Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
drink 75

Ses blogs

Macrofictions (Aujourd'hui)

Macrofictions (Aujourd'hui)

Aujourd'hui parce que c'est aujourd'hui
drink 75 drink 75
Articles : 1208
Depuis : 24/09/2015
Le blog de ma vie en biture

Le blog de ma vie en biture

Des jours et des cuites...
drink 75 drink 75
Articles : 1590
Depuis : 23/05/2009
Rue des pyrénées

Rue des pyrénées

Rue des Pyrénées, numéro après numéro...
drink 75 drink 75
Articles : 325
Depuis : 02/11/2015
poésie et brouillard

poésie et brouillard

poésie dans le brouillard
drink 75 drink 75
Articles : 213
Depuis : 29/10/2015
ma vie sans biture

ma vie sans biture

Drink 75
drink 75 drink 75
Articles : 437
Depuis : 29/02/2016

Articles à découvrir

Famille

Aujourd'hui j'ai entendu que guillaume canet allait tourner un nouveau astérix ce qui ne pourrait sans doute pas en faire un film pire que tout ce qu'il avait réalisé jusque la, et dans la distribution, hormis ses potes et sa femme, il y aurait sans doute un rôle pour leur fils, celui-ci pourrait sans probléme jouer le rôle de pistonix.
Tôle froide

Tôle froide

Mange tes mots, Dévore les journées; Regarde la douleur, Esquisse tes souvenirs, N'oublie pas de boire des verres avec des potes de pacotilles, et de trinquer aussi, Les vitrines enfumés de la ville endormie, au nord peut-être un peu, Tes amis, de parfois, de jamais, de toujours, tes amis combattants, du houblon, Et les suicides lents, Un tremb
Un temps qui passe

Un temps qui passe

Je souffle une bougie qui n'est plus allumé. J'avale un peu de vent pour ne pas perdre mon souffle. Une femme tchétchène m'offre un paquet de chewing-gum alors qu'elle n'a quasiment rien pour vivre. Je souffle une bougie qui n'est même pas allumé. Qui n'est même pas posé. Sur un gâteau imaginaire. J'envoie une toute petite bouteille à la m
Sourires et suspension.

Sourires et suspension.

Douleurs répétitives, Absconces symphonies, De nos secousses fragiles, Que de lueurs intenses, Suspension, impression, Les instants sont des larmes, Dressez les chapiteaux, Nos visions assassines, Comme des torrents de rien, Nos vies, superstition, Sarcasme que nous sommes, Afféteries tremblantes, Nos gueules de pacotille, Et nos mères endormie

Massacre

Aujourd'hui j'ai entendu une reprise épouvantable - d'un trio dont l'initiale des prénoms de chacune des membres donnaient assez justement l'acronyme AVC - d'une chanson de diam's sur marine le pen, et si la façon de combattre la chatelaine était de faire des vocalises infinies sur un texte qui demandait un rythme syncopé et slammé, j'ai eu u
35 rue des pyrénées

35 rue des pyrénées

35 rue des pyrénées. Un homme qui vit au troisième étage, dans un appartement un peu riquiqui se met a hurler entre les murs de sa chambre-salon-boudoir. Allez tous vous faire cuire le cul. Allez tous vous faire cuire le cul. Puis il ouvre la fenêtre et hurle a la cantonade depuis le troisième étage, allez tous vous faire cuire le cul. Il fe
Des vies inconnues

Des vies inconnues

Il y a tellement longtemps que je n'ai pas été au travail que j'ai l'iimpression d'être un visiteur. Une personne me dit bonjour alors que je sors de ma voiture que je viens de garer assez loin de l'immeuble ou je travaille. Ils font des travaux et créent une nouvelle route sur ce qui ressemble a un campus universitaire. Encore un nouveau batim
La vie torride.

La vie torride.

Le soleil traverse le pare-brise et chauffe mes mains posés sur le pare-brise. La musique crache un rock des années 80 un peu peu pantouflard. April me regarde et me demande si on ne pourrait pas s'arrêter quelque part. Passer la nuit dans un motel pour arriver frais et dispo a frisco. Je pourrais bifurquer vers la mer, même si le chemin est be

Ordre

Aujourd'hui, rangeant dans ma bibliothèque le livre d'aurélien bellanger que je venais de terminer, je me rendais compte qu'il précèdait antoine bello, et je ris devant ce hasard qui faisait que les deux auteurs français vivants qui jouaient au plus malin et se la pétaient toujours un peu dans leur livre se suivaient sur l'étagère, par la m
31 rue des pyrénées

31 rue des pyrénées

31 rue des pyrénées. Assis dans son canapé, un homme relit les mots qu'il alignait, il y a quelques années. Ce que fut sa vie. "Le va le vient. Des lignes lues sur des feuilles, des étreintes bancales, des désirs qui s'ignorent. Et tout qui recommence encore. J'ai vu ma mère morte sur son lit d'hôpital, je l'ai vu, et puis ensuite ses yeux