Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Olivier Bonnet : biographie

À ne pas confondre avec Franck-Olivier Bonnet l'acteur, Olivier Bonnet s'est intéressé très tôt à la peinture, dont il a suivi quelques cours aux beaux arts puis a pratiqué avec le pinceau puis les crayons pastel secs. Il a fait de nombreuses conférences portant sur des membres de l'art : peinture et sculpture.

Ses premiers pas

Éléments de biographie Olivier Bonnet est né en décembre 1957 en Bretagne. Il a fait ses études secondaires à Rouen puis au Havre. Au cours de cette période, il commence à écrire quelques textes et rencontre le peintre Jean-Pierre Germain. Il commence à s'informer sur l'actualité, l'histoire de l'art et s'intéresse à la photographie. Parallèlement, il suit quelques cours de Beaux Arts au Havre. Au cours de l'année 1978, il part pour le service militaire à Épinal et devient photographe. Il y rencontre un calligraphe et désire lier ses textes au graphisme. Deux ans plus tard, à partir de 1980, il commence à peindre. En 1985, il participe à des expositions de groupe. En 1986, il essaie de nouveaux graphismes et décide de passer du pinceau aux bâtons de pastel sec. Il expose ses toiles, seul de 1987 à 1992. Durant cette même période, il décide de changer de technique en utilisant le monotype à l'aide d'encre et de gouache puis utilise la peinture acrylique. En 2002, il réalise sa première sculpture puis plus tard quelques gravures. Il est souvent invité dans les salons d'arts.

Sa carrière

Ses expositions 1983-1984 : organisation de l'exposition rétrospective du peintre Jean-Pierre Germain.
1987-1992 : exposition personnelle de ses œuvres.
1993-1995 : exposition personnelle "Contrastes et Mémoires" à Notre Dame de Gravenchon.
2003-2004 : exposition personnelle "Pièce en trois actes". Ses conférences 1996-1999 : présentation de la conférence sur Picasso.
1996-1999 : présentation de la conférence sur la vie et l'œuvre du sculpteur César.
1996-1999 : présentation de la conférence sur l'écriture au Moyen Age. Ses publications 2005 : "Signes de plumes", "plumées" et "plumes d'elles".
2008 : "La cinquantième".

Son action

1983-1984 : création de l'association "Expression" à Notre Dame de Gravenchon. 1993-1995 : participation à la création de l'école des arts graphiques et plastiques de Notre Dame de Gravenchon. 2000 : participation à l'exposition inaugurale de la galerie du Parc de Notre Dame de Gravenchon. 2000 : invité au salon de Yerville, au cours duquel il présente "les herbiers". 2002 : il reçoit la médaille du Conseil Général de la Seine Maritime.

Articles de la même catégorie Patrimoine

Église Saint-Merry à Paris

Église Saint-Merry à Paris

L’Église catholique Saint-Merry est située à proximité du centre Georges-Pompidou, au croisement de la rue Saint-Martin et de la rue de la Verrerie, à Paris. Son nom proviendrait de l’abbé Saint-Médéric, mort en l’an 700 et canonisé. Que ce soit pour son histoire ou son style architectural, cette église est extrêmement riche, et est devenue beaucoup plus qu'un simple lieu de culte.
La coiffe bretonne : ses principales variantes

La coiffe bretonne : ses principales variantes

Les coiffes bretonnes s'inscrivent pleinement dans le patrimoine de la Bretagne. Elles se distinguent aussi par leur diversité : il y a presque autant de sortes de coiffes que de microrégions, voire de communes, dans la péninsule bretonne. Certains pays en possèdent même plusieurs. Etant donc impossible de toutes les énumérer, cet article vous en présente quelques-unes.
Vincent Duluc : biographie

Vincent Duluc : biographie

Les amateurs du ballon rond le connaissent pour l'avoir vu sur les plateaux des émissions consacrées au football ou pour avoir déjà lu au moins une fois un article de sa part dans le journal "L'Equipe". Lui, c'est Vincent Duluc, un journaliste sportif connu et reconnu dans la profession. Petit rappel pour ceux qui n'auraient encore jamais entendu parlé de lui.
Le Diable au corps : le roman, le film

Le Diable au corps : le roman, le film

Il existe plusieurs œuvres intitulées "Le Diable au corps" mais, incontestablement ce sont le roman de Radiguet et le film qui en a été tiré de Claude Autant-Lara qui ont le plus marqué les esprits.