Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
vertuchou

Ses blogs

Vertuchou.over-blog.com

Coups de cœur
vertuchou vertuchou
Articles : 4098
Depuis : 27/02/2010
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Étoile la gitane

Presse ta bouche pourpre sur la mienne, Étoile, la gitane ! Et sous l’or solaire du grand midi Je mordrai à la pomme. Par les verts oliviers de la colline, Il est une tour maure Qui rappelle le teint de ta peau brune Fleurant miel et aurore. Ton corps brûlé au soleil me dispense Le divin aliment Qui fait fleurir le cours d’eau apaisé Et s

La poésie augmente le sentiment de la réalité

La poésie augmente le sentiment de la réalité La poésie est une forme de mélancolie La poésie est l'expression de l'expérience de la poésie La poésie doit résister à l'intelligence presque avec succès Toute poésie est expérimentale La poésie est un faisan qui disparaît dans le fourré. Wallace Stevens

Un seul regard

Un seul regard reprend tous les regards Un seul mot libère tous les échos Un seul geste rompt l'unique fièvre Un seul geste rouvre toutes les veines Nul sang n'est perdu nulle chair vaine François Cheng
Andante con moto

Andante con moto

Schubert, Trio No. 2, Op. 100, Andante con motoAmbroise Aubrun, violinMaëlle Vilbert, celloJulien Hanck, pianoLes DéconcertantsPierre-Alexis Touzeau, music d...

Le meilleur moment des amours

Le meilleur moment des amours N'est pas quand on a dit : "Je t'aime" Il est dans le silence même À demi rompu tous les jours ; Il est dans les intelligences Promptes et furtives des cœurs ; Il est dans les feintes rigueurs Et les secrètes indulgences ; Il est dans le frisson du bras Où se pose la main qui tremble, Dans la page qu'on tourne ens

Je lui dis de venir

Je lui dis de venir, qu'il doit recommencer à me prendre. Il vient, Il sent bon la cigarette anglaise, le parfum cher, il sent le miel, à force sa peau a pris l'odeur de la soie, celle fruitée du tussor de soie, celle de l'or, il est désirable. Je lui dis ce désir de lui. Il me dit d'attendre encore. Il me parle, il dit qu'il a su tout de suit

Quoi ?

Quoi ? Qu’es-tu pour moi ? Que sont pour moi tes doigts et tes lèvres ? Qu’est pour moi le son de ta voix ? Qu’est pour moi ton odeur avant l’étreinte et ton parfum pendant l’étreinte et après ? Qu’es-tu pour moi ? Que suis-je pour toi ? Que suis-je ? Erich Fried
Le pavillon français

Le pavillon français

Henri Le Sidaner, Le Pavillon français, Trianon, Versailles, 1920 Huile sur toile. 92 x 73 cm
Pour la peau

Pour la peau

Comme tu as su attendre Comme tu lui as parlé Et comme elle résistait Elle voulait se défendre Et c'était presque beau De vous voir, presque beau Ta patience infinie Ses "non, "oui", "pas ici". Un jour ça s'est passé Elle voulait dans ta chambre Et tout a bien été Et tout était très tendre; Mais après, comme toujours, Ça t'as rendu tout