Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Jean Louis von Hauck

Jean Louis von Hauck

Auteur,Historien,Chroniqueur,conférencier et organisateur de Salons Littéraires

Ses blogs

Le blog de  Jean Louis von Hauck

Le blog de Jean Louis von Hauck

FENETRE SUR LA CULTURE, HISTOIRE , LITTERATURE,...
 Jean Louis von Hauck Jean Louis von Hauck
Articles : 7
Depuis : 12/08/2011
Categorie : Mode, Art & Design

Articles à découvrir

Lord BYRON

La Malédiction de minerve SUR les collines de la Morée s'abaisse avec lenteur le soleil couchant , plus charmant à sa dernière heure. Ce n'est pas une clarté obscure, comme dans nos climats du Nord;c'est une flamme sans voile ,une lumière vivante. Les rayons jaunes qu'il darde sur la mer calmée dorent la verte cime de la vague onduleuse et t

Bienvenue sur OverBlog

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur OverBlog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog. Bon blogging L'équipe d'OverBlog PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs OverBlog

Johan Wolfgang von Goethe ... Poèmes ...

Désir Ceci ne sera pas la dernière larme jaillissant brulante de ce coeur qui dans une nouvelle indicible torture s'apaise en accroissant sa douleur O fais moi donc partout éternellement éprouver l'amour meme si la douleur dans mes nerfs et mes veines sans fin doit faire rage puissé-je un jour enfin,o éternel etre rempli de toi ! ah ! ce long

George Sand.....

" Point de luxe ,et pourtant la richesse, aucun détail qui mérite de fixer l'attention ,mais un vaste ensemble dont l'harmonie vous pénètre peu à peu et entrer dans l'ame le sentiment de repos . George SAND ( La Vallée Noire ) " IL me semblait que la vallée noire ,c'était moi-meme ;c'était le vétement de ma propre existence. Geoge SAND (

Alphonse de Lamartine ... Poème...

" L'isolement " Souvent sur la montagne,à l'ombre du vieux chene Au coucher du soleil, tristement je m'assied Je promène au hasard mes regards sur la plaine Dont le tableau changeant se déroule à mes pieds Ici gronde le fleuve aux vagues écumantes Il serpente, et s'enfonce en un lointain obscur Là le lac immobile étend ses eaux dormantes Ou

François René de Chateaubriand ...Poèmes ...

" LE SOIR AU BORD DE LA MER " Les bois épais ,les sirtes mornes,nues, Melent leurs bords dans les ombres chenues, En scintillant dans le zenith d'azur, On voit percer l'étoile solitaire A l'occident,séparé de la terre, l'écueil blanchit sous un horizon pur, tandis qu'au nord ,sur les mers cristallines, flotte la nue en vapeurs purpurines D'un