Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Tout sur la Koutoubia à Marrakech

Monument emblématique de Marrakech, la Koutoubia attire l’œil de tout visiteur de Marrakech, mais en se rapprochant de l’édifice, on se rend compte du défi architectural et de l’œuvre, qui nous surplombe : un millénaire de fascination sur tous les visiteurs de la ville.

Un lieu incontournable à Marrakech

Sur la place de la Koutoubia, l’édifice éponyme reste le monument le plus haut de Marrakech. Il saura vous attirer, mais il conservera ses portes fermées, masquant les jardins de la Koutoubia. Si notre regard est immédiatement attiré, lorsqu’on visite Marrakech par la Koutoubia, son accès reste interdit à tout non- musulman. Néanmoins, la Koutoubia Marrakech mérite le détour. Dès 1147, l’almohade Abd El-Moumen entreprend de célébrer la victoire sur les Almoravides, en édifiant l’une des plus vastes mosquées. Le minaret ne sera terminé que sous l’autorité du petit-fils du prince fondateur, qui y aura ajouté les jardins. Le minaret en moellons roses du Gueliz, s’élève à 70m, présentant l’harmonie parfaite des proportions voulues par la civilisation almohade : cinq hauteurs pour une largeur. L’intérieur du minaret se compose de six salles superposées, reliées entre elles par une pente douce et sa couleur rose d’origine lui a été redonnée grâce à une vaste campagne de restauration (début des années 2000).

Un lieu de culte, fierté des marocains

Mais, le monument ne se limite pas à ce seul minaret et une découverte des lieux sera l’occasion de découvrir un pan de cette civilisation. Vous pénétrerez dans la cour de la Koutoubia par une porte monumentale, avec un arc outrepassé, doublé d’une arcature décorative mouluré. Ces décorations se retrouvent sur toutes les faces du minaret, avec des représentations d’ornements floraux Vous découvrirez alors, en pénétrant dans la cour de l’édifice, les fondations de l’ancienne mosquée, qui avait été mal orientée. Le jardin de la Koutoubia s’offre alors à vous. La mosquée en elle-même est composée de seize nefs parallèles, d’égales largeurs et seule la nef médiane reste plus étroite que les autres donnant une perspective étonnante, dès lors que l’on se place à une extrémité de la pièce. L’immense salle de prière, soutenue par des piliers blancs, peut accueillir 20000 fidèles et on y accède, généralement, par une porte discrète, aux décorations peu démonstratrices. C’est au pied de l’édifice, que se tenait le souk des manuscrits, un immense marché de l’écrit, donnant le surnom à l’édifice, qui deviendra alors "La mosquée des Libraires". Profitez- donc du charme de ce quartier, pour découvrir les jardins de Marrakech. Un hébergement dans un Riad Koutoubia, ou encore dans un hôtel Koutoubia égaiera votre séjour, à moins que vous ne leur préfériez les Riads de luxe à Marrakech.

Articles de la même catégorie Patrimoine

Le port du Havre : histoire et activité

Le port du Havre : histoire et activité

Le port du Havre a été construit en 1517 pour deux activités : militaire et commerciale. Ce port connaîtra de nombreuses évolutions depuis sa construction à nos jours et son activité deviendra par la suite exclusivement commerciale. Cet article présente son histoire et ses activités actuelles. En 1517, François 1er décide de construire le port du Havre. Le projet devait répondre à deux critères : le port devaient être à la fois militaire et commercial.
Vue virtuelle du haut d'une tour de Notre-Dame de Paris

Vue virtuelle du haut d'une tour de Notre-Dame de Paris

Notre Dame de Paris est le symbole le plus connu de France. C'est une cathédrale catholique qui se situe à l'extrême bout de l'île de la Cité, près des berges de la Seine et au centre-ville dans le 4è arrondissement de Paris. Lors d'une visite sur la capitale, c'est une découverte incontournable. Cependant, vous pouvez la visiter virtuellement et voici comment faire ?
"Le Cri du peuple" : que désigne ce titre ?

"Le Cri du peuple" : que désigne ce titre ?

A l'instar du père Duchêne, le cri du peuple est un des 70 journaux créés en 1871, lors de la Commune. Il a sans doute été le quotidien le plus lu dans la capitale insurgée. Le journal a disparu, mais le nom est resté, avec toute sa force évocatrice, capable d'inspirer des créations littéraires et de servir encore aujourd'hui de bannière de ralliement à la contestation.