En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Quelles sont les étapes pour remplir une déclaration de cession d'un vehicule : fiches pratiques

La déclaration de cession de véhicule est un formulaire composé de trois volets, qui est utilisé lors d'une vente d'un véhicule d'occasion. Ce document prouve le changement de propriétaire, en cas de cession de votre véhicule. Cet article vous montrera quelles sont les étapes pour bien remplir la déclaration de cession d'un véhicule.

Les étapes pour remplir la déclaration de cession de véhicule

Les finalités de la déclaration de cession de véhicule Le formulaire de cession de véhicule est un document disponible gratuitement, dans tous les bureaux de Préfecture, de Mairie et de Gendarmerie. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, il suffit de le télécharger sur le site officiel de l'administration Formulaires.modernisation.gouv.fr. Il s'agit du formulaire Cerfa nº 13754*01. Ce certificat de cession prouve le changement de propriétaire. Il est obligatoire quel que soit le type de cession : cession à titre gratuit ou cession à titre onéreux. Par ailleurs, ce document permet au vendeur de ne pas être responsable, en cas d'infraction commise par le nouveau propriétaire du véhicule. En effet, le véhicule sera sous le nom du nouveau propriétaire et pas sous le nom du vendeur. Les mentions obligatoires sur le certificat de cession Le formulaire en main, le vendeur devra remplir minutieusement ce certificat de cession, sans faire de ratures. Tout d’abord, il sera nécessaire de remplir un encadré bleu, lorsque la cession est un acte de vente. Si la cession est effectuée à titre gratuit, il ne faudra pas remplir cet encadré bleu. Ensuite, le certificat de cession du véhicule devra comporter de nombreuses mentions obligatoires. En effet, il faudra mentionner la date de la transaction, la signature du vendeur, la marque, le type de voiture et le numéro de série du véhicule. D'autres mentions facultatives peuvent être inscrites sur ce document, telles que les réparations effectuées sur le véhicule. Par ailleurs, il faudra également mentionner l'identité et l'adresse du nouveau propriétaire, mais aussi cocher la case "cédé" ou "cédé pour destruction" et enfin, l'acheteur devra signer le document.

Les formalités administratives auprès de la préfecture.

La remise du certificat de cession à l'acheteur Lorsque le document de cession du véhicule est rempli, il sera nécessaire de le remettre à l'acheteur. Le certificat de cession est composé de trois volets : le premier volet conservé par le vendeur, le deuxième volet donné à l'acheteur et le dernier volet remis à la Préfecture, par le vendeur. Le vendeur dispose d'un délai de 15 jours, à partir de la vente du véhicule, pour remettre le volet à la Préfecture. De plus, il devra conserver son volet pendant une durée minimum de cinq ans. Les formalités d'établissement de la nouvelle carte grise du véhicule Grâce au document de cession du véhicule, l'acheteur pourra faire les formalités de changement de la carte grise, à la Préfecture. Pour cela, il faudra remettre le volet de la déclaration de cession et également l'ancienne carte grise avec la mention "cédé le... (mention de la date de la vente)" et la signature du vendeur. Ainsi, le nouveau propriétaire pourra obtenir une carte grise à son nom.

Articles de la même catégorie Fiscalité

Quel régime fiscal pour la location de meublés

Quel régime fiscal pour la location de meublés

La location meublée bénéficie d'une fiscalité plutôt douce et louer meublé présente de sérieux avantages au niveau du régime fiscal. Alors que pour une location nue le bailleur ne bénéficie que de 30% d'abattement sur ses recettes (régime micro-foncier), pour une location meublée l'abattement est de 71% (régime micro-BIC).
Tout savoir sur la création d'une societé offshore

Tout savoir sur la création d'une societé offshore

Créer une entreprise dans un état à fiscalité avantageuse (offshore) n’est pas très alambiqué. Il est faisable de la mettre en place à peu de frais. Néanmoins, il ne faut pas pour autant faire n’importe quoi, pour n’importe quelle activité, car même si la société est domiciliée à l'étranger elle pourra être passible des impôts français.