Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Malice

Malice

Poétesse de 30 ans passionnée par la langue française, aux ambitions diverses. Histoire d'une vie en poèmes

Ses blogs

Graines de Malice

Graines de Malice

Histoire d'une vie en poésie
Malice Malice
Articles : 790
Depuis : 01/02/2016

Articles à découvrir

Retournés bébés

Retournés bébés

Un retour à tout prendre Est un cheval intègre Elan d'impétueux Voguant, tu t'en retiens Sur un fil le rasoir A coupé deux matins Moitiés, un gel retours De buttée verte allègre, S'en rompait mon chemin, La branche est réceptacle, L'avenir est tâtons, Retournés ces langages Frémissent en tes cheveux, Pour hanter du voyage Pluriel j'ai to
Journée pyjama

Journée pyjama

Journée de lunes épanouie Lit d'aventures en extraction S'impose en temps, révélation Réveillon bleu, pyjama vie La nuit s'hiberne et cristallise Un souffle est d'ange à l'unisson Premières à l'an, rires en fusion Toupies joyeuses, danse enclise En quatre parfums romanesque Trio cocon, bullesque chant Par au venir, évanescent Photosonore,
Coronaguano

Coronaguano

Cœur onagre et tendresse Messager sous enfances Partir en tes valences Vide de ces caresses Inconstance et danger Incontinent et sourd Un néant aux velours De vos draps aiguisés Fabriques internalistes Propagations subtiles Dans la lourdeur virile Bascule antagoniste Journaliste la scène Ecrit une lignée Ces ardeurs fractionnées Lente survien
Sélections

Sélections

En jus je pressais ce doux rêve Beautés étranges et fantasmées Sur ces collines nos bontés Sélections d'arbre qui m'ensèvent Vivace s'allume un étang L'eau s'en remoue par dessus cime La feuille attend le rayon rime Bien être, étendre un filet vent Parachuter un nuage heure Heureux le temps nage en airs frais Troubles d'espoirs l'enneigé
Je soutiens

Je soutiens

Je soutiens tes soutanes Ton nafgan gracieux Ce sari de progrès Pugnace est mon désir Dans son lit tes velours Ces éclats de soupires En fragments tes bombances Résonnent à mes prénoms Printemps j'ai ce dernier Rire à pousser tes lèvres Eté prends mon troisième Cou à tendre en beautés Aux automnes seconds Doux ce vent immergé Dans tes
Fatiguances

Fatiguances

Sur la ligne J'écris un chemin Indistinct J'ai trouvé la clé D'une porte Je ne sais laquelle J'ai mis ton cahier Sous le bras ton aile A sortir le vide De mes poches Suit le trou Un grelot se dandine Sa tête est ton cheveu Hérissé par ton crin, Un cheval de bonheur Une plume en dessous A rugit mes voyelles Je donne tu traces Un rectangle serv
Hier

Hier

Hier j'ai grapillé tes rires De fèves bien saucissonnées Sous ces tendresses enchevêtrées Nos unissons charmes soupires Comptant, tes mots doux, nos alcôves, Félicités famille amis, Unis comme jamais de vies, Nouvelles idées, pensées je frôle Sur tes consciences, l'amour à rides De ces bonheurs renouvelés Je grave un samedi pressé De
Confrontations

Confrontations

Je confrontais, On dissociait D'un monologue Ces mesquins Machins d'ouverture Importuns, Cet opossum devant partum Explications en artifices Sans productives Etre, blasé De ces états inoccupés Pertes le temps Couvre ces lices Son vice étale, Paroles en l'air Ces sifflements entrés sortis Dessous, la lune S'en méfie Si se délie, Dévie l'éto
Appréhensions

Appréhensions

Appréventions dans l'invention D'une lunaire élongation Comprétension, sans intention D'intonations révolutions Sous la tonnure et la froidelle La maintenant pour couronner, L'espèce est large censurée Sur l'apparat, la fontanelle S'élance et dense s'égosille Quand l'oisillon tombai du nid D'humours à franges polésies Ces parodies pour qu
Nounouveauté

Nounouveauté

J'ai demandé ces clefs M'exercer naturelle A ces jeux Parentale Ma vie s'en mêle s'embêle J'appris Te respirer En joies Couleurs s'expansent Dans ces échanges Au bleu Balancés Parlé tranches Etranges d'étrangers Constructions De plaisirs Mes instants perçants l'air Chants apprigrivoisés Légères d'atmosphères Elans d'apprentissages Tu as