En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services ainsi que l’affichage de publicités pertinentes. En savoir plus et agir sur les cookies

Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

André Campos Rodriguez

André Campos Rodriguez

Littérature, poésie, théologie, mystique, humeurs et hommages...

Ses blogs

L'Ardent Pays

L'Ardent Pays

Articles, spiritualité, poésie, humeurs
André Campos Rodriguez André Campos Rodriguez
Articles : 284
Depuis : 24/01/2015

Articles à découvrir

Serge PRIOUL  : Les larmes sont fertiles...

Serge PRIOUL : Les larmes sont fertiles...

Photo de Florian de Monti Toute la nuit l'orage a menacé En vain Un soleil grand comme le rouge Se glisse Sous le toit sombre de l'aube Hier soir De jeunes voisins ont allumé un feu Sur la dune Et dressé une tente Dans la pénombre J'ai entendu rire la fille Quand le garçon la dépliant La toile s'est envolée C'est avec ce rire-là Que l'orage
France Burghelle Rey : FACETTES

France Burghelle Rey : FACETTES

Voici une sélection de textes sur le thème du lieu extraits de mon dernier recueil inédit que je présente ainsi : Comme le titre ( Facettes ) veut le faire entendre il cherche à explorer sous diverses formes le thème riche et complexe du lieu. Un lieu réel ou imaginaire ou entre-deux comme en musique la note bleue, intérieur ou extérieur.
Alain Durel :  Eclairages sur la Spiritualité Orthodoxe

Alain Durel : Eclairages sur la Spiritualité Orthodoxe

1.) La première question que j'aimerais vous poser c'est très simple mais assez importante pour mieux comprendre votre personnalité spirituelle: comment avez - vous découvert la spiritualité orthodoxe? Issu d’un milieu athée et anticlérical, jeune comédien sensible à la beauté et passionné par le surréalisme, j’ai rencontré un ermi
Ghyslaine Leloup : Ainsi ces visages ...

Ghyslaine Leloup : Ainsi ces visages ...

1er MAI 2017 De jour comme de rêve C’est toujours aux sommets que tu aspires Aux accomplissements de lumière Entre ascension et instant Tu laisses le soleil te dénuder Et défaire l’ombre de ses illusions Avec le temps, nous voici emplis d’images Mais la première n’est jamais effacée Ainsi des visages où souvent l’enfance affleure A
Bernard PERROY : La nuit comme le jour et autres poèmes

Bernard PERROY : La nuit comme le jour et autres poèmes

Poèmes extraits de « Une gorgée d'azur » (Al Manar, encres de Rachid Koraïchi, 2011) : Le ciel bleuit que la mer accompagne… Tas de sable sur le rivage, les enfants jouent comme des rois… Et par-delà les cris, les sourires, l’azur des coeurs chante tout bas… * Arbre, apprends-moi les richesses du ciel comme ces fruits suspendus à ton
Jean-Claude Guillebaud : L'humiliation n'est pas mesurable...

Jean-Claude Guillebaud : L'humiliation n'est pas mesurable...

(Paru ce jour à Sud-Ouest-Dimanche, 10 septembre 2017) Une petite péripétie médiatique en dit parfois plus qu’un long débat politique. Je pense à l’anicroche presque burlesque qui a pimenté, mardi 5 septembre, le 7/9 de France Inter. L’invité principal était Christophe Castaner, secrétaire d’État et porte-parole du gouvernement,
Isabelle Alentour :  Poèmes inédits

Isabelle Alentour : Poèmes inédits

Éblouie de se taire (extraits) Je m'assieds pour écrire. Mais, commençant à écrire, oublie ce que je voulais dire. Les mots traînent, n'ont rien à donner, rien à dire ou à raconter. Disposés devant moi ils sont plats, gris, ensommeillés, ni masculins, ni féminins. Asexués. Inaffectés. Posés là en silence, cuisses et bras entravés c
Colette Fournier : Septembre

Colette Fournier : Septembre

Septembre (chanson d'automne...) Septembre étend son long manteau de trêves sur la grève au couchant les marcheurs s’entremêlent leurs pas font en dansant une trace muette qui dit mieux que le vent la fin d’un été chaud Dans les bras de la mer, le pêcheur que tourmente la venue de l’hiver se réchauffe comme il peut et le ciel déploie
Marilyne Bertoncini : Choix de poèmes...

Marilyne Bertoncini : Choix de poèmes...

Extrait de Fantômes d’E (urydice) __ La Main d’Ombre __ Pour accéder à l’ombreil fautpasser derrière les paupièresdu sommeilou le long des racines du platane * Des feuilles de l’arbreje te parle_____ Leur sève coule de mes doigtsje jette SES mots sur l’écranElle traverse mes rêves * Sa voix d’ombreleurs voixla sienne et sa part
Florent TONIELLO :

Florent TONIELLO :

Aux lithoglyphes d’Avioth Elles sont quatorze : le long des murs de la cathédrale des champs, douze statues d’apôtres et le couple éternel de la mère et du fils se partagent l’espace lumineux baigné de chants d’oiseaux. Parées de couleurs scientifiquement restaurées, elles surveillent la nef de leurs yeux perçants, sous les capteurs