En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Mathilde et Brice

Mathilde et Brice

Ses blogs

les mollets moteurs

les mollets moteurs

Quatre roues en hemisphere sud
Mathilde et Brice Mathilde et Brice
Articles : 87
Depuis : 07/01/2013

Articles à découvrir

Un autre voyage est en route

Un autre voyage est en route

Ce qui est beau, lorsque l’on décide de voyager, c’est que ça ne s’arrête jamais. On voyage physiquement, on voyage dans nos têtes, on rêve, on suppose, on imagine, on se laisse porter, on intervient, on a les sens en éveille, peu importe le lieu, l’important est que le mental s’emballe bien plus vite que les bagages. On imagine alo
La controverse du short - suite

La controverse du short - suite

Vous souvenez-vous du short de Mathilde ? Celui qu’elle avait acheté pour bricoler dans la ferme ? Et bien ce short, au fur et à mesure des rencontres s’est avéré trop dangereux pour sa sécurité. Se sentant menacée par des regards hargneux, des réactions trop vives pour un écusson non désiré, elle a décidé d’en finir avec l’ét
Sur la ligne d'arrivée

Sur la ligne d'arrivée

L’arrivée à Buenos Aires était synonyme, dès le début du voyage, de la fin de ce même voyage. Et nous y voilà maintenant. La ville grouille de toutes parts. C’est le petit matin, il est à peine 6h et déjà le thermomètre indique 35°C. Nous n’hallucinons pas, il fait bel et bien une chaleur diabolique. Les températures sont telleme
Un peu de notre rêve

Un peu de notre rêve

Fermez les yeux et imaginer une plage de sable fin. Voyez-vous en train de marcher sur le sable, sous un ciel bleu azur. Sentez l’odeur des pins et des eucalyptus. Ecoutez le doux remous des vagues. Ouvrez les yeux, et rendez-vous compte que vous êtes seul au monde. Refermez les yeux, faites quelques pas, l’eau est toujours là et le sable se
Vue d’intérieur

Vue d’intérieur

Remontant de la côte vers les terres, nous découvrons les grandes plaines qui composent l’Uruguay. Si désertique, si calme, si faiblement peuplé. La moitié de la population se concentre dans la capitale, une autre partie sur la côte, et quelques égarés vivent à l’intérieur du pays, cultivant la terre et élevant des vaches. Des grande
Le retour des mollets moteurs

Le retour des mollets moteurs

L’avion se pose sur la piste d’Orly. Il est 21h30. Nous arrivons avec quatre heures de retard. Quatre heures, après un an de voyage ce n’est pas grand-chose, sauf peut-être pour notre famille qui connait tous les recoins de l’aéroport à force de faire les cent pas et nous attend avec impatience. Le couloir d’évacuation de l’avion

L’Uruguay, le pays où

L’Uruguay, le pays où : L’on fait tout d’une seule main : conduire, étendre le linge, porter un enfant, indiquer la route. L’autre main étant consacrée au port du maté Le stop fonctionne comme dans nul autre endroit La vie est aussi chère qu’en France avec un salaire minimum deux fois moins élevé, beaucoup cumulent deux emplois L
A dedo, es bonito*

A dedo, es bonito*

*En stop, c’est top Au bord de la route, le pouce levé. Ca faisait bien longtemps que l’on avait oublié. Pas le temps de s’interroger « est ce que ça va fonctionner ? », que nous sommes déjà embarqués. Ayant envie d’une aventure qui nous permette autant de rencontres qu’à vélo, nous avons choisi el dedo. De taille et de formes d
Carte postale venue de ce monde

Carte postale venue de ce monde

Nous venons d’arriver par le Rio de la Plata dans un pays jusqu’ici inconnu. Les autochtones le nomment Uruguay. Mais ce nom à lui seul est bien loin de représenter ce que l’on vit ici. Alors que nous n’avions aucune image de ce pays avant d’y poser le pied, nous voici à prendre des clichés avec nos yeux grands ouverts de chaque insta
La chute

La chute

J’ai trouvé vie en pleine forêt amazonienne, dans un coin du Rio Parana. Comme mes milliers de frères et sœurs, j’ai barboté tranquillement dans les ondulations du fleuve, J'ai embrassé la terre rouge et argileuse à de nombreuses reprises. J’ai porté sur mon dos des brindilles, des troncs, j’ai roulé sur les galets et ai esquivé d