Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Flora bis

Flora bis

D'origine hongroise, ayant résidé dans de différents pays pour se poser dans le Nord de la France, chez les chaleureux ch'tis...

Ses blogs

Le blog de Flora

quatre catégories menées parallèlement : extraits des oeuvres de Gilbert Millet, traductions d'auteurs hongrois, réflexions et mémoires, dessins
Flora bis Flora bis
Articles : 1149
Depuis : 03/07/2008
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Eté 2022, très chaud

Eté 2022, très chaud

Je regarde le paysage presque désert de la blogosphère et moi-même, je deviens muette... Où sont les décisions de publier au moins 4 articles par mois?... Les inspirations, les résolutions retombent comme les branches fatiguées des fleurs de mon jardin, écrasées par les vagues successives de la canicule. Comme tout cela est fragile, dépen
L'exposition de Marcoville  -  un enchantement

L'exposition de Marcoville - un enchantement

Le soir approche. D'habitude, c'est l'heure d'arroser avec rapidité et parcimonie mon jardin mouchoir de poche. Cela fait deux jours que la fine pluie m'en dispense. Je me sens soulagée. Jeudi après-midi, avec quatre amies, nous avons visité une exposition extraordinaire à Cambrai. Je n'avais jamais entendu parler de l'artiste original qui l'a
Délicieux bricolage

Délicieux bricolage

Alerte rouge sur mon blog: bientôt la fin du mois et je n'ai publié jusqu'à présent que deux notes! Et voilà mon sage et éternel sens du devoir, de la promesse tenue: au moins quatre articles à publier sur mon blog jusqu'à la fin du mois... Cela ne devrait pas poser problème car l'envie d'écrire est présente à chaque instant, comme une
Positiver

Positiver

Cela va faire une semaine que la solitude m'a retrouvée. Dans l'intervalle, j'ai fait le plein à ras bord de la conversation, de plus, dans ma langue maternelle, ce qui m'arrive, en temps normal, très rarement. Cette gymnastique m'a fait du bien, secouant mes cellules grises depuis trop longtemps alanguies, la canicule aggravant leur cas. La can
Un samedi soir au cinéma

Un samedi soir au cinéma

Entre 16 et 17 heures, j'ai passé rapidement la tête par la porte de la cuisine. Une chaleur insoutenable m'a coupé le souffle et j'ai vite fait marche arrière. L'après-midi, le soleil tape de toute sa vigueur sur ma terrasse et le parasol que j'ouvre avant midi, ne fait qu'atténuer tant bien que mal sa force dévastatrice. Les plantes cherch
A la marge d'une déception

A la marge d'une déception

Hier soir, j'ai vu un des films attendu de la rentrée: "Les volets verts" de Jean Becker, avec Depardieu, Fanny Ardent, Benoit Poelwoorde etc. et ma déception est égale aux attentes avec lesquelles, toute affaire cessante, je me suis précipitée au cinéma... Heureusement, il n'a duré qu'une heure et demie... Les goûts et les couleurs ont le
Une nostalgie incurable

Une nostalgie incurable

J'ai la mauvaise habitude, grâce à l'avènement de la télécommande, de pianoter une dernière fois sur les chaînes de la télé, avant de l'éteindre, au coeur de la nuit... Les émissions les plus intéressantes - du moins pour moi - repassent à ces heures tardives. C'est ainsi que je suis tombée l'autre soir sur "Echappées belles" qui pro
Pénélope et les autres...

Pénélope et les autres...

Les notes sur mes blogs devraient paraître avec régularité, autant que possible - c'est moi-même qui tente d'imposer cette discipline. Elle me réconforte, elle sert à maintenir une certaine cohésion entre les particules éparses de ma vie qui auraient tendance à fuir. Au rythme d'une contribution par semaine, ce qui signifie en réalité de
Fin d'été, rentrée pour tous

Fin d'été, rentrée pour tous

Aussitôt que l'on se place dans la respiration de l'écriture, l'addiction se réveille avec une sensation de faim. S'agît-il de la fiction ou d'un petit exposé pour inciter à la réflexion, aux échanges, c'est le bouillonnement agréable dans la tête, le plaisir de construire des idées, de semer des mots que l'on a attrapés au vol et soign
Entre deux mois d'été

Entre deux mois d'été

Bientôt le mois d'août. Malgré la chaleur insupportable du juillet, je n'attends pas le suivant avec impatience. Il sera caniculaire, fatalement. Avons-nous d'autre choix que le stoïcisme?... J'essaie, au moins, de gagner un peu de temps de vie. Qui file inexorablement, entre les doigts, comme le sable de mes belles plages de l'Océan. C'est en