Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Histoire de la ville de Tyr au Liban

Les villes du Liban ont un passé prestigieux et Tyr, située au sud de Beyrouth, est un bel exemple de richesse. Hérodote affirme une fondation de la cité à -2750 av. J.-C. qui connut par la suite un commerce maritime très prospère. La ville subit de nombreuses invasions : Assyrienne, Babylonienne, Perse, Romaine, Musulmane, Ottomane jusqu'en 1920 où elle sera restituée à la République libanaise.

Origine et prospérité

Tyr, en arabe "Sour" signifie "rempart", est une ville libanaise située à 80km de Beyrouth. À l'origine, Tyr et Sidon sont unifiée. Hérodote affirme une fondation de la cité à -2750 av. J.-C. - En - 2000 av. J.-C., elle est mentionnée dans les textes égyptiens, car c'est un port stratégique et une escale entre l'Égypte et Byblos. - En -1400 av. J.-C., la cité est florissante et souveraine sur les villes phéniciennes. - En -1300 av. J.-C., la voici tributaire des pharaons d'Égypte que les "Peuples de la mer" libèreront en -1200 av.JC. Tyr a son commerce maritime très opulent et développé. Leur spécificité est la confection d'étoffes teintées de pourpre, du verre et de quelques céramiques.

Tyr continental et insulaire

Au début de l'an -1000 av.JC, le roi Hiram décide d'agrandir sa ville en prenant sur la mer. Il comble la lagune et édifie sur un îlot rocheux, distancé de 600m du continent, deux ports et un temple de "Melqart". Le souverain est en relation avec les rois hébreux David et Salomon. Du bois de cèdre et des artisans leur seront fournis pour la construction de leur temple de Jérusalem.

Ville martyre

Une ère tumultueuse s'abat : - En -950 av.JC, Tyr se scinde de Sidon et se soumet aux Assyriens après dix années de résistance, puis aux Babyloniens et enfin aux Perses, avec Nabuchodonosor II à leur tête, après treize années de riposte. - En 333, Alexandre le Grand désire se rendre au temple de Melqart, mais se voit interdit d'accès. Il lui faudra sept mois pour y parvenir. À sa mort, l'héritage passe à la dynastie Ptolémée, puis aux Lagides et aux Séleucides. - En -64 av. J.-C., les nouveaux maîtres sont Romains. La ville retrouve son opulence et devient un centre d'études philosophiques. Jésus y passa, ce qui donna naissance à une communauté chrétienne. - En 638, les Musulmans s'emparent de Tyr, puis en 1089, les Seldjoukides et en 1124, ce sont les Croisés. En 1291 arrivent les Mamelouks. - En 1516, les Ottomans dominent la ville qui devient un foyer Chiite. - L'année 1920 marquera la restitution de Tyr à la République du Liban.

Articles de la même catégorie Histoire

Quels sont les différents symboles maçonniques ?

Quels sont les différents symboles maçonniques ?

La Franc-Maçonnerie apparue au XVIe siècle en Écosse, s'est développée au XVIIIe siècle en Angleterre. Forte de ces 5 siècles d'existence, cette "association essentiellement philosophique et philanthropique" laisse au symbolisme une place prédominante en son sein.
Saint-Aubin-du-Cormier et son histoire

Saint-Aubin-du-Cormier et son histoire

Située dans le département de l’Ille-et-Vilaine, en Bretagne, Saint-Aubin-du-Cormier est une petite ville de plus de 3000 habitants, qui n'est pas différente des autres villes françaises au premier regard, mais qui renferme en fait une histoire et une culture extrêmement riches. Retour sur une ville qui intéresse de nombreux touristes et autres historiens.
Palace de Nice : histoire du Negresco

Palace de Nice : histoire du Negresco

L’hôtel Negresco fait partie des palaces mythiques. Construit en 1912, sur la Baie des Anges, c’est l’un des derniers palaces privés du monde, et son centenaire, célébré en 2012, est l’occasion de revenir sur son histoire. Voici donc, après les débuts fracassants du palace, les années de léthargie, bientôt suivies du renouveau impulsé par Jeanne Augier.
Tout savoir sur la croix de fer allemande

Tout savoir sur la croix de fer allemande

La Croix de fer "Eisernes Kreuz" est une décoration allemande, la plus célèbre au monde. Créée en 1813 par Frédéric-Guillaume III de Prusse pour récompenser les actes de bravoure, elle demeure aujourd'hui le symbole de l'armée allemande. À plusieurs reprises, elle a été supprimée puis rétablie au gré des conflits. C'est par ailleurs, une pièce très recherchée par les collectionneurs.