à Gaspard . Jacques Viallebesset

Photo Albert Monier C'était ici " A la belle bergère" Une auberge à la table d'amis Où partager histoires et mots d'esprit Accompagnés d'un verre de vin amer Avec le Dragon, Valentin, Gaspard Ne craignait ni bandits ni orages Ils ne manquaient pas de beau courage De la peine chacun prenait sa part Dans ce pays vert où l'eau se gonfle Saute d
Le vin mordu. Luc Bérimont

Le vin mordu. Luc Bérimont

à René-Guy Cadou De bas brouillards tremblaient aux vallées de l'automne Les chiens jappaient sans fin sur le bord des ruisseaux On entendait rouiller leurs abois dans l'écho A des lieues et des lieues, sur des pays sans borne. Le vent sentait la pierre rêche et le gibier Il était dur et vif nous trancher la gorge. Nous nous hâtions vers que
La poésie chantepleure. Jacques Viallebesset.

La poésie chantepleure. Jacques Viallebesset.

Hissez haut et fort les poutres charpentiers C'est la poésie seule qui soutient le monde Le paradis tient dans les paumes de nos mains Ici et maintenant on blesse on viole on tue La liberté pleure dans tous les chants des hommes Le cœur est un moulin enfariné d'amour Qui broie le malheur sous la meule des jours Copeaux de sang ou mât des navir
Le village enchanté. Jacques Viallebesset

Le village enchanté. Jacques Viallebesset

Tableau de Claude Legrand Le village enchanté qu'habitent les oiseaux Accueille aussi des hommes larges d'épaule Des bouviers aussi forts que leurs taureaux roux Aussi doux et tendres que leur écorce est rude Faites pousser en moi des arbres peuplés de piafs Dont le chant seul monterait jusqu'à mes lèvres Des coquelicots écarlates qui palpi
Malenfance. Jacques Viallebesset

Malenfance. Jacques Viallebesset

Des hommes galopent dans la nuit Debout dans leur manteau d'étoiles Traquant les loups de Malenfance Dans la forêt des sortilèges La crinière de leurs chevaux noirs Sont des vagues d'écume blanche Ils viennent à la rencontre des hommes Brandissant l'amour tel une torche Un soleil d'or qu'on imagine Rougeoie dans la forge de nos coeurs Une ét
ENCORE UN JOUR .  Jacques Viallebesset

ENCORE UN JOUR . Jacques Viallebesset

Peinture de Claude LEGRAND Odeur d'humus et de bruns champignons Des effluves montent de la terre Chaudes comme la toison d'une femme Une brise coule fraîche dans les herbes Des gouttes de résine perlent des troncs Qui vont s'offrir à la faim des chevreuils Vivre vivre c'est se sentir vivre Avec des trilles d'oiseaux dans le corps Le coeur tend
Les sentinelles du vent . Jacques Viallebesset

Les sentinelles du vent . Jacques Viallebesset

Toile de Claude Legrand Le ciel entrouvre ses paupières bleues Sur la croupe verte des montagnes Il est tissé dans l'étoffe des rêves Renards et cerfs sont les sentinelles du vent Qui propage dans son sillage vif des senteurs De gentiane amère et de folles graminées Vous qui parlez avec les animaux Dites-moi de quel vieux canton du ciel Souf
Préface" De lumière et de chair"E. Soni-Dessaigne .JV

Préface" De lumière et de chair"E. Soni-Dessaigne .JV

En ces temps de perte de repères et de confusion du sens-à commencer par celui des mots-, dans cette société du spectacle où certains confondent " performance" et " poésie", comme d'autres que fustigeait Jacques Brel confondaient gymnastique et érotisme, dans cet âge obscur où des " poètes" sans poésie jouent avec les idées et les conce