Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Malice

Malice

Poétesse de 30 ans passionnée par la langue française, aux ambitions diverses. Histoire d'une vie en poèmes

Ses blogs

Graines de Malice

Histoire d'une vie en poésie
Malice Malice
Articles : 1063
Depuis : 01/02/2016
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Défoulé refoulé

Défoulé refoulé

Refoulé contourné D'un vase inaliénable Je me souvins d'ailleurs Un exode assouvi La brume De son pétale fauve Brillait d'autres lueurs Il me retient le vent Où je battais ta pluie Ta vie Cet hémicycle Un parfum bruissement Un clin pour délier Une rive incertaine Je perçois ces ombrées En lignes Par contraires J'acquiesce Un point de feuil
Mensonges et guérisons

Mensonges et guérisons

D'une contrariété, faire un fi de semblants Savoir se damasser à mes corps confondant Confus t'interrogeait le vent d'un manteau veuf Sur, un sofa douillet, douille je prenais l'œuf Pour un œil incertain, mensonge et succession Concavité de cire à l'entrée d'un abime J'userai à la lie, la montagnes de rimes Devoir n'est plus pleuvoir, d'or

Paradoxes sécures

Ville est faste et profane La lumière claire obscure M'indique en tour la porte En aile, je perçois la montagne Silence J'ai ce reflet, en herbes échappé sur le pan La colline a roulé Sa bosse de plaisirs J'emménage cet air Flaveur En limonaire j'instruis tes redevances pour tissu l'étoile moire coupe la corde mortel j'abandonne le temps aux
Novembres

Novembres

En plein ces doutes clignant d'un œil Quoiqu'un peu doux, nuage oblique Que je t'oblige, libre rythmique Nyctéméraire parmi l'orgueil Ecueil un rêve, Une larme est gercée Sur ces lèvres qu'un vide Remplit sans sourciller Si nuitamment Caresse aride Par trains lucides Chemin placide De ses silences Ces lucioles avouées Novembres téméraires
L'écharpée poubelle

L'écharpée poubelle

Sans lys ou peur Un sang reproche A l'autre maintenu j'appartiens Dans ma nuit Majuscule et vorace Un solstice S'en vie Nuit Ce suffrage Pernicieux La chenille Plus belle Echappée Dans la grise Emincée Sa bataille Dans l'écharpée Poubelle La jetée du bonheur Luit En trans Je surgis Commémore Ces rondeurs Echapées Nos volutes Désillusions Ju
D'une opportunité

D'une opportunité

De ces silences criés du centre Mère annélide ou versatile En entrée je déverse Un parfum S'oublier Est maître de ses noms L'omission acharnée D'une encre je détiens Revenant d'un hasard Dans l'opportunité J'accumule un Repli Cerceau je te décerne En scellé J'affectionne Un verbe indéfini L'article est conjugué De cette gymnastique je
Sélections naturelles

Sélections naturelles

Du clone intarissable un sourire enjôleur Perdure, je te donne un principe Eloge innocemment L'hiver état de rêve Régnant L'infirme devient D'amants La froidure impeccable J'ai le rhume en couronne D'automnes insaisissables Chambre A coucher la nuit S'étale Je te prend en chemins Pour vaquer La mer est l'innommable De voilure Je construis Comm
Flanc gauche

Flanc gauche

Système est l'accrochage d'un naitre en tes cotés Double est l'usurpation un sillage interdit Confère en un programme d'immunités l'ennui La déraison primaire en ordres stimulés Voluptés du regard, blessé, quand se dessine La mer s'en est allée, retirée dans ses tours L'art du jour implacable, comme brelan d'un amour Déçu, je me réclam
Nuit

Nuit

D'ici j'ai senti la montagne Fléchie sur le poids du mouton Un apôtre de nuit, La vie, que de raisons Plus l'idée était claire, Plus le vent se noirait Du sens, lequel s'espère, Un cil, vues de cotés D'ennui, l'eau est profonde Quand le vent s'émouvante D'un air, triste, nos ombres Arlequin en attentes Poussière, une boule à reluire Scinti
Bébé cha cha cha

Bébé cha cha cha

Sous l'île dévêtue Une clameur rougissante Proclame En pas de feutre Un rayon arrondi En pointes j'entrouvrais Un soleil averti Serré le cran noblesse Tenté dans ces vertus Quand l'étoile alourdie D'une larme Progresse Irrépressibles longes Pour investir un temps En collier Le nœud drame Fin Connaisseur En rangs En reine Veine la nuit L'oub