Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Isabelle, émerveilleuse

Isabelle, émerveilleuse

poésie; nature; émerveillement; photo; oiseaux; sagesse; fleurs; ruisseau; arbres;

Ses blogs

L'écoute s'il pleut

Invitation à l'émerveillement, la sagesse et la poésie de la vie
Isabelle, émerveilleuse Isabelle, émerveilleuse
Articles : 398
Depuis : 10/05/2017
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Parenthèse

Parenthèse

Oppression. Sensation de noyade imminente. Il est urgent que je me retrouve. Que je ralentisse. Que je reprenne mon souffle. Maintenant. Je m'offre une parenthèse. Ici, dans les ces bois, où je me sens chez moi, où la contemplation d'une fleur, d'un papillon me ramène à la paix intérieure. Le souffle est là, dans l'ouverture... Je me laisse
Fées des bois

Fées des bois

Ce matin, me voici au bord du marais de Montauger, Où l'Essonne se disperse en mares et méandres labyrinthiques. A chacun de mes pas, un envol de Demoiselles éperdues. Magique. Je ralentis. Les fées aux ailes irisées sont partout dans les bois. Immobiles sur une feuille, un brin d'herbe. Invisibles pour qui ne les cherche pas. Puis un souffle,
J'ai oublié d'habiter chez moi

J'ai oublié d'habiter chez moi

Mon ciel est gris. Gris d'épuisement et de tourments. Les nuits où le sommeil fuit, Où je me cogne aux ombres qui me hantent. Les jours où pleine d'en-vie et de bonne volonté Je me heurte à mes limites, dressées comme des murs infranchissables. Découragement. Questions. Doute. Tourne le manège sans cesse dans ma tête. Ne pas tomber dans c
 A cœur joie

A cœur joie

La matinée s'annonce radieuse, je m'envole vers les étangs de Vert-le-petit, hop là ! J'atterris dans la rosée matinale à laquelle mes chaussures ne résistent pas bien longtemps , et me voilà les pieds trempés, réjouie à l'idée de cette belle promenade ! La prairie bourdonne du chant des criquets. Tandis qu'à l'étage inférieur le trè
Inspiration et papillon

Inspiration et papillon

Un article à écrire pour lundi. Sur les vacances, les paysages et les villages découverts ? Sur les bons moments en famille ? Sur le lâcher-prise et le repos ? Rien ne vient. Rien du tout. C'est le vide complet. Souvent je tire sur un fil et quelque chose se déroule. Mais là, c'est le silence. Ou plutôt la confusion. J'explore des tas de pos
La sagesse des arbres

La sagesse des arbres

Ce lundi, je vous propose de découvrir un très beau texte écrit par mon amie Leïla Denis. Ce matin, je m'incline devant la Femme Sage en moi. Besoin de Paix, de son sourire tranquille et confiant, stable au milieu des séismes et des turpitudes humaines. Comment faire dans cette période troublée ? Comment préserver ce qui me semble juste san
De quoi parlait le vent ?

De quoi parlait le vent ?

- De quoi parlait le vent ? De quoi tremblaient les feuillages ? L'enfant s'interrogeait. Elle sentait confusément que la réponse importait moins que la question. Car la question ouvre le chemin au mystère, et le mystère est délicieux. Il contient tant de beauté ! Il offre tant de liberté pour la poésie ! La poésie qui se nourrit du vent,
L'air de rien

L'air de rien

Un petit chemin qui n'a l'air de rien, On hésite à le prendre, des fois justement qu'il n'y ait rien à voir... Mais quelque chose, un petit rien nous y appelle... Alors on s'y glisse, l'air de rien, l'œil en alerte et la chaussure silencieuse. Pourtant sous son air de rien, il offre beaucoup ! Beaucoup de petits riens, évidemment ! Des petits
Une goutte tombée de la nuit

Une goutte tombée de la nuit

Une Goutte De pluie Ronde et jolie, Tombée de la nuit, Au creux d'une feuille, Tranquillement se repose. Dans sa transparence dansent les mondes, Les mondes d'ici et d'ailleurs, Leur féérie et leur mystère, A peine voilés, révélés Par un brin de poésie Vous voyez ? Juste Là... Rêverie du 3 août 2021 Note : Ce texte st un caligramme : il
Je te vois

Je te vois

Je te vois lorsque tu marches à pas tranquilles les jours de ciel rose et d'oiseaux bleus. Je te vois resplendissante et pétillante, dansant et chantant la vie, l'âme légère, le cœur ouvert comme un cadeau. Je te vois traverser les tempêtes enragées et les déserts suffoquants, ployant sous la souffrance, cherchant désespérément une issu