En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

André Campos Rodriguez

André Campos Rodriguez

Littérature, poésie, théologie, mystique, humeurs et hommages...

Ses blogs

L'Ardent Pays

L'Ardent Pays

Articles, spiritualité, poésie, humeurs
André Campos Rodriguez André Campos Rodriguez
Articles : 254
Depuis : 24/01/2015

Articles à découvrir

Maurice Zundel : Univers affectif et nouvelle naissamce

Maurice Zundel : Univers affectif et nouvelle naissamce

On ne modifie rien si on n'atteint pas les racines de notre affectivité. Le "je" et le "moi" sont un résultat, un donné, que nous n'avons pas choisi (...) c'est un "je" et un "moi" infantiles. Notre besoin d'être aimés d'une manière unique (...) repose effectivement sur ce psychisme infantile. C'est dans la mesure où nous mettrons en questio
Maurice Zundel : Le problème de l'homme...

Maurice Zundel : Le problème de l'homme...

(...) Or, dans cette remise en cause universelle, il est frappant de constater que tous ceux qui crient, parfois même avec justesse, tous ceux qui veulent bouleverser les institutions, et non sans fondement la plupart du temps, ne se remettent pas eux-mêmes en question. C'est pourtant par là qu'il faut commencer !... N'importe quelle réforme es
Jean GROSJEAN :  Chants ...

Jean GROSJEAN : Chants ...

Chants Le ruisseau coulede Huanne, de Puessans.Il effleure les rocheset il chante. Il devine un cielà travers les arbres.Sous les arbres luisentses remous. Les ombres des arbrestremblent sur sa fuitecomme un ciel de juincomme une digitale. Je rôde le long des saules.Mon âme est loin des hommes. Je vais le long d'une ondequ'emplit le ciel des sau

Christian Bobin : Tous les bébés naissent...

Christian Bobin : Tous les bébés naissent...

Tous les bébés naissent en temps de guerre et dans des villes en ruine. Sitôt qu'on naît, on reçoit les éboulis de la vie. À peine nés, on se trouve sous les pylônes électriques des bruits, des conventions, du peu d'amour. La seule chance qu'on aurait, ce serait d'être élevés par des dieux. C'est effarant de voir qu'on tombe à la nais
François CHENG : La mystérieuse clé de la Vie...

François CHENG : La mystérieuse clé de la Vie...

Je n'ai garde d'oublier que si la joie appelle le partage, la souffrance également. Devant l'énigme ou le scandale de la souffrance, celui qui souffre espère aide et compréhension. Se révèle à lui une vérité fondamentale : le fait que chaque être est unique ne l'isole nulle ment dans un écrin exceptionnel. Un être ne saurait être uniqu
Jean GROSJEAN : GRADUEL

Jean GROSJEAN : GRADUEL

Le messie gravit les degrésde sa mort et de mon cantiqueavec un visage souilléqu'essaie d'essuyer Véronique . Il monte aux portes de la villeentre l'arbre rouge et le jaunevers un tertre chauve et tranquilleoù l'attend la mort à son aune. Les Hébreux l'ont trouvé païenet les Romains l'ont trouvé juifmais sa payse n'est pas loinqui déploie
Gil JOUANARD : Souvenirs lointains

Gil JOUANARD : Souvenirs lointains

Lorsque, douillettement, je jouis du confort, modeste mais non négligeable, que me procure la manne mensuelle de ma retraite de cadre de l’édition, puis de l’action culturelle, que m’ont fait mériter une bonne quarantaine d’années mises au service du supplément d’âme dont auront bénéficié quelque dizaines de milliers des sept mil
Christian BOBIN : la poésie ...

Christian BOBIN : la poésie ...

Ce qui s'enfuit du monde c'est la poésie. La poésie n'est pas un genre littéraire, elle est l'expérience spirituelle de la vie, la plus haute densité de précision, l'intuition aveuglante que la vie la plus frêle est une vie sans fin. in CARNET DU SOLEIL les éditions LETTRES VIVES, 2011. photo : André Campos Rodriguez
Guy ALLIX : Poèmes inédits et autres textes ...

Guy ALLIX : Poèmes inédits et autres textes ...

Poèmes inédits de Guy Allix Le silence ne t’effraie plus C’est une partie de toi Levée au dedans du poème Comme la meilleure part De ce qui s’énonce encore dans la nuit Dans le souffle le plus bas N’écrire que là où ce n’est plus possible Le poème ce ne peut être que cette urgence qui te foudroie *** Il y a dans le monde Quelque