Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

André Campos Rodriguez

André Campos Rodriguez

Littérature, poésie, spiritualité, mystique, humeurs et hommages...

Ses blogs

L'Ardent Pays

L'Ardent Pays

Articles, spiritualité, poésie, humeurs
André Campos Rodriguez André Campos Rodriguez
Articles : 350
Depuis : 24/01/2015

Articles à découvrir

ÉDITIONS DE L'ARDENT PAYS / CATALOGUE

ÉDITIONS DE L'ARDENT PAYS / CATALOGUE

André Campos Rodriguez Pour que s'élève CE QUI N'A PAS DE NOM L'Ardent Pays, 214 pages, 15 Euros. *** Jean Lavoué Que serions-nous sans nos silences L'Ardent Pays, 232 pages, 15 Euros. *** + 3,50 Euros de frais de port pour les deux livres Envoyer vos chèques bancaires à l'ordre de André Campos. 7 RUE DU REPLAIN 25250 APPENANS
J'ai lu pour vous Patricia Suescum

J'ai lu pour vous Patricia Suescum

Patricia SUESCUM / Mauvaise Herbe / chez Rafael de Surtis, 2018. Patricia confirme, avec ce deuxième recueil publié chez de Surtis, qu'elle ne triche pas, ni avec les lecteurs, en cherchant à enjoliver ses vers, ni avec elle-même, en se cachant avec les masques de "la comédia del arte"... Sa langue est sincère quel que soit le prix à payer.
Jeanne MAILLET : Hors du Champ du Jour

Jeanne MAILLET : Hors du Champ du Jour

Viendra l'heure habitée de sa propre surprise entrant tout doucement sous une arche éclairée *** Si c'est un soir comme les autres et quand bien même la joie serait ce fruit instable sur la branche, Renforce ton chant ! Prie pour que l'impatience que tu portes rejoigne ce feu divin le seul, vraiment, qui espère, de toi, la plus intime combusti
Jean-Marie DELTHIL : Comment en est-on arrivé là ?

Jean-Marie DELTHIL : Comment en est-on arrivé là ?

Cette lente dégradation des rapports entre les personnes qui pourtant devaient et devraient être bons, fondateurs et aimables… Je venais de pénétrer dans cet édifice de tout premier ordre, au sein de la Cathédrale de Sens, dans le département de l'Yonne. Je n'avais pas fait plus de dix pas lorsque j’aperçois un homme, filant la tête ba
J'ai lu pour vous Roger Gonnet

J'ai lu pour vous Roger Gonnet

Les jardins de clarté, Éditions du CYGNE /mars 2019 / 58 pages / 10 Euros. Dès l'ouverture de ce joli recueil, on est saisi par la beauté simple et dépouillée du verbe de Roger Gonnet ... On réalise aussi qu'elle n'est pas trafiquée : elle prend source en la douceur du regard porté sur le monde, sur les choses, mais un regard lucide tout d
Patrick Prigent : Nos corps sont des matins d'hiver

Patrick Prigent : Nos corps sont des matins d'hiver

(Ton écriture de nage indienne tatouée large sur le flanc parle la source où tu remontes) Tant de clarté sans bord -que le duvet sonore des oiseaux est pareil à la nuit Aux épicentres mouvants de la nuit -racine et ligature par calandrage dans ses gorges de nos souffles Nos corps sont des matins -à l'ancre- les sables où ils s'échouent les
J'ai lu pour vous Thierry Pérémarti

J'ai lu pour vous Thierry Pérémarti

"L'absence intérieure" , juillet 2015 - juin 2016 , de Thierry Pérémarti, éditions Gros Textes, 2018. C'est désormais le grand retour de ce poète qui avait disparu des radars du petit monde de la poésie, et qui avait fait paraître une quinzaine de recueils entre 1976 et 1992... (Il faut tout de même signaler l'édition d'un ouvrage en 2009
Philippe Mac Leod : Variations sur le silence

Philippe Mac Leod : Variations sur le silence

Le bain de silence toujours nous mène au bain de lumière. On y entre comme le rayon à travers le fin branchage. Sans changer de langue mais en quittant la route pour un autre pays qui se perd de contrées encore mal tracées. Et c'est toujours le matin, les yeux nous menant plus loin que les pas, nous sommes au dedans comme nous sommes au dehors
Philippe Mac Leod . Si loin tout proche

Philippe Mac Leod . Si loin tout proche

La vie a paru - et la vie ne l'a pas connue. La vie marchait avec la vie. Et la vie ne le savait pas. La vie vivait sa vie, loin au fond dépeuplé de la vie. Et la vie l'a laissée mourir de froid. Un instant s'est déchiré l'épais brouillard de la confusion et je crois avoir vu son visage, son sourire long comme un banc de reflets, qui ne deman
Guy Ferdinande : Deux textes ...

Guy Ferdinande : Deux textes ...

MES HOMMES Les hommes sont-ils bons ou mauvais ? Le propre de l’homme étant l’excès, les hommes sont dans l’excès. Si ce qui est mauvais pour les autres n’était pas bon pour eux, ils seraient bons. Or, ce n’est pas le cas. Ils appellent donc « bien » ce qui est mauvais pour les autres et « mal » ce qui est bon pour les autres. Le