Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Hayat Ait-Boujounoui

Hayat Ait-Boujounoui

Ses blogs

Hayat Ait-Boujounoui - Blog de poésie

Hayat Ait-Boujounoui - Blog de poésie

"L'oreiller Abandonné en mer Ne se souviendra pas de la nuit Ni de l'effort des rochers Au creux du rêve" Hayat Ait-Boujounoui, La traversée, in Palpitations, chez L'Harmattan, 2018
Hayat Ait-Boujounoui Hayat Ait-Boujounoui
Articles : 23
Depuis : 10/08/2019

Articles à découvrir

Sur l'écriture

Sur l'écriture

Te souviens-tu de cette poétesse jalouse Cette femme paisible au long chemin du regard Qui ne savait suivre ni la colère Ni la tristesse Je l'ai rencontrée Elle n'avait aucune arme en poche Ni médaille de bronze Ni même de saveur dans les yeux Des opérations mathématiques transgressaient sa lumière Imagines-tu son corps Sa quiétude Ses mot
Je fais un vœu

Je fais un vœu

Dans la beauté du bleu et du vert, Plus tenace que les rêves, Un vent souffle dans les vraisemblances. Une femme observe le jour Au plus près de ses yeux amis. Une enfant pleure, Cherche son repli, Sans savoir les mots. Au cœur des étoiles où nous étions rassemblés, Nous étions rassurés, uniquement ensemble, Mais où est-elle ? A-t-elle t
Était-ce quelque part ?

Était-ce quelque part ?

Sont-ce des roses entreposées dans le vide Ou une vie fanée dès son arrivée Je ne saurais dire mieux que ce parfum d’alcool Au goût paisible que ressasse le vent des heures Qui plonge et va ailleurs Par-delà les bruits et les silences Est-ce une lassitude Une habitude Une façon insupportable Le vase est toujours aussi cristallin Et pleut l
Respect

Respect

Les oiseaux ont repris leur envol Je les suis des yeux Dans le crépuscule provisoire Le soleil va Dans un rythme impensable Il peut aller Demain sera là à chaque instant La plume entre les doigts court comme elle veut Jamais jamais jamais elle ne s'arrêtera * Y a-t-il eu caricature ? Un visage à l'abord de ce qui peut être ou pas N'exagère-t
Un hiver

Un hiver

Sur le sentier où coule le regard Un chemin paisible parle Il n'y a ni musique, ni parole obscure Seules de douces pensées gravissent les songes Vers l'instant des yeux * La lumière s'est-elle éteinte Non, pas vraiment Le silence interpelle la conscience * Des ouvrages ont été bâtis Dans le temps et l'espace Les fleurs y ont été préservé
Un pas vers la paix

Un pas vers la paix

J'ai eu le silence et le bruit Le bruit et le silence Je préfère la lumière ... I had the silence and the noise The noise and the silence I prefer the light * C'était insupportable Une honte humaine Sans la moindre couleur ... It was unbearable A human shame Without any colours * C'était sur la Terre Juste entre nous ... It was on the Earth Ju
Un galet rose

Un galet rose

Le ciel n'a pas de frontières Ainsi allait ma pensée Au cœur des toits rouges La ville a cet écho tranquille Dans les nuances de bleu En marge de l’insoupçonnable Ailleurs Et plus loin Des lumières sont juste posées en reflets Comme si les nébuleuses inventées avaient une allure fiévreuse * Pour toute qualité de vie Un galet rose trans
Une résonance, peut-être ?

Une résonance, peut-être ?

La résonance peut être telle que l'ivoire du silence est seul. Il y a tant d'imaginaires heureux parmi les astres et la terre, tant de confusions possibles, aussi. La pluie court entre les flux du hasard où je vais, mais rien n'empêche le ciel de vivre en liberté. Lorsque je vois le cœur d'un nuage sombre, un rire s'envole sans laisser d'amer
Un pigeon s'envole

Un pigeon s'envole

Le vent relaie l'onde Sur la rivière paisible Un pigeon s'envole * Au-delà du ciel rose, un point cardinal abrite l'horizon. Les nuances ont-elles le goût de l'amertume ? De quoi parlions-nous ? * Les nuages engloutissent déjà le soir, cette apparence crépusculaire qui ne fait que s'oranger. Les innombrables reflets de la terre demeurent au l
Carte blanche...

Carte blanche...

Carte blanche ou vers la paix Combien de temps ai-je dormi ? Au réveil, un regard si autre, Une vue dégagée sur le monde, Un silence peut-être rêvé. J'imagine sans imaginer Le cœur qui bat où je le sais. Le temps est lent, Le temps est court. La vie est si belle dans sa diversité. * La jeunesse est un songe, Une réalité si claire. Il suf