En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Marc

Marc

Photographe, écrivain, sophrologue et enseignant de raja yoga, j’ai bourlingué des années en Asie et vécu longtemps dans des ashrams indiens. Lecteur de toutes les philosophies et amoureux de tous les silences, je vous livre ici mes fulgurances d’après silence.

Ses blogs

Aotearoa un survol de plus

Aotearoa un survol de plus

Un blog photo inspiré par l'amour de la Nouvelle-Zélande. A la recherche de ses silences avant tout. Les autres centres d'intérêt étant (liste non exhaustive): les traces du Capitaine Cook, la nature, les paysages, les ciels et nuages, la permaculture, la culture de la myrtille, la vigne, les mammifères terrestres et marins, les oiseaux, les papillons, et last but not least, les amis.
Marc Marc
Articles : 35
Depuis : 14/11/2016
Categorie : Photographie
MEDITER faute de mieux

MEDITER faute de mieux

FULGURANCES D’APRÈS SILENCE
Marc Marc
Articles : 1767
Depuis : 21/08/2006

Articles à découvrir

fugacité

Si je n’ai qu’une quasi-certitude, c’est bien celle-ci : la vérité ne peut être ni édictée, ni boulonnée, ni encore organisée par (l’)autorité. Si tant est qu’elle existe, elle aura sans doute toujours le parfum du savon qui vous glisse des mains quand vous le serrez. Tel prakrti effleurant Purusha (voir la philosophie du samkhya
touristes

touristes

Fléau pour certains, aubaine pour d’autres, le touriste est le plus grand envahisseur du monde d’aujourd’hui. Excepté peut-être la Corée du nord et la Wallonie où il n’y a rien à voir (je plaisante bien entendu, je ne connais pas du tout la Corée du Nord), aucun recoin du monde ne peut et ne veut lui résister. Le touriste va en tous
messages

messages

En Nouvelle-Zélande on aime écrire. Un besoin inextinguible de dire à tout vent semble animer beaucoup de monde dans ce pays. Par exemple: A noter que je n'ai pas donné mon accord pour les encarts publicitaires qui apparaissent depuis le 18 avril sur ce blog. Je ne les cautionne en aucune façon. Comme vous, sans doute, je subis, impuissant mai
désarroi

désarroi

Nous avons tué tant de choses, nous les humains. Je me faisais encore une fois cette réflexion en entendant parler du yoga que l’on « fait » au bout du monde, en Nouvelle-Zélande, et je me disais : le mental étant à l’origine de toute volonté de faire, comment peut-on « faire » quelque chose qui, selon Patanjali, est la cessation de l

décision

Le secret de la vie heureuse résiderait dans la bonne réponse à cette interrogation : dire oui au monde d’aujourd’hui et s’y investir, ou non ? Le méditant, me semble-il, a choisi. P.S. : Dans le billet du 11 avril 2008 il était question d’un exercice.

veine

L’intelligence humaine à son plus noble niveau est celle qui permet de s'imprégner du mystère de l’Existence de tout ce dont on prend conscience grâce à sa propre existence, elle aussi mystérieuse (et qui nous fait réfléchir aussi à une éventuelle « identicité » de ce tout et de sa conscience, mais c’est un autre aspect des chose
vadrouille

vadrouille

Les Néo-Zélandais aiment se distinguer, disons par... l’affichage. Et c’est à peine caricaturer que de dire qu’ici le graffiti est à certains véhicules ce que le tatouage est au corps (voir la fin du billet Chapeaux et Tatouages ). Ce langage du graffiti est particulièrement adapté à la décoration des « campervans» (ou backpacker s

beauté

« Tout ça pour ça », pourrait-on déplorer. Quoique… L’humanité est une œuvre d’art en ce sens que la plupart de ses réalisations - et Dieu sait si beaucoup d’entre elles sont remarquables – n’ont pas été faites dans le but de résister au temps et à l’oubli. Les hommes ont toujours fait preuve d’intelligence pour inventer

interrogation

L’égoïsme est certes déplorable, mais le fait est là : il est universel. Se posent alors les questions : Est-ce parce que l’égoïsme des autres est à chacun insupportable que l’altruiste potentiel se recroqueville et se voit contraint de rejoindre la cohorte de ces gens centrés sur eux-mêmes (très largement majoritaires) qui pourtant

effleurement

L’homme est devenu homme quand il a su qu’il ne saurait jamais. Là furent les débuts de l’intelligence. Pour exprimer son humilité dans son approche de la Réalité Ultime, le philosophe d’hier disait que notre intelligence ne nous permettrait jamais de l’approcher que de très loin. Il la respectait et la considérait en fait comme in