Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
drink 75

Ses blogs

ma vie sans biture

Drink 75
drink 75 drink 75
Articles : 576
Depuis : 29/02/2016
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Macrofictions (Aujourd'hui)

Aujourd'hui parce que c'est aujourd'hui
drink 75 drink 75
Articles : 1420
Depuis : 24/09/2015
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Le blog de ma vie en biture

Des jours et des cuites...
drink 75 drink 75
Articles : 1601
Depuis : 23/05/2009
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Rue des pyrénées

Rue des Pyrénées, numéro après numéro...
drink 75 drink 75
Articles : 327
Depuis : 02/11/2015
Categorie : Littérature, BD & Poésie

poésie et brouillard

poésie dans le brouillard
drink 75 drink 75
Articles : 250
Depuis : 29/10/2015
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

27 rue des pyrénées

27 rue des pyrénées

Un homme regarde les bouquets qui baignent dans l'eau devant le fleuriste du 27 rue des pyrénées. Acheter des fleurs pour personne voila un beau concept. C'est pour offrir lui demanderait la vendeuse, c'est pour une occasion particulière lui demanderait le vendeur. Non, c'est pour personne il répliquerait. C'est vraiment pour personne. Le fleur
Elaguer la douleur

Elaguer la douleur

Fracasse, Et puis revient, Ne cherche pas la vie, Erre parmi les cadavres, Les trains ne s'arrêtent plus, la mort au bout du quai, Une émotion qui plane, Frapper, Les murs de béton sale, Lyncher nos énergies, valider le silence, Crier encore, un peu, Fasciner les orgasmes, Carboniser l'ennui, Et se battre, irréel, parmi les ombres fauves, Atte

Kurdistan

Aujourd’hui j’ai regardé les manifestations en Iran et l’incroyable courage de toutes ces femmes, en France les féministes ne s’intéressaient qu’a l’écriture inclusive et au droit de porter un burkini à la piscine, et elles étaient bien entendu absentes des manifestations de soutien qui avaient lieu en France, elles avaient groupe
25 rue des pyrénées

25 rue des pyrénées

C'est une blague la porte du 25 rue des pyrénées. C'est pas une entrée d'immeuble, c'est une porte de chiotte. Ca doit servir d'entrée de service a la boulangerie posé à coté qui fait l'angle avec la rue de la plaine. L'étau se resserre, l'étau se resserre, l'étau se resserre. Je rentre dans la boulangerie, je sors ma carte de police qui

18-20 Rue des pyrénées

Je regarde le batiment qui est censé être une sorte de paquebot, amarré au début de la rue des pyrénées à la place d'un dépot de bus ratp. Je regarde ce machin rouge massif, vaste, et j'essaie de comprendre quel esprit malade a décidé de l'appeler garance ? Ils se sont crus dans les enfants du paradis ? J'attends le bus en face, qui va m'
Les vies défendues.

Les vies défendues.

Je regarde tes doigts qui s'agitent dans ton sexe, Comme une mouche dans un verre, prise au piège, Tu éreintes ma folie, Je carbonise ton âme, Tu t'évades, insouciante, Annihiler mes doutes, Est-ce toi, ou une autre, ou bien encore une autre, Nos désirs sont désordre, Insomnies, Foutre rance, Il ne restera rien, des souvenirs factices, des se
23 Rue des pyrénées

23 Rue des pyrénées

Au 23 rue des pyrénées, dans son appartement du troisième étage, assis a son bureau, un homme écrit avec son stylo sur un cahier un peu abimé. "Au pélican piston. La fille qui m'impressionne derrière le bar. Tout le monde peut écrire une chanson triste. La phrase qui me trotte dans la tête. Tout le monde peut écrire une chanson triste. J
Le passé est une terre étrangère.

Le passé est une terre étrangère.

Tu sais, on pense à un tas de choses. On pense surtout au temps perdu. On pense aux promenades qu’on n’a jamais faites, à toutes les fois où on a monnayé son affection comme un vulgaire comptable. Je sais que c'est banal, mais tu voudrais revenir en arrière pour lui dire combien tu l'aimes. Tu penses à toutes les fois où tu ne l'as pas f

Rebelle

Aujourd'hui j'ai découvert la nouvelle croisade du comique eric cantona, il fallait boycotter la coupe du monde de foot, perso j'en avais rien a fout(re), mais je serais les organisateurs je flipperais ma race car je me suis souvenu que le rebelle millionnaire avait coulé le capitalisme en décrétant qu'il fallait retirer notre argent des banque
Tête la première.

Tête la première.

A partir de cette époque, il n'y a plus eu que l'alcool pour m'apaiser. Exactement, comme la première fois ou j'avais bu, il me donnait l'impression d'être normal, comme les autres. Envolés timidité et manque de confiance. Je me sentais bien. J'étais qui je voulais être. Plus rien n'était hors de portée. Avec l'alcool, j'étais moi-même.