En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

KERFON LE CELTE

KERFON LE CELTE

Un vers ça va...! Deux vers, bonjour les dégâts...! KERFON LE CELTE un homme à fables

Ses blogs

KERFON LE CELTE...

KERFON LE CELTE...

Un homme à fables qui a plus d'un tour de conteur....
KERFON LE CELTE KERFON LE CELTE
Articles : 1369
Depuis : 01/10/2008

Articles à découvrir

L'instant Saint Valentin...!

L'instant Saint Valentin...!

14/02/2009... Saint Valentin...! C’est la Saint Valentin alors, seuls ils s’en vont Se faire un tour de Rhin à l’abri des lampions ; Le soleil s’est éteint et la lune soupire, Dans l’attente du brun ils parlent d’avenir... Il trop tôt pour lui de causer mariage, Son œil malicieux luit : il mate le corps sage ; Elle, est déjà demai
Tribulations d'un débirentier...

Tribulations d'un débirentier...

Rente habilitée… Contre un sonnant bouquet, une rente indexée, J’entre dans le concret d’une vente en viager… « Paraphez puis signez ! » m’invite, empli de tact, Le clerc assermenté qui, d’emblée, passe à l’acte… La course est engagée, elle pourrait durer Si mon crédirentier, par bonheur (*) malheur (*) , vit âgé… (*) =
Temporelle et hardie...!

Temporelle et hardie...!

Temporelle et hardie… Légende non contractuelle... Si tu veux mon avis, Mon humble réflexion, Je te trouve jolie Mais fais bien attention ! Sans arrêt la pendule Est en révolutions, Tu tournes, tu bascules Et les grâces s’en vont ! Très vite la beauté S’enfuit à tire-d’aile... Seule, dans la durée, La laideur est fidèle… KERFON
Quand le bâtiment va, tout va...!

Quand le bâtiment va, tout va...!

25/03/2011 Quand le bâtiment va, tout va… ! (Les Léonardo…) Cette fiction est entièrement vraie, puisque je l'ai construite du début à la fin Chez les Léonardo, on ne plaisante pas. Boulot, boulot, boulot, le reste est blablabla. Un bon métier aux mains éloigne les tracas : Le futur est serein quand le bâtiment va… Au casting du prop
La drague....

La drague....

La drague... Toi, je te vois venir avec tes gros sabots, Ton style homme menhir, ton bronzage tourteau, Si pour qu’un soir j’en pince il suffisait d’un slow, Y’a longtemps qu’un beau prince ornerait mon pajot… ! Ce n’est pas parce que je fais tapisserie Que je vais, pour tes yeux, tomber en hystérie, Des hommes comme toi, en quête d
Les tribulations d'un vigneau...!

Les tribulations d'un vigneau...!

16/10/2012 Ci-gît l’vigneau… ! Par un jour gris de mai, sa maison sur le dos, Un vigneau fit projet d’un voyage écolo ; La patience usée par de longs mois d’hiver, Il rêva d’un départ vers un soleil d’enfer. Mais il n’est pas facile en naissant bigorneau, De foncer vers une île au rythme d’un pied bot ; Il eut alors l’idée
Kerfon Crusoé...!

Kerfon Crusoé...!

Kerfon Crusoé Si j’étais le héros d’une histoire à la con, Je serais, aimant l'eau, Crusoé Robinson ® ; J'errerais, sans remous, au bord du Pacifique, Sans me prendre le chou avec la politique. Je vivrais de la pêche et de l'air du beau temps, De noix de coco sèches offertes par le vent, Je plongerais tout nu dans le bel océan Sans bes
HARDPIC LE HERISSON...!!!

HARDPIC LE HERISSON...!!!

Séverine Dalla / Kerfon le Celte ------------ Je n’en crois pas mes oreilles… « Hardpic », le hérisson, lève le bout du nez, D’un trop court roupillon le voici extirpé, Il regarde, bougon, le grand calendrier Et se dit, « nom de nom : nous sommes en janvier… ! » Le maudit carillon n’a pas encore sonné, La saison sans grillons n
Ephémères rides...!

Ephémères rides...!

Réédition (05/12/2010) *** Ephémères rides Le bonhomme de neige A fondu au soleil, Ô ! Triste sacrilège, Il était né la veille ; Sa pipe, son chapeau, Son faux nez, ses mitaines Trempent au milieu de l’eau Sous un ciel bleu-blanc-blême … KERFON LE CELTE
Vous ! J'vous ai à l'oeil...!

Vous ! J'vous ai à l'oeil...!

25/01/2011 J’vous ai à l’œil… ! Cette fiction est entièrement vraie, puisque je l'ai imaginée du début à la fin. « Vous ! Je vous ai à l’œil ! » semble dire le sbire Qui, bouffé par l’orgueil, me zieute sans rien dire ; Aucun type, avant lui, ne m’a fixé ainsi, Ses drôles de manies m’annoncent des ennuis ! « Qu’est-ce