Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Fabrice

Ses blogs

Regards

Regards

Le titre de ce blog est "regards". Regards sur le monde, regards sur les autres, sur les amis, sur les êtres qui marquent ma vie, sur les laissés pour compte anonymes qui meurent de notre indifférence et ne survivent que de notre regard.
Fabrice Fabrice
Articles : 511
Depuis : 11/06/2006

Articles à découvrir

Bleuride et Clamestre (suite)

Clamestre n'avait pas terminé sa phrase que l'un des bustes de Lénine qui se trouvait sur la table sembla frétiller sur son socle. Bleuride eut un geste de recul et trébucha sur Mazarin qui aboya de frayeur. Le perroquet, à peine remis de son humiliation, chaussa une paire de lunettes en inox. Cette fois, il n'y avait pas de doute, Lénine hau

Bleuride et Clamestre (suite)

Au même instant où un camion rempli de branches de rhubarbe freinait violemment sur une route du Kazakhstan, Clamestre remarqua la présence de Rodavlas. - Bonjour jeune homme, enfin, je crois... - Je ne sais pas très bien moi-même, fit Rodavlas.Si j'en juge par l'état de mes organes, dont le fonctionnement est somme toute satisfaisant, ainsi

Bleuride et Clamestre (suite)

La porte du salon ayant été finalement repeinte en gris souris afin de trancher avec les murs couleur emmental mou, Clamestre alla dans sa chambre pour faire sa valise. Pendant ce temps, Bleuride était au téléphone avec les South African Airways et engageait leurs maigres économies dans un billet aller pour Londres. Pour le retour, il serait

Bleuride et Clamestre (suite)

Le soir venu, Rodavlas se présenta à la porte de l'appartement 18 bloc C 4 ème étage. Il avait misé sur une élégance de bon aloi, et portait un costume prince de Galles bleu iroquois doublé d'une rapière garance en organza. Ses chaussures à talon renforcé avaient été finement taillées dans une chambre à air de tracteur, ce qui, outre

Bleuride et Clamestre (suite)

Après avoir parcouru Zanzibar de long en large, les deux amies arrivèrent à la conclusion qu'il n'y avait là rien de particulier. Les habitants étaient polis, les routes défoncées, les animaux effrayants, le climat chaud et relativement humide. Bleuride et Clamestre avaient trouvé un modeste logement dans un bloc d'immeubles de Michanzani,

Bleuride et Clamestre (suite)

Otto retourna dans son panier pour y finir sa nuit. Bleuride le caressa machinalement entre les oreilles en pensant à Clamestre. Tout le passé était remonté d'un coup, Zanzibar, la rencontre avec Rodavlas. Et puis, le projet qui avait tout déclenché, celui de la statuette d'Engels. En 1843, Manchester était une ville qui suait la poussière

Bleuride et Clamestre (suite)

Clamestre et Bleuride se regardèrent, incrédules. - Le Kazaquoi? - Le Kazakhstan. J'en viens. J'y ai monté une affaire de confiture. - De rhubarbe? Bleuride fut elle-même étonnée de sa question. Rodavlas porta sur elle un regard inquisiteur. - Effectivement, fit-il avec un demi-sourire. De rhubarbe. Mais comment le savez-vous? - Mais, mais je

Bleuride et Clamestre (suite)

A la fin du chant révolutionnaire, la tête de Lénine qui s'était dangereusement rapprochée du bord de la table bascula dans le vide et, décrivant un salto arrière impeccable, percuta le carrelage en faïence de Meissen. Des centaines de morceaux léninocéphales jonchaient à présent le plancher de la cuisine. La machoire inférieure et la

Bleuride et Clamestre (suite)

Ce soir là, Bleuride avait préparé un repas digne des plus grandes tables. Calamars frits aux oeufs de membesh, rôti de blackfish au chorizo d'argent, fromages français. Pour le dessert, elle s'était surpassée en parvenant à couler en moins de deux minutes une île flottante malgré la résistance acharnée de la crème anglaise. Clamestre,

Bleuride et Clamestre (suite)

- Vous savez, je n'ai pas toujours voulu devenir évèque... Le jeune homme, ému par le trouble de Bleuride, essayait maladroitement d'engager la conversation. - Je m'en doute, fit Bleuride. A propos, il me reste un éclair au chocolat. - Je le prends. En fait, mes parents me destinaient à une carrière de marbre. - Et vous n'avez pas supporté l