En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

G.Tell

Ses blogs

HistAVoire

HistAVoire

Site consacré à l'histoire de la Suisse. Curiosités suisses.
G.Tell G.Tell
Articles : 1638
Depuis : 05/03/2007
Categorie : Cuisine

Articles à découvrir

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Sainte-Hélène, septembre 1817 Hudson Lowe est plus un fonctionnaire qu’un militaire. Il est soupçonneux et méticuleux. Il a empêché que l’on plante des pois verts et des pois blancs parce qu’il y voyait quelque mystérieux symbole. Une fois, l’Empereur a fait une farce : comme les Anglais n’avaient pu l’apercevoir pendant plusieur
Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Sainte-Hélène, octobre 1816 Les jours se traînent, le vent alizé souffle, c’est Marchand qui s’occupe de l’Empereur qui s’est emporté contre moi hier pour une question de bottes égarées. J’ai longtemps lambiné avant d’écrire ces lignes, mais il m’a paru qu’elles faisaient partie de la vie du grand homme. L’Empereur a véc
Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Napoléon Ier couronné par le Temps, écrit le Code Civil Sainte-Hélène, août 1817 « Crois-tu en Dieu, Noverraz ? Oui, Sire ! ai-je répondu. Il y a pourtant de soi-disant savants qui le nient ! Quand j’étais Premier Consul, Lecourbe voulut me démontrer que la Vie et les Mondes n’étaient que le fruit du hasard. J’ai dit à Lecourbe :

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Janvier 1817 Nous avons eu des inquiétudes pour l’accouchement de Mme Bertrand, mais heureusement, elle a eu un beau petit garçon qui sera un futur camarade pour Napoléone, la fillette de Mme de Montholon que l’Empereur affectionne… Il est vrai que celle-ci lui ressemble beaucoup ! Sainte-Hélène, mai 1817 L’Empereur m’a demandé comb
Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Sainte-Hélène, juillet 1817 A Genève, j’avais dit à MM Necker, Pictet et Madame de Saussure que leur ville me plaisait fort, et peut-être savaient-ils une belle demeure à louer. Je donnais ainsi le change et, en même temps, j’entendais des rapports fort détaillés du général de génie Marescot et ceux du lieutenant Tourré. En amont d
Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Sainte-Hélène, août 1817 Un après-midi de pluie, pendant que l’Empereur se reposait, Monsieur de Las Cases, le Secrétaire d’Etat, nous a parlé : « Il croit à une certaine magie des nombres et des dates ; né le 15 août 1769, un an, jour pour jour après, l’acquisition de la Corse par Louis XV, Napoléon y voyait un premier signe du D
Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Sainte-Hélène, novembre 1816 Ce soir, on a servi à la table de l’Empereur, une gougère. Marchand, le Maître d’hôtel, avait réussi à trouver à Jamestown du beurre frais, de la farine et des œufs, mais Pierron qui était bourguignon, se faisait du souci : il aurait fallu du gruyère ou du Comté râpé, tandis que nous n’avions que du
Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Sainte-Hélène, octobre 1817 « Sais-tu, Noverraz, que j’ai longtemps hésité entre le Simplon et le Grand-Saint-Bernard ? Quand j’ai pris le pouvoir par le coup d’Etat du 18 brumaire, nos armées étaient en retraite, et les troupes de la deuxième coalition risquaient de balayer la République. Masséna, assiégé dans Gênes par le baron
Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Sainte-Hélène, septembre 1816 Beaucoup de malades autour de moi : M. de Las Cases a une hépatite et Gourgaud une dysenterie. Quant au maréchal Bertrand, il a une entorse. Il y a eu une scène violente entre l’Empereur et le gouverneur qui exige des économies : Santini et Archambaud doivent partir. Le gouverneur accuse M. de Las Cases et son
Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Jean-Abraham Noverraz nous dit dans son journal…

Sainte-Hélène, octobre 1816 Il n’est question depuis hier, que de superstitions ! Nous avons aperçu l’Empereur perdu dans la contemplation des nuages… Il a dit au comte Bertrand : « Je cherche des Signes. Le ciel nous envoie parfois des prémonitions. » L’Histoire rapporte bien des faits de ce genre : on a cru voir des glaives, des cho