Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Georges Bleuhay

Georges Bleuhay

.Georges Bleuhay est un pseudonyme permettant à l’auteur de livrer, de manière impudique, ses états d’âme. Tantôt empli de passion pour la Femme, merveilleuse divinité échappée d’un paradis oublié ; tantôt nostalgique d’un amour perdu ; parfois exalté par la France dont la langue et la culture ont bercé toute sa vie, il dévoile avec sincérité le maelström des sentiments qui s’emparent de lui et qu’il désire communiquer à ses lecteurs. Certains de ses amis disent qu’il écrit un peu à la manière de Maurice Carême, poète de la Belgique française, avec une écriture simple et directe qui va droit au cœur.

Ses blogs

Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Le blogue de Georges Bleuhay le poète de Méry-sur-Ourthe

Ce blogue est celui d'un liégeois, amoureux de la France et poète à ses heures. Georges Bleuhay est le nom de plume de René Georges Thirion. Né à Auderghem le 10 avril 1939, il passe sa jeunesse à Spa. Sa passion pour le français lui fait dévorer tous les grands auteurs. Devenu spécialiste marketing, il a publié au cours de sa carrière plus de 350 publications spécialisées. Sa retraite lui permet d’écrire enfin avec son cœur plutôt qu'avec sa raison. Sa bibliographie: Le cœur fou - Le cœur marigot - Le cœur à vau-l'eau - L'errance poétique - L'âme en révolte - Le miroir brisé - La fin du chemin - Le crépuscule du poète - L'âme en flamme - Le rêve en tête - Esneux au fil de l'Ourthe – Quand s’égrène la vie
Georges Bleuhay Georges Bleuhay
Articles : 1411
Depuis : 19/07/2008

Articles à découvrir

La Divine surprise

La Divine surprise

Nostalgie du passé À ma femme aujourd'hui disparue Aujourd’hui vous avez dit oui Aux rêves les plus insensés C’est merveilleux c’est inouï Nos désirs se sont accordés Si notre étreinte fut sage Elle nous promet des jours heureux Nos baisers furent le présage D’élans passionnés et fougueux Cupidon comment me douter Que tu m’atte
Le jour où tout basculera

Le jour où tout basculera

Le jour où viendra le sommeil La peur de la nuit à venir Quand disparaîtra le soleil Pour ne plus jamais revenir Quand l’oiseau ne chantera plus Dans le cerisier du jardin La rose ne s’ouvrira plus Dans la rosée du matin Quand finiront les cris de l’enfant Devenu brusquement trop vieux Étouffés par le poids des ans Quand viendra le mome
Vivre encore

Vivre encore

La vie s’en va au fil de l’eau Sans un bruit sans un gargouillis. Qu’il paraît loin le temps si beau Où de la source elle a jailli Elle fut torrent impétueux Remplie de bruit et de fureur Mais eut aussi des temps heureux Avec d’incroyables langueurs Pressentant sa disparition Dans la mort programmée Elle veut retrouver la passion Qu’e
À trop vouloir ...

À trop vouloir ...

À la manière de La Fontaine Une très gentille famille écolo Décida d’abandonner la voiture Et de la remplacer par un vélo Ce ne fut pas une mince aventure Pour ramener leurs courses du marché Légumes et laitages biologiques Les fontes du vélo furent vite pleines En plus pédaler n’était pas pratique La famille se décida à changer De
L’amour n’est pas un jeu

L’amour n’est pas un jeu

L’amour n’est pas un jeu C’est le fruit d’un regard Suivi d’un tendre aveu Échangé dans un bar D’abord l‘on n’y croit pas Le cœur est si trompeur L’on est Casanova L’on joue au séducteur L’échange de baisers Et la flamme intense Ne peuvent pas durer Du moins on le pense Mais au moment fatal Où l’on veut tout casser C
Le 14 juillet de l'espoir

Le 14 juillet de l'espoir

C’est bien de fêter le quatorze juillet Feu d’artifice et flonflons coutumiers Je me demande si les Français sont prêts À renouer avec l’esprit premier De cette merveilleuse révolution Où tout un peuple a crié Liberté À bas les tyrans vive la Nation, L’Égalité et la Fraternité Bien que ces mots figurent sur les frontons Marianne
Un vilain vent d'Orient

Un vilain vent d'Orient

Sur les rives de l’océan Un vent mauvais venant d’Orient A couvert de noirs nuages La beauté de nos rivages Ils annonçaient un orage Rasant tout sur son passage Abattant les blondes moissons Et ruinant toutes nos maisons Mais il ne s’arrêtera pas À la frontière du delta Augmentant dans sa puissance Il sèmera la souffrance Une terre sub
Le bonheur fugace

Le bonheur fugace

Tout d’un coup il est là Sans qu’on l’ait vu venir Et l’on ne bouge pas De peur de le voir partir Cet instant merveilleux Où le bonheur paraît On le sait capricieux Il ne dure jamais Alors l’on s’en saisit Pour le garder longtemps On le veut à l’abri À l’épreuve du temps Mais la peur de laisser Mourir cette émotion Que l’on
Liberté pour le poète

Liberté pour le poète

Ne touchez pas à ma liberté C’est elle qui me fait exister C’est le cadeau tellement précieux Qui m’a été offert par les Dieux Je me souviens que déjà enfant Je renâclais aux ordres des grands Et j’affirmais mon identité En refusant leur autorité Plus tard devenu adolescent Je fus rebelle immédiatement Et refusant leur éducation
Statistique des visites du blogue au mois de juin 2019

Statistique des visites du blogue au mois de juin 2019

Heureux, mon lectorat reste important avec 661 visiteurs uniques qui ont lu 1156 poèmes ! Il semble que la nostalgie d'un vieil auteur ait ému mes lecteurs. J'en ai été particulièrement touché. Merci pour leur fidélité et leur affection pour moi ! "Du romantisme de la jeunesse Au triste bagne de la vieillesse Tel est le lot que réserve le