Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Malice

Malice

Poétesse de 30 ans passionnée par la langue française, aux ambitions diverses. Histoire d'une vie en poèmes

Ses blogs

Graines de Malice

Histoire d'une vie en poésie
Malice Malice
Articles : 865
Depuis : 01/02/2016
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Fatiguances

Fatiguances

Et décidant d'un trait, ce cercle intérimaire D'où l'avenir tanguait, ces passions obstinantes Contraire je m'attendais, entendant de népenthes Le gouffre clarifiant d'un été téméraire En numéralités comme en rives insoucieuses Je pansais ces peaux neuves, irriguais ta tangentes Fatiguances d'un pan, une orée insouciante J'incessais tes
Premier

Premier

Premier trimestre en quadrature Quand la saison se fait vivances Sous cils précieux nos connivences Précises, je donne en ouvertures, La couverture, exile un sens, Profond, je défendais par nuits Cette émouvance, pour éblouie Tenu, j'étreins dans l'évidence Moisson je cueille un grain fané Distille un pétale sur proses Ces abrasions, méta
Définitions

Définitions

D'un point la vue se floute en nuages abolis Qu'un poing percute en route ces persiennes de vents J'assouplis ces élans, dans l'erreur discordant, Est l'humain accompli, une feuille de vie Un long feuillet, ta nuit, crisse à perdre en étoiles De ces intensités luminaires adjacentes, Pour permuter l'écorce, l'arbre se fonde en aimant, Je t'aima
Je nous cherchais

Je nous cherchais

Je promenais, craintive, mes voilures sur ta peau Dessinant mes faiblesses invincibles pensées Sur le clair d'un esprit, sériel et torturé Un fantôme a sonné, une bombe de mots Une pente, des marbres, un escalier satin, Le pas du souvenir qui glaçait mes oreilles, Frisson, je clamais, sobre, l'avancée de tes lèvres Perdues dans tes greniers
De nos arcs

De nos arcs

Arcs rives, arc en chants, un ciel pour ton étrenne, De cette éternité fragile et retranchante Un automne discordant, en plaines, succulentes L'amante a tes raisons que mes raisons s'entrainent, T'ignorent, j'ai ta dérive en poing pour nom retour Dans l'attractivité d'une plume endormie, Egarée je t'y perds, plaisant, chaude est la nuit D'un
De ces temps impartis

De ces temps impartis

Dans ton impartition, la mesure est céleste, Je dansais sous ta peau pour couvrir tes pudeurs Imposante clarté, école ces couleurs Tangibles voluptés, plaisir manifeste Je protestais gaiement aux alpages percés Le nid de tes souffrances est une ancre aérienne Ce phare qui t'en soulève, lustre, ces souveraines Pensées, je t'encre en terres,
Des décisions de hâtes

Des décisions de hâtes

Sans hâte je pressais un fruit séché de cœur Une chance a tinté en fleurs, mes dérisoires Pulsions, ces acacias, d'acres prémonitoires Pensées je m'en flottais en ruches, ces douleurs, Navire, je te volais un drapeau d'ocre pâle La nuit vibrant blafard, une étincelle en sus Découpait la vigueur, verte, contre plexus Amarré, j'éteignais
Ascétique

Ascétique

Une lune mardi a dicté ma conduite Mauves, l'idée d'un sens éreinté sous ta peau Soufflé tel au soleil agaçait ce drapeau Marquise d'un hiver, exquis, je pris tes fuites Etreinte éternisée, ambiance d'abandons Dans cet inopiné je construis ce regard Perché, prends tes fenêtres, silences du mouchoir Etre digne du rire, l'éclat n'a pas to
Que la tempête advienne

Que la tempête advienne

Que la trempe s'annonce, à ces jours assoupis, Je vais parmi l'exil, d'une brume joyeuse, Sous un pas vert glaçant, une étreinte amoureuse S'efface dans ces bruits, silencieux ennemis Que l'ouvrage s'avance, de son cocon d'acier Le bateau mouille l'air, de ses vagues d'ardeurs Sur ces timidités, fières, je prendrais vigueurs, A mes corps balan
Premières

Premières

D'un trimestre anamnèse, cette thèse adéquate Pour une adéquation, commune d'inventaire Ces imaginations, plumets, déboires à plaire Affaire et dans l'outrance, d'une liasse à l'étroite Vraies siestées dans l'étente, de cette tentation, confort inassouvi pour bonheur achevé Cette accomplissement, étreinte éternité Féminins dans tes s