Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

annie.maisonneuve

annie.maisonneuve

Tags associés : litterature, musique

Ses blogs

Le blog de annie.maisonneuve

Le blog de annie.maisonneuve

Le blog de Annie Maisonneuve
annie.maisonneuve annie.maisonneuve
Articles : 68
Depuis : 01/10/2010

Articles à découvrir

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara Constantine

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara Constantine

C'était couru d'avance ! Qu'une mémère à chat écrivain (si vous permettez) séduise une mémère à chat lectrice (je permets). Le statut de mémère à chat étant une mention copyright qui se porte comme la Légion d'honneur, sur le vêtement (et nécessite bien souvent l'emploi d'une brosse adhésive). Tout avait commencé un jeudi soir, à
Albert Bosch, Vivre pour se sentir vivant

Albert Bosch, Vivre pour se sentir vivant

Albert Bosch est un fou furieux. Si. Quand certains rêvent d'aller acheter le dernier écran plat, lui rêve de traverser l'Antarctique. C'est dire ! L'ANTARCTIQUE. Oui, ce truc blanc, froid, sans vie, sans Led. 67 jours, seul (enfin deux au départ et puis seul très vite), il parcourt sans aide, avec ses deux petits pieds et son traîneau, ce li
Le petit vieux des Batignolles d'Emile Gaboriau

Le petit vieux des Batignolles d'Emile Gaboriau

Le petit vieux des Batignolles est un roman policier bref et efficace. Retrouvé assassiné, le vieux Pigoreau laisse comme seul indice le nom de son neveu tracé à même le sol et de son propre sang. Tiens tiens, s'appelerait pas Omar des fois ? Ben non ! L'émile Gaboriau, c'est en 1876 qu'il écrit son histoire. On dit depuis que Simenon travai
L'art de la méditation de Matthieu Ricard

L'art de la méditation de Matthieu Ricard

L’art de la méditation , c’est exactement comme rechercher des recettes pour sujets allergiques au blé : on est persuadé qu’on n’en arrivera jamais là. Et puis, bing ! Le bouquin t’arrive tout droit dans les mains et par un magnifique jeudi de grève : c’est ton petit enfant intérieur qui se marre, les doigts de pied en éventails.
L'autre moitié de moi-même, Anne - Laure Bondoux

L'autre moitié de moi-même, Anne - Laure Bondoux

Quand un livre te laisse émue, tu te dis que c’est parce que tu es entrée en résonance avec lui. Tu n’es pourtant ni une guitare, ni une caisse claire. Mais s’il y a bien un truc que tu sais, c’est que le ton juste, le parler vrai, la sincérité, font toujours mouche. Alors ça te fait réfléchir. Il y a des Chloé Delaume qui n’en s
Une famille aux petits oignons, Jean-Philippe Arrou-Vignod

Une famille aux petits oignons, Jean-Philippe Arrou-Vignod

Si la nostalgie opère ? Lire un Petit Nicolas. Attendre 30 ans minimum. Prier pour que quelqu’un se dévoue à écrire, depuis son regard d’enfant, des bêtises à la logique implacablement infantile. Lire ce roman avec le petit enfant recroquevillé que l’on a planqué en soi derrière la grosse bagnole et le costume trois pièces. Garder c
Le voile noir d'Anny Duperey

Le voile noir d'Anny Duperey

Il faut parfois aborder les choses dans l’ordre, pour donner de l’ordre aux choses, juste parce que c’est le seul moyen d’appréhender le réel. Un réel sans queue ni tête. Ce que je veux dire ? Que les lectures s’imbriquent souvent dans le réel et inversement, selon la loi bien connue du Tetris. Et qu’au final, tout s’additionne p
Beatriz et les corps célestes de Lucia Etxebarria

Beatriz et les corps célestes de Lucia Etxebarria

S'il existe un pendant à une littérature toute masculine et bourrée de testostérone ? Bien sûr ! Il y a Lucia Etxebarria. Le sexe et la drogue ne sont pas le monopole de quelques sniffers de coke sur capot. Chez Lucia, la drogue danse la gigue avec l'alcool et le sexe fait feu de tout bois. C'est du moins la première lecture que l'on peut en
Le jour où j’ai appris à vivre de Laurent Gounelle

Le jour où j’ai appris à vivre de Laurent Gounelle

A mi-chemin entre l’ouvrage de psychologie et la fiction romanesque, Laurent Gounelle débarque dans mon salon en 2008 avec L’homme qui voulait être heureux, chose qu’il doit notamment (mais pas seulement) au vert (laitue) de la couverture de son livre ! Car, impossible de faire comme si, en tête de gondole, le livre n’existait pas (même