Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Hayat Ait-Boujounoui

Hayat Ait-Boujounoui

Ses blogs

Hayat Ait-Boujounoui - Blog de poésie

"L'oreiller Abandonné en mer Ne se souviendra pas de la nuit Ni de l'effort des rochers Au creux du rêve" Hayat Ait-Boujounoui, La traversée, in Palpitations, chez L'Harmattan, 2018
Hayat Ait-Boujounoui Hayat Ait-Boujounoui
Articles : 32
Depuis : 10/08/2019
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

La terre

La terre

J’ai senti la terre argileuse Dans le secret du souvenir d’enfance Les mains dans la façon de faire La verdeur des feuilles soutirée à l’hiver filant Accueille et dit le vent Un songe au rebord des fenêtres * Je revois des bougies allumées Une place au silence tranquille Ne suffit-il pas souvent d’aller La pluie n’est pas toujours si
Un peu plus loin...

Un peu plus loin...

Je n’ai jamais su son nom, ni son prénom. Cela avait-il de l’importance ? Elle vivait juste au-dessous de mon appartement et la croisais parfois au seuil de sa porte. Ce qui est doux, ce soir, est ce souvenir clair d’un temps qui fut ocre de parfums d’ailleurs. Je n’aimais guère une certaine altérité, mais adorais une part essentielle
Repère...

Repère...

Il est un repère intéressant et beau par son ampleur Et je ne sais comment le nommer vraiment… J’ai d’abord pensé à la solitude. Puis, non. Il y a autre chose. J’ai appris que Ramsès II était roux. Cela m’a fait sourire d’étonnement. Était-ce important ? Dans la cuisine où le soir commence, Le réchaud est juste à point, Le mi
Au petit matin

Au petit matin

Dans l'éloignement où je me trouvais, j'ai vu le jour se lever, puis s'endormir, comme s'il avait fallu qu'il rêve un peu. Puis, sans que l'on perçoive le moindre nuage, il y eut le réveil de la Terre. Une planète bleue de monde, de vie. Étais-je au cœur d'un nuage ou au plus près des sables ? Dans le fil de mes yeux, je ne vis rien d'autr
Le bleu des Cyclades

Le bleu des Cyclades

Sur le fil, Un chemin vers le jour Amène le secret d'une mer connue Que l'ombre avait formée. La Méditerranée Porte aux nuances des îles Ses pourtours tranquilles. Je n'imaginais pas un tel refuge En ce coeur parfait. Un vent y souffle un partage, Une authenticité. Suis-je touriste, Aimante au large des vagues lointaines ? De mes vues silenci
Les cerises

Les cerises

Sous le cerisier, aux airs d'enfance où rien ne meuble le temps, un rire, des rires grimpent sur les branches, sans l'avidité du leurre. Est-ce l'oiseau revenu, posé sur l'une des cimes, qui arpente ainsi le coeur des rimes ? Rien n'a fui de ces prés paisibles, où le chant d'un jour a su faire et vivre et revivre. Au corps de la main, une ceri
Ma première pensée, ce matin...

Ma première pensée, ce matin...

Ma première pensée, ce matin, et avant que le jour ne se lève, fut pour les sans-abri... On y pense, on n'y pense pas. Parfois, on voit, puis on oublie. Mais dans ce grand froid, moins 8°C ce matin et déjà hier dans ma ville... Ca ne m'a pas laissée indifférente. On est souvent démunis individuellement, ainsi ai-je ressenti cela hier face
P'tit clin d'œil à Virginie

P'tit clin d'œil à Virginie

J'ai écrit une plante et n'imaginais pas la voir grandir. Était-ce du citron ou du poivron ? Je revois l'oubli et ces fruits partagés dans la surprise... Était-ce l'amitié ou la suspension d'un jour amené à être ? D'un souvenir à l'autre, s'inscrivent autant de regards joyeux que paisibles, émus. Un sourire greffé n'est qu'une image réd
Un pas vers la paix

Un pas vers la paix

J'ai eu le silence et le bruit Le bruit et le silence Je préfère la lumière ... I had the silence and the noise The noise and the silence I prefer the light * C'était insupportable Une honte humaine Sans la moindre couleur ... It was unbearable A human shame Without any colours * C'était sur la Terre Juste entre nous ... It was on the Earth Ju
J'ai ouvert un livre

J'ai ouvert un livre

J'ai ouvert un livre dans les pages du hasard Au cœur des forêts et des rives de larmes Était-ce un vœu, un silence, un point Sur le jour où vont les ans des adieux Un autre sait le plus intime de ce qui va A bord de ce rêve d'océan, il y avait des cerisiers J'entends encore leurs racines Demain sera fleurs de sources Loin des marécages dé