Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog
Isabelle, émerveilleuse

Isabelle, émerveilleuse

poésie; nature; émerveillement; photo; oiseaux; sagesse; fleurs; ruisseau; arbres;

Ses blogs

L'écoute s'il pleut

Invitation à l'émerveillement, la sagesse et la poésie de la vie
Isabelle, émerveilleuse Isabelle, émerveilleuse
Articles : 471
Depuis : 10/05/2017
Categorie : Littérature, BD & Poésie

Articles à découvrir

Semer l'émerveillement

Semer l'émerveillement

Sens-tu le bleu du ciel t'envelopper de douceur ? Vois-tu le feuillage du hêtre ruisseler d'or et de lumière ? Entends-tu le murmure du vent dans les roseaux ? Arrête-toi un instant. Ouvre-toi à la présence de toute cette beauté. Laisse-la t'emplir, t'habiter, te transformer. Donne-lui tout ton amour, toute ta gratitude. Souris. L'émerveille
La cerise sur le gâteau

La cerise sur le gâteau

(Suite de Pourquoi les poètes embrassent le vent) Le vent faisait danser l'oiseau, l'arbre se reflétait dans l'eau, les étoiles et les fleurs illuminaient le monde. La Vie contempla son œuvre et vit que tout était parfait. Prise par l'ivresse de sa réussite, elle décida d'ajouter une cerise sur le gâteau. Alors elle créa l'homme. Et l'homm
Ma magie à moi

Ma magie à moi

« Ma magie à moi ? Elle est là, dans les légumes, dans la forêt autour, dans mon atelier, dans mes voisins et dans le temps qui passe et qui pense à me réveiller chaque matin. Elle est dans le fait de sentir que ça sonne juste au fond de moi ! » Agnès LEDIG, Se le dire enfin Récolte en vrac du 15 décembre 2022 Note : C'est le temps des
La vraie connaissance

La vraie connaissance

« La vraie connaissance ne se mesure pas aux diplômes. Ni au nombre de livres qu'on a ingurgités d'ailleurs. Montre-lui les étoiles, les plantes qui naissent et qui meurent, la beauté d'un coucher de soleil. Fais-lui sentir les lilas et écouter les relents de la mer. » Mélissa Da Costa Récolte en vrac du 15 décembre 2022 Note : C'est le t
Pourquoi les poètes embrassent le vent

Pourquoi les poètes embrassent le vent

Au commencement, Il y eut l'ennui. L'ennui de ne pas être. L'ennui créa le rêve et le rêve créa l'inspiration. L'inspiration devint respiration. La respiration ouvrit une brèche dans le néant, qui s'emplit alors de tous les possibles. De cette brèche naquit une graine ronde et dodue. De cette graine sortit la vie, pétillante, pétulante, c
Le bourgeon né d'un printemps lointain

Le bourgeon né d'un printemps lointain

« Je me laisse étonner, en grec « émerveiller ». Le bourgeon n'a l'air de rien, si petit. Il semble sortir du chêne et du rameau. Mais je vois bien pourtant que c'est grâce à lui que mon chêne est, un jour, sorti. Sans cet autre bourgeon né d'un printemps lointain, cet arbre n'existerait pas. » Edouard Cortès, Par la force des arbres R
J'attends l'hiver

J'attends l'hiver

J'attends l'hiver, et il ne vient pas. J'espère les longs frissons des arbres dénudés, le craquement de la terre gelée sous mes pas, la féerie du givre étincelant au soleil matinal. J'aime ces journées froides où le soleil irradie le bleu du ciel d'une lumière dorée. J'aime regarder les flocons écrire une page blanche sous un ciel ouaté
Ce chemin sous tes pas

Ce chemin sous tes pas

Ce chemin, tu le connais. Tu l'empruntes jour après jour, année après année. Parfois tu te dis que tu le connais par cœur. Pourtant, tu sais bien qu'il n'est jamais le même. Changeant au fil des saisons. Au gré de la pluie et du vent. Au gré de ton regard, du fond de ton cœur. Au gré des soleils et des tempêtes de ton âme. Il est le ref
Le gris du ciel, le gris du monde

Le gris du ciel, le gris du monde

Le gris du ciel, le gris du monde me pèsent, m'écrasent. Les ombres m'envahissent je m'étiole, je me perds. Sensation de vide, de néant. Je pleure, je crie, mon cri tombe dans le silence et je tombe avec lui. Je sais qu'il faut parfois tomber pour pouvoir se relever. Tomber très bas. Et je sens que je tombe, que je tombe, que je tombe. Je n'ai
Il n'y a plus de dodo

Il n'y a plus de dodo

« Nous ne sommes pas , nous les hommes, des êtres isolés, nous ne sommes pas les maîtres absolus de la Terre. Nous devons rester reliés au grand flux de la nature. C'est la condition de notre survie. » Pierre Rabhi Il n'y a plus de Dodo. Ni de Grizzly mexicain, ni de Dauphin de Chine. Ni de Phoque moine des Caraïbes, ni de Tigre de Java. Ni