Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
guillaume

Ses blogs

Voyage autour du monde

Voyage en vélo en Amérique du Sud
guillaume guillaume
Articles : 232
Depuis : 14/03/2009
Categorie : Tourisme, Lieux et Événements

Articles à découvrir

Gauchito Gil m'a tuer!

Gauchito Gil m'a tuer!

Depuis Mercedes, le parcours pour rejoindre la Colonia Carlos Pellegrini (et donc le coeur de l'Estero del Iberá) n'est pas ce qui se fait de plus simple. Je laisse Mercedes derrière moi Au programme, 120 kilomètres de piste. Toujours difficile de savoir à quoi s'attendre dans la mesure où les locaux sont rarement en mesure de me décrire la r
Sur la route de San Rafael, l'hôtel Tirol

Sur la route de San Rafael, l'hôtel Tirol

Sur la route Sexta depuis Encarnación, un endroit immanquable, le fameux et réputé "Hotel Tirol". À défaut d'y loger, il n'est pas interdit d'y faire un tour, histoire de profiter des 20 hectares de forêt alentour, regroupant plusieurs centaines d'espèces d'oiseaux. Sans compter les piscines, et la tranquilité du lieu, comme figé dans le t
Un grain de sable...

Un grain de sable...

Arriver à Colonia Carlos Pellegrini depuis le sud est une chose, la quitter par le nord en est une autre. En effet, si c'est une piste cassante de 120 kilomètres qui sert d'entrée depuis le sud (Mercedes), il s'agit d'un banc de sable de 55 kilomètres pour ce qui est d'en ressortir en passant par le nord (vers Virasoro). Pas franchement motivé
Tierra Roja

Tierra Roja

Corrientes et Misiones, régions d'eau, de forêts luxuriantes, de végétation tropicale et de plaines fertiles. Mais aussi régions de terre rouge. Sur la route 41 Vue cycliste Poussière rouge Production de thé (Virasoro) Aux abords de la Colonia Liebig
Sur la route de San Rafael, la boucherie

Sur la route de San Rafael, la boucherie

Sur la route vers San Rafael, et qui plus est à cette époque de l'année, les averses sont courantes, et presque quotidiennes. Le défi en vélo consiste donc à passer entre les gouttes. Une zone un peu trop noire dans le ciel? Le vent qui se lève, ou des vagues successives d'air chaud puis frais? Il est temps de trouver un endroit pour s'arrê
Trinidad, du passé jésuite

Trinidad, du passé jésuite

S'il n'en reste plus que des ruines, on ne peut passer au Paraguay sans s'arrêter sur les anciens sites jésuites, principalement installés dans le sud du pays. Au delà de l'intérêt architectural, c'est surtout l'histoire du Paraguay à ses débuts qui repose à travers ces monuments. Santísima Trinidad del Paraná, fondée en 1706 Fondées a
Au coeur de la Yerba Mate

Au coeur de la Yerba Mate

De passage dans les provinces de Corrientes et Misiones, impossible de ne pas aller faire un tour du côté de la production de Yerba Mate. En l'occurrence, il y a le choix. Sur la route entre les villes de Virasoro et Posadas (110km), pas moins d'une dizaine de sites dédiés à la production de la Yerba Mate sont établis. Si bien qu'aux odeurs d
Encarnación, de plain-pied au Paraguay

Encarnación, de plain-pied au Paraguay

Les formalités terminées à la frontière, c'est reparti pour un tour au Paraguay. Quelques jours à Encarnación avant de mettre les voiles vers le nord, direction Asunción. Le Paraná, avec Posadas en face, vu depuis le Paraguay Plus de pesos argentins, il faut se réhabituer aux Guaranies que l'on compte plus en dizaines voire en centaines de
Et au milieu coule une rivière

Et au milieu coule une rivière

Quelques jours à Posadas, le temps de se reposer un peu, et de faire des amitiés sud-américaines et européennes. Le temps aussi de laisser passer quelques orages d'été, ou encore d'observer le Paraguay, de l'autre côté du Paraná. Puis vient le moment de franchir le pont. Presque un an jour pour jour après avoir quitté le Paraguay pour la
L' Estero del Iberá

L' Estero del Iberá

En plus d'être un village perdu au milieu de nulle part, avec des voies d'accès pas si accessibles (piste depuis le sud, banc de sable depuis le nord), Carlos Pellegrini est aussi -et surtout- la porte d'entrée de l'Estero del Iberá. Tout du moins une partie de l'Estero. Son nom Guarani "Iberá", signifiant "eau brillante", prend tout son sens