En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

André Campos Rodriguez

André Campos Rodriguez

Littérature, poésie, théologie, mystique, humeurs et hommages...

Ses blogs

L'Ardent Pays

L'Ardent Pays

Articles, spiritualité, poésie, humeurs
André Campos Rodriguez André Campos Rodriguez
Articles : 263
Depuis : 24/01/2015

Articles à découvrir

JACQUES MORIN :Pour que s'élève Ce Qui n'a pas de Nom d'André Campos Rodriguez

JACQUES MORIN :Pour que s'élève Ce Qui n'a pas de Nom d'André Campos Rodriguez

A l'enseigne de L'Ardent Pays, un choix de poèmes 1985-2015. Autant dire une œuvre complète ! André Campos Rodriguez a publié deux fois en Polder d'une façon très écartée (n° 30 et 90) et reprenant le second "Pour désigner la cendre", il me le dédie, et comme il fait de même avec ses autres éditeurs, je m'aperçois que nous sommes ave
DOSSIER : Hommage à Jean DAUBY

DOSSIER : Hommage à Jean DAUBY

Écoute, écoute les balbutiements du monde Et que ta chair et que ton sang se fassent verbe Pour habiter en tous ( Je te dirai l'homme , 1977) Jean Dauby fut, jusqu'à sa mort en janvier 1997, l’animateur du Centre Froissart qu’il fonde en 1967 ainsi que le rédacteur exigeant, au ton libre et personnel, de la revue poétique Froissart et de s
Jean Lavoué : CE RIEN QUI NOUS ÉCLAIRE / poème 61

Jean Lavoué : CE RIEN QUI NOUS ÉCLAIRE / poème 61

61 S'avancer sans craindre l'obscur Jusqu'à frôler les premiers pas de l'aube Descendre au plus noir de la nuitPour y trouver des germes de lumière Se défaire de toute connaissancePour laisser croître en soi le Poème S'égarer dans l'insuAfin de ne jamais plus se perdre Veiller sur la nuit du douteComplice des fleuves souverains Marcher à co
Gil JOUANARD : Souvenirs lointains

Gil JOUANARD : Souvenirs lointains

Lorsque, douillettement, je jouis du confort, modeste mais non négligeable, que me procure la manne mensuelle de ma retraite de cadre de l’édition, puis de l’action culturelle, que m’ont fait mériter une bonne quarantaine d’années mises au service du supplément d’âme dont auront bénéficié quelque dizaines de milliers des sept mil
Pierre Moreno : Ici commence la frontière ...

Pierre Moreno : Ici commence la frontière ...

photo André Campos Rodriguez Ici commence la frontière Où la tribu des mots rassemble ses couleurs Tout me revient comme une éclaboussure Un chant de geste ancien Projeté sur mes insomnies On est partis Ça nous a pris Un matin ou un soir qu'importe il le fallait Enfourcher le minotaure Et sortir sans sourciller de cet enclos les cornes en ava
Sandra Lillo : Les bancs des parcs sont vides en mars

Sandra Lillo : Les bancs des parcs sont vides en mars

aux éditions La Centaurée avec des encres de Valérie Ghévart La plaquette est élégante, avec son format allongé et la couleur sable de la couverture, illustrée d'emblée par une belle encre de Valérie Ghévart : encres qui viennent tout le long de ce recueil aérer ses différentes parties, comme cherchant à les faire mieux vibrer dans l'
Jean GROSJEAN : DOUZE DÉDICACES

Jean GROSJEAN : DOUZE DÉDICACES

Du sein de son halo public, la lunesacre un aboi qui monte avec la brume.Il faut souffrir l'idiote à l'horizon.Parfois son geste, allongé par la haine,meurtrit les liserons mal fermés dontDieu décora les débris de ma haie. Que tu te voileset le ciel n'est plus qu'ombremon courage n'a plus de racineMais tu vas parlerchaque nervure luit dans le
Ode à mon frère NIMROD !

Ode à mon frère NIMROD !

C'est étreint par l'émotion que j'ai ouvert l'enveloppe matelassée, qui contenait l'un des derniers livres (publié dans la collection poche Poésie / Gallimard) intitulé : J'aurais un royaume en bois flottés - anthologie personnelle (1989-2016) - que venait de m'adresser mon vieil ami Nimrod... En effet, nous nous connaissons depuis un bon mo
Lisons Patricia Suescum !

Lisons Patricia Suescum !

Vient de paraître aux Éditions Rafael de Surtis un très beau recueil de belle facture, composé, mis en page et imprimé par Paul Sanda & Rafael de Surtis. Réalisé sur papier clairefontaine satiné ivoire 100 g, sous couverture keaykolour blanc 300g, à rabat. Les cahiers pour former le recueil sont cousus et chaque exemplaire est numéroté
Jean Lavoué : CE RIEN QUI NOUS ÉCLAIRE / poème 12

Jean Lavoué : CE RIEN QUI NOUS ÉCLAIRE / poème 12

12 Nous irons recouverts De nos manteaux de feuilles,D'écorce et de nuages. Nous hisserons le chantAux couleurs de nos plaines.Nous aurons faim d'espaceEn toute main tendue. Pour gracier les oiseauxNous jetterons nos filetsDans les branches du ciel. Nous ferons face aux ventsSans nous éprendre d'euxCar nous serons promisÀ d'autres solitudes. Nou