En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Stelle Djisébénia

Ses blogs

Si le Sénégal m'était conté...

Si le Sénégal m'était conté...

Au pays de la Teranga : grouillant de vie, bariolé, plein de vie, de cris, de rires...
Stelle Djisébénia Stelle Djisébénia
Articles : 232
Depuis : 12/01/2014

Articles à découvrir

Balade en calèche dans les rues de Saint-Louis

Balade en calèche dans les rues de Saint-Louis

Une fois le pont Faidherbe passé, nous arrivons sur l'île de Ndar et la visite commence dans le quartier Nord (Lodo) avec des restes du temps colonial. C'est dans ce quartier que les négociants bordelais et marseillais se sont établis dans la première moitié du XIXe siècle. En prolongeant le quai Roume, nous passons devant la Grande Mosquée
Le jardin de Richard...

Le jardin de Richard...

Richard-Toll s’est construite sur la rive gauche du fleuve Sénégal. Aujourd’hui elle est entourée de champs de canne à sucre et de rizières, au milieu d’une région globalement plutôt aride. Dans les années 1970, Richard-Toll ne comptait que 5 000 habitants, mais le développement de l’industrie sucrière a favorisé son essor. En 20
Marché à Mbour !

Marché à Mbour !

C’est le deuxième port de pêche du pays, grouillant de monde vers 18h au retour des pirogues multicolores. Les pêcheurs débarquent à vive allure avec leurs paniers remplis de poissons, de coquillages ou crustacés… Les femmes, très présentes, réceptionnent les marchandises, trient, écaillent, vident toute la journée, le nez dans le po
Havre de paix, Ndangane Sambou

Havre de paix, Ndangane Sambou

Le « havre » en wolof, Ndangane, autrefois appelé Ndangane Sambou, du nom de celui qui aurait, le premier, repéré le coin afin d’y construire un village. Village de pêcheurs Niominkas, il est devenu l’un des principaux embarcadères du Saloum. En effet, l’histoire de ce village remonte en 1892. Cette année-là, le nommé Sambou Sarr de
Cordonniers, métiers en voie de disparition !

Cordonniers, métiers en voie de disparition !

Les petits et vieux métiers, qui n’existent plus en Europe, font tout le charme de l’Afrique et du Sénégal plus particulièrement. Les cordonniers en font parti mais la concurrence chinoise tend à les faire disparaître ! Les Chinois viennent acheter les œuvres et en font des milliers de copies de mauvaise qualité et à des prix dérisoir
Le long de la vallée du fleuve...

Le long de la vallée du fleuve...

Habitation typique Peul « Walo » et « dieri » La route traverse le Fouta, une région au double visage : près du fleuve, le « walo », des terres maraîchères et céréalières fertilisées par les apports de la crue. Fief des agriculteurs toucouleur, dont les ancêtres donnèrent du fil à retordre aux troupes coloniales. Le dernier héros,
Louga, ville des "modou-modou"

Louga, ville des "modou-modou"

Grande avenue à Louga Le déclin du commerce de l'arachide a fait de ce centre agricole l'un des principaux foyers d'émigration du pays, ville des "modou-modou", ces vendeurs ambulants qui cherchent fortune en Occident. Ville natale du président Abdou Diouf, cette ville propose un festival de folklore et de percussions de Louga; le FesFop. Balad
Kébémer, carrefour religieux !

Kébémer, carrefour religieux !

De par sa position géographique qui la place presque à égale à distance de Touba la capitale du Mouridisme (90 Km), de Tivaoune la capitale de la Tidjane (62 km) et de Ndiassane la capitale de la Khadriya (67 km), Kébémer est une commune où toutes les confréries sont fortement représentées par des hommes qui ont réussi à faire la promot
Sur le pont de Faidherbe

Sur le pont de Faidherbe

Quand le pont Faidherbe n’existait pas Au premier temps de la colonisation, on se rendait à Saint-Louis au moyen de différents types d’embarcations, la pirogue étant la plus commune. Des barges transportaient les troupes encasernées dans l’île ainsi que les chevaux des spahis. Les caravanes peules amenant les troupeaux de bœufs faisaien
Transfert, transfert !

Transfert, transfert !

Wari, Joni Joni, Money Gram, Western Union… transferts, transferts ! Nombreuses sont les enseignes de transfert d’argent, en ville comme en brousse, partout surtout à l’approche de grandes fêtes, les bureaux sont pris d’assaut ! Si la connexion ne fait pas des siennes, alors le wari est très prisé pour envoyer 20 000 ou 30 000 cfa au vi