Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

ARNO S.

ARNO S.

Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Ses blogs

Les Restes du Banquet

Les Restes du Banquet

LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
ARNO S. ARNO S.
Articles : 4652
Depuis : 22/10/2007

Articles à découvrir

Écriture de confinement

Au début, en entendant parler de confinement, de couvre-feu, de limitation des déplacements, de fermeture des théâtres et des restaurants, les écrivains se sont dit « chouette, coincés à la maison, les gens vont nous lire davantage ». Eh bien pas du tout, ce qu’ils ont gagné, ce sont des concurrents.

L’amour dure…

– Incroyable, après tout ce temps, tu arrives encore à me surprendre. Attendrie par le jeu d’ailes de monsieur, madame Éphémère se laissa à nouveau approcher par son vieil amant rencontré quelques heures plus tôt.

O

Au premier abord, il est possible de se laisser embobiner par le O. Couronne royale, soleil prodigue, anneau doré des promis – l’amour pour toujours. Tout cela est formidable, c’est adorable et fort romantique. Le O en impose. Serait-il l’alpha et l’oméga ? l’origine et le tout ? Serait-il la forme de l’absolu ? Cela semble trop bea

Apparences

Il ne faut jamais se fier aux apparences, ricana le terrible Ogre en dévorant quelques fillettes. Sa maman lui avait payé (très cher) un coach en image de soi et développement personnel, depuis, il se voyait avenant et distingué.

À côté

Je viens de ranger ma bibliothèque et je me suis rendu compte que si j’avais été un écrivain, je serais entre Bertrand Russell et Edward Saïd. C’est pas mal, non ? Pas mal, mais je préfère quand même mes voisines, Julie à gauche et madame Fontaine à droite.

Clic !

Sous prétexte qu’on ne cesse de le prendre en photo, il a la grosse tête. Ce qu’il n’a pas compris, c’est qu'on admire le paysage et ses couleurs, pas lui. La preuve, on ne prend jamais Soleil en photo quand il est seul, au zénith.

The show

Hier au théâtre, c’était Debussy et Ravel. Au premier rang, un photographe discret, falot et pour tout dire insignifiant, a pris quelques clichés sans flash et sans même le clic-clac sympathique qui signe les vrais appareils des vrais professionnels. En revanche, sur scène il y avait un magnifique caméraman. Avec aisance, il se déplaçait

K

Le K, vous me l’accorderez, est un cas déconcertant. Pour commencer, il faut remarquer le décalage entre la quantité ridicule de mots écrits avec cette consonne et la quantité colossale de mots qui ont recours à son son – comme dans « klaxon », [k] en phonétique. Cela s’explique : on peut utiliser ‘cc’, ‘c’, ‘q’, mais aus

Au nez et à la barbe

– Non, mais qu’est-ce que c’est que cette ridicule barbe blanche que tu t’es collée à la coquille, Œuf ! Tu crois vraiment que ça va suffire pour que l’on pense que tu es vieux et que tu étais là avant moi. – Oui ben je te ferai dire qu’avec ta crête de punk, on voit bien que tu es beaucoup plus jeune que moi, Poulette. Beurk !