Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Comment calculer les impôts sur ses revenus ?

L'impôt sur le revenu est calculé sur le revenu global du foyer fiscal. En parlant de revenu, il faut prendre en compte les revenus nets imposables qui sont les revenus bruts auxquels on ajoute les charges déductibles. Il convient donc de faire une distinction entre ces deux notions pour voir ce qui est compris.

Le revenu brut

La formule de calcul des revenus bruts est la somme des bénéfices professionnels, des profits accessoires et certaines plus values réalisées par le contribuable. Le bénéfice professionnel Il est calculé en additionnant le chiffre d'affaires hors taxe auquel on ajoute le stock final en fin d'exercice au 31 décembre et soustrait à ce résultat le montant des achats non amortissables auxquels on soustrait le stock initial au 1er janvier. Les profits accessoires C'est l'ensemble des revenus réalisés par le contribuable en dehors du cadre normal de son activité comme des loyers d'immeuble, les subventions par les collectivités territoriales ou encore les indemnités d'assurance. Certaines plus values C'est un gain en capital résultant de la cession d'un actif. C'est la différence entre le prix de cession et la valeur comptable résiduelle (le prix total du bien divisé par le total des amortissements pratiqués). Si le bien est détenu depuis moins de deux ans, la plus value sera qualifiée de plus value à court terme ; et sera qualifiée de plus value à long terme si le bien est détenu depuis plus de deux ans.

Les charges déductibles

Les charges déductibles sont de deux ordres : les dépenses réalisées pendant l'exercice et certaines dépréciations. Les dépenses Les conditions pour que la dépense soit déductible sont que l'achat du bien soit lié à l'exercice de l'activité. La dépense est rattachée à l'exercice imposable, le contribuable peut produire des justificatifs de paiement et la dépense n'est pas excessive. Cela pourra concerner des loyers, des factures téléphoniques, l'achat de petits matériels. Les dépréciations
Cela concerne les amortissements : c'est une technique comptable et fiscale qui permet de compenser les dépréciations d'un élément d'actif comme pour une voiture qui décote. Cela concerne aussi les provisions qui sont des charges destinées à faire face à des pertes que les évènements en cours rendent probables. Par exemple, le paiement de dommages et intérêts, des provisions pour perte de procès.

Articles de la même catégorie Fiscalité

Tout savoir sur le Borloo ancien

Tout savoir sur le Borloo ancien

Le dispositif de placement locatif Borloo ancien donne la possibilité à un investisseur de profiter de déductions caractéristiques, ainsi que d'un déficit foncier imputable sur ses revenus, sous des formalités de location à respecter. Pour une habitation neuve, le procédé à étendre sera le procédé Borloo neuf, ou encore, nommé naturellement Borloo.
Comment obtenir une simulation du montant de ses impôts ?

Comment obtenir une simulation du montant de ses impôts ?

Il est aujourd'hui assez facile d'obtenir une simulation du montant des impôts, en fonction des revenus de l'année précédente. Plusieurs sites proposent d'effectuer cette simulation, que ce soit des sites privés ou des sites qui dépendent du ministère. Dans tous les cas, la procédure est la même : fournir le montant de ses revenus, déduire ses charges diverses et ainsi obtenir le montant des impôts à payer.
Les 10 points essentiels sur la fiscalité des entreprises ? (guide pratique)

Les 10 points essentiels sur la fiscalité des entreprises ? (guide pratique)

La fiscalité d'une entreprise est toujours quelque chose de très complexe, même pour les professionnels ayant pourtant l'habitude d'y avoir affaire. Pourtant, si l'on résume de manière organisée cette fiscalité des entreprises, on en arrive à seulement 10 points essentiels la concernant, ni plus, ni moins. Voici ces 10 points énoncés dans cet article.
Comment se passent les droits de succession lors d'un décès ?

Comment se passent les droits de succession lors d'un décès ?

Quand une personne meurt, le droit des successions règle la transmission de ses biens aux héritiers, néanmoins ceux-ci doivent tout de même payer des droits de succession (ou droit de mutation). Cette charge correspond à une taxe à verser à l'Etat pour le fait de recevoir dans son patrimoine des biens, de manière gratuite.