Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Communautés
Fleurs de poètes

Poésies en tout genre, textes nostalgiques, mélancolie... Bienvenue à tous ! Communauté gérée par Paloma

Gérée par Paloma

Tags associés : poème, amour, coeur, mot, poésie, poète

112 blogs

1395 posts

21/07/2015

Rejoindre

Articles récents de cette communauté

L'Homme intègre

L'Homme intègre

Le leader africain de tous les temps, Car il était en avance sur son temps. Compagnon de lutte de Pierre Rabhi, Pour la libération d'une humanité ensevelie. Il était considéré comme la symétrie de Che Guevara par rapport au temps, Et beaucoup les comparaient de temps en temps. Un libérateur des consciences À la vie pleine de sens. Modèle
Anecdotes et bons moments...

Anecdotes et bons moments...

La vie professionnelle est fleurie d’anecdotes et bons moments qui aident à aller de l’avant malgré l’ampleur de la tâche et les aléas qui peuvent se présenter tout au long du sentier, souvent escarpé, qui mène à la réalisation des objectifs. Je ne citerai que deux, parmi ces moments précieux, à la saveur inoubliable : Le premier d
Mes peintures et mes mixtes média

Mes peintures et mes mixtes média

"Les larmes du temps" Aquarelle et encre sur châssis 30x30 "The colors of live" ​​​​​​​Acrylique sur châssis 30x30 Mixe média : Fond acrylique technique aquarelle, collage fleurs, lotus stylo gel, sur châssis 30x30 Mixe média : Fond acrylique technique aquarelle, sur châssis 30x30 Mixe média : : Fond blanc puis collage d'un fon
Paradis noir

Paradis noir

La foudre ne choisit pas son arbre, Le malheur n'a aucune morale, L'éclair jaillit, coupant comme un sabre Frappant net, tels les sabots d'un cheval. La réalité et sa puissance, Vérité nous atteignant à jamais, Sans aménité et sans décence, Aucune prévenance ni apprêt. Petite fille jetée au square, Attendant si gentiment sa maman ! Sans
LAMRANI Mohamed, le Maître, le pédagogue, « l’honnête homme »

LAMRANI Mohamed, le Maître, le pédagogue, « l’honnête homme »

« Mens sana in corpore sano » (un esprit sain dans un corps sain ). Cet adage je l’ai appris non pas par mon professeur de latin, (je n’en faisais pas encore), mais par Cheikh Lamrani qui nous enseignait la morale, le rituel, le droit musulman et la traduction. Pourquoi cette expression et tant d’autres sont-elles restées gravées dans la
Si lointains et si proches

Si lointains et si proches

Ils sont toujours à l’heure Heureux de siroter Un moment de bonheur Un peu comme un thé Brûlant d’impatience Regardant leur écran Guettant l’imminence D’un écrit important Partage venant d’ailleurs Si précieux à leurs yeux Un beau bouquet de fleurs Comptant beaucoup pour eux Eux, ce sont toi et moi Si proches et si lointains Que le
Petit oiseau volera un jour

Petit oiseau volera un jour

Petit oiseau tout fragile naquit dépendant de sa maman. Cependant, petit à petit, petit oiseau se débrouillait, il pouvait tout seul courir, le temps passait, et lui grandissait. Petit oiseau apprenait vite et se savait destiné à voler un jour. Il voyait papa, maman, la colonie, il sut que les oiseaux voleraient toujours. Petit oiseau, de vole
N’en déplaise aux sournois !

N’en déplaise aux sournois !

Salut, mon beau pays, à l’aimable nature Dont je m’enorgueillis malgré la conjoncture A l’image du phénix renaissant de ses cendres N’ayant aucun complexe, tu refuses de te rendre Les canailles de tous bords, criant l’hallali Veulent semer la mort sur ta terre bénie Continuant ta route, convaincu de ton droit Tu pars déjà gagnant, n
Résurrection

Résurrection

Enfin, après sept ans de lutte courageuse Nos efforts ont été couronnés de succès Et le sang répandu en période orageuse A déjà englouti les misères passées Un soleil radieux baigne notre patrie En ce mois de juillet devenu historique Où la jeune Algérie, encore toute flétrie Sortit de son tombeau, ô songe diabolique Elle était cond
Héroïque Algérie

Héroïque Algérie

Fier de son histoire et sa géographie Ce pays a lutté, relevant les défis Son peuple a combattu l’hydre sanguinaire Lorsque le monde entier voyait et laissait faire Les uns riaient sous cape, voulaient la soumission Les autres soutenaient bien fort la régression Au moment où nos lions livraient une bataille Sur les monts, dans les vaux, une
Je suis ..............

Je suis ..............

Je suis bulle d'air , Emprisonnée dans du verre. Je suis des mots, Prisonniers in-vivo. Je suis galet, fouetté par la mer, Puis craché sur la terre. Je suis pensées parasitaires, Idées que l'on enterre. Je suis des propos, Au fond d'un caveau. Je suis dires non verbaux, Qui se veulent placebo. Je suis signataire, De ces écrits qui me libèren
Corona mène l'enquête

Corona mène l'enquête

Un chargé de mission Appelé Corona Provoque une explosion Qui partout détona Il a grondé en Chine Puis il s’est répandu Vraiment sans discipline Là où il a voulu L’enquête lui fut confiée Et il dut sillonner Pour tout bien vérifier Monts et zones pilonnés Il remit son rapport Qui semble plus que fiable Le nombre de gens morts Est cho
Rêver tout simplement...

Rêver tout simplement...

Le rêve est thérapie il éloigne les maux Voler sur un tapis, tout regarder d’en haut Oublier un instant le vécu sordide Voir tout différemment et surtout faire le vide Rêver dans la forêt sous le chant des oiseaux Ou dans la palmeraie sous le bruit des eaux Est le plus beau des rêves que l’on puisse espérer Depuis Adam et Ève je peux
Un fléau nommé Covid !

Un fléau nommé Covid !

Dépassant Attila Ce fléau disparu Avance ça et là Il est bien revenu De l’Extrême-Orient Traversant monts et vaux Semant son maudit vent Et brandissant sa faux Il laisse derrière lui Mort et désolation De partout les gens fuient En panne de solution Il n’y a plus de doute Puisqu’il continue L’interminable route Depuis qu’on l’a c
Citation d'Edgar Allan Poe

Citation d'Edgar Allan Poe

Citation d'Edgar Allan Poe (1809 - 1849) poète, romancier, nouvelliste, conteur... J'entends au-dessus de moi dans les cieux, Les anges qui chantent entre eux. Ils ne peuvent trouver de mot d'amour plus grand Que celui-ci : Maman. "Edgar Allan Poe /ˈɛdɡɚ ˈælən poʊ/ , né le 19 janvier 1809 à Boston et mort à Baltimore le 7 octobre 1849,
Savoir aimer

Savoir aimer

Savoir aimer dit-elle Est le premier savoir Elle a raison la belle Vous pouvez me croire Que vaut un savoir-faire Que vaut un savoir-être Quand l’oxygène dans l’air Vient à disparaître Elle aime le verbe aimer C’est le plus beau verbe Chacun doit le semer Chez les adultes en herbe Conjugué par elle Au présent, au futur Il est la passere
L’HORIZON EST BEAU...

L’HORIZON EST BEAU...

Regarder la mer et rêver longuement Est un rare plaisir pour le corps et l’esprit Il ravive le cœur, éloigne les tourments En période de doute, lorsqu’on est incompris Un enfant sur le bras, sa tête sur mon cou L’autre à mes côtés, s’agrippant à mon dos Le troisième, derrière, barbotant beaucoup Sur une mer bleu azur, quel superb
Quand le verbe aimer se conjugue dans la rue

Quand le verbe aimer se conjugue dans la rue

Quand le verbe aimer se conjugue dans la rue Entre gens avenants dès qu’ils vous ont vu Quand les cœurs retrouvent leurs qualités humaines Pour bannir les rancœurs et pourchasser la haine Quand dans un moment fort, témoin de grande estime Votre âme s’enorgueillit dans un instant sublime Par le salut d’un ancien qui vous dit à l’oreil
Les mots

Les mots

Prédécesseurs de la pensée Et de la parole, L'on pense avec les mots Et non avant les mots. Pauvre en mots, C'est pauvre en raisonnement, Manque de confiance Et riche en violence. Pauvre en mots, C'est marginalisé, Exclut de la société, Faire partie des oubliés... Si les mots sont aussi puissants, Alors ils sont une arme. Utilisons les pour
Le Gavroche de Hadjout

Le Gavroche de Hadjout

Je le voyais souvent marcher derrière sa mère Une femme en hidjab et d’aspect austère Portant cet habit pour cacher sa misère Plutôt que pour leurrer ou faire la prière J’ai pensé à Gavroche dès que je l’avais vu Il n’était pas si moche bien qu’il soit dépourvu Ce chérubin pâlot tenant son ventre creux Regardant les gâteaux
À Palmyre et ses sœurs

À Palmyre et ses sœurs

Palmyre, je t’admire* et je pense à toi De pseudo-rédempteurs, adeptes de Satan T’ont démolie, salie, en imposant leur loi Tes sœurs qui me sont chères en ont souffert autant Je pense à Raqqa, je pense aussi à Homs Ces antiques cités, belles à visiter Sans oublier Alep, ville de référence Et tous ses monuments, maintenant désertés
Rencontrer un auteur

Rencontrer un auteur

Il y a des lieux généreux Parfumés de culture Où les gens heureux Viennent sans rupture Ces lieux où l’on rencontre Un écrivain lointain Devenu le centre D’un intérêt certain Rencontrer un auteur Et parler avec lui C’est vivre son histoire Comprendre ses écrits Rencontrer un auteur Est déjà un rêve Un instant salvateur De l’affr
DE LA TÊTE AUX PIEDS ET DES PIEDS À LA TÊTE

DE LA TÊTE AUX PIEDS ET DES PIEDS À LA TÊTE

De la tête aux pieds Et des pieds à la tête Tout en toi me plaît Tu es si bien faite Véritable tableau Défiant les artistes Représentant le beau Humaine et altruiste Dieu t’a créée ainsi Pour adoucir la vie De tous ces gens transis Luttant pour la survie Avenir de l’homme Disait le poète Abri sûr et home Sans tambour ni trompette. An
ELLE APPELLE MON CŒUR

ELLE APPELLE MON CŒUR

Elle appelle mon cœur c’est le sien qui répond Car mon cœur et le sien les deux n’en font plus qu’un N’en déplaise à certains au regard pudibond En ces temps hostiles pour tout et pour chacun Dieu que la vie est belle quand on aime quelqu’un Lorsque les cœurs se mêlent pour devenir plus forts Affrontant calomnie parfois ragots mesq
J'aime la poésie

J'aime la poésie

J’aime la poésie Et j’aime sa plume Plume de poésie Ah ! Les belles rimes Merci, l’ami Alain Pour l’hospitalité Toi qui soir et matin Fai s preuve d’amitié Merci à toi, Véro Qui donne le meilleur Et dont les vers très beaux Sont plus qu’un pur bonheur Merci à Harmonia Une amie véritable Qui jamais ne dévia De la voie honorable
Poème de Bernard Dadié

Poème de Bernard Dadié

Bonjour. Bonne et belle journée! Berbard B. Dadié (1916 - 2019 ) Les lignes de nos mains ni Jaunes ni Noires ni Blanches Ne sont point des frontières des fossés entre nos villages des filins pour lier les faisceaux de rancoeurs. Les lignes de nos mains sont des lignes de vie, de Destin de Coeur d’Amour, de douces chaînes qui nous lient les u
La séparation

La séparation

Toi, tu vas à la rencontre De la vie. Et moi, j'ai rendez-vous Avec la mort. Si ma vie a été Une déception, Que ma mort soit Une satisfaction. Toi, tu t'adresses À la vie. Et moi, je parle À la mort. Si je n'ai pas su vivre, Alors, Que je sache au moins Mourir. Toi, tu es au début De ton séjour. Et moi, je suis à la fin De mes jours. Pourq
La femme adultère...

La femme adultère...

L'édition 2021 du Printemps des Poètes est terminée, mais ce poème de Federico Garcia Lorca y aurait eu sa place... La femme adultère: Je la pris près de la rivière Car je la croyais sans mari Tandis qu'elle était adultère Ce fut la Saint-Jacques la nuit Par rendez-vous et compromis Quand s'éteignirent les lumières Et s'allumèrent les c
Ces fleurs, ces papillons, l’espoir de demain !

Ces fleurs, ces papillons, l’espoir de demain !

A l'occasion de la journée internationale de l'enfant, j'offre ce poème à tous les papillons et à toutes les fleurs qui sèment le bonheur, la gaieté et la joie dans nos maisons, nos cités, nos rues, nos jardins, nos écoles et nos parcs et qui mettent une note d'optimisme dans notre environnement naturel et humain devenu laid et hideux. Je l
 « Ceci est le parfum de ma mère, Maîtresse » !

« Ceci est le parfum de ma mère, Maîtresse » !

« Ceci est le parfum de ma mère, Maîtresse » ! (En hommage à toutes les mères, à l’occasion de leur journée) Ce texte, paru en langue arabe dans le quotidien « Echourouk » m’a été remis par Mohamed, un élément du groupe en formation, en vue de sa traduction en langue française, de façon à en tirer profit. Pour encourager l’in
Héroïne et demie…

Héroïne et demie…

Elle lavait les draps, le linge des malades Que son fils transportait à vélo, certains jours Du petit hôpital de la grosse bourgade Où était leur logis, leur maison de toujours Dans la grande marmite que son garçon posait Sur sa tête encore frêle pour pouvoir l’emmener Elle préparait le repas de tous ceux qui disaient « Dieu, protégez
Adorable Égérie

Adorable Égérie

Il y a Kaïs et Leïla Puis Tristan et Iseut Il y a Antar et Abla Et ceux qui sont comme eux Ou encore Tarafa Entouré d’amis Sur les lieux où Khaoula Avait son logis Il y a Wallada Et le grand Benzidoun Saâd et Hizia Chef-d'oeuvre de Benguitoun Il y a Kaab et Souâd Puis Roméo et Juliette Quand l’esprit s’évade Rêvant à la coquette Cel
Mes bras restés ouverts…

Mes bras restés ouverts…

Mes bras restés ouverts, t’attendent encore ma belle Le creux de mon épaule guette toujours ta tête La douceur de ton souffle et ta bouche bien faite En ce gîte apaisant, où les senteurs se mêlent Chacun a ses raisons, quand il s’agit d’amour Nul n’est condamnable en matière de cœur Approche et tu verras qu’il n’y a pas de ranc
« Tipaza des poètes »

« Tipaza des poètes »

Bienvenue, chers amis, de là-bas et d'ici Que nous soyons debout, que nous soyons assis Ce moment de bonheur doit être partagé Il a cette saveur des douceurs échangées Je préfère le printemps fleuri de poésie Au printemps dit « arabe » miné d'hypocrisie Ceux qui l’ont inventé à de sombres desseins Poursuivent leur besogne aux objecti
L’adieu d’une héroïne

L’adieu d’une héroïne

Elle avait ce sourire Exprimant le bonheur Elle, qui faisait fleurir L’espoir dans tous les cœurs Elle sourit à l’ange Venu lui chuchoter Que ce n’est pas un songe Que c’est la vérité Le paradis l’attend Cette immense héroïne Jouissant depuis longtemps De la bonté divine Elle faisait partie De cette race pure Celle qui s’est bât
Celle que j’aime s’inquiète

Celle que j’aime s’inquiète

Celle que j’aime est dans mon cœur Elle sait qu’elle y restera Elle sait, cette immense fleur Que rien ne l’y délogera Mais celle que j’aime s’inquiète Des aléas de la vie Car elle n’est pas encore prête A subir encore ce qu’on lui fit Celle que j’aime est une victime Frustrée encore de son enfance Mon adorée est un abîme D
La plume

La plume

Je m'exprime non pas parce que je me considère comme une victime, Ou encore parce que je déprime. Je m'exprime parce que pour moi, se taire est un crime. Je n'écris pas pour créer l'émotion, Mais pour construire un environnement de réflexion Et bien évidemment, susciter l'action. Aujourd'hui, nous sommes dans un monde où la pensée se confo
Souvent, je me demande...

Souvent, je me demande...

Souvent, je me demande : pourquoi nous haïssons-nous Souvent, je me demande : pourquoi nous envions-nous Je me demande souvent : pourquoi ce mal, en nous Au moment où seul l’Amour, doit régner partout Pourquoi n’acceptons-nous pas que l’autre soit différent C’est grâce à lui, c’est grâce à toi que je me situe Suis-je sujet, suis-j
Il suffirait pourtant…

Il suffirait pourtant…

Il y a des moments où une grosse boule Se forme dans le cœur, au point de l’éclater Lorsqu'on a l’impression que l’univers s’écroule Qu’on n’apprécie plus rien dans cette obscurité Lorsqu’on a l’impression que le monde est injuste Lorsqu’on se sent spolié de ce qui nous revient Et lorsque devant nous, l’horizon est triste
Une minute de silence

Une minute de silence

Pour tous les hommes et femmes qui n’avaient pas tort et que le temps a fini par donner raison bien qu’ils soient morts : Alors, une minute de silence ! Pour le peuple Baka et tous les autres peuples autochtones du monde, qui se voient déposséder chaque jour de leur territoire, et par là de leur histoire, devenant ainsi des étrangers et des
Viens sécher tes larmes

Viens sécher tes larmes

Viens sécher tes larmes, toi qui as souffert Essuie-les sur ma joue, essuie-les sur mes lèvres Toi, dont le cœur est gros, quand le mien est ouvert Essuie sur mon épaule, oublie ton mal de vivre Essuie-les sur mes mains, essuie-les sur mon être Essuie-les, regarde-moi, essuie, ne pleure pas Essuie-les, je suis là, regarde par la fenêtre Rega
Le parfum de ton écharpe

Le parfum de ton écharpe

Malgré ce que dit Ferrat Malgré ce que pense Aragon Une petite écharpe, brûlée contre son gré Montre que le poète n’a pas toujours raison Et poussée par le vent, elle le crie et dit vrai « Les morts dorment en paix dans le sein de la terre Ainsi doivent dormir nos sentiments éteints » Ainsi parlait Musset, à qui voulait l’entendre M
À la table de la mondialisation

À la table de la mondialisation

Vois-tu ces gens Autour d’une table, Dégustant la vie Dans des plats en argent, Avec des fourchettes Et des cuillères en or ; Avec pour invité D’honneur La mort ? Sais-tu que parmi eux, Il y a ceux de la droite Qui n'en ont pas envie ? Peux-tu me dire, Ou que moi je te dise, Pourquoi ce manque D'appétit ? C’est parce que, Ce sont les tén
La main de l'esprit

La main de l'esprit

Entre zéro et douze mois, je réagis à tous les sons de toutes les langues du monde. J’ai plus de routes que tous les réseaux routiers de tous les pays du monde combinés, car les miennes se chiffrent entre trois cent mille et un million de milliards. Enfant, j’avais dix fois plus d’hyperliens qu’internet. Comme adulte aujourd’hui, j
Le championnat

Le championnat

Je suis au courant de tout ce qui se passe dans mon quartier. J'aime bien passer toutes mes journées à parler des autres et à m'occuper de leur vie privée. Ma devise c'est : kongossa, ragots et jalousie. Si vous voulez avoir n'importe quelle information sur les voisins, les collègues, les membres de la famille…, contactez moi car je sais tou
Nos amis imaginaires

Nos amis imaginaires

Telle la vitesse de la lumière, Ils sont furtifs : Ce sont des furtifs. Dans le monde des vivants, Ils sont la plus haute forme Car ils sont sans forme. Ils sont ni visibles ni invisibles, Mais personne ne peut les voir Car ils se placent toujours là où nul ne peut les voir. Quand ils passent sur le chemin, Ils ne laissent jamais de traces Parce
Ces mots antidouleur

Ces mots antidouleur

Ces mots si pénétrants Comme une pluie d’automne Donnant aux feuilles jaunes Cet aspect si luisant Ces mots, allant au cœur Comme des stimulants Ces mots ensorcelants Ces mots si bienfaisants Ces mots pleins de douceur Ces mots cicatrisants Ces mots dont tu t’habilles Ma colombe, ma fleur Sont le meilleur présent Dont une Reine se pare Devi
Les Peutones : ceux qui se souvenaient

Les Peutones : ceux qui se souvenaient

Leur seul crime, C'est parce qu'ils ont été témoins Et ils sont partis vivre très loin. Leur seul crime, C'est parce qu'ils étaient des voyants Parmi les malvoyants. Leur seul crime, C'est parce qu'ils étaient des sachants Parmi les ignorants. Leur seul crime, C'est parce qu'ils étaient conscients Parmi les inconscients. Leur seul crime, C'e
Je me questionne 

Je me questionne 

C’est quand même bizarre de savoir, Que dans un monde plein d’histoires, Qu’il ne connaisse sa véritable histoire. C’est quand même bizarre de savoir, Que l’on continue à croire au hasard, Or la pauvreté n’est nulle un phénomène du hasard. C’est quand même bizarre de savoir, Que certains naissent, grandissent et meurent dans l
La belle étoile. René-Guy Cadou

La belle étoile. René-Guy Cadou

Sur le clavier du ciel où chantent les étoiles Lancé sur le trapèze impossible des voiles Dans la sciure des blés habitée de perdrix Gagnant le toit la tonte épaisse de la nuit Tout le jour en danger mais retrouvant des ailes Pour dépasser le monde obscur la citadelle Est-ce mon ombre ou la lumière sous la pluie Je ne sais qui je suis pris
La langue des tortues

La langue des tortues

Je parle sans parler. Je montre sans montrer Et je signifie sans signifier. J'utilise des images, Comme le faisaient autrefois les sages. C'est la langue de l'attention, Celle qui permet à chacun de se faire sa propre opinion. Comme les Anciens, J'utilise des symboles pour ne pas frustrer les miens, Mais plutôt pour créer du lien. Elle est utile
Être valorisé

Être valorisé

Il arrive qu’un être, poussé à l’extrême Pour crier holà ! Pour dire, c’est assez ! S’immole sans réfléchir et sans savoir même Qui a gagné et pourquoi clamser Nous avons tous échoué, nous avons tous perdu La société entière en est responsable Et toutes ces années, nous n’avons pas prévu Qu’arrive à grands pas, l’horr
L'écureuil blessé

L'écureuil blessé

Approche, Ami Écureuil Toi dont la blessure Est semblable à la mienne Viens et assieds-toi Viens et n'aie pas peur Mets-toi sur mes genoux Réchauffe-toi à mon cœur Raconte-moi ta peine Allège ta douleur Sans passion et sans haine "Ma blessure est immense On m'a abandonné Je suis tombé par terre Et les gens qui passaient Insensibles à mon m
Natur' À Nans... Les Rebelles (2)

Natur' À Nans... Les Rebelles (2)

>J- 6: En attendant le 20 Mai et le premier reportage de Natur' À Nans, un petit jeu... Il suffit de reconstituer le puzzle pour voir les fleurs et pouvoir les identifier ... « Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir », Matisse, peintre français. Réponse: Ces fleurs sont des ... Article publié le Vendredi 14 Mai 2021 Règles de
J’aime  « Jepoème »

J’aime  « Jepoème »

J’aime « Jepoème » Et ceux qui sont autour J’aime « Jepoème » Car tout y est Amour J’aime ceux qui dans l’ombre Éclairent nos partages Dans les moments sombres Sans distinction d’âge Et j’aime Leïlaty Comme j’aime Antonio J’aime aussi Katy Et Petite Véro La douce Latifa Comme son nom l’indique Divine et Ninita Toutes deu
Un Aïd différent...

Un Aïd différent...

Cet Aïd est fade Nous savons tous pourquoi L’Aïd est malade De tout ce qu’il voit Il est tout comme nous Perdu dans l’univers Qu’il ne reconnaît plus Cette terre entière Il apportait la joie À ceux qui nous sont chers À la fin d’un bon mois De jeûne et de prières Il demande pardon Et n’a pas l’air très fier De n’avoir que l