Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Sylvette Vinot

Sylvette Vinot

Se blog est une occasion de partager avec vous mes créations artistiques.Vos critiques seront précieuses pour moi et me permettront de faire évoluer mes travaux.

Ses blogs

Ma galerie de peinture

Galerie virtuelle, présentation de peinture, aquarelle, pastelle.
Sylvette Vinot Sylvette Vinot
Articles : 25
Depuis : 08/09/2006
Categorie : Mode, Art & Design

Articles à découvrir

Vive le sport

Vive le sport

L’était pas fier le Charles Edouard (mon mouton de compagnie). C’est pourtant simple à faire, Je me mets à genoux, y me saute sur le dos, je me relève, bon d’accord, là il y a un moment délicat, après fastoche. Il était tellement détendu, qu’il me bouffe « le poil sur le dos », alors que normalement, ce sont les moutons qui se fo
La paye des moissonneurs

La paye des moissonneurs

La paye des moissonneurs, de Léon Augustin Lhermitte (1882), c’est une peinture que j’ai vue au Mussée d’Orsay et qui m’a laissé un sentiment de beauté, de vérité, d’effort physique qui laisse fatigué mais heureux, du sentiment du travail bien fait. Le moissonneur du premier plan est serein, le maître paye le travail, on sent bien
Masque

Masque

Le Masque prophète "Il parut au milieu de ses partisans; Hakem n'avait rien perdu de son éloquence. Son discours avait la même force ; il leur parla, et les convainquit qu'il ne portait le masque que pour empêcher les hommes d'être éblouis par la lumière qui sortait de sa figure. "
La femme à la tête cassé

La femme à la tête cassé

Cette peinture à une histoire très triste. J’avais une amie qui est morte le 22 Février 2007, cette amie s’est tuée en faisant une chute mortelle dans son escalier, elle s’est fracturé le crâne et a agonisé deux jours à l’hôpital, dans un coma irréversible. Cette amie était une sœur pour moi, son départ m’a laissé très pauv
Nature morte à la tasse

Nature morte à la tasse

La nature morte à la tasse « Une authentique nature morte naît le jour où un peintre prend la décision fondamentale de choisir comme sujet et d'organiser en une entité plastique un groupe d'objets. Qu'en fonction du temps et du milieu où il travaille, il les charge de toutes sortes d'allusions spirituelles, ne change rien à son profond dess
Orange fait devenir vert

Orange fait devenir vert

Je me fais une fois de plus le porte parole de ma « charmante maîtresse »… Elle possède une connexion ADSL chez Orange pour pouvoir « bricoler » sur son blog et faire plein d’autres choses encore… Bon, si ça l’amuse… pourquoi pas, après tout pendant qu’elle fait ça, elle ne me fait pas tirer sa charrette et moi je coule des jou
Jeux de poissons

Jeux de poissons

Cette hélice et bien attirante ! Le jeu consiste à passer dedans, le plus vite possible, sans se faire hacher menue, c’est un jeu de « con », mais, ça occupe le petit peuple. Evidement y a quelques morts, mais quelle « frime » pour la drague, les « poissonnes » ne résistent pas devant un tel courage, si tu réussis ta carrière est assu
Tout ça, pour une belle...

Tout ça, pour une belle...

La légende poétique du cheval Camargue. Bien des récits circulent qui disent son origine marine. Un homme poursuivi sur la plage des Saintes-Maries par un noir taureau et n'ayant d'autre échappatoire que la mer, fut sauvé par un étalon tout droit sorti de l'écume de la mer, qui lui dit: " Je ne serai jamais ton esclave, mais ton ami ". Et l'
Les trois grâces

Les trois grâces

Les trois Grâces, progéniture de Zeus, Euphrosyne, Thalie, Aglaé. C’est trois femmes étaient elles d’une jalousie féroce, ne supportant aucune concurrence ? Ou bien, représentent elles l’inquisition contre la beauté et le vie ?La démarche reste la même, détruire l’autre. Ou bien, c’est trois femmes représentent la mort et le ju
Cariatides

Cariatides

Les cariatides Le sculpteur avait regardé ces figures de femmes, vêtues de longues tuniques, que l'on place en guise de colonnes, soutenant un entablement sur la tête. Il trouvait la torture bien sévère… Il sortit les bustes de la matière et s’arrêta là. A quoi bon leur faire une tête, pour porter éternellement l’arrogance humaine.