Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Michel Sender

Michel Sender

Autodidacte, lecteur boulimique, ni dieu ni maître
Tags associés : litterature

Ses blogs

La Messagerie littéraire

En complément – ou en contrepoint – de mon blog personnel sur Orange, "Le Messager des livres", j’éprouve le besoin d’ouvrir "La Messagerie littéraire de Michel Sender" *, mon grignotage personnel, mes notes, qui ne donneront peut-être pas des articles construits. Plutôt qu’une diligence en folie (ça y ressemble parfois), j’ai choisi l’image du tilbury, plus paisible, espère-je. M. S. * Abréviation : Melisender.
Michel Sender Michel Sender
Articles : 381
Depuis : 12/05/2009
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

"Ténèbre" de Paul Kawczak

"Ténèbre" de Paul Kawczak

« À coups de chicotte, Henry Morton Stanley achevait de tuer un homme. Un jeune porteur, quinze ans peut-être, un Bembe de Mindouli, recruté à Matadi. Pas le temps de comprendre. La peau douce partout éclatée. Les hautes herbes éclaboussées de cris, de larmes et de sang rose. Les chiens mirent un certain temps avant de relâcher les membre
"Une page d'amour" d’Émile Zola

"Une page d'amour" d’Émile Zola

« La veilleuse, dans un cornet bleuâtre, brûlait sur la cheminée, derrière un livre, dont l’ombre noyait toute une moitié de la chambre. C’était une calme lueur qui coupait le guéridon et la chaise longue, baignait les gros plis des rideaux de velours, azurait la glace de l’armoire de palissandre, placée entre les deux fenêtres. L
"Le Charretier de la Mort" de Selma Lagerlöf

"Le Charretier de la Mort" de Selma Lagerlöf

« Une pauvre jeune fille de l’Armée du Salut agonisait. Elle avait attrapé une de ces phtisies rapides et brutales qui ne vous permettent pas de résister plus d’un an. Tant qu’elle l’avait pu, elle avait continué ses tournées et rempli ses devoirs ; mais quand ses forces l’eurent trahie, on l’envoya dans un sanatorium. Elle y avai
"Paysage" de Jens Peter Jacobsen

"Paysage" de Jens Peter Jacobsen

Portrait de J. P. Jacobsen par Ernst Josephson (1879) Une vaste lande aux pierres moussues, Un peu d’eau qui miroite au loin, Une traînée pourpre au couchant, Une seule étoile qui palpite. Et le vent du soir aux étranges rumeurs, Tel le soupir d’esprits en langueur Qui tendrement chérirait une âme Pour les maux et les douleurs de la terre
"Le Cœur fou" ("L’Empereur du Portugal") de Selma Lagerlöf

"Le Cœur fou" ("L’Empereur du Portugal") de Selma Lagerlöf

Selma Lagerlöf (1858-1940) « Jan Andersson de Skrolycka ne se lassa jamais, même dans sa vieillesse, de parler du jour où naquit la petite fille. Dès le matin, Jan Andersson était allé chercher la sage-femme et d’autres personnes d’expérience ; après quoi il avait passé toute la matinée et un bon bout de l’après-midi assis sur le
"Le Ventre de Paris" d’Émile Zola

"Le Ventre de Paris" d’Émile Zola

Illustration tirée de l’édition Marpon et Flammarion « Au milieu du grand silence, et dans le désert de l’avenue, les voitures de maraîchers montaient vers Paris, avec les cahots rhythmés de leurs roues, dont les échos battaient les façades des maisons, endormies aux deux bords, derrière les lignes confuses des ormes. Un tombereau de c
"Son Excellence Eugène Rougon" d’Émile Zola

"Son Excellence Eugène Rougon" d’Émile Zola

« Le président était encore debout, au milieu du léger tumulte que son entrée venait de produire. Il s’assit, en disant à demi-voix, négligemment : « La séance est ouverte. » Et il classa les projets de loi, placés devant lui, sur le bureau. À sa gauche, un secrétaire, myope, le nez sur le papier, lisait le procès-verbal de la derni
"Les Maîtres Sonneurs" de George Sand

"Les Maîtres Sonneurs" de George Sand

« Je ne suis point né d’hier, disait, en 1828, le père Étienne. Je suis venu en ce monde, autant que je peux croire, l’année 54 ou 55 du siècle passé. Mais, n’ayant pas grande souvenance de mes premiers ans, je ne vous parlerai de moi qu’à partir du temps de ma première communion, qui eut lieu en 70, à la paroisse de Saint-Chartie
"Pereira prétend" d'Antonio Tabucchi

"Pereira prétend" d'Antonio Tabucchi

« Pereira prétend avoir fait sa connaissance par un jour d’été. Une magnifique journée d’été, ensoleillée, venteuse, et Lisbonne qui étincelait. Il semble que Pereira se trouvait alors à la rédaction, il ne savait que faire, le directeur était en vacances, son souci consistait à devoir monter la page culturelle, parce que le Lisboa
"La Rue du Chat-qui-pêche" de Yolande Foldes

"La Rue du Chat-qui-pêche" de Yolande Foldes

« Rue du Chat-qui-pêche… une rue pour rire ; on la traverse en deux pas ; en moins de trente, on la parcourt ; mais on trouve à Paris de ces étonnantes ruelles pas plus longues que la queue d’un lapin, et cela non seulement dans les faubourgs, mais même en plein centre, tout près des voies animées. La rue du Chat-qui-pêche aboutit à la