Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

HDN Dalle

HDN Dalle

Tags associés : audio, musique, photo, poesie

Ses blogs

PROFONDEURS DE CHAMPS

PROFONDEURS DE CHAMPS

" L'Art effectue une mise au point à l'infini " Textes, photos, musique HdN DALLE; Auteur Photographe. Amérique du Sud…
HDN Dalle HDN Dalle
Articles : 746
Depuis : 03/12/2014

Articles à découvrir

La Vie Couleurs

La Vie Couleurs

English text following Je te parle de couleurs parce que c’est évidemment là que nous exprimons à la face du monde la rage de vivre qui est en nous. Par la couleur, chaque jour où nous devons lutter pour subsister, nous qui avons connu les chaines, les fouets, les enrôlements, les famines, les pestes, les révoltes rouges de cris et de sang,
Je te parle d'îles

Je te parle d'îles

Je te parle d’iles où tout se rassemble, le sable, l’oubli, la nuit, le jour, la roche fêlée, l’arbre arraché, les oiseaux épuisés. Je te parle d’iles où le coquillage raconte le vent évadé, le bois flotté, trouvant repos entre vague et longue plage blanche. Je te parle d’iles où le soleil amène aux étoiles, les étoiles à l

Here and now https://t.co/BzBTfCxyRe

Here and now https://t.co/BzBTfCxyRe HDN (@hdalle_hdn) March 15, 2019 Je te parle d'iles où tout se rassemble, le sable, l'oubli, la nuit, le jour, la roche fêlée, l'arbre arraché, les oiseaux épuisés. Je te parle d'iles où le coquillage raconte le vent évadé, où le bois flotté, solitaire sur l'océan, trouve repos entre...

Je retourne; là-bas, sur le haut Maroni !...

Je retourne; là-bas, sur le haut Maroni ! https://t.co/IdxEnSoaUD HDN (@hdalle_hdn) March 16, 2019 Sur le Maroni, fleuve d'Amazonie Sur le Maroni, au fur et à mesure que la pirogue remonte vers le haut pays amérindien, s'impose le silence des langues que l'on écrit, dépassant une à une la frontière des mots par une succession de sauts, déda
La souffrance la rage le rêve (3)

La souffrance la rage le rêve (3)

Au combien sommes-nous lâches, ai-je songé à te voir livrée ainsi, entre ciel et océan. Au combien sommes-nous aveugles, sourds, acquiesçant avec la foule, se taisant face aux valets, portant main au visage, les nuits où hurlent les esprits, pour ne plus entendre cris que vents et arbres nous apportent au seuil de notre cœur stérilisé par

Fin du triptyque, où l on voit qu'il n'y a qu'une...

Fin du triptyque, où l on voit qu'il n'y a qu'une lutte incessante à mener, ce, dès aujourd'hui. Je remonte sur les… https://t.co/q2q8CJ6iee HDN (@hdalle_hdn) March 12, 2019 Fin du triptyque, où l on voit qu'il n'y a qu'une lutte incessante à mener, ce, dès aujourd'hui. Je remonte sur les hauts fleuves..... https://t.co/mF4ITUyU6E

Là bas !

Là bas ! Je retourne sur le haut Maroni dès lundi ! Voir ces jeunes enseignant.e.s plein de courage ! Sauvage et b… https://t.co/TY21rn3wZh HDN (@hdalle_hdn) March 12, 2019 Là bas ! Je retourne sur le haut Maroni dès lundi ! Voir ces jeunes enseignant.e.s plein de courage ! Sauvage et beau....A bientôt Melanie Brun, Laurie Aes ! https://t.co
Sur le haut Maroni, fleuve d'Amazonie

Sur le haut Maroni, fleuve d'Amazonie

English text at end of page ! Sur le Maroni, fleuve d’Amazonie Sur le Maroni, au fur et à mesure que la pirogue remonte vers le haut pays amérindien, s’impose le silence des langues que l’on écrit, dépassant une à une la frontière des mots par une succession de sauts, dédales sauvages où flots, roches et sables nous détachent peu à
La souffrance la rage le rêve (2)

La souffrance la rage le rêve (2)

English text following « Je suis fille, je suis fils des loups des aigles et du soleil. Je suis l’amante, je suis l’amant des jours enfantés de demain. Je suis mère, je suis père d’enfants de pays délivrés. Jamais je ne plierai genou, la tête ou l’âme. Père mère et poésie m’ont fait naitre libre dès mon premier cri, sur cette
Je pars

Je pars

Je pars Le bleu équatorial en boussole L’âme sûre du marin Voguant vers le grand large inconnu Je pars Le bleu océan en voile Le cœur ravivé d’étés mûrs Rêveur au visage nu Je pars Le soleil bleu pour seul âge Le corps tatoué de voyages Voyant de l’aurore par de là les soirs Je pars Le regard jeune confondu d’oiseaux S uivant l