Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Plaques émaillées : technique et application

Si les premières techniques d’émaillage remontent à l'Antiquité, la plaque émaillée en tant que support de communication publicitaire connaît son heure de gloire dans la première moitié du XXe siècle. Une multitude de marques l’ont ainsi utilisé pour leur "réclame". Alors support publicitaire par excellence, elle est devenue avec le temps objet de collection.

D’abord, un morceau de tôle

Avant de devenir "plaque émaillée", le support est découpé dans des plaques de tôle, puis préparé (Entre autres, décapage et perçage de trous pour accrocher la future plaque). Une couche initiale d’émail est appliquée sur la plaque, ce premier traitement de surface garantissant la qualité et la conservation du produit final. Puis, vient l’émaillage à proprement parler qui va lui donner son graphisme et ses couleurs.

Les pochoirs et mélanges d’émails

En utilisant différents pochoirs, on dépose successivement sur la plaque plusieurs mélanges d’émail en poudre, chaque mélange correspondant à de différentes couleurs souhaitées. Après chaque dépôt d’émail, la plaque est chauffée à plus de 800 degrés, ce qui va fixer l'émail, et donc, la couleur. Cette opération est répétée pour chaque couleur. Le procédé garantit à l'objet une longue conservation.

Des avantages qui séduisent les publicitaires au début XXe siècle

Utilisée dès 1850 pour certaines signalétiques (plaques de noms et de numéros de rues, notamment), la plaque émaillée va séduire les publicitaires du siècle suivant qui plébiscitent sa longue durée de vie et son adaptabilité (taille, forme, usage intérieur ou extérieur). Sa production devient industrielle dans les années 20, et la plaque en émail va envahir les rues jusqu'aux années 70. Une multitude de marques "historiques" (Peugeot, Ricard, La Vache qui rit, etc. ) recourront à ce support dont la production aura atteint son apogée dans les années 30.

La plaque émaillée victime de la présence croissante des médias

L’utilisation de la plaque d’émail perdurera dans l’après-guerre, mais le développement d’autres médias (radio, presse écrite, télévision) va, dès les années 60, marginaliser sa production, évolution qui se confirmera tout à fait dans la décennie suivante. La plaque émaillée n’a cependant pas disparu, puisqu’elle est devenue objet décoratif… sinon, objet de collection. Et si vous souhaitez acquérir une reproduction d'une plaque ancienne "Banania" ou "Licence IV", sachez qu'il existe des prestataires spécialisés dans la reproduction (et aussi la création personnalisée) de plaques émaillées.

Articles de la même catégorie Arts graphiques & arts plastiques

Comment créer soi même son en-tête de lettre ?

Comment créer soi même son en-tête de lettre ?

Personnaliser son courrier est devenu à la mode depuis qu'il y a internet et que l'on peut le faire soi-même. En effet, créer son en-tête de lettre est devenu facile grâce à certains sites qui vous aident dans votre démarche. Voici quelques conseils et quelques sites qui vous seront utiles pour créer vous-même votre en-tête de lettres personnelles ou professionnelles.
Comment dessiner un bonhomme de neige ? (trucs, astuces)

Comment dessiner un bonhomme de neige ? (trucs, astuces)

En 7 étapes, il est possible d'obtenir un dessin de bonhomme de neige à partir de formes simples. Cette ébauche peut-être ensuite fignolée, en gommant les traits inutiles, en coloriant, en rajoutant des détails et éventuellement, en créant un fond et des ombres.
Graffiti sur un train ; que risque-t-on ?

Graffiti sur un train ; que risque-t-on ?

La graffiti est un acte parfois artistique, parfois revendicateur, mais surtout il est perçu comme du vandalisme plutôt que de l'art. En France, les graffeurs prennent le risque d'amendes, de travaux d'intérêt général et même d'emprisonnement.
Pascal Maitre : photographe et reporter

Pascal Maitre : photographe et reporter

Pascal Maître est un photographe reporter français, né en 1955. Il débute sa carrière en 1979, parcourant le monde pour de grands magazines, comme Géo ou Life. Il a travaillé pour différents groupes de presse. Depuis 1988, il a exposé ses années de travail à travers le monde et publié différents ouvrages, dont Mon Afrique en 2001.