Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
joël jégouzo

joël jégouzo

"L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch). C'est à explorer ce sens que ce blog s'emploie...

Ses blogs

La Dimension du sens que nous sommes

"L'Histoire, c'est la dimension du sens que nous sommes" (Marc Bloch) -du sens que nous voulons être, et c'est à travailler à explorer et fonder ce sens que ce blog aspire.
joël jégouzo joël jégouzo
Articles : 1544
Depuis : 19/05/2009
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Géopolitique du patrimoine, Emmanuel Lincot

Géopolitique du patrimoine, Emmanuel Lincot

Emmanuel Lincot s’est emparé de cinq cas emblématique des questions patrimoniales : le Louvre d’Abou d’Abi, les stratégies patrimoniales de la Chine, les vandalismes en terres d’Islam et les contentieux patrimoniaux entre le Japon et la Chine, et/ou L’Inde et le Pakistan. Sensible… Comme le sont toujours ces questions de patrimoine,
Réparer l'intime, Louise Oligny & Clémentine du Pontavice

Réparer l'intime, Louise Oligny & Clémentine du Pontavice

Je me suis d'abord demandé dans quel rayon d'une librairie ou quelle section d'une bibliothèque serait rangé cet ouvrage... Féminisme ? Justice ? Document ?... L'ouvrage n'est pas un simple document. On le comprend rapidement à en suivre le fil : il est aussi le travail de réparation qui se poursuit par sa publication. Comment est-il fait ? C
Réparer l'intime : l'exposition, Librairie l'établi (Alfortville)

Réparer l'intime : l'exposition, Librairie l'établi (Alfortville)

L'extime... J'ai immédiatement pensé à ce concept forgé par Lacan et finalement défini par Serge Tisseron, lorsque j'ai vu les dessins et les images proposés à l'exposition comme une suite à la publication de leur ouvrage mais surtout, comme la poursuite du travail de réparation entrepris par Louise Oligny et Clémentine du Pontavice avec
Fourmies la Rouge, Alex W Inker

Fourmies la Rouge, Alex W Inker

1er mai 1891. Dans les usines textiles du Nord, les patrons ont tout fait pour que ce ne soit pas un jour férié. Ils refusent du reste toujours la journée de 8 heures, au prétexte que les ouvriers ne sauraient en faire autre chose qu’une journée avinée… Tôt le matin, un petit groupe s’avance dans les rues de Fourmies. Il fait encore nu
Jeunesse, Pierre Nora

Jeunesse, Pierre Nora

La vie comme une succession de «blocs hétérogènes», au gré des événements qui l’ont affectée… Pierre Nora nous confie –c’est le mot- une biographie au fort caractère rhapsodique, centrée sur sa jeunesse et en se concentrant sur ce qui a fait ce qu’il est devenu. Une biographie parfois intime –sa passion pour Marthe-, toujours
Notre part de nuit, Mariana Enriquez

Notre part de nuit, Mariana Enriquez

Un monument. Il y a d'abord le titre, l'exacte traduction du titre espagnol. Notre part de nuit. «Notre»... Une mise en abîme qui oriente la lecture, inaugure le processus d'identification, mais introduit également la possibilité de ruptures narratives : le lecteur, souvent, se prend à cet examen et sort de sa lecture. Moi, ici, en France, au
Les Bienvenus, Louise Bourgeois, Choisy-le-Roi

Les Bienvenus, Louise Bourgeois, Choisy-le-Roi

Une plaque mortuaire. Voilà à quoi cela ressemble. Louise Bourgeois, née le, décédée le… Comme on en voit dans les champs funèbres aux Etats-Unis, recouvrant une partie du paysage funéraire. Une plaque. Qui, là, dit certes autre chose ; mais patientons… Louise Bourgeois a vécu, longtemps, à Choisy-le-Roi, avant d’émigrer aux Etats
Foucault en Californie, Simeon Wade

Foucault en Californie, Simeon Wade

Le récit de Simeon Wade sur l’expérience qu’il avait proposé à Michel Foucault n’avait jamais été publié curieusement. Peut-être parce qu’il s’agissait d’un «voyage» sous acide conçu comme un événement de l’être dont Wade avait soigneusement orchestré la mise en scène : le paysage grandiose de la Death Valley, une musi
M, l’Enfant du siècle, Antonio Scurati

M, l’Enfant du siècle, Antonio Scurati

«M» : Mussolini. Un chef-d’œuvre que cette biographie romancée, documentée de sources de l’époque venant ponctuer chaque fin de chapitre. Un chef-d’œuvre qui satisfait autant l’exigence de l’historien que le plaisir du lecteur. Un chef-d’œuvre –faut-il y insister encore ?-, qui dépeint un Mussolini rusé, intelligent, violent