Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Michel Sender

Michel Sender

Autodidacte, lecteur boulimique, ni dieu ni maître
Tags associés : litterature

Ses blogs

La Messagerie littéraire

La Messagerie littéraire

En complément – ou en contrepoint – de mon blog personnel sur Orange, "Le Messager des livres", j’éprouve le besoin d’ouvrir "La Messagerie littéraire de Michel Sender" *, mon grignotage personnel, mes notes, qui ne donneront peut-être pas des articles construits. Plutôt qu’une diligence en folie (ça y ressemble parfois), j’ai choisi l’image du tilbury, plus paisible, espère-je. M. S. * Abréviation : Melisender.
Michel Sender Michel Sender
Articles : 313
Depuis : 12/05/2009

Articles à découvrir

Nelly Kaplan, dernière Surréaliste ?

Nelly Kaplan, dernière Surréaliste ?

« La première fois que je l’ai vu, c’était vers onze heures du soir, sur un quai désert. J’attendais le métro qui, à ces heures-là, se fait toujours désirer. À quelques distances de moi, devant un distributeur automatique de préservatifs, l’individu tempêtait tout en retournant ses poches. De toute évidence, il était en manque
"Youri" de Henri Troyat

"Youri" de Henri Troyat

« Les lèvres collées contre la vitre, Youri s’amuse à embuer le carreau en soufflant dessus une haleine chaude. Quand le rond de vapeur est assez opaque, il l’efface du bout des doigts et retrouve avec ennui, de l’autre côté du verre, la blancheur et l’immobilité du jardin sous la neige. Derrière son dos, Sonia dorlote sa poupée en
"L'Insurgé" de Jules Vallès

"L'Insurgé" de Jules Vallès

« C’est peut-être vrai que je suis un lâche, ainsi que l’ont dit sous l’Odéon les bonnets rouges et les talons noirs ! Voilà des semaines que je suis pion, et je ne ressens ni un chagrin, ni une douleur ; je ne suis pas irrité et je n’ai point honte. J’avais insulté les fayots de collège ; il paraît que les haricots sont meilleur
"La Femme qui pleure" de Zoé Valdés

"La Femme qui pleure" de Zoé Valdés

« De ma terrasse, j'observais la circulation des voitures lorsque mon regard s'est arrêté au banc du boulevard Bourdon : un jeune couple s'embrassait ; probablement sur le banc où, dans le roman de Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet conversaient, par une chaleur de trente-sept degrés. Je ne connais rien de plus plaisant ni de plus fascinan
"La Promesse de l'apiculteur" de Fiona Valpy

"La Promesse de l'apiculteur" de Fiona Valpy

« Ce serait son dernier été, elle le savait. La lumière caressante de l’été indien ne parvenait plus à repousser cette sensation de lassitude brumeuse qui envahissait désormais tout son être. Et puis, elle avait eu sa dose d’étés, presque une centaine. Son regard se posa au sommet de la colline, là où ceux qu’elle aimait reposaie
Librairies chéries (suite)

Librairies chéries (suite)

Rue des Pyrénées à Paris Les amoureux des livres sont des obsédés qui s’arrêtent dans toutes les échoppes où ils passent et dont, parfois, un livre reste associé au lieu de son achat. Je me souviens du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry et du Silence des armes de Bernard Clavel, librairie Sainte-Cécile à Vaise. Les publications
Librairies chéries

Librairies chéries

La librairie Saint-Augustin est située à Lyon, au 20 de la rue d’Algérie, à proximité de l’Hôtel de ville, grand édifice qui domine la place des Terreaux sur laquelle trône l’imposante fontaine Bartholdi. Cette librairie a été créée en 1880 par Louis Crozier. C’était un catholique convaincu et un grand admirateur de Saint Augus
"Dans l'ombre du brasier" d'Hervé Le Corre

"Dans l'ombre du brasier" d'Hervé Le Corre

« La nuit, et une lune trop claire qui les coiffe de bleu. Ils marchent sans aucun bruit, leurs souliers enveloppés dans des chiffons. Ils sont trois dans ce boyau effondré par endroits, les jambes mangées par les ténèbres tassées au fond, ils se tordent les pieds, cahotent, trébuchent parfois, ravalant leurs jurons, s’accrochant au camar
"Pindare" de Marguerite Yourcenar

"Pindare" de Marguerite Yourcenar

« Il naquit à Cynoscéphales, faubourg de Thèbes, au mois d’août, dans la troisième année de la soixante-cinquième Olympiade. C’était l’époque de la pleine lune éblouissante et de la splendeur de Sirius. « Alors, dit Hésiode, les chèvres sont grasses, le vin bon, les femmes très lascives et les hommes accablés de faiblesse, par
"L'Ennemi de la Mort" d'Eugène Le Roy

"L'Ennemi de la Mort" d'Eugène Le Roy

« On ne peut dire au juste duquel des trois fils de Noé qui étaient dans l’arche les Charbonnière sont issus. Dans la famille, jadis, on en disputait. Le défunt docteur Nathan, bonhomme au demeurant, mais un brin raillard à ses heures, disait que c'était de Cham, à cause que tous ceux de la parentèle étaient moricauds un petit. Mais la