Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
dominique dieterlé

dominique dieterlé

la poésie, l'écriture, l'engagement, la pensée tranformatrice ont une grande place dans ma vie, j'ai envie de partager cette façon de voir autrement le monde avec ceux qui le veulent

Ses blogs

ANISARA

Chroniques, poésies, photos, créations pour illustrer mes voyages, mes rencontres avec les humains solidaires, avec l'Art et les cultures, ici et partout ailleurs. Livres parus à ce jour : "lettres d'Anisara aux enfants du Togo" (Harmattan), "Villes d'Afrique" et "Voyager entre les lignes" (Ed. Le Chien du Vent)
dominique dieterlé dominique dieterlé
Articles : 461
Depuis : 25/09/2008
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Nuit, ville

Nuit, ville

Regarder le ciel jaune zébré d'oiseaux blafards. Eux, qui s'envolent. Qui crient. Eux qui ne dorment pas, avec les chiens, sur le vide où pleut une ombre lasse Au dessus du volcan la ville appelle. Même le feu profond dit qu'il faut partir. Nulle part. Surtout. Qu'il ne suffit plus de respirer entre l'ardoise et le bitume, de dormir sur les mar
Prague

Prague

le nom de Prague résonnait d'un passé meurtri de chars, de printemps écrasé, de douleurs insoutenables. J'étais nourrie des films qui fleurissait dans l’espérance, c'était l'année de mes 19 ans. le nom de Prague était Bohème, il devenait l'état de lieux qu'il fallait parcourir pour une vie sans complaisance et sans objet. le nom de Pra
mono-types, mono-chromes

mono-types, mono-chromes

nous avons toujours besoin, finalement, que le trait existe, que la couleur se répande, que la rage se dessine, que le monde sorte de nos têtes pour revenir à lui pour devenir celui que nous avons créé, voulu, inventorié durant le temps infime qu'il fallait pour le faire transparaitre même s'il était mort-né collages sur monotypes
Marcher dans les Villes

Marcher dans les Villes

Une publication de poèmes et d'images sur Calameo, pour explorer les villes de 3 continents, avec le hasard pour guide et le bonheur de la découverte en bandoulière ... cliquer sur ce lien pour feuilleter l'album et lire les textes https://fr.calameo.com/read/0068311960d5d2133cb3e Rotterdam - Mai 2022
On dirait Noël ?

On dirait Noël ?

Ça sent le pain d'épices, ça brille un peu dehors. Mais ... On se sent partagé, pas seulement avec les absents, mais partagé en mille morceaux. En mille petites lumières dont certaines s'éteignent peu à peu. En mille mots qui ne franchissent pas les lèvres, parce que ... En mille vagues chahutées des noirceurs tout autour. En mille et en
Visions contrastées

Visions contrastées

ce qui se rencontre, et ce qui se raconte. ce qui étonne, et ce qui interroge ce qui est là, et ce qui se devine l'image, l'histoire, la confrontation, La question des mondes incertains que les villes déplient sur leurs carapaces d'artifices la beauté de l'inattendu Brême - 1er Mai, juste un peu de rouge Berlin - tout est possible ? Hambourg
Gazette poétique n°3 (Rosporden )

Gazette poétique n°3 (Rosporden )

L'éditorial rédigé par moi, sur le thème "Mains, outils, matières" La poésie est-elle un art, un artisanat, un travail ou une inspiration déraisonnable ? Rares sont les poètes, même issus de modeste origine, qui vécurent, ou vivent encore de leur seule pratique poétique. Beaucoup ont eu une vie nécessaire à côté de l’écriture. Cep
Dordogne

Dordogne

Le ciel a débordé bien au delà du bleu Les murs ne parlent pas du temps Ils dorment en enfance début juillet : St Laurent des Hommes, St Martin l'Astier, Broches, St Front de Pradoux
Ernest Pignon Ernest

Ernest Pignon Ernest

Dessin poème : l'art de s'engager Noirceur de pierre à la lumière des hommes Beauté frémissante qu'on arrache à la mort, qu'on attache à la ville Merci à ce sublime artiste exposition Landerneau - Fond Hélène et Edouard Leclerc pour la Culture
A la lumière, à la paix

A la lumière, à la paix

Parce qu'ils naquirent de l'obscur enchevêtrement des combats veilleurs d'ombres et de silences infiltrés Parce que l'on fit un mur qui bardait l'océan Parce qu'on laissa durcir aux marées les morts innombrables vint comme toujours un autre temps la lumière a redonné couleurs au barrage des oiseaux à ce qui tient des flux des reflux la paix