En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Flora bis

Flora bis

D'origine hongroise, ayant résidé dans de différents pays pour se poser dans le Nord de la France, chez les chaleureux ch'tis...

Ses blogs

Le blog de Flora

Le blog de Flora

quatre catégories menées parallèlement : extraits des oeuvres de Gilbert Millet, traductions d'auteurs hongrois, réflexions et mémoires, dessins
Flora bis Flora bis
Articles : 897
Depuis : 03/07/2008

Articles à découvrir

Adieu à Françoise Blanc-Dupasquier

Adieu à Françoise Blanc-Dupasquier

C'est une photo que j'ai empruntée sur le blog de Françoise. Elle vient de mourir, après un long et pénible calvaire, une bataille héroïque. Je l'ai connue - sans jamais l'avoir rencontrée - sur la blogosphère, à mes débuts en 2008. J'ai admiré ses aquarelles, leur liberté, leur légèreté inimitable. Elle travaillait beaucoup le nu, d
Un petit repas improvisé

Un petit repas improvisé

Il fait doux dans le jardin, la terrasse, entourée de verdure et de fleurs nous invite dehors... IL FAUT EN PROFITER, nous souffle l'urgence; par ici, on ne sait pas quand la période pluvieuse nous tombe dessus, manne des îles britanniques toutes proches. Ainsi, on ne s'installe jamais dans l'insouciance de l'été: un sévère rappel à l'ordre
Rodin

Rodin

"Il n'y a réellement ni beau style, ni beau dessin, ni belle couleur: il n'y a qu'une seule beauté, celle de la vérité qui se révèle." (Rodin) Je viens de voir le film de Jacques Doillon "Rodin" qui représente le sculpteur au sommet de son art, à 40 ans passés. Je ne veux pas comparer le film avec celui de Bruno Nuytten, admirable, intense
Mon ange-gardien ne chôme pas...

Mon ange-gardien ne chôme pas...

Un long week end chez les enfants, près de Paris... Mon Ange-gardien, une fois de plus, a reçu un appel d'urgence. Voilà ce qui l'a sorti de sa quiétude, alors qu'il somnolait paisiblement sur son nuage... Samedi après-midi, je demande négligemment à mon fils s'il n'a pas envie de faire un tour à un IKEA proche... Sans idée précise derri
L'atavisme du jardinier...

L'atavisme du jardinier...

Mon jardinet de ville est minuscule mais j'en parle si abondamment qu'on pourrait l'imaginer d'au moins dix fois sa taille! Depuis que la terrasse a mangé un bon bout de la pelouse, il en reste peut-être - à la louche - à peine 40 mètres carrés... Avec le temps, mon jardin devient indispensable, presque vital à mon bonheur quotidien. Il m'ai
Fraîcheur

Fraîcheur

Ici, dans le Nord, le matin est d'une fraîcheur agréable, après la nuit reposante dans la vieille maison aux murs épais de briques et de torchis. Même la canicule met plus d'une semaine à pénétrer l'atmosphère. Le jardin, la terrasse respirent cette fraîcheur matinale et gardent encore la trace de l'arrosage de la veille. Je fais le tour
La question fatidique

La question fatidique

Une amie qui, à la cinquantaine, bataillant contre une foule de soucis de santé, ressent la nécessité de dresser le bilan de sa vie. Elle déborde d'énergie, ne tient pas en place, veut transgresser les limites que la maladie lui impose. Impulsive, elle ne supporte pas les contradictions. La question la plus importante qui la tracasse, en ces
Vieille photo...

Vieille photo...

Dans un carton contenant des photos anciennes en vrac, je tombe sur celle-ci, avec des traces d'usure, de chiffonnage par je ne sais qui... En tout cas, avec les traces du temps, témoin impitoyable... Une petite émotion n'est jamais absente dans ces moments-là... Face-à-face avec soi-même, avec son histoire. D'après le col marin, j'identifie
Le retour de l'ange

Le retour de l'ange

La canicule semble tomber tout doucement. Nouvelle action de sauvetage de mon ange gardien... Le pauvre! Ses interventions sont de plus en plus rapprochées! Il y a 2 jours, moitié assommée par la chaleur, je faisais quelques courses: entre autres, le plein d'essence. Pressée de démarrer, j'ai jeté négligemment ma carte bancaire sur mon sac
Conversation en salle d'attente

Conversation en salle d'attente

Depuis hier soir, je n'arrive pas à m'en libérer l'esprit. Les grands malheurs des autres parviennent-ils à nous délivrer des nôtres, du moins à nous décharger d'une parcelle du poids qui pèse sur nous? En parler, est-ce que cela enlève de cette charge émotionnelle suffocante?... La personne qui s'est ainsi débarrassée d'un fragment de