En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

“Gérant de Sarl : salarié ou TNS, que choisir ?”

Comparatif entre gérant salarié et gérant non salarié dans une SARL. Encore de nombreuses idées reçues, alors que la solution du statut de Travailleur non salarié se révèle aujourd'hui la plus avantageuse. En comparant les statuts de gérant majoritaire et de gérant minoritaire de SARL, le constat aujourd'hui est simple : lorsque le choix est possible, il est plus rentable d'être travailleur non salarié, le statut TNS du gérant majoritaire que gérant minoritaire, statut de salarié.


En comparant les statuts de gérant majoritaire et de gérant minoritaire de SARL, le constat aujourd'hui est simple, lorsque le choix est possible, il est plus rentable d'être travailleur non salarié, le statut TNS du gérant majoritaire que gérant minoritaire, statut de salarié. Les idées reçues ont la vie dure, et beaucoup de futurs patrons continuent à éviter le statut de gérant majoritaire, statut qualifié de TNS, Travailleur Non Salarié.
S'il est vrai qu'il y a quelques années, ce statut n'était pas vraiment la panacée, il est aujourd'hui le statut présentant le plus d'avantages, par rapport à un statut de gérant minoritaire salarié.
Voici, un bref comparatif : - Les cotisations sociales : un maximum de 42% de charges, sur le revenu net perçu de la SARL, comparé à plus de 65% en tant que salarié.
- La couverture maladie et prévoyance : aujourd'hui, les couvertures santé RSI, sécurité sociale pour les TNS) et CPAM, la sécurité sociale des salariés sont quasiment identiques, que ce soit pour la maladie, les remboursements médicaux, les arrêts maladie ou la prévoyance. Une mutuelle complémentaire est toujours fortement conseillée, celle-ci étant de plus, moins chère pour un TNS qu'un salarié, car les mutuelles d'assurance considèrent, qu'il y a moins de risques à assurer un travailleur indépendant.
- Les retraites : les calculs évoluant en permanence (25 meilleures années pour le salarié, nombre de points cumulés pour le TNS), il est quasiment impossible aujourd'hui de dire qu'une solution est meilleure que l'autre.
- Les indemnités chômage : aucune indemnité dans les deux cas, le statut de chef d'entreprise et donc, de décideur dans la société, qu'il soit salarié ou non, implique pour le Pôle emploi la même chose, pas d'indemnisation
- La fiscalité : dans les deux cas, on déclare dans la case "traitements et salaires" En conclusion, si l'on veut optimiser ses revenus, tout en minimisant les charges de sa SARL, à protection sociale équivalente, il est plus indiqué de s'arranger pour être gérant majoritaire, le statut salarié dans ce cas, n'apportant aucun avantage.

Articles de la même catégorie Création d'entreprise

Les réels pouvoirs d'un cabinet de recouvrement

Les réels pouvoirs d'un cabinet de recouvrement

Les cabinets de recouvrement sont, pour beaucoup de gens, leurs pires ennemis. En effet, lorsque vous devez des factures à telle ou telle personne ou société, celle-ci charge le cabinet de recouvrement de vous faire régler votre facture. Ce qui jusqu'à maintenant reste compréhensible, le seul problème c'est la méthode que le cabinet de recouvrement utilise afin de vous faire craquer.
Comment devenir traducteur japonais-français ?

Comment devenir traducteur japonais-français ?

Vous envisagez de faire une carrière de traducteur japonais français, alors il faudra d'abord suivre une formation longue et trouver des opportunités de carrière dans le domaine. Ce qui est intéressant, c'est que le japonais est une langue recherchée dans le domaine des affaires. Par conséquent, vous pourrez profiter des débouchés et perspectives professionnelles qui s'offrent à vous. Voici le guide pour devenir traducteur japonais-français.