Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

pascal doyelle

Ses blogs

instants philosophie

instants philosophie

Le sujet et l'ontologie. Histoire de la philosophie. Psychanalyse Littérature.
pascal doyelle pascal doyelle
Articles : 1294
Depuis : 12/03/2006

Articles à découvrir

Dolorès-Wyatt, et ses pères

Dolorès-Wyatt, et ses pères

Dolorès-Wyatt, et ses pères : Arnold-Ford-Bernard-Abernathy On dira donc que Dolorès-Wyatt tue ses 4 pères ; Arnold dieu le père (qui crée la conscience des androïdes mais un peu "faible" à sa manière ) Ford le diabolique ou peut-être le dieu violent ou l’autre face d’Arnold : Ford qui impose les 30 années de souffrance aux esclaves

Le christique – le Saint-Esprit

Rappelons que le Saint-Esprit est le troisième de la trinité ; il apparait lorsque le christ se retire et qu'alors seulement il peut envoyer le saint esprit, afin que chacun entende, comprenne la parole, ce qui veut dire commence de saisir les intentions (que pas un seul ne discernait jusqu’alors) et qu'il crée par le Saint esprit la communaut

Pour de vrai et d’en-haut

Le réel est le présent, le présent existe parce que c’est en lui qu’il arrivera quelque chose ou que quelque chose se passe ; or cela n’a pas de sens, sauf à dire que le présent est précisément cela qui arrive… que donc le réel, la forme même des réalités qu’est « le réel », c’est cela qui est effectivement agissant et qui

Centre névralgique du réel

Pour ce qui nous concerne la structure est « cela qui crée notre moi », tout moi dépend d’un sujet mais le dit sujet n’est nullement substantiel ; si le sujet était substantiel il ne parviendrait pas à se mouvoir, il se trainerait, il serait, une chose déterminée, et le moi pareillement. Ce qu’il faut comprendre c’est que par-dessus

Le christique

Rappelons. Le christique crée instantanément l’âme de ceux qui croient ; qui reçoivent au moins en intention sa parole, qui saisissent l’intention monumentale et commence d’en rechercher la simplicité. Inutile de croire ou ne pas croire ; le fait est son historicité indépassable. C’est tenu pour tel, ici. On part ici du fait historiq

Sens du monde

En somme, il faut s’habituer à penser selon la forme, la forme de notre être, la forme de la réalité. Or la forme de notre être n’est pas un être (Sartre ; l’homme n’est pas ce qu’il est, est ce qu’il n’est pas) mais une activité et cette activité a été identifiée comme intentionnelle ; une conscience prend conscience de ce

Feuilletage du réel

Il faut bien s’étonner des extrêmes possibilités qui furent ouvertes et que soi-disant il faudrait mépriser. Il n’est pas normal qu’il y ait eu, au long de l’histoire, des révélations et que celles-ci impliquèrent excessivement l’effet de nous créer ; ça n’est pas normal, c’est stupéfiant. Dieu, l’être, le sujet (christiq

La conscience ou la vie

En quelques textes rares des Leçons sur le temps, il apparait que la hylé n’est pas une simple composante de la conscience mais ce qui permet à cette conscience d’être conscience, ce qui la donne à elle-même avant toute chose. Toutefois cette fonction décisive de la ur-impression qui ferait de la phénoménologie hylétique la discipline

Résumé de l'histoire de la pensée

La pensée n’a jamais été fondamentale que par les grecs, jusqu’à Plotin. Ensuite on passe à autre chose et autrement ; évidemment la théologie (qui occupe un nombre considérable de siècles et élabore quantité de créations et de précisions) reprend l’intégralité de la pensée, grecque (puisque le christique est l’avancé de la

Déroutement de l’être vers l’exister

Si l’on s’étonne de la forme très étrange du réel, on comprend aussitôt. Mais on ne sait pas quoi. On ne sait pas ce que l’on comprend. Ceci suppose que l’on connait, que l’on expérimente le réel instantanément, mais que cette connaissance ne parvient pas au conscient ou ne s’acquiert que difficilement. On dira alors que ça n