Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Denise Giton-Gonzalez

Denise Giton-Gonzalez

J'ai pris le pinceau. Et j'ai peint le Chat. Halte entre deux tableaux pour poser les mots qui coulent le long de la plume : peinture d'alphabet pour un Chat curieux et fantaisiste. Cette écriture me rend heureuse et c'est délicieux comme des vacances !

Ses blogs

lisezgrillon-art

Peintures et sculptures de "lisezgrillon"
Denise Giton-Gonzalez Denise Giton-Gonzalez
Articles : 18
Depuis : 24/01/2015
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Mes Nouvelles

Un GROS CHAT fait la Gazette de son Quartier. Allergique au Chat ? Réconciliez-vous avec celui-ci... S’il rêve sur ses coussins, je prends en douce la plume. Blog rêverie, quiétude et charentaises.
Denise Giton-Gonzalez Denise Giton-Gonzalez
Articles : 521
Depuis : 10/01/2014
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

GROS CHAT (471) : POUR PIERRICK

GROS CHAT (471) : POUR PIERRICK

Tu as eu un tel chagrin pour Calamity... Toile 40 x 40, acrylique sur poudre de bronze et ajout d’or... Tenter de te restituer son regard pour réconforter le tien. Avec tendresse. Et des bisous. Cousine Denise
GROS CHAT (513) : ELLE EXAGERE...

GROS CHAT (513) : ELLE EXAGERE...

Attention... la publicité se joue du texte... Vérifiez que vous êtes allés, pour la lecture et l'ajout de commentaires, si tel est votre désir, jusqu'en bas de page... Je suis parti me rafraichir en trainant dans la nuit. Si tous les Chats sont gris, les chagrins sont-ils de la même couleur... ? Pas digéré, le coup de journal sur l'arrière
VIEUX CHAT (407) : SAGE

VIEUX CHAT (407) : SAGE

Le corps se noue avec conscience et la grâce des courbes éclate dans les méandres de la pose. Un dos puissant sur des hanches solides, légèreté et présence, charpente vigoureuse. Mettre du volume dans du creux. De la chair dans la finesse. De la force dans l’élan. Restituer ce qui m’échappe. Et laisser le charme (ou la chance) de l’o
GROS CHAT (519) : PAS LOIN...

GROS CHAT (519) : PAS LOIN...

Haline et ses ciels de bord de mer. Les nuances grises, l'écume qui se joue, fait des bulles, mousse et disparait. Quelque part dans le froid d'une côte française. Quelque part du coté des vaches aux yeux tristes et velours. Quelque part où tu marches pleine d'iode et de vent. Quelque part où pourtant je te trouve. Fluidité des pensées alor
GROS CHAT (511) : FASHION METAL

GROS CHAT (511) : FASHION METAL

Bonheur et travail dans l’atelier : de l’âme dans ces murs où les visages se penchent sur l’ouvrage... Bulle dans les vacances : machines à découper, métal qui frise en rubans où filaments. Gants pour saisir et éviter les blessures, maillet pour façonner... Fashion de cuivre et écharpe de fer. Semelle de fer à repasser pour socle. C
GROS CHAT (501) : TELLEMENT ROYAL...

GROS CHAT (501) : TELLEMENT ROYAL...

La ville ruisselle et cette nécessité de miel dans un thé, ou bien miel ambré dégoulinant en crinière... Poser son pinceau parce que rien ne sera égal sur la toile : ni le regard attentif et figé, ni la force à l’orée du jet de l’animal. Tout respire le basculement prochain des muscles dans la royale posture, le crin rude et ambré. T
GROS CHAT (515) : HELLO WEBBIE.

GROS CHAT (515) : HELLO WEBBIE.

Gris pour gris... ceux de ton Océan aux tons ardoise noyés d'écume dans un hurlement de galets et coquillages roulant sur le sable... ceux de mon ciel à moi tutoyant le zing des toits. Des lutins jouent aux cheminées. Une trouée bleue déchire le gris puis disparaît. Quel après midi ! Tu l'auras deviné. Un engourdissement en cette fin de j
GROS CHAT (516) : FRAGILE

GROS CHAT (516) : FRAGILE

4 août 2021 : Un liséré d'or sur l'écran. Silence de soi. L'allégresse de l'écriture s'est estompée. Perdus, les mots. La nuit s'est figée autour du réverbère orange. Tout a une couleur de fruit. La rambarde de l'école, la branche sèche d'un arbre plein de soif. Pas une feuille ne bouge ou ne vit. C'est désolant, cette inaptitude, la m
GROS CHAT (517) : C'EST COMME CA QUE JE SUIS HEUREUSE

GROS CHAT (517) : C'EST COMME CA QUE JE SUIS HEUREUSE

Il pleut. Le nécessaire est le soleil intérieur. Et je m'y emploie. Juste à évoquer les amis... Halina, de ses yeux bleus de Pologne mettant de la chaleur dans de grands froids. Blondeur transparente, bonté extrême. Des décennies de présence solide même au travers d'un mot. Elle aime ses terres, les vignes et le noyer pillé d'indélicats