Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

L'Euro du Vatican et autres pays : comment connaître la valeur des pièces ?

Diffusé dans tous les pays d’Europe, l’Euro visait le but d’une monnaie unique sur tout un continent. Les collectionneurs ne l’entendaient as ainsi, et un véritable marché des pièces en euro s’est alors mis en place, avec des moyens pour réussir à valoriser ses propres pièces.

Une monnaie unique

Adoptée par l’ensemble des pays européens, les pièces en euro se devaient, à l’origine, de représenter la même valeur. Très vite, certaines pièces se sont montrées plus recherchées que d’autres, augmentant leur cotation. Le 1er janvier 2002, tous les pays de la communauté européenne abandonnèrent leur monnaie nationale au profit d’une monnaie unique : l’euro. Toute la monnaie émise représentait la même valeur faciale. Les billets et les pièces devaient présenter une face commune, la seconde étant réservée à une illustration nationale. Aussi, une pièce euro, provenant de la France, valait la même chose qu’un euro vatican. Pas de distinction sur la valeur numéraire des pièces. Néanmoins, la cotation des monnaies ne respecte pas le même principe, puisque la cotation euro se base sur la demande exprimée sur chacune des pièces mais aussi sur la quantité des pièces en circulation. Ainsi, un euro français, même si il a la même valeur qu’un euro vatican, reste bien plus important, en ce qui concerne le nombre de pièces mises en circulation. Aussi, certaines pièces en euros ont vite rejoint le statut de piece collection.

La collection des euros

Comme toutes les monnaies, les pièces en euros font l’objet de collections, qui influent grandement sur leur valeur en terme de pièces de collection. Il n’est pas aisé aujourd’hui de s’y retrouver. Si, on ajoute à cette différence de quantité de pièces en circulation, le fait qu’il existe des millésimes pour les pièces (par exemple vatican 2006), mais aussi des pièces commémoratives, la monnaie euro est devenu un véritable terrain de jeu pour les collectionneurs. Les pièces commémoratives, une fois par an et par pays, ne concernent que les pièces de deux euros, mais cela multiplie encore la spéculation, issue des collections de pièces. Pour connaître la valeur de telle ou telle pièce en euro, il suffit de l’identifier précisément, avec le pays émetteur, la date d’émission (millésime) et le cas échéant la référence du tirage commémoratif. Le site de la Banque centrale européenne (Ecb.europa.eu) dresse l’ensemble des pièces émises sur l’Europe. Un site (Cotationeuro.com/) se propose ensuite d’afficher la cotation de votre pièce, en fonction des données renseignées, mais aussi en fonction de sa propre base de données. Les pièces, originaires du Vatican et de Monaco, occupent une bonne partie des pièces, atteignant des records..

Articles de la même catégorie Patrimoine

Les forts de Vauban : tout savoir sur l'homme et son oeuvre.

Les forts de Vauban : tout savoir sur l'homme et son oeuvre.

Sébastien Le Prestre, seigneur de Vauban, a consolidé plus de 300 places fortes et a construit près de 40 nouvelles places. Son oeuvre militaire est marquée par la recherche constante de l'innovation et par l'effort d'adaptation permanent. Son "pré carré" a permis de transformer l'intérieur de la France en un espace civil marqué par le démantèlement des remparts des villes.
Bracelet rouge : les différents sens du port d'un bracelet rouge

Bracelet rouge : les différents sens du port d'un bracelet rouge

Au Moyen Age, un ruban rouge autour d’une patte protégeait les vaches du sorcier et les poules du renard, pour la maladie un ruban rouge autour du cou éloignait la peste. La flammèche rouge protège de la fièvre et des rhumatismes au Pays de Galles et la ceinture des zouaves joue aussi le rôle de garde du corps. Des milliers de personnes, des femme et des enfants portent un bracelet rouge, protection, sécurité ? Voici quelques explications sur les différents bracelets et leurs usages.
Philippe Meyer : biographie

Philippe Meyer : biographie

Philippe Meyer a suivi des études de sociologie et de psychiatrie puis, après avoir travaillé pendant plusieurs années dans ce domaine, il s'est dirigé vers le journalisme, sous ses différentes formes d'abord sa forme écrite puis les stations de radio et la télévision. Dans de nombreuses émissions, il a partagé ses connaissances dans de nombreux domaines, dont la musique classique.