Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
pascal doyelle

Ses blogs

instants philosophie

Le sujet et l'ontologie. Histoire de la philosophie. Psychanalyse Littérature.
pascal doyelle pascal doyelle
Articles : 1412
Depuis : 12/03/2006
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Perfectibilité brute

Si le réel a pour finalité la perfectibilité (et non la perfection) alors que l’on ne s’étonne pas de sa brutalité. Tout le néant existe, tout l’être existe (être au sens générique). Le principe du réel est le possible. Il n’y a pas de question qui puisse être posée quant à l’existence du réel ; il est le possible et réali

L’activisme de dieu

de la pensée, du christique, du sujet, de la révolution, du je, au choix. La philosophie veut penser le monde, donné « là », et ce en passant-outre le groupe humain. Ce faisant elle tombe sur le monde tel que « là » - l’être - l’être est la constatation que le monde est, en dessous des contenus que nous produisons, que toute humanit

La grandeur du réel

Dont on accordera qu’il est en soi logique que le possible soit effectivement plus grand que lui-même. D e ce qu’il faut, quoi qu’il en soit du chemin, le tenir j us qu’au bout (évidemment dans des limites moralement assurées). C’est que Descartes sait ce dont il parle ; que le dessin d’une intentionnalité est son dessein, ou son de

L’esprit de liberté et d’égalité

Montaigne ; « c’est moi-même que je peins, je suis moi-même la matière de mon livre » « étant hors de l’être, nous n’avons aucune communication avec ce qui est » Reste le je. Qui lui existe (et n’est pas). Et dès lors s’ouvre la possibilité de décrire l’ici et maintenant réel. Soit donc Descartes. C’est Montaigne, ce fran

Cette histoire de l'être

Qu’en est-il de cette histoire de l’être ? La philosophie paraît débordée ; comment penser un tel univers dont on suppose, peut-être, qu’il est infini, et même qu’ici et là il existe dans un grand vide (on ne sait pas) des tas d’univers éventuellement tous infinis ? En conséquence il devint tout à fait impossible de penser la r

Première et deuxième existence de la liberté

La vérité est donc que chacun est appelé tel qu’en lui-même, et selon sa décision. Non pas une courte décision fébrile qui se prend dans le moment, mais la longue décision qui dure toute une vie durant, soit donc qui transforme cette vie vécue en Existence. Et qui modifie son intentionnalité, depuis le judaïsme le sens, la significatio

Tout corps vivant plongé …

Tout corps vivant plongé dans l’horizon de la conscience, ne souhaite que disparaître. Parce qu’un vivant se ressent comme centre de son monde (afin de répondre aux dangers), et de tout regard extérieur porté sur ce corps il se dit ; il va me manger. Or ce regard est le sien. L’arc de conscience est en nous tout à fait autre et on ne pe

Passion de la liberté

On recherche donc ce qui apparaît. E t on a vu, multiplement, que ça n’apparaît pas ; la forme de ce qui apparaît, de tout ce qui apparaît, est le présent, et le présent, ce « moment », n’est pas visible. Au lieu de croire que le présent est juste un résultat, dont on ne sait pas trop quoi faire, que l’on ne pense même pas, mais q

Le corps au-devant

Celui qui ex-siste Que le sujet ne soit pas une substance et que la preuve cartésienne soit un fait, absolu et formel, veut dire que l’on a atteint le niveau interne du réel, celui qui précède la réflexivité qui établissait un discours et que, donc, depuis René nous agissons sur l’antériorité du monde ou du vécu ou de notre être ; p

Le moi et le propitiatoire

Il paraît donc qu’il fallut décider. Que cette décision est à la fois déjà prise et encore indécidée. On sait très bien que parfois on se convertit ; vers dieu, pour la pensée, par le sujet, selon la révolution, soudainement illuminé par la poésie, pris de passion pour quelqu’un d’autre, et autres phénomènes étranges. Dit autr