Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Quelles sont les méthodes pour calculer le chômage ?

Vous avez terminé votre contrat, ou vous êtes licencié, sachez que vous allez toucher bien évidemment le chômage. Celui-ci dépend de votre salaire et du temps que vous avez travaillé dans l'entreprise. Des méthodes de calcul sont là pour vous donner une idée sur votre indemnisation mensuelle, nous allons essayer d'expliquer ces calculs.

Combien allez-vous percevoir ?

Les allocations chômage dépendent de l'ancien salaire L'allocation est calculée à partir de la rémunération que vous perceviez en tant que travailleur. C'est le salaire des douze derniers mois, y compris les primes qui sont retenues. Les jours d'absences non payés sont déduits du nombre de jours travaillés. Les indemnités de licenciement, de fin du contrat et des congés payés ne sont pas intégrées dans le salaire. Le calcul se fait ainsi sur un salaire journalier de référence (SJR). Exemple Pendant les douze mois précédant la fin du contrat, vous avez perçu un salaire brut de 1700€ par mois incluant la prime du treizième mois. Votre salaire journalier de référence s'élève à 55,82€. Voici le calcul de votre salaire : (1700x12 mois)/365 jours. Si vous avez été en arrêt de travail, le calcul change : (1700x11)/(365-30), vous percevrez donc un salaire journalier de référence de 55,82€. Montant de votre allocation chômage Le demandeur d'emploi perçoit une indemnité de chômage qui est égale au plus élevé des deux montants suivants : - 40,4% du SJR 11,17€/jours (formule 1).
- 57,4% du SJR (formule 2). Le montant obtenu ne peut pas être inférieur à 27,25€ bruts par jour, ni dépasser 75% du SJR. Exemple Pour la formule 1, l'allocation chômage s'élève à 33,74€ (40,4%).
Pour la formule 2, on obtient 32,08€ (57,4%). Les prix indiqués sont les montants par jour, donc multipliez le montant par le nombre de jours et vous obtiendrez votre allocation du mois.

Le chômage partiel

Ces assurances chômage sont versées si vous êtes partiellement au chômage, c'est-à-dire que cela permet de maintenir le salarié dans l'entreprise, mais à temps partiel. Cela compense la perte de salaire. Cette situation peut arriver en cas de ralentissement économique, cela évite le licenciement. Le calcul de ce chômage Le salarié perçoit pour chaque heure chômée, une indemnité égale à 60% de la rémunération brut, sans pour autant être inférieur à 6,84€ de l'heure. C'est l'employeur qui verse cette compensation. Si l'entreprise emploie 250 salariés ou moins, l'indemnité s'élève à 3,84€ et dans toutes celles de moins de 250 salariés, le montant est de 3,33€ (montants constatés en juin 2011). Il existe une indemnité complémentaire qui est prise en charge par l'employeur.

Articles de la même catégorie Licenciement

Procédure de licenciement pour inaptitude

Procédure de licenciement pour inaptitude

Il peut arriver qu'après un accident, qu'il soit du travail ou non, un salarié ne puisse pas reprendre son ancien poste, il appartiendra alors au médecin du travail de déclarer le salarié comme inapte à la suite de deux visites médicales. Mais l'employeur ne peut pas pour autant le licencier automatiquement, il doit rechercher un poste adapté à son salarié.
Comment calculer le montant de l'allocation chômage ?

Comment calculer le montant de l'allocation chômage ?

Si vous venez de vous faire licencier, vous allez sûrement vous inscrire en tant que demandeur d'emploi, et obtenir, si toutes les conditions sont réunies, des allocations chômage qui portent le nom d'allocation de retour à l'emploi (ARE). Ainsi, vous vous demandez comment seront calculées vos allocations chômage. Pour en savoir plus, lisez ce qui suit.
Comment se déroule une liquidation judiciaire ?

Comment se déroule une liquidation judiciaire ?

La liquidation judiciaire est une procédure collective, elle est pour les entreprises qui sont en cessation des paiements et dont leur redressement n'est pas possible. Cette procédure correspond à ce que l'on dit dans le jargon : le dépôt de bilan. La liquidation judiciaire a trois grandes conséquences sur l'entreprise, le dessaisissement du débiteur, l'arrêt de l'activité et la possible cession.
Comment faire accepter un plan social en 10 étapes ?

Comment faire accepter un plan social en 10 étapes ?

Anciennement connu sous le nom de "plan social" sous la loi "Soisson" du 2 août 1989, l'actuel "plan de sauvegarde de l'emploi" (PSE) mise en place par la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 vise à éviter les conséquences d'un licenciement collectif, notamment en mettant en place des actions de reclassement. Mais comment le faire accepter ?