En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

ARNO

ARNO

Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55°3 E 21°5 S.

Ses blogs

Les Restes du Banquet

Les Restes du Banquet

LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
ARNO ARNO
Articles : 3932
Depuis : 22/10/2007

Articles à découvrir

Tu dis ?

Donner vraiment la parole, offrir son silence.

Tu penses combien ?

Les plus grands penseurs n’ont jamais eu qu’une seule idée, disait Bergson. Pour les autres, c’est un peu moins.

Et pour vous ?

Si on pouvait recommencer, j’aimerais bien être un artiste riche, célèbre, beau et aimé. Bon pour la chasse, ce serait toujours non.

Courir

Découvrir, chemin faisant, pas à pas, qu’au creux du même qui s’obstine à revenir, peut se loger l’autre.

I feel it coming

Il y a ceux chez qui ça vient trop vite ; il y a ceux chez qui ça ne vient pas ; il y a ceux chez qui ça vient et revient ; il y a ceux chez qui ça vient régulièrement mais avec parcimonie… Il y a toutes sortes d’écrivains.

Dieu, Lacan et le réchauffement climatique

– Pierre : Dis donc, tu ne voudrais pas les aider un peu, en bas, ils ne vont jamais s’en sortir. – Dieu : J’aimerais bien mais je ne peux pas. – P : Comment ça, tu n’es pas omnipotent ? – D : Eh ben non. – P : Mais pourquoi tu les as laissé faire, tu savais bien qu’ils détruiraient tout. – D : Pas du tout, je n’avais pas p

La stèle et le vent

J’aime les vents infidèles qui n’insistent pas et partagent leurs chants et j’aime tout autant la stèle qui se tient, butée, et résiste au temps, riant bien de son impudence.

Les burnes des faiseurs de mots

Les faiseurs de mots sont, le plus souvent, bien inspirés. Crépusculaire et camaïeux et foutriquet disent joliment de jolies choses ; et de vilains mots comme salmigondis, concupiscent, ou pouacre disent vilainement les vilaines choses qu’ils nomment. En revanche je m’explique mal le choix du mot éburnéen – si vilain mot fait de burne é

Homo

L’homme est le seul animal à se prendre pour un homme

III. 60. Perdre l'amour pour le sauver

Pourquoi n’avait-elle pas envoyé ce fichu cahier noir ? Que pouvait-il contenir de si tragique ? Avait-il seulement existé ? Finalement, cela m’importait peu. Pour être honnête, le monde retrouvé d’Odette m’intéressait moins que la disparition de Nora. Pourquoi avait-elle disparu ? Perdre l’amour pour le sauver – je répétais cet