En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

alain Bomboko

alain Bomboko

J'aime l'humour, l'art, le sport, et la culture générale. J'adore la navigation sur le fleuve Congo. Je suis ingénieur commercial, cette formation me permet de concilier dans mes projets la part du rêve et la rigueur de la bonne gestion. Je suis

Ses blogs

Le blog de alain Bomboko

Le blog de alain Bomboko

Tout apprendre sur la R D Congo, son histoire & son actualité. Propositions et analyses pour le développement du Congo-Kinshasa
alain Bomboko alain Bomboko
Articles : 232
Depuis : 06/06/2007

Articles à découvrir

Le linguiste (3)

L’alliance que je porte me rappelle un engagement pris dans ma jeunesse. Une promesse impossible à tenir. Dès que les circonstances le permettent, je saute dans le premier Thalys pour Bruxelles. Existe-t-il un mot qui adoucit l’adultère pour ne retenir que le sentiment amoureux ? Je demanderai à mon amant, il est linguiste. Moi aussi, j’e

Kwiti

J’ai dansé, l’autre nuit, une rumba langoureuse C’est l’heure, maintenant, du cours de Lingala : Je m’initie, timide : un mot, par-ci, par-là A ta langue bantoue, ô combien savoureuse Crépuscule ! Et soudain les lèvres se délient, Les hommes congolais, vieux barbus, jeunes glabres Assis nonchalamment, se perdant en palabres Ne parle

Le linguiste

Le linguiste Notre relation fut une parenthèse dans une phrase déjà écrite. Le poids de nos passés nous prive d’un avenir commun. Trop de destins sont accrochés aux nôtres. Son appartement à crédit. Ses enfants qui grandissent. Mes voyages sur le fleuve Congo. Hier en fin de soirée, elle a quitté Bruxelles pour rentrer chez elle en Fra

Attention, ça roule !

Une roue Je suis une roue. Un objet plus instable qu’une girouette. Je passe ma vie à tourner en rond. Si personne ne m’arrêtait, je dévalerais la pente jusqu’au centre de la Terre. Née de la main de l’Homme, je suis sans équivalent dans la nature. Les nudistes refusent tout vêtement. Les végétariens sont sélectifs pour leurs alime

La rumba

La rumba Apprends-moi à danser la rumba congolaise Emmène-moi, ce soir, dans cette mélodie Guide-moi, pas à pas, vers toutes mes envies Doucement, à ton rythme, tu m’enchantes à ton aise Je reconnais sur moi certains gestes subtils : L’effilé de tes mains déposées sur mes hanches Et la rumba qui tangue et ton corps qu’il se penche Mu

Inongo

Quand je suis allé au village natal de feu mon père dans la forêt équatoriale, à Bongalé, il m’a donné une somme d’argent et m’a dit ceci : « Remets une moitié aux orphelins et l’autre à mes Inongo ». J’ai acquiescé. Ensuite, j’ai demandé à ma grande tante ce que signifie le mot « Inongo ». C’est un mot intraduisible e

Viens à Bruxelles

Viens me voir à Bruxelles. Nous commencerons la visite par la Grand-Place. Ensuite, nous irons nous promener le long du canal de Willebroek. Je t’achèterai des fleurs sur la place de Brouckère. Nous prendrons le tram jusqu’à la porte de Namur. De là, nous marcherons jusqu’à la place Jourdan où nous ferons la file pour un paquet de frit

Croustillant

- Mister « A », vous avez déçu sainte Pivoine. Cela pourrait vous coûter cher. - Qu’ai-je fait ? - Vous lui avez envoyé un texte édulcoré. Vous l’avez laissée sur sa faim. - Mais sainte Pivoine qui autrefois me vouvoyait est d’une grande pudeur. Elle s’offusquait à cause d’une simple allusion. - Vous vous trompez sur elle. A for

Sa revanche

Sa revanche J’aime voir Lulu réfléchir. L’éclat dans ses yeux quand sa décision est prise. Elle élimine mon principal atout, mon fameux fou de cases blanches en C4. Mon ouverture italienne est anéantie. Elle se venge de mon affront de la fois passée. C’est mon tour de jouer. Je cherche une stratégie. Concentrer mes forces sur son poin

Episode 2

Je suis fier d’avoir vu rapidement clair en elle, même si elle ne l’avouera jamais. Bien que mariée, elle appartient à la race des maîtresses, elle en a les gestes et le regard. A la vue d’un éphèbe son teint pâlit, sa respiration se coupe pour ne pas gémir. C’est discret, presque imperceptible, mais mon œil sagace l’a remarqué.