Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
drink 75

Ses blogs

Macrofictions (Aujourd'hui)

Aujourd'hui parce que c'est aujourd'hui
drink 75 drink 75
Articles : 1226
Depuis : 24/09/2015
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Le blog de ma vie en biture

Des jours et des cuites...
drink 75 drink 75
Articles : 1591
Depuis : 23/05/2009
Categorie : Littérature, BD & Poésie

poésie et brouillard

poésie dans le brouillard
drink 75 drink 75
Articles : 214
Depuis : 29/10/2015
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Rue des pyrénées

Rue des Pyrénées, numéro après numéro...
drink 75 drink 75
Articles : 327
Depuis : 02/11/2015
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

La vie viendra, petite...

La vie viendra, petite...

Nos vies sont des cascades qu'on ne peut plus arrêter mais parfois je sais bien que je ne suis plus en état de dévaler les pentes, que je dois m'arrêter, réfléchir, accepter un peu plus les tourments, alors je prends un verre de vin et je le vide et je me dis je vais me rapprocher de toi mais ça ne sert qu'a me regarder le foie qui ne va pas
Apprendre le jour

Apprendre le jour

Aux heures monotone, je regarde les femmes, Leur corps avinés, dans le matin tranquille, les moites émotions, des nuits à la dérive, Et puis en suspension, vague à l'âme, Brouillard tiède, Des chevaux qui hénissent, dansent dans le matin, et percent le brouillard, soulèvent la terre au loin, Et secouer l'ivresse, ne plus vivre l'instant,
La contusion des sentiments

La contusion des sentiments

Je jette quelques branches supplémentaires avant d'allumer le feu que j'ai décidé de faire sur le port, devant le bateau, j'ai déjà préparé quelques affaires pour alimenter les larmes crépitantes de mon passé et me donner l'illusion que j'ai encore un avenir. Le soir vient doucement sur le port, le dernier que je verrais avant longtemps sa
5 Rue des pyrénées

5 Rue des pyrénées

Je rentre dans l'église. J'ai l'impression que mon téléphone sonne encore dans ma voiture. C'est la fin. C'est le bout du chemin. Je ne me souviens jamais du nom de cette église. Saint quelque chose. Je dois me rendre. Expliquer que j'ai tué Louise. Expliquer que j'ai tué le gars qui m'avait vu. Cet alcoolique qui vivait dans ce foyer. Une hi
Souvenir des flots

Souvenir des flots

Je tiens ta main dans le vide. Dévide les douleurs de mon âme sur le sable. Le sable que j'inspecte pour chercher les traces de tes pas. Je marche sur les pavés de la ville aux remparts ou j'erre parfois la nuit pendant que les gens dorment. Je tiens la main du fantôme qui vogue sur les flots. Le soleil joue avec les nuages, parfois le vent bal
Douleurs répétitives

Douleurs répétitives

J'ai effacé les traces de mes yeux sur les larmes des autres. La nuit on entends plus que des murmures succincts, des entrechats de voix. De la vie qui lasse. J'ai rassemblé les membres que j'avais disséminé un peu partout, effacé les traces de ma présence dans l'esprit d'autrui. Parfois on pourrait croire que la vie n'existe plus. Peut-être
25 rue des pyrénées

25 rue des pyrénées

C'est une blague la porte du 25 rue des pyrénées. C'est pas une entrée d'immeuble, c'est une porte de chiotte. Ca doit servir d'entrée de service a la boulangerie posé à coté qui fait l'angle avec la rue de la plaine. L'étau se resserre, l'étau se resserre, l'étau se resserre. Je rentre dans la boulangerie, je sors ma carte de police qui

Famille

Aujourd'hui ma nouvelle collègue a voulu être sympa je pense quand elle m'a demandé si j'avais des enfants, mais j'ai bien vu a son regard quand je lui ai expliqué fort sérieusement que j'avais peu d'intérêts pour ce qui ne se mangeait et ne se buvait pas, qu'elle laisserait passer un peu de temps avant de me poser de nouveau une question pe
La vie sursis

La vie sursis

Alors ça finira comme ça, je crois, ça finira comme un truc un peu honteux dont plus personne ne se souvient, ça finira comme ça n'aurait pas dû commencer, comme ça n'aurait jamais du terminer, la vie n'est pas faite pour les gens comme moi, la vie est faite pour les gens pleins de certitude, la vie n'est pas fête pour les ahuris comme moi

Hell

Aujourd'hui alors qu'une jeune collègue m'expliquait que le boulot était un enfer, j'ai ricané méchamment et pontifié avec ma voix de boomer rouquemoutte, reste enfermé dans un cinéma à être obligé de regarder un film "réalisé" par nicolas bedos et dans lequel "joue" pierre niney, tu vas en avoir un avant-goût de l'enfer, je lui ai exp