En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Georges Bleuhay

Georges Bleuhay

.Georges Bleuhay est un pseudonyme permettant à l’auteur de livrer, de manière impudique, ses états d’âme. Tantôt empli de passion pour la Femme, merveilleuse divinité échappée d’un paradis oublié ; tantôt nostalgique d’un amour perdu ; parfois exalté par la France dont la langue et la culture ont bercé toute sa vie, il dévoile avec sincérité le maelström des sentiments qui s’emparent de lui et qu’il désire communiquer à ses lecteurs. Certains de ses amis disent qu’il écrit un peu à la manière de Maurice Carême, poète de la Belgique française, avec une écriture simple et directe qui va droit au cœur.

Ses blogs

Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Ce blogue est celui d'un liégeois, amoureux de la France et poète à ses heures. C’est sous le pseudonyme de Georges Bleuhay que René Georges Thirion a publié « Le cœur fou » son premier recueil de poèmes. Né à Auderghem le 10 avril 1939, il passe sa jeunesse à Spa. À l’âge de neuf ans, il avait lu complètement L’Iliade et L’Odyssée (en français, bien sûr). Sa passion pour le français lui fait dévorer tous les grands auteurs. Devenu spécialiste marketing, il a publié au cours de sa carrière plus de 350 publications spécialisées. Sa retraite lui permet d’écrire enfin avec son cœur plutôt qu'avec sa raison. Bibliographie Le coeur fou. Edilivre 2014. Le coeur marigot. Edilivre 2015. Le coeur à vau-l'eau, Edilivre 2015. L'errance poétique Edilivre 2016. L'âme en révolte, Edilivre,2016. Le miroir brisé, Edilivre 2016. La fin du chemin Edilivre 2017 Le crépuscule du poète Le livre en papier 2017 L'âme en flamme Le livre en papier 2017 Le rêve en tête Le livre en papier 2018 Esneux au fil de l'Ourthe Le livre en papier 2018
Georges Bleuhay Georges Bleuhay
Articles : 1259
Depuis : 19/07/2008

Articles à découvrir

La quête inutile

La quête inutile

Il rêvait de partir très loin Bien au-delà de l’horizon Il en éprouvait le besoin Son hameau était sa prison Un beau jour il se décida De partir à l’aventure Avec le hasard pour compas Et son désir comme armure Partout il chercha le bonheur Là où le conduisaient ses pas Voulant connaître la chaleur De l’amour dans tout son éclat I
Le seul choix possible

Le seul choix possible

Quand le cœur vous dit oui Et l’esprit vous dit non S’éveille le souci À qui donner raison Suivre la prudence Ou bien la déraison C’est là l’importance De votre décision Mais à trop hésiter À prendre du retard Votre sort est scellé C’est la chance qui part Soyez donc passionné Et suivez vos désirs La peur ne peut bloquer Ce qu
Un jeu cruel

Un jeu cruel

Comme un papillon s’envole En voyant l’ombre d’une main Approcher de la corolle Tu t’écartes de mon chemin Je suis comme un chien égaré Qui cherche l’amour d’un maître Qui accepte de l’adopter Pour voir son bonheur renaître Méchante tu ne veux pas voir Cette passion qui me brûle Tu ne me laisses aucun espoir Tu joues les incré
L'amour prisonnier

L'amour prisonnier

Belle comme une fleur Ma pensée va vers vous Je rêve du bonheur D’avoir un rendez-vous Sa couleur est rose Tendre comme mon cœur Mais hélas je n’ose Sortir de ma torpeur Son parfum délicat Doit inspirer l’amour Hélas je ne peux pas J’hésite chaque jour Son goût est délicieux Il est plein de saveur L’on ne peut faire mieux Un dess
Les quatre saisons de l’amour

Les quatre saisons de l’amour

C’est par un beau jour du printemps Qu’heureux ils se sont rencontrés Ils partageaient leurs jeux d’enfants Ils ne pouvaient plus se quitter C’est dans la chaleur de l’été Que leur vint la révélation Leur amour s’était transformé Dans la plus ardente passion Un bel automne a consacré La sagesse de leur union Et les enfants sont
Une angoisse nocturne

Une angoisse nocturne

Quand le soleil disparaîtra En ensanglantant l’horizon La nature s’endormira Dans un silence moribond L’oiseau regagnera son nid Et les ombres disparaîtront Dans la profondeur de la nuit Tout paraîtra à l’abandon Mais quand la lune surgira Dans une lumière blafarde Une folle angoisse viendra De la peur de la Camarde Car c’est le mome
L’amour menteur

L’amour menteur

Il m’arrive souvent de penser qu’un amourQui enflamme le cœur devrait être éternelUn bonheur permanent jusqu’à la fin des joursHélas il fait souffrir car c’est un jeu cruel Quand l’on prend dans les bras sa folle maîtresseL’on ne peut pas croire qu’elle peut vous quitterPour une autre passion pour une autre ivresseAujourd’hui
Le dernier voyage

Le dernier voyage

Il arrive le moment fatal Où la vie s’en va Vers un silence glacial Lentement pas à pas C’est la joie qui se meurt Et le cœur devient las Et sournoise la peur Annonce le trépas C’est l’incertitude Qui érode l’esprit Dans la solitude De tous les matins gris Le corps est douloureux Un peu plus chaque jour L’on se sent malheureux Priv
Chateaubriand avait raison

Chateaubriand avait raison

Je m’en vais seul sur ma route Qui me conduit vers l’inconnu L’âme et le cœur en déroute Dans ce monde où je suis perdu Pourtant j’étais vraiment confiant Dans l‘avenir qui m’attendait Quand j’étais jeune encore enfant L’innocence me protégeait Le doute s’empara de moi À mesure que je grandissais Et j’étais dans le dés
Les vaines promesses électorales

Les vaines promesses électorales

Si la colère gronde en mon cœur C’est de voir tous ces malheureux Connaissant l’horrible douleur De se sentir l’estomac creux Si leurs mains se tendent vers nous En une triste prière C’est qu’ils espèrent encore en nous Pour soulager leur misère Nos gouvernants ferment les yeux Mais jouent les bons apôtres Ils sont nos frères ces m