Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Fernand Leger : biographie

Peintre, sculpteur, décorateur, Fernand Léger (1881-1955), admirateur de Cézanne, est considéré comme l'un des pionniers du cubisme auquel il apportera une touche personnelle par l'atmosphère de monde déshumanisé qui se dégage de son œuvre.

Premiers pas

Très jeune, Fernand Léger, d'origine normande, s’installe à Paris où, refusé à l’École des Beaux-Arts, il fréquente l’Académie Julian. Ses premières toiles sont largement inspirées par l’impressionnisme. En 1907, il s’installe à La Ruche où il rencontre Robert Delaunay, Soutine, Chagall ou encore Modigliani, et se lie avec les poètes Max Jacob, Blaise Cendrars et Guillaume Apollinaire. C’est également l’année de sa découverte de Cézanne qui lui inspirera sa première toile cubiste, "La Couseuse" (1909), un Cézanne qu'il défie la même année dans "Compotier sur la table". En 1913, il devient l’un des protégés du célèbre galeriste Daniel-Henry Kahnweiler, et s’installe rue Notre-Dame-des-Champs, atelier qu’il occupera jusqu’à la fin de sa vie.

Sa carrière

Si "La Couseuse" est proche de la manière de Picasso, Léger, dès l’année suivante ("Nu dans la forêt", 1910), se dirige vers un cubisme très personnel, exhalant une atmosphère de monde déshumanisé : "La figure humaine ne m'importe pas plus que des clés ou des bicyclettes", disait-il.
À l’aube des années 20, il collabore aux films "La Roue" d’Abel Gance et "L’inhumaine" de Marcel Lherbier, réalisant lui-même, assisté de Man Ray, "Ballet mécanique" en 1924. Le cinéma l’amène à utiliser dans sa peinture la technique du gros plan qui lui permet de rendre une monumentalité à ses toiles ("Composition aux quatre chapeaux", 1927). Dans "La Joconde aux clefs" (1930), il défie les lois de l’apesanteur. En 1935, deux grandes expositions américaines lui sont consacrées : à Chicago (Art Institute) et au M.o.M.A. de New-York. C’est dans cette ville qui le fascinait qu’il s’installe dès la déclaration de guerre en 1940. Il y peindra la série des "Plongeurs" et des "Cyclistes", et créera des bas-reliefs polychromes. De retour à Paris en 1945, il adhère au Parti communiste français et travaille à des décors d’opéra. Le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris lui consacre une rétrospective en 1949. En 1950 voit le jour une œuvre majeure, "Les Constructeurs". Fernand Léger meurt à Gif-sur-Yvette (Essonne) le 17 août 1955. Peu avant sa mort, il avait acquis une propriété à Biot (Alpes-Maritimes), qui deviendra le Musée national Fernand Léger en 1960.

Articles de la même catégorie Arts graphiques & arts plastiques

Carré noir sur fond blanc de Kasimir Malevitch: explication

Carré noir sur fond blanc de Kasimir Malevitch: explication

Casimir Malevitch, peintre abstrait, expérimenta durant sa vie différents styles de peinture pour en créer un nouveau, libéré des contraintes. Dans cet article, nous ferons une biographie de ce peintre, puis nous nous intéresserons à son tableau « Carré noir sur fond blanc » à travers sa valeur et sa portée, puis nous parlerons du Suprématisme, mouvement qu'il a lui-même créé.
La vie et l'œoeuvre de Jean marc Bustamante

La vie et l'œoeuvre de Jean marc Bustamante

Bustamante Jean Marc est un artiste français né à Toulouse en 1952. Il s'exprime notamment à travers la peinture, la sculpture et la photographie contemporaine. Il est connu pour ses nombreuses expositions, ainsi que la série "Panoramas", où toutes les peintures font 195cmx147cm. Cet article retracera la vie de Jean Marc Bustamente, ainsi que quelques-unes de ses oeuvres.
Comment dessiner le corps d'une femme ? (conseils, modèles)

Comment dessiner le corps d'une femme ? (conseils, modèles)

Dessiner un corps humain est une chose relativement complexe, il faut respecter les proportions et volume du corps tout en s'attachant à parfaitement réaliser chaque partie de l'anatomie tout en respectant une certaine harmonie. Pour pouvoir dessiner correctement le corps d'une femme, il faut avant tout beaucoup de pratique, une certaine dose de talent et le goût de l'esthétisme.