En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Yves-André Samère

Ses blogs

Yves-André Samère

Yves-André Samère

y-a-s.over-blog.fr
Yves-André Samère Yves-André Samère
Articles : 7065
Depuis : 11/05/2007
Categorie : Humour

Articles à découvrir

À la télévision, « La mante »

Hier soir, sur TF1, on a diffusé les deux derniers épisodes de la série policière La mante. J’ai visionné les trois premiers épisodes, qui ne m’ont pas déplu : Carole Bouquet joue une tueuse en série, et Fred Testot joue son fils, qui est également policier et qui va se charger de découvrir qui a repris la série des meurtres anciens

Célébrités : image et réalité

Le public croit souvent que les gens célèbres, et tout particulièrement les acteurs et les chanteurs, se confondent avec le personnage qu’ils jouent sur scène ou à l’écran. Or c’est rarement vrai ! Ainsi, Catherine Deneuve a l’image d’une grande bourgeoise. Or elle a eu deux enfants avec deux hommes qu’elle n’a jamais épousés.

Sur Arte, « Kim-Kong »

J’ai vu en différé la mini-série que Jonathan Lambert a interprétée en Thaïlande, Kim-Kong. Il y joue un réalisateur de cinéma, Mathieu Stannis, qui a débuté avec un navet, du genre de ceux que fabrique Luc Besson, et qui, depuis, n’a pas pu faire autre chose, alors qu’il ne rêve que de Truffaut et de la Nouvelle Vague. Or, un jour

Remplaçons les enfants par des robots !

Vous vous souvenez peut-être de cette publicité qui passait à la télévision il y a quelques mois : on y voyait un homme qui faisait de la publicité pour les voitures électriques Renault, le modèle Zoé. Il était accompagné par un enfant vêtu de la même façon que lui, le genre costume-cravate très bourgeois, et qui, chaque fois que l

Un bonnet d’âne pour Érik Orsenna

Avant-hier, j’ai déposé ICI une note élogieuse sur La Fontaine, une école buissonnière, le dernier livre d’Érik Orsenna, paru le 16 août. Mais comme, « Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur », comme disait Figaro, voici un revers de médaille. Orsenna, qui suit la mode états-unienne, termine son livre avec

La Fontaine, toujours d’actualité

Je viens de terminer la lecture du livre d’Érik Orsenna, paru le 16 août, La Fontaine, une école buissonnière. Très bien écrit, avec des chapitres ultra-courts, il se dévore en peu de temps, et rend un hommage mérité au fabuliste... qui n’a pas écrit que des fables ! Naturellement, je les avais toutes lues, mais je connaissais aussi s

La vaccination, selon Isabelle Adjani

Ah, quel bonheur d’avoir en France des acteurs et actrices qui prennent parti sur les grandes questions de société ! Après Bigard et Marion Cotillard, qui nous avaient révélé la vérité sur la destruction des tours du World Trade Center à New York – qui était l’œuvre du gouvernement de Washington, comme on sait –, voici qu’Isabe

Le président Cellezésseu

C’est De Gaulle qui avait inventé de commencer ses allocutions télévisées par « Françaises, Français ». Rendons-lui cette justice qu’il n’exagérait pas, et ne se serait jamais permis de radoter cette expression une demi-douzaine de fois par discours, voire par minute. Mais les présidents se suivent et ne se ressemblent pas. Or son t

Quand la politesse a des trous

Dans les films de langue anglaise, lorsque deux personnages qui ne se connaissaient pas se rencontrent pour la première fois, ils se disent généralement “Nice to meet you”, ce qui signifie à peu près « Content de vous rencontrer » – l’adjectif nice est très vague, il sert à tout, ou presque. Or le dialogue traduit en français et l

La ridicule comédie des J.O.

Elle était ridicule, cette pseudo-cérémonie de Lima, où les représentants des villes de Paris et Los Angeles feignaient d’attendre le verdict du Comité Olympique International. Anne Hidalgo, maire de Paris et très mauvaise comédienne, a surjoué la surprise et le ravissement en entendant que sa ville était sélectionnée – alors que le