En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Histoire de la tête de Maure : emblême de la Corse

Pascal Paoli, homme politique corse, mais également amiral a officialisé la tête de Maure ou tête-de-More sur le drapeau de corse en 1762. Cependant, ce symbole existait depuis déjà fort longtemps. Vous trouverez ici l'histoire de la tête de Maure, mais aussi quelques informations sur la controverse de ce qui ne pourrait être qu'une légende.

Histoire de la tête de Maure


L'origine des Maures (ou More) n'a rien de religieux à la base. En effet, il s'agit des populations berbères vivant au Maghreb. C'est au VIIe siècle que ce terme prend le sens de musulman. On entend pour la première fois parler de la tête de Maure au XIIIe siècle. En effet, à l'époque, le bandeau se situe sur les yeux du Maure et symbolise la victoire des croisés sur l'ennemi musulman. Le roi Aragon avait sur ses armoiries quatre têtes-de-Maure et c'est lorsque le pape Boniface XIII lui attribua la Corse que le symbole fit son entrée sur l'île. Cependant, Aragon perdit vite le pouvoir et pendant plusieurs centaines d'années la tête de Maure ne fut plus rattachée à l'île de beauté malgré un fort impact symbolique sur les populations. C'est pour cela que c'est uniquement au début du XVIIIe siècle qu'elle refit son apparition officielle avec le Roi Théodore qui pourtant ne régna même pas un an. On raconte que c'est seulement à l'époque de Paoli que le bandeau fut relevé des yeux afin de donner le message que la Corse avait ouvert les yeux. Cependant, l'histoire ne s'arrête pas à Paoli, car dès 1769, quand la Corse redevient française, ce drapeau devient interdit. C'est d'ailleurs peut-être cet emblème corse de liberté qui donne un poids aussi important à la tête qui finalement est en 1980 réhabilité en tant que drapeau régional.

La légende


En corse, il existe une légende plus belle et plus flatteuse sur l'histoire de la tête de Maure. En effet, on raconte qu'une belle jeune femme fut kidnappée par un Sarrasin, mais sauvée par son fiancé corse. L'ennemi ne l'entendit pas aussi facilement et envoya ses hommes quérir la jeune femme. Cependant, après une guerre sanglante, les Corses gagnèrent la victoire et tinrent la tête du chef des ennemis embrochée sur une pique. L'histoire raconte que pendant les festivités, les vainqueurs montrèrent la tête du Maure enveloppée d'un drap blanc, ce qui aurait mené au symbole du drapeau.

Articles de la même catégorie Histoire

Saint-Florent-sur-Cher et son histoire

Saint-Florent-sur-Cher et son histoire

De chaque côté de la rivière, la cité a su, depuis son origine, tirer profit d’un cadre naturel exceptionnel. La richesse de ses sols a développé l’industrie métallurgique, alors que la rivière lui permettait de transporter ses productions; une situation qui a permis à la commune de se développer et de prospérer.
Gang des postiches : son histoire

Gang des postiches : son histoire

Le gang des postiches est un groupe de braqueurs de banques qui a défrayé la chronique, au début des années 1980. Il doit son nom, au mode opératoire de ses membres qui commettaient leurs braquages grimés, avec de fausses barbes ou moustaches. L'histoire de ce gang a inspiré le cinéma, dans les années 1990.
Régine Pernoud : biographie et bibliographie

Régine Pernoud : biographie et bibliographie

Régine Pernoud était une historienne renommée née en 1909 et décédée en 1998. Fortement intéressée par l'histoire médiévale et notamment la place de la femme dans la société, elle écrivit de nombreux livres, la plupart ayant pour sujet Jeanne d'Arc.
Louis II de Bavière : histoire

Louis II de Bavière : histoire

Louis II de Bavière est né près de Munich. Il fut roi de Bavière au XIXe siècle, à l'âge de 18 ans. Il était considéré comme grand (1m91) et très beau. Il fut de la même époque que Louis XVI et Marie-Antoinette, personnages qu'il admirait véritablement. Ce roi ne fut jamais marié après l'échec de ses premières fiançailles.