Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

George Stevens : biographie

Pilier de l’âge d’or d’Hollywood, le réalisateur George Stevens est resté dans les mémoires pour ses nombreuses nominations aux Oscars durant les années 50, ses collaborations avec les plus grands acteurs, et pour son travail sur Géant, film avec James Dean. Retour sur la carrière exemplaire d’un réalisateur à l’ancienne.

Des débuts prometteurs

Né le 18 décembre 1904 en Californie, de deux parents comédiens, George Stevens s’essaie tout d’abord au métier de caméraman pour Laurel & Hardy, avant de réaliser son premier film, Kentucky Kernels, en 1934. Puis, en 1935, il dirige Katharine Hepburn dans Désirs Secrets (1935), Carole Lombard dans Vigil inthe Night (1940) puis tourne de nombreux films avec Ginger Rogers et Fred Astaire, avant de partir au front au service communications de l’armée. Là, jusqu’en 1946, il filme les horreurs de la guerre, une expérience marquante qui influence alors la suite de sa carrière : ses films se font plus sérieux, et nettement moins comiques. En 1948, il tourne Tendresse, un drame familial avec Irène Dunne, puis Une place au soleil (1951), drame multi-récompensé, avec Montgomery Clift et Elizabeth Taylor.

Pluie de récompenses

Oscarisé, Georges Stevens enchaîne avec L’ivresse et l’amour (1952), puis renoue une nouvelle fois avec le succès en 1953 avec l’Homme des vallées perdues, évènement cinématographique pour lequel pleuvent les nominations aux Oscars. En 1956, Stevens retrouve Elizabeth Taylor, et la fait jouer aux côtés de James Dean devant sa caméra, dans le film Géant, ultime film de l’acteur, un drame multi-récompensé encore aujourd’hui considéré comme l’un des 100 meilleurs films de l’industrie. Ébranlé par la mort de Dean, Stevens met quelques années à retourner, et revient sur les écrans avec Le Journal d’Anne Frank (1959), qui connaît le même succès critique que les œuvres précédentes du réalisateur.

Ambition démesurée

Vieillissant, George Stevens attend 1965 pour tourner un nouveau métrage, l’épique La plus grande histoire jamais contée, au budget faramineux et à la distribution prestigieuse. Malgré de nombreuses nominations aux Oscars, le film est un flop financier. Une dernière fois, Stevens renoue alors avec Elizabeth Taylor, pour Las Vegas, un couple (1970), film qui ne marque pas les esprits. En 1975, à l’âge de 70 ans, George Stevens s’éteint d'une crise cardiaque, laissant derrière lui son fils George Stevens Jr, lui-même scénariste, réalisateur et producteur aux récompenses innombrables.

Articles de la même catégorie Cinéma

Griffin Dunne : biographie

Griffin Dunne : biographie

Né en 1955 à New York, Griffin Dunne est un acteur célèbre dans les années 80 qui devint ensuite réalisateur dans le courant des années 90. Il s'est spécialisé dans les comédies romantiques, dans lesquelles il a déjà pu diriger Meg Ryan ou encore Uma Thurman.
Agnès Varda : biographie

Agnès Varda : biographie

Agnès Varda est née à Ixelles (Belgique) en 1928, d’un père grec et d’une mère française. Agnès Varda aime le cinéma et nous le fait aimer aussi. À travers ses films, documentaires, fictions et films inclassables, la cinéaste nous dévoile son amour des gens et des choses, sa vision des relations humaines, mais aussi ses convictions, féminines et féministes.
Valérie Kaprisky : biographie

Valérie Kaprisky : biographie

Née à Neuilly sur Seine le 19 août 1962, Valérie Kaprisky (Chérès, de son vrai nom) , aussi sexy dans la vie privée que sur les écrans, mène une carrière internationale aussi bien au cinéma qu'à la télévision et au théâtre avec, à son actif, plus de 47 rôles aux côtés de grands acteurs et actrices comme, Lambert Wilson et Claude Brasseur, ou Kim Cattrall et Gillian Anderson.
"Les visiteurs du soir" : l'intrigue, les personnages, l'interprétation

"Les visiteurs du soir" : l'intrigue, les personnages, l'interprétation

"Les visiteurs du soir" est un film dramatique français réalisé par Marcel Carné et sorti sur les écrans en 1942. Satan envoie deux ménestrels sur Terre pour semer malheurs et désolation, mais l'un d’eux faillit à sa mission en tombant amoureux. Il s'agit d'un authentique chef-d'œuvre du septième art, un long-métrage intemporel marqué par un scénario original, une distribution prestigieuse et une mise en scène soignée.