En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

pascal doyelle

Ses blogs

instants philosophie

instants philosophie

Le sujet et l'ontologie. Histoire de la philosophie. Psychanalyse Littérature.
pascal doyelle pascal doyelle
Articles : 1167
Depuis : 12/03/2006

Articles à découvrir

Le déchirement existentiel du voile

(NHSL) Nietzsche, Heidegger, Sartre, Lacan Dans la perspective de redécouvrir la lune, cad de prendre conscience de ce qui effectivement nous situe là, sur le lieu, sur le point de temps, où nous sommes. Il y eut ainsi la surintentionnalisation (les grecs), l’hyper-intentionnalisation (dieu et le christique), la méta-intentionnalisation (Desc

L’en-avant du re-tour

En-deçà de l’intentionnalité On a voulu penser la réalité comme concept ; ce faisant on laissait la conscience en dehors, qui ciblait ce concept ; elle passait pour simple fonction ou n’ était pas même évoquée ; tout fasciné de la conceptualité ; survient Descartes qui origine la pensée ; il existe un sujet qui pense, c’est le suj

Ce que l’on nomme « pensée »

De ce que depuis la méditerranée l’on investigue le Bord du monde et du corps, et que c’est bel et bien là que l’on existe. De sorte que l’on est perdu, égaré, dans ce qui pourtant est la forme même du réel. C’est-à-dire partout, la forme de ce qui est, partout. Des mondes particuliers, un par un, séparés les uns des autres, cr

Soulèvement de la structure

Tous les mouvements de révolte qui eurent lieu, de Stirner à Lacan, en passant par Marx ou Nietzsche ou Heidegger, sont ainsi des mouvements en interne du processus qui, lui, débute à partir de la pensée et de dieu, comme interventions externes au monde (ontologiquement externes, puisque tout ce qui est la proie de l’Altérité, du présent)

La forme de la politique

On peut observer ceci ; l’organisation des sociétés humaines est passée d’une spontanéité (excessivement construite, de toutes les sociétés traditionnelles, des royautés, etc, mais qui se donnaient comme d’origine religieuse ou surnaturelle, de l'ordre du groupe lui-même se positionnant dans son monde, ce qui leur permettait de (se)

L’être et l’Exister, le monde et le Présent

La structure du réel est ce qui n’apparait pas dans la réalité ; c’est la forme de cette réalité et non pas la réalité elle-même. La fait le plus simple et instantané est ainsi que le présent est la forme du monde. Le présent, qui paraissait une fonction indifférente, un résultat vague, une conséquence, est défini par hypothèse

Amenée dans le monde

On a donc vu que l’occidentalisation a extrait la structure antérieurement à tout monde humain, tout langage et représentation, et même tout corps humanisé (ce que signifie le christique, littéralement, c’est un autre-corps) et « occidentalisation » est un processus outrepassant de loin « l’occident », d’autant plus que l’on va

La forme politique et la sécession interne

C’est l’organisation élaborée et d'égalité qui refuse de réintroduire ou d’introduire, dans l’échange régulé, accepté, requérant un accord, cad une intelligence commune, sociétale, refuse d’y réintroduire l’inégalité. Ce qui suppose, donc, une société régulée, pacifiée, ou à tout le moins équilibrée, et non pas une

Orientation des choses et des êtres

Lorsque s’invente et se découvre, à la fois, la structure de conscience autour de la méditerranée, il s’agit de faire passer cette structure dans le monde ; en lequel elle ne peut en aucune manière se présenter (elle est la forme qui présente le monde, la forme qui entoure le donné, et cette forme est le présent en ceci que le présent

L’être et l’exister – 2

Le Bord du monde et du corps Il faut donc imaginer la conscience comme un faisceau, posé sur la surface du réel et orienté par le devant et tel quel, ce qui veut dire sans qu’il n’y ait rien antérieurement ; la surface du réel est une seule surface dotée d’un seul côté ; il n’y a pas d’autre côté, un verso, pas de recto, une feu