Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Georges Franju : biographie

Né en 1912 à Fougères et décédé en 1987 à Paris, Georges Franju fut un réalisateur français. Porté par une mise en scène froide aux confins du cinéma gore il a œuvré aussi bien dans le cinéma documentaire que dans le cinéma fantastique. Il se dégage de son art une sensation ambivalente de réalisme cru et de poésie macabre.

Premier pas

Goerges Franju fait ses premiers pas dans le domaine artistique en tant que décorateur au théâtre.
Parallèlement à cela, ce passionné de cinéma s'évertue, aux côtés de son ami Henri Langlois, à sauvegarder et restaurer des vieilles copies de films. Ils créent ensemble le ciné-club Le cercle de cinéma afin de faire passer à la postérité de vieux chefs d'œuvre.
Cette passion commune conduira en 1936 à la création de la Cinémathèque française. Laissant peu à peu la responsabilité entière de la Cinémathèque à Langlois, Franju se dirige peu à peu vers une carrière de réalisateur, après néanmoins co-dirigé avec celui-ci le court métrage Le métro.

Sa carrière

En 1949, avec Le sang des bêtes, Franju réalise son premier long-métrage solo. Documentaire vériste sur les abattoirs de la Villetteet de Vaugirard, le film ne fait pas l'impasse sur les images sanglantes de découpes. Sur une musique du compositeur Joseph Kosma, Franju nous déclame une homélie barbare du sort que l'on réserve aux animaux.
Il sera suivi en 1951 par Hôtel des invalides, dans lequel Franju traite des "Gueules cassés", ces soldats revenus infirmes de la Première Guerre mondiale.
La tête contre les murs (1958), adaptation du roman éponyme d'Hervé Bazin avec Jean-Pierre Brasseur et Jean-Pierre Mocky, est le premier long-métrage du réalisateur. Dans le choix de ce film sur un échappé d'asile psychiatrique qui se révèle avant tout prisonnier de son esprit on retrouve le goût de Franju pour les sujets morbides.
Dans Les yeux sans visage (1959) Franju continu dans le même registre par notamment des séquences d'opérations chirurgicales filmées qui n'ont rien à envier au cinéma de genre gore.
Dans la suite de sa carrière avec des films comme Judex (1963) ou encore Nuits rouges (1974) Franju se rapproche d'un style expressionniste et fantastique tout en conservant ce souci prégnant pour une esthétique crue.

Son action

Masqué par la renommée de Langlois on oublie souvent la participation active de Franju à l'édification d'un des plus grands monuments du cinéma français.
Notons également que Franju fut une réelle source d'inspiration pour les cinéastes de ce qui allait devenir le cinéma gore.

Articles de la même catégorie Cinéma

Analyse et critique du film "Terminator 2 : le jugement dernier"

Analyse et critique du film "Terminator 2 : le jugement dernier"

Film de science-fiction réalisé par James Cameron, "Terminator 2 : le jugement dernier" est la suite de "Terminator" (1984). Sorti en salles le 3 juillet 1991, le métrage poursuit l’intrigue du précédent film, et narre la lutte de Sarah et John Connor contre les machines. Succès critique et commercial indubitable, le film reçoit moultes nominations, et remporte quatre Oscars en 1992.
Christian Vincent : biographie

Christian Vincent : biographie

Scénariste et réalisateur de talent, Christian Vincent se fait très vite remarquer grâce à ses premiers longs métrages et s'essaie, avec succès, à différents genres littéraires et cinématographiques tout au long de sa carrière. Il remporte deux Césars en 1991.
Abel Gance : biographie

Abel Gance : biographie

Né en 1889 et décédé en 1981 à Paris, Abel Gance fut un scénariste, réalisateur et producteur de cinéma français. Il appartient au cinéma d'avant-garde français des années 20 (avec entre autres des cinéastes comme Jean Epstein ou encore René Clair). Son œuvre oscille entre désir de reconstitution historique et goût pour l'expérimentation esthétique du médium cinématographique.