Pas encore inscrit ? Creez un Overblog!

Créer mon blog

Analyse et critique du film American pie 4 : no limit

Suite indirecte de la trilogie cinématographique des American Pie, American Pie Presents : Band Camp (en France, American Pie 4 : No Limit) est un film réalisé par Steve Rash et sorti en vidéo en 2005. Narrant les aventures du frère de Stifler en camp musical, le métrage inaugure une série de longs-métrages dérivés vaguement reliés aux personnages originaux de la saga.

Résumé

Lorsque Band Camp commence, Stifler est devenu un producteur hollywoodien fortuné, célèbre pour une série de vidéos osées et torrides similaires aux Girls Gone Wild. Son frère cadet, Matt (Tad Hilgenbrinck), n’a alors qu’une idée en tête : marcher dans les traces de son aîné, et se montrer digne de l’héritage familial. Malheureusement pour lui, il n’est ni très doué, ni très populaire et lorsqu’il tente de faire une mauvaise blague aux membres de l’orchestre du lycée, il se fait prendre. Le proviseur l’envoie aussitôt en camp d’été musical, où il est supervisé par Noah Levenstein (Eugene Levy). Là, Matt a alors l’idée de profiter du caractère déluré des filles du camp pour tourner ses propres vidéos pour adultes. Cependant, il se prend au jeu de la compétition musicale entre son lycée, et un orchestre rival. L’affrontement s’intensifie alors, jusqu’à culminer dans un duel au sommet, perdu par la faute de Matt. Épris de l’une des musiciennes, Elyse (Arielle Kebbel), Matt doit alors faire de son mieux pour arranger la situation, et regagner l’affection de la jeune femme.

Analyse critique

Premier film dérivé de la trilogie cinématographique American Pie, American Pie Presents : Band Camp sort directement en DVD fin 2005 dans les pays anglo-saxons. Ne gardant de la distribution originale que le personnage interprété par Eugene Levy, le métrage n’est que très vaguement relié aux intrigues initiales, s’inspirant uniquement des expériences de Michelle (Alyson Hannigan) au camp musical, mentionnées dans la trilogie cinéma. Étrangement inoffensif, le film se contente ainsi d’accumuler les figures imposées du genre teen-movie, sans grande imagination ou originalité. Pire : avec sa distribution d’inconnus, le métrage reçoit un accueil globalement indifférent des spectateurs comme des critiques, qui ne voient là qu’un énième film pour ados sans intérêt. À noter cependant que le métrage fait parfois preuve d’une certaine retenue, voire même de sobriété, mettant l’accent sur la relation entre le héros et sa petite amie, plutôt que sur la nudité gratuite et le vulgaire graveleux des chapitres ultérieurs de la série. Une exception qui rend le film moins vain et superficiel que ses suites, et par la même beaucoup plus recommandable.

Articles de la même catégorie Cinéma

Jules Dassin : biographie

Jules Dassin : biographie

Jules Dassin est un acteur et réalisateur américain qui a connu de beaux succès dans son époque. C'était le père du chanteur Joe Dassin. Vous découvrirez dans cet article la biographie de Jules Dassin, sa vie, son parcours et ses succès.
Hal Ashby : biographie

Hal Ashby : biographie

Monteur et réalisateur multi-récompensé, Hal Ashby est principalement connu pour une poignée de films, au rang desquels Harold et Maude, En route pour la gloire, et Bienvenue Mister Chance. Décédé le 27 décembre 1988 d’un cancer du pancreas, Ashby aura connu une carrière chaotique et excentrique, faite de hauts et de bas.
Frank Darabont : biographie

Frank Darabont : biographie

Frank Darabont est un cinéaste américain d'origine hongroise, ayant porté depuis le début de sa carrière les casquettes de réalisateur, scénariste, mais aussi acteur. Il a su se faire un nom derrière la caméra, en rencontrant notamment un franc succès avec ses adaptations de romans de Stephan King.
Michael Lonsdale : biographie

Michael Lonsdale : biographie

Lorsque l'on se penche sur le CV de Michael Lonsdale, on a rapidement le tournis. Ce bourreau de travail a collaboré à plus de 120 films, plus de 40 courts et moyens métrages, plus de 60 productions télévisuelles, près de 70 pièces de théâtre... Pourtant, à bientôt 80 ans, cette sommité ne semble pas envisager la retraite.