Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Aspects fiscaux et avantages de l'amortissement dérogatoire

Les amortissements prennent en compte des dépréciations certaines. C'est une technique fiscale qui consiste à réduire du revenu brut une somme destinée à compenser la dépréciation d'un élément d'actif découlant de l'usure ou de la péremption. L'amortissement dérogatoire, ou amortissement dégressif, permet de prendre en compte les pertes de valeurs durant les premières années de son acquisition.

Règles générales

Avantages de la technique
Cette technique a pour avantage de coller avec la réalité économique, d'où il y aura des annuités très fortes lors des premières années, et plus faibles ensuite, contrairement à l'amortissement linéaire qui prend en compte la même annuité chaque année. De plus, elle permet d'amortir de grandes sommes d'argent dès le début de l'acquisition, et procure ainsi un avantage de trésorerie, comme par exemple pour l'acquisition d'un véhicule qui décote le plus souvent durant ses premières années. Le plus gros avantage de ce type d'amortissement est de baisser considérablement les premières années le bénéfice de l'entreprise, et donc de payer moins d'impôt, et pouvoir réinvestir plus rapidement. Modalités de calcul
L'annuité d'amortissement dérogatoire est égale à la multiplication entre la base d'amortissement et le taux constant. La base d'amortissement n'est pas identique chaque année (contrairement à l'amortissement linéaire), il revient, la première année, au prix de revient du bien hors taxe. Pour les autres années, il revient à la valeur comptable résiduelle (valeur nette comptable) qui correspond au prix de revient du bien auquel on soustrait le total des amortissements pratiqués. Le taux constant est égal à la multiplication entre le taux linéaire et un coefficient qui dépend de la durée d'utilisation du bien. Le taux linéaire est égale à la fraction 100 divisée par la durée utilisation du bien. Pour le coefficient : - Si le bien a une durée normale d'utilisation de 3 à 4 ans, le coefficient est de 1,5.
- Si le bien a une durée normale d'utilisation de 5 à 6 ans, le coefficient est de 2.
- Si le bien a une durée normale d'utilisation de plus de 6 ans, le coefficient est de 2,5.

Règles spéciales

Il existe trois types de règles spéciales. Le prorata temporis d'entrée Il est égal au nombre de mois d'utilisation du bien, divisé par le nombre de mois dans l'année. Cette valeur est à prendre en compte lors de la première année d'utilisation du bien. Le prorata temporis de sortie Il est utilisé l'année de cession ou de destruction du bien. Il est également égal au nombre de mois utilisation du bien, divisé par le nombre de mois dans l'année. Le nombre de mois d'utilisation du bien est calculé à partir du 1er janvier jusqu'au jour de cession du bien. Le retour au linéaire Lorsque l'annuité dégressive devient inférieure à l'annuité de référence calculée au linéaire, le contribuable doit changer de technique d'amortissement. Il repasse à la technique du linéaire au titre de l'année en cours et des années suivantes, égale à la valeur comptable résiduelle divisée par le nombre d'année restant à amortir.

Exemple

Acquisition le 31 mars 2006 d'une machine d'une durée normale d'utilisation de 10 ans, destinée au regoudronnement du circuit d'une valeur de 20000€. Calcul : Annuité d'amortissement dérogatoire = base d'amortissement x taux constant.
Base d'amortissement = - La première année = valeur d'achat = 20000.
- Les années suivantes = valeur comptable résiduelle. Taux constant = taux linéaire x coefficient : - Taux linéaire = 100/durée normale d'utilisation = 100/10 = 10%.
- Coefficient = 2,5. Taux constant = 10% x 2,5 = 25%. Prorata temporis d'entrée = 10/12. On doit ensuite faire le tableau d'amortissement dégressif des immobilisations amortissables.

Articles de la même catégorie Fiscalité

Défiscalisation : que prévoit la Loi Girardin ?

Défiscalisation : que prévoit la Loi Girardin ?

La réduction d'impôt ou la loi Girardin concerne la défiscalisation des investissements immobiliers ou locatifs en outre-mer. Il existe trois types d'investissements, tous subordonnés, à la condition que le bien soit affecté à votre résidence principale ou à la résidence principale de votre locataire, pendant au moins 5 ans.
Comment calculer la TVA lors de la vente d'un bien immobilier ?

Comment calculer la TVA lors de la vente d'un bien immobilier ?

La TVA immobilière est la taxe sur la valeur ajoutée qui s'applique à toutes les opérations de vente d'immeubles neufs en France. Cette TVA est perçue par le Trésor Public. Cet article vous apprendra, dans quelles circonstances on applique la TVA et pour quel type de bien. Ensuite, nous verrons comment elle est calculée.
Comment rédiger une lettre de réclamation ? (Exemples, conseils pratiques)

Comment rédiger une lettre de réclamation ? (Exemples, conseils pratiques)

En cas de désaccord avec votre centre des impôts sur le montant ou le calcul de votre imposition, il est toujours possible de faire une réclamation. Dans ce cas-là, soyez précis dans votre lettre de contestation et expliquez clairement le litige. Pensez bien à conserver tous les justificatifs pour appuyer votre réclamation, qui ne sera pas recevable si vous n'apportez pas la preuve de ce que vous avancez.
Tout savoir sur le chèque emploi service

Tout savoir sur le chèque emploi service

Les aides à domicile connaissent un nouveau moyen de paiement : les chèques emplois services. Ces derniers leur permettent d'être déclarés et de bénéficier de tous les avantages d'un employé : cotisations pour la retraite et le chômage. Il permet également pour l'employeur de déduire de ses impôts les sommes versées.