Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
ARNO S.

ARNO S.

Philosophe inquiet, poète infidèle, chercheur en écritures. 55° 27' E 20° 53' S

Ses blogs

Les Restes du Banquet

LA PHRASE DU JOUR. Une "minime" quotidienne, modestement absurde, délibérément aléatoire, conceptuellement festive. Depuis octobre 2007
ARNO S. ARNO S.
Articles : 4885
Depuis : 22/10/2007
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Le restaurateur, les souvenirs et les tartelettes

Nos souvenirs ne sont pas posés là, sur l’étal de notre mémoire, comme les tartelettes dans la vitrine de la pâtisserie. Il faut creuser, fouiller d’abord pour ne trouver que des morceaux à rabouter, des formes peu déterminées à remodeler, des textes troués, des images effacées. La mémoire suppose un travail, celui de restaurateur p

Genesis kai phtora

– Dis-moi Œuf, tu ne vas pas te décider un jour à éclore et faire quelque chose de ta vie, sermonna Poule ? – C’est-à-dire que je manque de modèle, se lamenta l’organisme ovoïde. – Si vous voulez mon avis, proposa Panda, Œuf a une valeur symbolique et à ce titre il échappe au processus aristotélicien de génération et de corru

Chose et mot

La langue généralise et abstrait et nous prive d’un rapport direct avec les choses singulières : tel galet, qui malgré un nom générique ne ressemble à aucun autre. Mais c’est la langue encore – et ses ressources quasi infinies – qui peut nous sauver de ce retrait et nous rapprocher au plus près de la réalité complexe et mystérieu

L’odeur du monde

Je trouve que le monde sent de moins en moins. À voir, à entendre, oui de plus en plus, mais à sentir, non.

Déni de réalité

Certains reprochent à la littérature d’oublier l’homme et le monde, de se réfugier égoïstement dans un ailleurs sans danger et ce, pendant que d’autres, ingénieurs et techniciens, se coltinent le réel. C’est curieux, j’ai l’impression – mais je ne suis pas très objectif – que c’est l’inverse : je trouve qu’il y a dans

On ne rentre pas

– Hé hé hé, qu’est-ce que tu essaies de faire, là ? – Enfin, chérie, tu vois bien, qu’est-ce qui se passe tu n’as pas envie ? – Ce n’est pas le problème, c’est plutôt qu’on ne rentre pas comme ça. Mot de passe ? – Non mais c’est quoi encore cette histoire ? – Mot de passe erroné. Encore deux tentatives. – S’il t

La joie

La joie, écrit Spinoza, est une augmentation de la puissance d’agir. Je ne saurais dire si c’est facile à comprendre, mais sans aucun doute, c’est facile à sentir.

Je ne citerai pas la femme de mon voisin

Sucer, je ne sais, mais citer, c’est bien tronquer, c’est bien tromper. Une double tromperie même, et contre l’auteur et contre le lecteur. Quant aux dictionnaires de citations, c’est un ramassis de tromperies. Détestable.

Oui

C’est beau un corps qui s’oppose et jamais ne renonce, une tête droite qui fait front et dit non, regard déterminé, mâchoires serrées, mais je préfère encore le visage qu’un oui joyeux illumine.

Le lecteur, l’auteur et le râleur

– Le Lecteur : Bonjour, je suis lecteur. – Le Râleur : Merci, je sais lire. – L. : D’accord, mais on peut être autre chose que son titre, non ? – R : Peut-être dans le théâtre contemporain, là où l’on veut casser les codes et troubler les genres, mais dans la littérature classique, le lecteur lit et le râleur, râle. On accorde