En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services, d'outils d'analyse et l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

dominique dieterlé

dominique dieterlé

la poésie, l'écriture, l'engagement, la pensée tranformatrice ont une grande place dans ma vie, j'ai envie de partager cette façon de voir autrement le monde avec ceux qui le veulent

Ses blogs

ANISARA

ANISARA

Après la publication de mes livres "lettres d'anisara aux enfants du Togo" et "Villes d'Afrique", ce blog rend compte en chroniques, poèmes, photos, dessins, des rencontres avec les humains et la solidarité, avec la poésie, l'art, les cultures, l'Afrique et les voyages.
dominique dieterlé dominique dieterlé
Articles : 360
Depuis : 25/09/2008

Articles à découvrir

ma vie d'artiste (10) - matière

ma vie d'artiste (10) - matière

Souvent, je pense à tous les tableaux que je ne fais pas, aux livres que je chapitre en vain au long de nuits fiévreuses, aux scènes illuminées des théâtres du songe. Souvent, je vois, j'entends, je lis ce que d'autres ont mis au monde et qui me ressemble, m'illumine, me réjouit, me décourage et m'illumine encore, croyant être à mon tour,
Entre les lignes

Entre les lignes

Où l'on arrive, d'où l'on repart, la gare est espace protecteur, quasi maternel, en même temps que point aiguisé d'une toile où le voyageur glisse hardiment de fil en fil, au réseau de laquelle il accroche ses espoirs, sa curiosité et ses rêves de frontière. Qu'il espère bien trancher, dépasser. Ou ignorer. La gare n'est pas la parenthè
Présent(s)

Présent(s)

Maintenant. Cadeau éphémère de la seconde traverséeMaintenant. Rien ne tient que le seul désir d'êtreUn présent de sable qui vaut son pesant d'or. Présent. Échange. Larme sur le carreau pour arrondir le cielSouffle d'air en équilibre d'inspiration.Soixante fois par minute. Ou plus ou plutôt moins. Sans s'arrêter pourtant. Sans vouloir p
où sont-ils ?

où sont-ils ?

à ceux qui ont franchi le pas vers le monde inversé s'étonnant des rochers où brillent des yeux morts et voulant retenir les étraves et les routes d'écume qu'ils mâchent en silence et sachant, déjà, que les tombes y seront perdues sauf si nous osions encore une fois écrire leurs noms de poussière remontés des hauts fonds. je demande seu
Petit Vocabulaire Accidentel

Petit Vocabulaire Accidentel

Accident : l'accident vient du dehors. Il nous concerne à peine: qui pouvait l'empêcher ? Ce qui arrive n'est pas de moi. On me l'a jeté à la tête. Mais. Lorsque c'est le corps qui, lui même, crée sa défaillance, son infortune, on ne cesse de remâcher cet arrêt du destin où l'on s'est fourvoyé. Seul. Je pouvais l'éviter. Pourtant je n'
tragédies ordinaires

tragédies ordinaires

sans avoir les mots... les mots.... les mots des maux. Alors, STOP ! Monotypes. Impressions à l'encre: papier froissés et tissus + Peinture acrylique
Qui regarde qui ?

Qui regarde qui ?

série de 6 gravures sur zinc format 10x15 Son œil rond s'exaspère de la chanson muette des feuilles en allées... le haut bois solitaire cherche ses partitions volées la pluie qui bat ne sait plus rien des cadences mouillées, des syncopes elle perd toute mesure battant, battant, avec cet air de ne pas y toucher l'enclume et le marteau du cumul
deux haïkus de printemps

deux haïkus de printemps

souvenir du gelle camélia vient au jourtout froissé de pluie éclosion de fleursdouceur grise de midile vent est tombé
fantômes ?

fantômes ?

sous la violence de l'histoire qu'on n'a pas racontée il y avait un velours d'encre et de piment et des mots embrouillés qui ne disaient pas ce monde de papier simple et joueur que le réel confisque quand il veut nous faire peur
les cicatrices

les cicatrices

bijoux de temps que la peau éternise tatouages de guerres, d'amour, d'enfantement ou de refus les cicatrices font remonter à la surface les manœuvres de l'invisible elles écrivent le cahier sans fin du jour et de la sueur en reliefs d'ornements que le cœur méprise, parfois. Qui saura lire ces traces enrubannées de peaux vives ? broderies et